24 juin 2015 3 24 /06 /juin /2015 14:53

On associe souvent la Magie Noire aux entités démoniaques qui peuvent servir les rituels les plus sombres, c'est à la fois vrai tout en étant inexact puisque certains types de rituels de magie noire peuvent tout à fait se passer des démons en mimant ou imitant astucieusement leurs capacités destructrices à bon ou mauvais escient… De plus, il est souvent difficile d'affirmer que telle entité est réellement démoniaque et telle autre ne l'est pas véritablement, ce sont les Hommes qui ont voulu classifier durant l'Histoire ces entités selon les morales des religions ou bien selon des rites qui les vénéraient ou les rejetaient. Ainsi, certaines entités se retrouvaient paradoxalement à certaines époques d'un côté de la barrière en étant jugées mauvaises par tel groupe et ultérieurement bonnes par un autre groupe.

Ce paradoxe humain, à vouloir catégoriser "en bien et mal" tout ce qui se présente à lui est une erreur fondamentale que l'on enseigne pourtant dès le plus jeune âge dans le monde profane mais aussi en religion ! En ésotérisme l'on prend bien évidemment ses distances avec autant de soin d'un côté comme de l'autre avec ces "incroyants en tout" et ces "fous de croyance", ni les uns ni les autres ne sont dans une réelle posture de compréhension du monde en s'enfermant dans leurs doctrines respectives du "je ne crois en rien" ou du "je crois en tout" !

Mais, pour revenir à nos démons, il faut savoir que dans leur genèse ils ont pratiquement tous été des entités angéliques déchues, en d'autres mots les démons sont des anges qui ont mal tourné, si j'ose dire (le plus connu d'en eux : Lucifer, ou "porteur de lumière" dont la chute le précipite prince dans les abîmes). Par contre l'on peut constater que l'inverse n'est pas évoqué, jamais l'on a vu "d'ascension de démons" pour devenir soudain des archanges du bien. Ce dernier fait semble logique et l'on pourrait y voir avec ironie une sorte d'assurance des Cieux de nous affirmer qu'en haut tout va pour le mieux avec uniquement les meilleures entités irrémédiablement positives (encore que, tout reste ici relatif : les lettres "diable" figurent encore dans cet "irrémédiable"). Par ailleurs, le "diable" n'est étymologiquement que le "di-able", c'est-à-dire "celui qui divise", et non pas celui qui est mauvais par nature, de quoi apporter une certaine confusion dans les esprits des mortels.

L'ésotérisme nous apprend avant tout à relativiser (de manière neutre) une situation, une terminologie, une pensée ou une action, ainsi l'on peut voir le bien dans le mal et inversement, ce qui pourrait sembler illogique d'un seul point de vue avec des œillères n'est finalement que la Réalité des deux faces d'une même pièce à l'image du symbole du Tao qui illustre parfaitement cette posture duale. Dans cet ordre d'idée, il faut savoir que la puissance de la connaissance des symboles et des noms est tout autant importante que ce qu'elle représente, c'est-à-dire qu'en ésotérisme celui qui connaît la représentation symbolique de la chose ou bien le nom de la chose en question est capable d'en extraire la quintessence de sa vérité et donc de comprendre et de contrôler intégralement cette même chose… D'où l'extrême importance des Noms et des Symboles dans l'élaboration des rituels de Magie !

Pour beaucoup, le symbole tracé sur une feuille de papier ou bien le nom que l'on utilise pour appeler une personne ne sont que des artifices pratiques pour nous simplifier la vie quotidienne, ainsi, représenter un objet ou faire un schéma serait purement trivial et intellectuel sans avoir aucune répercussion que celle de pourvoir lire le symbole ou de nommer la personne pour la distinguer d'une autre. Cette vision simpliste est celle que l'on nous apprend très tôt pour nous en persuader mais l'ésotérisme nous donne d'autres significations qui apportent des dimensions et des moyens d'action qui peuvent utiliser ces symboles et ces noms de manières véritablement actives…

Le "rituel" n'est rien d'autre qu'une cérémonie magique qui va orchestrer très savamment et de façon codifiée, tout comme dans une partition musicale, les notes qui résonneront via ces symboles tracés et via ces mots prononcés, dont les noms de personnes impliquées dans le rituel… et parfois le nom d'entités tutélaires qui aideront à la bonne marche des travaux ésotériques. Impliquer ou faire appel à une entité (type ange gardien ou démon serviteur) requiert bien évidemment une Connaissance spéciale qui est une clef de la réussite du rituel mais aussi impérativement "le Don" qui n'est accordé qu'à certaines personnes bien définies. Connaissance et Don sont donc les clefs qui ouvrent la porte de la magie opérative et de son action sur la Réalité via le rituel.

La plupart du temps un sorcier, un mage ou un chaman, préfère invoquer l'entité qui lui est la plus proche, généralement celle de son ange ou esprit gardien est celui qui ne le trahira jamais et qui servira en toutes situations. Il est pourtant parfois nécessaire d'aller chercher de l'aide via d'autres types d'entités "plus lointaines" (au niveau vibratoire) selon la finalité du travail, soit d'un niveau plus haut, soit d'un niveau inférieur (en "zone infra" ou infernale si l'on veut utiliser un terme plus parlant). J'ai déjà aussi parlé dans un précédent article des esprits des anciens (surtout dans les rituels tribaux chamaniques) ou bien aussi d'entités appelées égrégores qui peuvent jouer des rôles (de perturbation ou de catalyse) dans l'approche préparatoire d'un rituel à effectuer.

Les noms des entités en présence ne sont pas toujours faciles d'accès et pourtant il est impératif de les obtenir si l'on désire concevoir de quel contexte une problématique est dépendante afin de cibler une réponse parfaitement adéquate. Pour ce faire, le praticien expérimenté lance un rituel d'appel et de révélation durant lequel les entités les plus proches ou celles concernées par le sujet se manifestent et se nomment. Un sorcier ou chaman peut aussi reconnaître l'essence vibratoire d'une entité amie sans pour autant lui demander de se nommer s'il a déjà travaillé avec elle (ce serait d'ailleurs une assez méprisante offense que de ne pas la reconnaître immédiatement !).

De même, les forces en présence peuvent aussi être représentées sous la forme de symboles uniques et spécifiques à chaque situation et à chaque contexte, aucun rituel n'est jamais identique et c'est dans cette capacité à s'adapter que l'on reconnaît le bon praticien du mauvais, voire de l'imposteur qui simule un rituel sans contenu réel. Parler de la symbolique ésotérique, des entités et du verbe (des mots) associés au sein des rituels est d'une grande complexité dans un langage profane peu adapté à comprendre les liens subtils et les interdépendances de toutes ces forces en présence, pourtant je pense personnellement qu'il faut vulgariser un tant soit peu ce domaine de la Magie afin de le rendre plus accessible et d'éviter ainsi d'absurdes quiproquos qui peuvent être hélas incidemment générés entre le profane et l'initié lors d'une séance.

Sur ce dernier point, n'hésitez pas à me contacter sur vous avez des questions ou bien si vous désirez me soumettre une problématique personnelle compliquée. Je suis directement et rapidement joignable via téléphone aux 01.43.48.83.01 ou 06.09.11.94.56 (numéros non surtaxés) ou bien via mon formulaire si vous préférez m'envoyer un message par écrit (cliquez sur ma bannière web ci-dessous). À très bientôt et n'oubliez pas que pour tout problème existe une solution !

Jean-Pascal BRUNO

banniere-470x62.jpg

Partager cet article

Published by Sorcier Chaman
commenter cet article
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 16:24

La Magie et la Vengeance font partie de ce duo très à la mode dans l'inconscient collectif tout comme dans certains films de série B assez violents, il y a quelque chose d'à la fois mystérieux et d'explosif qui en font deux éléments potentiellement aussi dangereux séparément qu'en association où ils deviennent alors encore plus puissants. Il est vrai que généralement la vengeance reste perçue comme un acte qui implique forcément de rendre un mal pour un mal, oeil pour oeil, dent pour dent, nous dit même la Loi du Talion dans la Bible ! Alors, recourir à la Magie pour se venger, n'est-ce pas là un peu trop dépasser certaines limites ou bien est-ce sans risque ?

Je viens ici de poser la véritable question : utiliser la magie pour se venger, n'y a-t-il pas finalement un grand danger à vouloir justement effectuer des rituels de magie "noire" (forcément…) et donc un risque de déclencher une sorte de réaction en chaîne ? Ou bien ce que l'on appelle un "choc en retour", c'est-à-dire le revers de la médaille de la Magie Noire, un indéniable contrecoup négatif lié à l'utilisation de ce type de magie dévastatrice. Mais une question en appelant une autre : peut on se venger efficacement avec une autre magie, telle que la rouge ou la blanche, évitant ainsi les "petits désagréments" de la magie noire ?

Tout dépend du type de vengeance… allez-vous lancer un sort de magie noire parce que votre collègue de travail vous a volé votre pain au restaurant ou ne vous a pas passé le sel assez rapidement? Évidemment non. C'est à ce stade que la consultation vient, avec souvent un peu d'humour, reconsidérer dans le détail le motif de la vengeance et trouver la réponse adéquate en terme d'échelle. Tout praticien expérimenté, responsable et honnête ira avant tout sur le terrain du dialogue pour comprendre les motivations et les ressorts exacts du contexte qu'apporte le demandeur, le praticien (chaman, sorcier ou mage) n'engagea que très rarement un combat dangereux pour son client si celui-ci se laisse emporter par la rage de sa vengeance.

"La vengeance est un plat qui se mange froid", encore une fois cette très intelligente maxime nous montre le bon chemin afin d'opérer la meilleure réponse sans aucune précipitation, ni erreur d'interprétation ou action bâclée… il faut en effet laisser la colère ou bien la fureur retomber au plus bas afin de ne pas être aveuglé par une vengeance hors limite. C'est le rôle du chaman que de rapidement tempérer les ardeurs des sentiments humains qui sont la plupart du temps assez surjoué, notamment quand il y a une bien trop excessive demande de vengeance.

Ne l'oublions pas, la vengeance est une forme de justice personnelle, elle reste subjective et donc intégralement soumise au filtre de nos émotions et de l'expression de nos valeurs. Nous savons qu'en Magie et de manière plus générale en ésotérisme, les émotions fortes ou bien certains affects puissants peuvent attirer ou engendrer ce que l'on nomme des "égrégores", ce sont des entités immatérielles qui vivent et se nourrissent de nos désirs et de nos ressentis émotionnels. Ces égrégores, qui sont assimilés à des parasites psychiques, peuvent hélas aussi modifier nos états d'âme et ainsi amplifier à dessein la fureur de nos colères et… de notre volonté de vengeance.

Tout bon praticien des Arts Magiques saura qu'il est nécessaire d'engager un premier travail rapide de purification (de magie blanche) afin de déceler s'il y a effectivement un problème quelconque avant de commencer les autres rituels de fond. En cas de manque d'énergie ou même d'un problème plus important (envoûtement ou sortilège sur le demandeur), il est évidemment nécessaire de faire place nette et de "nettoyer" ce que l'on trouve. Pour l'exemple de la présence d'un égrégore, il faut éloigner ce parasite psychique par un rituel blanc associé à une redéfinition du contexte qui l'attire, en d'autres mots et pour la situation qui nous intéresse, il faut vérifier si la vengeance est bien nécessaire et la minorer à sa juste valeur (elle est pratiquement toujours exagérée…), cette première opération éloigne généralement l'égrégore qui n'y trouve plus son compte et le demandeur retrouve une certaine sérénité, voire un apaisement.

Il existe plusieurs types de vengeances, et sans en faire la liste qui pourrait être longue, mon avis personnel est qu'il n'est nécessaire de se venger que pour des motifs véritablement valables et très importants car le pardon est bien plus utile et bénéfique karmiquement qu'une vengeance forcément destructrice et qui va dans le sens d'un chaos (parfois avec des réactions en chaîne !). C'est pour cette raison que le je propose un dialogue ouvert afin de déterminer si la situation impose une vengeance à proprement parler ou un autre type d'actions plus appropriées…

Comme je l'ai déjà dit, les personnes qui viennent me voir afin d'entreprendre un travail magique pour se venger doivent déjà expliquer clairement la raison qui les motive et ainsi envisager après réflexion le niveau réel de cette vengeance (si celle-ci est encore d'actualité…). Car nous savons tous que dans le feu de l'action, un peu comme sous le coup d'une colère qui ne se calmerait pas, les gens enverraient de suite l'artillerie lourde pour des peccadilles ! Mon rôle de chaman est donc de me charger de toute cette colère et de prendre intégralement sur moi ce désir de vengeance, ainsi, et avec l'expérience en la matière, je peux intérioriser et intégrer l'ensemble cet affect pour en décider du châtiment en retour, s'il y a lieu.

Dans plus des trois quarts des cas, une fois mon verdict rendu, le demandeur réalise qu'il ne sert strictement à rien de se lancer dans une quête vengeresse sans fin et qu'il est intéressant de sublimer cette force destructrice pour en faire une force initiatrice bien plus bénéfique. Reste effectivement quelques autres situations difficiles qui demandent en retour des actions musclées et ciblées, alors seulement je me permets de proposer plusieurs possibilités, lesquelles rendront une certaine forme d'équilibre et d'apaisement, pour ne pas dire de justice. À noter que je ne prends jamais seul la décision d'effectuer un sort vengeur, je dispose aussi du feu vert des entités qui suivent et coordonnent mon travail magique.

Comme vous pouvez le voir, engager une réponse efficace et à la juste hauteur d'un réel désir de vengeance n'est pas aisé pour toutes les raisons évoquées, je reste avant tout lucide et essaie de comprendre la volonté qui anime ce désir tout en ayant toutes les armes pour lancer ce que j'appellerai plutôt une contre-offensive efficace ! Si vous désirez me contacter pour en discuter, ou bien me faire part d'une demande qui à trait au sujet de notre article d'aujourd'hui, n'hésitez pas à me téléphoner directement aux 01.43.48.83.01 ou 06.09.11.94.56 (numéros non surtaxés) ou bien à m'envoyer votre demande via un message sur mon formulaire de contact (cliquez sur ma bannière web ci-dessous pour y accéder). À très bientôt n'oubliez pas que "la satisfaction qu'on tire de la vengeance ne dure qu'un moment, celle que nous donne la clémence est éternelle.”

Jean-Pascal BRUNO

banniere-470x62.jpg

Partager cet article

Published by Sorcier Chaman - dans vengeance magique
commenter cet article
31 mai 2015 7 31 /05 /mai /2015 16:08

Le "facteur chance" n'est pas qu'une variable mathématique théorique sortie tout droit du cerveau surexcité d'un savant fou, c'est avant tout une véritable variable qui permet de gérer parfaitement "l'ordre des choses" de manière à ce que chaque évènement du possible qui se trouve sur la route que l'on s'est fixée soit une succession de réussites dans le contexte que l'on s'est imposé comme tel, un peu comme une martingale à la roulette dans un casino où l'on déciderait arbitrairement que les numéros rouges sont positifs et gagnants, et évidemment que ces derniers sortiraient à la chaîne sans interruption durant un temps déterminé.

Le "Casino de la Vie" ne fonctionne heureusement pas comme un jeu de hasard bien que parfois il nous laisse assez dubitatifs sur les choix à suivre pour réussir un objectif prédéfini. Le contexte de nos existences est bien plus vaste en paramètres et autres incroyables variables changeantes que la simple boule qui tourne et ne daigne s'arrêter que sur un seul des 37 numéros, zéro y compris… Pourtant, le joueur de casino est dans une posture similaire, il doit ressentir le contexte, ou du moins penser qu'il le fait pour s'en imprégner et que de cet état d'esprit une formulation se dégage de la nuée de possibilités (ici simplissimes… 37 au total). Ainsi; le joueur de casino devient un peu voyant, il effectue son rituel personnel sous la forme d'un calcul mystico-mathématique qui doit assurément lui donner une ultime solution dans la réalité tangible qu'impose la sacro-sainte boule.

L'approche du facteur Chance via l'image du joueur me semble excellente quoiqu'évidemment fausse en ce qui concerne la complexité des possibilités de la Réalité, laquelle fait appel à une infinité de paramètres et de règles superposées. Dans cette optique, tout comme un autre type de joueur tel le bon joueur d'Échecs, ce dernier n'envisage ou ne calcule que les coups significatifs et gagnants, il ne perd absolument pas de temps ni d'énergie à concevoir les variantes peu probables (mais pourtant jouables) et ne garde que les chemins qui aboutissent au but recherché, ici l'échec et mat.

En Magie, il en va de même qu'aux Échecs, le praticien ne s'embarrasse pas de tous les possibles, bien au contraire, il gère une vue générale du "contexte" un peu selon le principe de simplicité du rasoir d'Okham ("Pluralitas non est ponenda sine necessitate" : "Les multiples ne doivent pas être utilisés sans nécessité") qui consiste donc à considérer d'emblée la méthode la plus économe (en tout : règles, énergie, temps, etc.) afin de ne garder que l'essentiel. Il va sans dire que si le joueur d'Échecs devait calculer systématiquement toutes les combinaisons du jeu à chaque coup, il lui faudrait plusieurs vies pour commencer ne serait-ce qu'une seule partie ! De même, le praticien des Arts de la Magie effectue ses rituels avec les éléments les plus essentiels de ce qu'il aura intégré comme informations capitales dans le contexte du demandeur…

La grande différence entre le joueur d'Échecs et le Chaman, c'est que l'un joue sur un échiquier avec l'expérience du jeu dont il conçoit de manière acquise que certains coups à jouer sont meilleurs que d'autres, là où le chaman exerce ses talents ésotériques innés sur "l'échiquier de la vie" en ayant écouté le récit existentiel du demandeur, dans un but et dans un contexte à chaque fois différent. Ce sont sa Connaissance et son Don qui font agir le chaman afin de le faire tendre vers l'accomplissement de l'objectif fixé, vers "ce gain de la partie" en effectuant les éléments du rituel comme autant de coups gagnants que ceux du joueur d'Échecs.

Les rituels de haute Magie sont de cette quintessence ésotérique, de celle qui, comme les Grands Maîtres aux Échecs, permet aux Chamans les plus expérimentés d'aller encore plus loin dans l'accomplissement de la réussite en imposant une puissance inégalée lors de la réalisation de certains rituels complexes. "Provoquer la Chance" fait partie de ces objectifs suprêmes, à la fois difficiles techniquement à réaliser car demandant une expérience sur de longues années, mais aussi extrêmement vorace en terme d'énergie spirituelle. De plus, forcer la Chance dans un but précis doit aussi être approuvé karmiquement en respectant les Grandes Lois avec l'accord explicite des entités gardiennes (du demandeur et du praticien). Autant dire qu'il n'est pas simple d'y parvenir en un claquement de doigts !

Évidemment, provoquer la Chance c'est aussi et surtout au préalable savoir se protéger efficacement de tout contexte négatif qui viendrait s'interposer sur le chemin de la réalisation de l'objectif et du rituel… Aussi, non seulement faut-il avoir le talent pour envisager et concrétiser la réussite de l'objectif via le rituel, mais aussi doit-on se protéger de toute entrave qui viendrait perturber cette réalisation. Cela implique obligatoirement un deuxième travail ésotérique bien cadré de la part du praticien, en effectuant le ou les rituels de protections adéquats et ciblés en fonction du contexte et du but envisagé.

Mais peut-on réellement provoquer la Chance dans toutes sortes de situations ou de buts recherchés ? Certainement pas. Comme je l'ai déjà signalé précédemment, certaines demandes sont tout à fait impossibles du fait qu'elles transgressent les Grandes Lois. Par exemple, pour faire simple et radicalement explicite : imposer la Chance de ne jamais mourir… De même, provoquer la Chance pour soi est une chose mais la provoquer au détriment d'une autre personne n'est pas acceptable (ou bien seulement dans de très rares cas où les karmas des intéressés sont intimement liés).

J'ai très souvent des demandes de personnes qui désirent tout simplement non pas provoquer la Chance mais en "avoir un peu plus", en d'autres mots : ces personnes sont basiquement malchanceuses et désirent avant tout rééquilibrer la balance. Dans cette perspective, il faut encore une fois étudier le karma des personnes pour s'assurer que ce déficit de chance n'est pas imposé sur leur parcours existentiel pour de bonnes raisons, ce qui revient à dire que si malchance il y a c'est que ce paramètre fait partie du développement initiatique de ces personnes et qu'il est nécessaire de ne pas s'interposer à cette volonté karmique.

Dans tous les cas je reste à votre disposition en qualité de chaman en exercice pour guider vos demandes et analyser avec vous les possibilités de provoquer ce "facteur Chance" dans certains domaines et objectifs qui vous concerne, le tout en étant parfaitement en accord avec les grandes Lois et l'aspect karmique de chacun. Pour ce faire, vous pouvez me joindre directement par téléphone aux 01.43.48.83.01 ou 06.09.11.94.56 (numéros non surtaxés) ou bien simplement en m'envoyant un message via mon formulaire (cliquez sur ma bannière ci-dessous) afin de m'expliquer vitre problématique. À très bientôt et… que la Chance vous sourit !

Jean-Pascal BRUNO

banniere-470x62.jpg

Partager cet article

Published by Sorcier Chaman
commenter cet article
24 mai 2015 7 24 /05 /mai /2015 20:41

Dans le domaine des affaires, de la finance et du commerce, faire fortune est synonyme de pouvoir et d'intelligence, sans compter de la gloire qui vient alors rapidement frapper à la porte de ces personnes qui ont trouvé le moyen, tels d'heureux Midas, de transformer tout ce qu'elles touchent en or sonnant et trébuchant !  Disposer d'une telle capacité pourrait rester au registre des mythes et des fables, pourtant nous savons tous que certaines personnes, qui n'avaient au départ rien d'exceptionnel, ont réussi là où d'autres n'ont jamais décollé de la piste d'envol. Alors, pourquoi et surtout comment ces personnes ont-elles pu accéder aussi rapidement au firmament du monde des affaires ? Par quel secret sont-elles donc devenues à la fois si charismatiques et si riches, enchaînant irrémédiablement succès sur succès !

Et finalement presque tout est dit, et nous le savons tous : ce n'est pas en ayant des capacités intellectuelles surhumaines que l'on s'enrichit, ni en étant bardé de diplômes, mais plutôt grâce à une véritable et puissante attitude de gagnant et à une volonté farouche et indéfectible de réussite. Gagner en affaires, faire fructifier son commerce et donc multiplier ses gains financiers, tout ceci relève avant tout de la force de caractère et de cette volonté souveraine d'y arriver !

Alors, nous avons tous connu au moins une personne de notre entourage disposer d'une énergie sans limites et d'une volonté d'acier, aller directement au but chercher et ramasser le succès comme l'on cueille de simples fruits sur un arbre, juste à tendre la main pour voir tomber les uns après les autres les fructueux contrats et voir s'envoler le chiffre d'affaires au-delà de la normale ! Et à ce moment précis, l'on sait que ces personnes ont un incroyable secret de réussite, qu'elles puisent dans une sorte de corne d'abondance magique, en deux mots qu'elles sont forcément aidées par une "bonne étoile", un peu… surnaturelle !

J'ai personnellement connu un camarade de classe de collège  (il y a longtemps déjà…) qui n'avait vraiment rien d'exceptionnel, pas de don spécial, aucune fantastique capacité intellectuelle ni un esprit particulièrement brillant. Pourtant, je l'ai revu quelques années plus tard par un heureux hasard lors d'un voyage dans ma famille au Brésil et ce fut le choc de voir un homme d'affaires avisé et sûr de lui, richissime et en pleine ascension en ce qui concerne ses sociétés fleurissantes. Au bout d'une petite heure de discussion il me confia que tout ce qu'il avait acquis il le devait d'abord grâce à sa force de volonté mais qu'il n'aurait jamais réussi sans certains rituels de magie blanche effectués pour lui par ce qu'il appelait son "associé secret", c'est-à-dire le sorcier-chaman de son village natal !

Évidemment, à cette histoire est resté ancrée dans ma mémoire et a contribué pour beaucoup à mon propre parcours professionnel en qualité de Chaman, d'autant plus que dans ma famille nous avions le "Don", j'en profite pour remercier ma grand-mère pour tout ce qu'elle a pu m'apprendre à ce sujet lorsque j'étais plus jeune ! Aujourd'hui, je sais que la magie et ses rituels agissent véritablement sur les choix que nous effectuons, à prendre tel chemin plutôt qu'un autre, et surtout à ce que nos entités personnelles peuvent nous apporter de crucial et positif pour ces choix existentiels.

En ce qui concerne le parcours que nous choisissons d'emprunter durant nos vies au quotidien, certains s'orienteront avec succès vers des domaines comme la médecine ou les sciences, d'autres plus directement vers le commerce, la finance et les affaires. Ensuite, quelle que soit notre motivation, c'est bien une question purement spirituelle que de réussir dans nos choix professionnels, c'est bien ici uniquement de volonté dont il s'agit et d'absolument rien d'autre ! Comme je l'ai souligné, nos parcours existentiels peuvent être très différents mais nous ne pouvons rien envisager sans une volonté d'agir de manière résolue.

En magie, et je l'ai déjà souligné à maintes reprises, le succès du rituel effectué par le praticien réside avant tout sur la capacité du demandeur à pouvoir porter spirituellement la charge de ce rituel grâce à sa volonté, auquel cas le rituel n'étant pas accepté, ni "porté" , ni assumé pleinement avec la force et le libre arbitre nécessaires, celui-ci n'aboutit strictement sur rien. Par contre, si la volonté est présente et que le rituel est parfaitement défini, alors le succès est pratiquement assuré (reste juste à choisir le moment le plus propice en fonction du contexte en place).

Que cela soit en Amour ou dans un domaine tout aussi complexe que les relations humaines dans le milieu des affaires, l'on croit souvent que le succès d'une entreprise ne réside que sur les épaules de la personne qui projette sa volonté dans son projet. Effectivement cela reste une des clés de la réussite. Mais certains l'ont aussi parfaitement compris : provoquer le succès sans discontinuer est possible, il faut à la fois cette volonté mais aussi entretenir spirituellement le carburant de cette réussite via des rituels, cela est non seulement nécessaire mais indispensable, sinon le feu sacré s'épuise et finit par éteindre.

La magie blanche permet d'acquérir cette énergie illimitée grâce à ses rituels régénérateurs, lesquels non seulement entretiennent cette volonté de réussir mais en augmentent aussi drastiquement la puissance ! Ce n'est pas un hasard si les plus grandes fortunes du monde consultent régulièrement les professionnels des Arts ésotériques et leur demandent instamment de recourir à cette manne énergétique qui donne des ailes à tous les projets qu'ils entreprennent… en sachant que le succès appelle le succès et que l'inertie habituelle des Lois du chaos (dont celle de l'entropie qui affecte tout système) devient alors obsolète et inopérante. De facto, toute opération, soumise à un tel surrégime d'énergie et de volonté d'agir, ne peut que réussir.

Dans le cadre de mon activité professionnelle et en qualité de chaman, je préconise vivement d'avoir recours aux rituels de magie blanche afin de doper cette volonté de gagner qui est en chacun de nous, de la développer et d'en faire un outil de réussite sur le plan de l'activité commerciale ou financière. Cette énergie positive est accessible à tous pour peu que l'on analyse le contexte en cours et que l'on sache aussi "porter le bon rituel". Dans cette perspective j'effectue l'ensemble des travaux qui consistent à trouver le meilleur moment pour agir avec le rituel le plus adapté à la situation qui m'est présentée.

Pour toute demande d'information n'hésitez pas à me contacter directement par téléphone pour en discuter aux 01.43.48.83.01 ou 06.09.11.94.56 (numéros non surtaxés) ou bien envoyez-moi un message via le formulaire de mon site en cliquant sur ma bannière qui est ci-dessous. À très bientôt, et dorénavant ne perdez plus le temps précieux qui vous sera nécessaire pour déclencher le succès dans vos entreprises, investissez en vous-même et dans ce rituel qui vous ressemble et qui n'attend que votre feu vert !

Jean-Pascal BRUNO

banniere-470x62.jpg

Partager cet article

Published by Sorcier Chaman
commenter cet article
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 17:23

J'ai déjà plusieurs fois abordé le thème de l'emprise ou de l'envoûtement, voire aussi de la possession, et bien évidemment vous n'avez nul besoin d'être initié de haut vol pour comprendre que ces états sont généralement extrêmement négatifs pour ceux qui les subissent puisqu'ici rien n'est désiré ou voulu, tout est imposé sans consentement ni aucun libre arbitre! Mais, pourtant il existe des rituels de haute magie qui permettent d'asservir des individus de manière ponctuelle pour des objectifs bien précis qui ne sont pas toujours orientés négativement sur le long terme et qui peuvent même leur rendre service, "karmiquement" parlant.

En Magie, les notions d'orientations négatives ou positives sont d'une relativité avérée si l'on parle de manière globale sans référentiel bien établi, en effet, ce qui est bon aujourd'hui peut aboutir demain à une catastrophe et même y contribuer directement. A noter que l'inverse est vrai aussi, c'est-à-dire qu'une action ou un fait négatif peut paradoxalement générer une situation grandement positive, directement ou indirectement par effet de ricochet ou de contrecoup.

Est-ce à dire alors qu'il faudrait légitimiser les actes négatifs au même titre que ceux qui sont qualifiés et reconnus comme pleinement positifs ? Dans le monde simplifié des profanes, a contrario de celui des initiés, chaque action, chaque pensée ou chaque contexte est défini avec sa visible et indéniable proportionnalité de bien et de mal, ainsi tout semble facile et totalement transparent ! En vérité, car nous le savons tous au fond de nous-mêmes, il nous est arrivé de penser vouloir et pouvoir bien faire, même agir très positivement selon nos propres critères, et pourtant d'interagir avec autrui dans ce contexte "positivant" avec un résultat totalement inverse, en d'autres mots: complètement désastreux…

Alors, pourquoi de telles méprises ou bien erreurs de jugement en ce qui concerne telle ou telle situation, positive ou négative ? Dans quelle mesure peut-on encore prendre le risque d'aller dans une direction sans aller directement droit dans le mur ou dans une impasse ? Et notre propre jugement est-il forcément partagé par ceux qui sont dans le même contexte que nous… n'avons-nous pas notre propre part d'ombre et de lumière qui finalement place notre échelle de valeurs sur un curseur différent ?

Les rituels d'emprise, surtout lorsqu'ils sont appliqués au domaine de l'amour ou de la séduction, sont forcément associés à autrui et donc portent directement "à conséquences" (pour ne pas dire "atteinte") sur les protagonistes en modifiant leur parcours existentiel initial. Mais là où le profane pourrait effectivement toujours y voir justement une atteinte ou une violation de l'individu qui subit, l'initié y voit toute autre chose : une potentialité d'agir non pas positivement ou négativement mais "d'agir karmiquement".

C'est ici que tout prend son sens véritable dans un champ de compréhension et d'application "élargi" puisque c'est d'une potentialité à évoluer dont il s'agit plus que d'une notion pure et simple d'agir selon les critères habituels de bien ou de mal, disons-le plus directement, selon un point de vue tronqué exclusivement judéo-chrétien.

L'ésotérisme va beaucoup plus loin en terme d'analyse et ne tranche pas quant à la valeur d'une action, celle-ci dispose de son propre potentiel à faire "avancer exitentiellement", sur une voie ou sur une autre, mais jamais totalement et irrémédiablement mauvaise ou bonne, ces deux notions tranchées et alternatives n'ayant pas de véritable sens si l'on dispose d'un point de vue holistique où l'ensemble des conséquences ("bonnes ou mauvaises") s'annule de facto sur les échelles de temps et d'interactions, à court, moyen et long terme. Il est vrai et légitime d'avoir des difficultés à comprendre cette vérité qui dépasse nos normes établies.

Dans cette perspective élargie, aucun professionnel des Arts Magiques ne s'opposera à agir en toute sérénité dans le cas d'une demande de rituel d'emprise, qu'elle soit sexuelle, affective ou psychique, ceci fait partie d'une potentialité existentielle à expérimenter sans aucun tabou et en accord avec les Grandes lois qui permettent les situations complexes (positives ou négatives) du moment qu'elles apportent une expérience initiatique. Finalement, cela revient à dire que quoi qu'il arrive, de bon ou de moins bon, c'est l'épreuve elle-même qui permet d'évoluer et donc de gagner en expérience karmique, même si l'action initiatrice est difficile à porter.

Ainsi, les demandes de rituels ayant ponctuellement des finalités d'emprises sexuelles, affectives ou psychiques, peuvent apporter cette intéressante potentialité karmique à toutes les parties concernées et de cette façon les faire évoluer.

Les principales demandes qui viennent à moi sont néanmoins plus axées sur ce que j'appelle un "levier affectif", c'est à dire un renforcement du contexte dans le sens d'une augmentation de l'attraction et de la séduction à des fins d'union. Dans ce cas, la magie rouge est tout à fait appropriée à forcer le contexte en présence pour agir sur le désir, tant sexuel qu'émotionnel ou mental, nul besoin d'aller chercher la magie noire pour provoquer une dépendance amoureuse ! Souvent, c'est ce que l'on me suggère : "un rituel de magie noire pour une emprise sexuelle"… Non, c'est bien méconnaître la plus destructrice des magies que d'aller chercher des forces démoniaques incontrôlables pour une affaire de sentiments ou de sexe !

Si vous désirez que j'étudie avec vous la possibilité d'effectuer des rituels à des fins de séduction ou de dépendance affective (voire psychique puisque cela est associé), n'hésitez pas à me contacter pour discuter ensemble de vos besoins réels et des travaux à envisager. Pour ce faire, vous pouvez me joindre directement par téléphone aux 01.43.48.83.01 ou 06.09.11.94.56 (numéros non surtaxés) ou bien m'envoyer un message via formulaire en cliquant sur ma bannière ci-dessous. A très bientôt pour que la magie de la séduction ne soit plus un secret pour vous !

Jean-Pascal BRUNO

banniere-470x62.jpg

Partager cet article

Published by Sorcier Chaman
commenter cet article
30 avril 2015 4 30 /04 /avril /2015 16:58

Pour beaucoup d'entre nous, la première image de Merlin l'Enchanteur qui vient immédiatement à l'esprit c'est celle du dessin animé du même nom, puis vient ensuite celle des chevaliers de la Table ronde et de la fantastique légende Arthurienne. Mais le mythe de Merlin repose pourtant sur des réalités historiques, et le personnage, même s'il n'a pas existé tel qu'il est intégralement présenté, a certainement existé en qualité de druide et de sorcier de grande renommée. Ceci dit, les légendes rejoignent souvent effectivement la réalité en empruntant aussi le chemin de "l'inconscient collectif", lequel en matière de magie peut forcer tous les possibles !

Pour reprendre une nouvelle fois un terme Jungien bien adapté, l'on voit d'ailleurs en Merlin "l'archétype" même de l'homme disposant de pouvoirs équivalant à ceux d'un dieu, ce qui n'aurait pas non plus déplu à Nietzsche avec sa notion de surhomme… En étudiant plus en avant son ascendance généalogique (forcément très floue), la légende voudrait que Merlin soit issu de l'union d'une femme et d'un démon, plus précisément d'un être démoniaque mâle appelé "incube". Lorsque l'on sait que l'incube dispose de pouvoirs magiques apparentés au dieu Pan ou au Faune de la mythologie romaine (idem Satyre de la mythologie grecque), l'on imagine alors la transmission de ces mêmes pouvoirs ou de capacités magiques extraordinaires.

À n'en pas douter, par cette filiation hors du commun, notre enchanteur aura en lui des dons le prédisposant à être très proche de la Nature et à en tirer toute sa puissance de manière totalement légitime. Encore une fois, la légende dit aussi qu'à sa naissance, Merlin savait déjà parler et lire couramment, ce qui en faisait de facto un savant doué d'une grande intelligence et d'un savoir acquit "au-delà du normal", c'est le moins que l'on puisse dire !  En ce qui concerne plus précisément les origines de l'histoire légendaire de Merlin, elles sont tout aussi confuses car voyageant certainement des pays gallois vers les pays bretons, et vice vers ça, il y a une forme anglo-normande du personnage qui a ainsi évolué en se nourrissant de cultures riches dont les folklores ancestraux de part et d'autre de la manche sont d'excellents terreaux pour l'imaginaire.

Sur ce point, celui des origines, le nom même de Merlin est une sorte de mystère à lui seul qui peut nous en apprendre beaucoup ou bien nous égarer, ainsi certains y voient une forme initiale bretonne en "Murlu", d'autres sous le très gallois "Myrdhinn" en passant par des sonorités latines plus explicites via le nom "Merlinus". Toujours est-il que le sens que l'on pourrait y voir, ou bien en tirer une sorte de traduction, s'approcherait de celui du "merle blanc", oiseau en lequel il pourrait le plus couramment se métamorphoser.

Une approche plus druidique du personnage de Merlin semble aussi être une bonne piste, puisqu'avec sa paternité sylvestre, ses dons innés lui auraient apporté une grande aisance pour utiliser ou pour charmer toutes les formes de vie animale ou végétale de la forêt (de Brocéliande ou de Britania), d'où très certainement ce qualificatif explicite de Merlin "l'enchanteur" appliqué aux forces de la nature qu'il pourrait totalement maîtriser. Cette image "d'homme des bois" n'est pourtant qu'un des aspects significatifs qui caractérisent Merlin dont les pouvoirs dépassent largement ceux d'un simple druide avec des pouvoirs d'enchantement. En effet, l'on prête surtout à Merlin la capacité extraordinaire de prophétiser, c'est-à-dire de prédire les évènements, voire de pouvoir voyager à sa guise dans le temps, à la fois dans le passé mais aussi dans le futur.

C'est cet immense pouvoir de connaissance du passé et de l'avenir qui en fait véritablement le plus grand sorcier ou mage de tous les temps et lui permet d'être au service des rois et des chevaliers. La légende arthurienne avec sa quête du Graal le place sur un piédestal sacré hautement positif orienté résolument vers le bien. Pourtant, ses autres capacités magiques, notamment celle de métamorphose en animal ou bien de prendre l'apparence de toute autre personne, lui donne une aura plus sombre et plus maléfique.

Notons en passant qu'il y a d'évidentes similitudes entre les pouvoirs de Merlin et ceux de la plupart des Chamans pratiquant la plus haute des magies. Même si la métamorphose n'est que spirituelle, le chaman peut lui aussi à son aise se transformer en oiseau ou en tout autre animal de la forêt, de même qu'il sait parler aux ancêtres et par conséquent connaître le passé de toute chose, tout en se projetant dans l'avenir durant ses transes divinatoires et ses questions aux entités supérieures.

Ami des puissants, notamment du Roi Arthur qu'il conseille, Merlin n'en reste pas pour autant un homme de cour qui perd sa liberté en étant "au service de", bien au contraire il dispense son savoir en toute connaissance de cause et utilité à des fins uniquement positives en accord avec les Grandes lois Naturelles qu'il respecte. Pour autant, dans la légende Arthurienne, il échoue plusieurs fois, d'une part à sauver le roi, d'autre part en ce qui concerne sa propre vie sentimentale ou amoureuse, et enfin son échec principal sera caractérisé par la perte de ses pouvoirs de divination et par sa défaite face aux forces du mal (la fée Morgane) qui sauront contenir sa puissance en l'enfermant dans un cercle magique (certains disent aussi qu'il fut enfermé dans un menhir).

Historiquement, de nombreux magiciens au fil du temps se sont revendiqué héritiers de Merlin comme figure emblématique et éminemment symbolique d'une puissance magique qu'ils voulaient s'approprier en partie pour la gloire et surtout pour la fortune. Mais il faut croire que le mythe a su dépasser de loin la réalité en faisant passer à la postérité cet Enchanteur que l'on retrouve, il est vrai, un peu aussi dans toutes les oeuvres littéraires "d'héroïque fantaisie" ou de productions cinématographiques du même genre artistique, il y a certainement du Merlin dans le Gandalf du seigneur des anneaux ou bien du Dumbledore (Harry Potter).

Comment conclure sur ce personnage si ce n'est que, même issu de l'imaginaire, et donc étant un personnage fictif dans la réalité, sa puissance symbolique existe réellement. Le Monde de l'Imaginaire et des symboles est une réalité pour les chamans et les sorciers qui pratiquent chaque jour des rituels faisant appel à cet univers qui englobe notre réalité visible. Les profanes peuvent donc dire merci à Merlin l'Enchanteur pour leur avoir dévoilé une petite partie du secret des initiés. Par ailleurs, si vous désirez effectivement vous entretenir avec moi sur ce sujet ou bien me demander d'effectuer un rituel dans le cadre de mon activité professionnelle, alors n'hésitez pas : en me téléphonant directement aux 01.43.48.83.01 ou 06.09.11.94.56 (numéros non surtaxés) ou bien en m'envoyant un message (via formulaire en cliquant sur ma bannière ci-dessous).

À très bientôt, et pensez à vous promener en Forêt de Brocéliande, l'esprit magique de Merlin vous y attend !

Jean-pascal BRUNO

banniere-470x62.jpg

Partager cet article

Published by Sorcier Chaman
commenter cet article
22 avril 2015 3 22 /04 /avril /2015 15:13

En Amour rien n'est jamais gagné ni décidé d'avance, et il n'est pas rare d'être à plusieurs sur les traces du même lièvre ou bien à l'affût de la biche du bois, si j'ose dire… D'ailleurs, la comparaison avec la chasse n'est pas un hasard, ni de moi, et fait partie des mentalités habituelles en matière de quête amoureuse parfois aussi assimilée à une sorte de sport ou de course…  Bien évidemment, c'est surtout d'un marathon dont il s'agit et non d'une simple balade d'agrément, la quête amoureuse se transforme vite en compétition ! Alors, comment doper ses chances ? Ralentir un peu les adversaires grâce à la magie sembke une assez bonne première option pour gagner la course !

Il existe de multiples types de rituels qui permettent de prendre un avantage sur un(e) rival(e) lorsque la compétition amoureuse fait rage, mais en général trois grandes options efficaces restent de mise : soit se fortifier dans la course (l'équivalent d'une sorte de dopage magique), ou bien au contraire ralentir les autres coureurs comme je l'ai dit précédemment, ou bien plus radical encore en les disqualifiant de la compétition. L'on peut à loisir aussi utiliser les trois méthodes conjuguées ou de manière successive afin qu'à un moment ou à un autre l'une fonctionne au bout du compte assez rapidement. Mais, justement n'allons pas trop vite en besogne non plus...

D'ailleurs, ne nous y trompons pas, le facteur temps est souvent primordial en matière de relations amoureuses. Rester sans agir c'est un peu comme faire du sur place là où tous les autres avancent… Ne pas aller assez vite c'est se laisser distancer… et plus encore terrible : aller trop vite c'est exactement comme galoper dans une course de trot : c'est direct la disqualification en passant la ligne, pourtant en tête ! Le bon timing est effectivement le véritable souverain en Amour.

Alors, revenons à notre thème en toute connaissance de cause et passons en revue nos trois options de rituels. Le tout premier me semble le plus juste car il met en avant les possibilités et les ressources de la personne ainsi que sa volonté d'aboutir, en d'autres mots un rituel spécifique afin de fortifier ses capacités naturelles de séduction est une assez bonne réponse pour se démarquer du peloton, notamment s'il y a une forte concurrence. Ici la Magie Blanche pour fortifier le corps et l'assainir, plus un soupçon de Magie Rouge pour renforcer la libido et les capacités de séduction devrait donner d'excellents résultats assez rapidement. N'allons pas parler de dopage magique… mais cela y ressemble un peu !

Dans cette première configuration où l'on travaille sur soi pour s'améliorer, il est plus que nécessaire de bien dialoguer pour que le praticien en Arts magiques sache effectivement parfaitement juger des capacités en présence mais aussi du contexte amoureux pour doser au mieux les rituels. En règle générale il faut néanmoins quelques semaines pour aboutir à un premier résultat significatif si le demandeur a bien suivi à la lettre les conseils du praticien et si ce dernier dispose des bonnes informations en temps réel. Si jamais cette méthode ne suffit pas, ou bien si la concurrence amoureuse persiste, alors il faut assez rapidement s'attaquer à tout ce qui entrave l'action, et donc passer à la deuxième méthode, souvent en complément (c'est-à-dire continuer aussi les travaux sur soi, c'est toujours un avantage à conserver !).

Comme au jeu d'Échecs, "la meilleurs défense c'est l'attaque !" donc si l'on cherche à vous marcher sur les pieds et à contrecarrer vos objectifs amoureux : il faut contre-attaquer ! Un peu guerrier mais décidément plus actif sur le terrain, après avoir renforcé ses armes, il faut maintenant les utiliser et même aller jusqu'au dynamitage des défenses adverses, c'est la deuxième option. Je reconnais qu'attaquer de front n'est pas toujours la bonne solution, cela entraîne généralement une guerre de tranchées où la surenchère va coûter cher en énergie et… pas forcément porter ses fruits si l'objectif est perdu de vu. En effet, en Amour l'on a une vision de la guerre entre prétendant(e)s qui peut s'avérer très négative au final s'il ne reste que le conflit visible, donc : toujours avancer ses pions avec prudence, et intelligence.

C'est un peu le rôle d'une magie mi-rouge mi-noire que d'aller sur ce terrain avec des petites mines antipersonnelles (pour comparer...), par conséquent les rituels seront beaucoup plus puissants et… destructeurs aussi. Encore une fois, bien vérifier que le contexte s'y prête est une priorité afin que le but, qui reste d'écarter toute rivalité amoureuse, ne se transforme pas en dommage collatéral sur l'objectif principal de la quête, c'est ici le risque à prendre si l'on est vraiment pressé par le temps et uniquement dans ce cas.

Nous venons de voir une solution intermédiaire moyennement satisfaisante selon moi, je reste sur mon opinion que le domaine de l'Amour ne doit pas être transformé en champ de bataille même si parfois le temps nous est compté pour atteindre un objectif plus rapidement qu'à la normale. Reste la troisième solution, encore plus offensive et surtout directe puisqu’elle s'attaque résolument à toute personne qui se met en travers de l'objectif dans un seul but assez malfaisant : nuire gravement !

Dans cette troisième et dernière solution, nous montons crescendo en terme de puissance dévastatrice et négative en passant directement à la Magie Noire, sur des rituels qui visent à "sortir du jeu" l'adversaire… En règle générale l'on s'arrête à la deuxième solution du terrain miné sans en arriver aux missiles ! Mais, il faut de tout pour faire un monde et puis vous connaissez très certainement la "Loi de Murphy" : s'il existe une solution, même catastrophique, alors un jour quelqu'un la choisira ! C'est un peu le cas pour ici, vouloir "éliminer" un ou une rivale amoureuse en prenant le mot au pied de la lettre, cela n'est pas courant mais reste tout à fait possible…

En qualité de sorcier chaman, et sans dévoiler de grands secrets déontologiques, la voie de la magie noire pour régler une affaire de coeur n'est pas si anecdotique et j'ai de nombreuses propositions chaque semaine ! Ceci dit, quand j'explique dans le détail le contrecoup d'un rituel noir, alors beaucoup reviennent à la raison assez rapidement tant la charge négative pourra corrompre la réussite future de l'opération. Restons donc dans le positif en affaire d'Amour, n'hésitez pas à me contacter pour en discuter si vous avez  un problème de rivalité amoureuse à traiter avec le rituel qui convient spécifiquement à la situation. Envoyez-moi un message en cliquant simplement sur ma bannière web ci-dessous ou bien plus directement par téléphone aux  01.43.48.83.01 ou 06.09.11.94.56 (numéros non surtaxés). À bientôt et surtout : en magie aussi, faites l'Amour, pas la Guerre !

Jean-Pascal BRUNO

banniere-470x62.jpg

Partager cet article

Published by Sorcier Chaman - dans rivalité amoureuse
commenter cet article
12 avril 2015 7 12 /04 /avril /2015 17:40

Bien souvent les rêves expriment des situations absurdes dans les lieux inconnus avec des personnes qui ne nous sont pas étrangères sans pour autant qu'elles soient celles que l'on connaît habituellement. Il y a dans ce souvenir onirique comme un reflet de réalité tellement prenant qu'au moment de se réveiller l'on ne sait plus trop ni d'où l'on n’émerge exactement, ni encore tout à fait où l'on n’arrive… Cette notion de voyage, en nous même d'abord est une certitude, mais le rêve n'a-t-il pas ce sens caché qu'on lui prête, n'a-t-il pas une autre dimension proche de la réalité ou encastrée dans celle-ci ? Et puis, qu'est-ce que la réalité ? La Vie n'est-elle pas un rêve éveillé d'une certaine réalité que nous construisons à chaque instant ?

Nous avons beaucoup de certitudes quant à notre environnement naturel, ce qui nous entoure nous est familier parce que nous n'en avons jamais douté, et ce réflexe est une certitude depuis que nous sommes nés. Remettre en question l'existence de notre environnement serait aussi nous nier nous-mêmes pleinement et peut-être disparaître… pour un autre rêve de réalité. Les Chamans croient en une double réalité, celle du monde visible et celle des Esprits. Les deux ne font qu'une pour les initiés qui pensent et savent que notre monde est multiple dans sa propre conception de Réalité qui n'est finalement qu'une construction subjective de nos certitudes personnelles. Chacun voit donc Sa Réalité et tous se croisent dans une Réalité commune.

Le psychanalyste C.G. Jung voyait dans cette notion de Réalité commune celle d'un "inconscient collectif" qui s'exprimerait à nous comme une somme de nos valeurs humaines partagées, ceci n'est pas si éloigné du "Monde des Esprits" des initiés chamans qui représente une sorte d'entité globale des êtres qui "ont été" (esprits des morts ou des anciens), laquelle peut interférer avec le monde d'en bas et guider la tribu des mortels. Mais ce ne sont pas que des esprits humains désincarnés qui dialoguent avec le chaman, ce sont aussi des forces, celles de la Nature et de la planète tout entière, de la Gaïa grec sous sa forme génératrice de tout ce qui existe et vit.

L'on dit souvent que le voyage chamanique, ou la transe qu'il procure, ressemble à un rêve tant il se calque à la réalité sans pour autant être celle que nous connaissons, c'est ici une autre Réalité surdimensionnée qui donne accès au monde des idées, des symboles et à celui d'une matière multiforme qui prend vie dans une explosion de couleurs et de figures extraordinaires (dans le sens de supraordinaires). Bien entendu, les détracteurs du chamanisme ne verront dans cette débauche de potentialités et de visions qu'une folie engendrée par des substances psychotropes, généralement par ces champignons hallucinogènes ou par ses lianes sacrées qui sont absorbées lors des rituels.

Encore faudrait-il savoir que nos cerveaux regorgent de substances mille fois plus puissantes en matière de psychotropes naturels sous la forme des endorphines corticales. Alors, nul besoin d'aller chercher plus loin quelques drogues, nombre de grands initiés vous diront que l'esprit sait libérer sa propre chimie, pour ne pas dire "alchimie", et que la potentialité du mental dépend aussi de cette faculté à utiliser pleinement ces ressources et facultés. La spiritualité, c'est aussi savoir dompter son environnement, c'est-à-dire sa réalité, pour se l'approprier et ensuite pouvoir mieux la partager. Cette notion d'échange et de partage de sa propre réalité avec autrui ouvre alors un horizon plus large vers une Réalité plus grande.

La notion de croyance arrive alors à point nommé, puisque sans la croyance d'une certaine réalité rien n'existe, rien n'est capté ni échangé, rien n'est généré. Pour rebondir aussi sur les diverses "croyances religieuses", ici aussi il y a une notion de réalité surdimensionnée qui prendrait en compte l'après-vie comme une continuité spirituelle, du soi ou d'une autre chose de nous… En effet, ne sommes-nous pas la goutte d'eau dans l'océan qui cherche à rejoindre ce grand tout ? C'est, par exemple ce que suggèrent les religions asiatiques, notamment le Taoïsme avec cette image aquatique.

Atteindre une autre vision de la réalité par l'ascétisme et la méditation des moines d'Asie ou par les transes chamaniques extatiques, voici deux voies qui mènent chacune à la découverte des relations entre soi-même et l'univers, entre notre monde intérieur et celui qui nous entoure. C'est par ce chemin initiatique qui permet de tisser des liens entre l'esprit et la Spiritualité que passe toute la magie, comme une sublimation de l'ego ou une transmutation du soi en direction d'un Tout. Aller vers ce Tout, vers cet infini, même sans pouvoir l'atteindre, c'est tendre vers cette libération dont parlent les initiés, celle qui dégage l'esprit de la matière.

Dans notre monde moderne, les sociétés occidentalisées ont fabriqué de toutes pièces une réalité factice qui nous éloigne de plus en plus de nos origines et encore plus de ce vers quoi nous devrions tendre naturellement. La réalité de notre monde moderne est fondamentalement construite par de fausses images artificielles sans cesse diffusées par nos écrans d'ordinateur, par nos télévisions, par nos publicités et nos médias. Alors comment effectuer un détachement de cette fausse réalité afin dans un premier temps de retrouver la véritable base naturelle de notre existence pour ensuite pouvoir s'élever sur d'autres horizons plus spirituels ?

La question reste cruciale tant nos sociétés ont su dénaturer profondément jusqu'à nos propres possibilités d'évoluer via le salutaire processus d'initiation qui existe depuis que l'humanité est sortie de l'animalité. Heureusement, nous sommes paradoxalement sauvés par nos rêves ! Ils sont une incontournable passerelle vers une dimension onirique riche en de très multiples situations qui nous confrontent et donc nous initient aussi à les surmonter. L'Humanité sauvée par ses rêves… voici donc peut-être une histoire qui se poursuit et qui pourtant appartient aux traditions indo-américaines millénaires. Ces Indiens presque tous disparus, et dont les derniers chamans expliquent encore aujourd'hui que le Monde sera sauvé in extremis par nos rêves en restaurant la relation avec les esprits de la Nature et de la Terre !

Il y aurait encore beaucoup à dire le sujet de cet article et je vous convie à me contacter si vous désirez en savoir plus ou bien si vous désirez aussi (puisque je suis Sorcier-Chaman) un rituel particulier afin de résoudre une problèmatique personnelle. N'hésitez donc pas à me contacter par téléphone aux 01.43.48.83.01 ou 06.09.11.94.56 (numéros directs et non surtaxés) ou bien via ma bannière ci-dessous pour m'envoyer un message via formulaire. À très bientôt, et ne cessez jamais de rêver votre propre réalité !

Jean-Pascal BRUNO

banniere-470x62.jpg

Partager cet article

Published by Sorcier Chaman - dans Rêves et réalité
commenter cet article
31 mars 2015 2 31 /03 /mars /2015 17:51

Carlos Castañeda et Don Miguel Ruiz ont tous deux su transmettre, chacun à leur manière, l'esprit chamanique via des ouvrages qui ont non seulement été des best-seller à leur époque (respectivement fin des années 60 et fin des années 90), mais surtout ils ont ouvert en grand une nouvelle voie sur un champ d'exploration de l'humain et de la réalité du monde que personne avant eux n'avait osé franchir en offrant leurs perspectives et connaissances au grand public. C'est ici une grande chance que ce savoir nous soit parvenu afin d'expliquer notre Monde sous un angle tout à fait différent avec une sagesse éclairée et libre, celle des chamans Toltèques (prédécesseurs des Aztèques).

Pour Carlos Castañeda, c'est de son initiation par un shaman Yaqui (Mexique) et des révélations sur les pratiques ancestrales que s'amorce cette ouverture à l'occident, alors que pour Don Miguel Ruiz, et presque 30 ans plus tard, celui-ci nous montre la voie à suivre avec "les 4 accords Toltèques", récit à la fois pratique et de vulgarisation. Les deux personnages sont parfaitement emblématiques de leur époque, pour l'un il sera le précurseur du "New Âge", pour l'autre ce sera une grande leçon de sagesse au service du "développement personnel", mais à eux deux ils résument la pensée chamanique dont les principes fondateurs (Toltèques) qui sont les piliers du néochamanisme moderne.

Résumer la pensée chamanique en quelques lignes dans cet article serait un terrible raccourci et une erreur en soi, aussi je donnerai les pistes qui se dégagent de leurs ouvrages tout en recommandant leur lecture et interprétation personnelle, car justement c'est ici l'un des enseignements que de se faire soi-même sa propre approche de la Connaissance ésotérique puisque celle-ci se base sur l'aspect empirique de l'expérience personnelle et de l'initiation vécue…

L'initiation chamanique est souvent perturbante, douloureuse et très longue, j'en ai parlé sur mon précédent article, et il est donc impératif de vivre pleinement ce parcours pour en ressentir en soi l'enseignement et en tirer les conclusions, lesquelles seront à la hauteur de l'expérience vécue. Cela se passe en accord avec des convictions renforcées que notre monde soit perçu comme un "rêve éveillé", un univers dans lequel notre liberté ne tient qu'à notre propre force de croire en lui ou de le réinterpréter autrement… c'est l'esprit chamanique, ou alors nous pouvons aussi refuser cette vision et rester sur des convictions plus occidentales, conformes à un esprit purement cartésien, assez formatées pour nous lier (ou nous aliéner) à nos schémas sociétaux habituels.

Il faut savoir que Carlos Castañeda et Don Miguel Ruiz ont chacun restitué cette vision très large d'un Monde plus libre et ouvert dès lors que l'on s'en donne le droit et les moyens. L'enseignement chamanique est un "désapprentissage" de nos certitudes d'Homme moderne pour entrer dans celui de l'Homme véritable, celui qui sait dialoguer librement sans peur avec les forces de la Nature et avec les Esprits invisibles. Ils nous donnent les clefs pour nous défaire de nos habits trop lourds afin de nous mouvoir sans effort dans une réalité agrandie par cette nouvelle vision des choses. Pour ce faire, l'un et l'autre nous apprennent à devenir des Guerriers pour vaincre nos fausses certitudes et les remplacer par des vérités à la fois transcendantes et naturelles.

Don Miguel Ruiz nous fait sur ce point cadeau des "4 accords toltèques". Ce sont quatre grandes règles, apparemment simples, à appliquer personnellement au quotidien afin de se purger de ses propres attitudes et pensées négatives. Ainsi, en appliquant ces quatre lignes directrices nous pouvons tous retrouver une nouvelle énergie "positivée" dans nos actions et dans nos comportements vis-à-vis des autres. Afin que vous n'ayez pas fait le chemin pour rien, je vous livre ces "4 accords toltèques".

Le premier accord est l'un des plus importants, il émane directement de la notion magique du verbe sans que nous nous en rendions toujours vraiment compte : "avoir une parole impeccable" (impeccable étant issu de deux termes latins signifiant "sans péché") cela implique que la parole est active et peut changer le monde en quelques mots, par conséquent chaque phrase prononcée est comme un sortilège et peut avoir des répercutions en fonction de sa charge positive ou négative et ainsi vouloir propager le bien ou le mal. À vous de choisir et d'en porter la responsabilité de manière pleinement responsable sachant que la parole est comme une graine qui va germer...

Le deuxième accord Toltèque : "ne pas prendre les choses personnellement", cela signifie que les évènements et les dires qui circulent autour de nous ne doivent pas nous toucher, ils sont extérieurs et appartiennent à autrui, ils ne doivent pas nous perturber ni nous influencer sur nos propres pensées et actions. Ceci nous protège des fausses valeurs et nous incite à penser par nous-mêmes de manière positive.

Troisième accord : "ne pas faire de supposition". Nous sommes sans cesse tentés d'interpréter les évènements du quotidien pour en faire des hypothèses, puis des croyances… Ainsi il est très facile de tomber progressivement dans des erreurs de raisonnement qui s'enracinent pour devenir des fausses réalités sur des faits ou sur des personnes. Soyez au contraire curieux mais en posant des questions claires ou en étant directement certains de ce qui "est vraiment".

En ce qui concerne le quatrième accord toltèque, il paraît lui aussi évident mais finalement ne l'appliquons-nous pas de manière erronée ? : "toujours faire de son mieux". Souvent, effectivement nos sociétés nous poussent, pour ne pas dire qu’elles nous forcent, à "toujours faire mieux", mais cela n'équivaut pas à "faire de son mieux"… Cette notion est interdépendante de l'Humain et de sa capacité variable à faire les choses. Il ne peut donc pas "faire toujours mieux" jusqu'à l'infini mais se doit de faire "au mieux" en toute responsabilité et bonne conscience d'avoir bien fait.

Toute la pensée chamanique ne se résume évidemment pas à ces 4 règles de vie et je vous invite à me contacter si ce sujet vous intéresse ou si vous avez besoin de résoudre un problème personnel, je pourrai vous y aider. Pour ce faire vous pouvez me joindre directement par téléphone aux 01.43.48.83.01 ou 06.09.11.94.56 (numéros non surtaxés) ou bien m'envoyer un message par formulaire de contact (en cliquant sur ma bannière ci-dessous). À très bientôt et soyez comme le guerrier toltèque, maître de son esprit libre et de sa destinée en écrivant sa réalité !

Jean-Pascal BRUNO, sorcier-chaman

banniere-470x62.jpg

Partager cet article

Published by Sorcier Chaman - dans Sorcier chaman
commenter cet article
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 17:16

Suite à mes deux derniers articles récents, celui sur le Tantrisme et celui sur les Expériences de Mort imminente, dans lesquels l'on voit l'imbrication des cultures ésotériques et les similitudes qui peuvent en émerger de manière assez surprenante, beaucoup de questions de lecteurs assidus restent en suspend et m'interpellent aussi afin d'aller un peu plus loin dans cette sorte de démonstration que la vision de notre Monde est réellement universelle, vue sous l'angle plus large des initiés.

Je dis bien "vision réelle du Monde" afin de dépasser le simple constat de ce que nos sens physiques nous présentent comme réalité matérielle, forcément subjective et imparfaite, mais qui justement (de par son imperfection) a le mérite de plonger le profane dans un contexte prédéfini qui lui permet d'affronter une réalité initiatique tangible, sans être néanmoins conscient du travail qu'il effectue sur lui-même…

C'est cette conscience d'un Monde plus ouvert, au-delà du visible, que cet article va cibler, notamment durant l'initiation chamanique qui ouvre cet état de conscience éclairé dont dispose l'initié de haut niveau lorsqu'il devient chaman. De même, le Livre des Morts tibétain nous donne aussi des clefs assez proches de celles des visions du chaman en ce qui concerne l'au-delà et le monde de l'invisible, ces deux univers se recoupent finalement pour interpréter, chacun avec ses mots, une même réalité transcendée...

Le "Bardo Thödol", ou livre des morts tibétains, explique pas à pas les différentes phases par lesquelles passe celui qui va mourir. C'est un processus durant lequel celui qui vivait dans la matière va progressivement s'en détacher mais aussi et surtout devoir s'en rendre compte par lui-même car, d'une certaine façon, il n'en est pas encore toujours pleinement conscient. Mais le Bardo Thödol est à lui seul une référence initiatique qui dépasse la simple compréhension de la Mort en permettant à celui qui en a l'écoute de dépasser sa condition humaine pour s'en détacher, ce qui est appelé "acte de libération".

Afin de mieux comprendre la philosophie tibétaine, et plus généralement l'esprit du bouddhisme du point de vue des initiés, n'oublions pas que le but principal n'est pas de renaître et ainsi de perpétuer le Samsara ("ce qui circule", ou la transmigration des âmes, le cycle des renaissances), mais plutôt de se détacher de ce cycle de réincarnations successives en accédant au Nirvana (état dépassant la condition humaine et ses attaches existentielles).

Le bouddhisme nous apprend qu'il est possible d'étudier durant sa vie afin de se préparer à rompre le cycle de réincarnation, d'une part en pratiquant des exercices de méditation, en assimilant les connaissances d'un maître spirituel (un guide ou "guru"), et d'autre part en comprenant qu'il faut se préparer à abandonner tous les liens qui nous retiennent ici-bas, ces liens sont : le désir, l'existence et l'ego (pour simplifier). Le livre des morts donne ces informations, comment se défaire des attaches terrestres et atteindre cette nouvelle "clarté de conscience".

En ce qui concerne le Chamanisme, durant l'initiation du candidat, celui-ci doit lui aussi, tout comme le lama bouddhiste, passer par des phases qui vont progressivement sur plusieurs jours lui conférer le statut à part entière de chaman. Dans certaines tribus l'initiation peut même durer plusieurs années auprès d'un vieux chaman, ce qui se rapproche de l'enseignement des moines bouddhistes. Mais la ressemblance la plus évidente entre les deux cultures se situe dans cette approche identique de la Mort, tant initiatique pour le candidat chaman qui doit ainsi abandonner son corps (parfois même le dévorer !) durant des transes où il frôle la folie afin de la dépasser et de s'approcher des esprits, que pour le lama qui apprend à entrer dans un état de conscience telle qu'il doit se défaire lui aussi de ses habits terrestres avec de puissantes visions fantasmagoriques qui lui déchirent les chairs.

Des deux côtés, celui du chaman et du lama, il faut atteindre respectivement l'illumination chamanique et la clarté de conscience, l'un "peut voir même les yeux fermés", l'autre "dépasse la matière par la libération et retour au point zéro" selon le Bardo Thödol. À ce stade de la désincarnation, chacun doit faire encore un ultime choix, pour le chaman en transe finale il doit alors se diriger vers le "pays sans soir ou vers le pays sans lever de soleil", pour le lama il doit choisir entre deux lumières (ou couleurs) qui sont deux états de conscience selon son karma au moment ultime de la mort : une lumière plus terne et fade ou bien une lumière très forte et aveuglante. Selon ces choix, le candidat-chaman sera capable de rejoindre le pays des esprits et donc de devenir un véritable chaman, tandis que le lama tibétain verra ou non son cycle de résurrection se terminer.

Que l'on soit candidat chaman durant son initiation ou bien lama tibétain étudiant le Bardo Thödol, les deux cultures possèdent les mêmes points de repère, les mêmes phases de décorporation, de souffrance et de folie, de détachement et de transe, de choix ultime pour passer de l'autre côté ou pour retourner simple mortel ! Dans les deux cas la notion de dépassement et celle de transmission d'une Connaissance secrète par un initié sont des impératifs nécessaires à l'illumination intérieure ou à l'élévation. Dans les deux cas le récit de la mort, initiatique pour le chaman, et karmique pour le lama, aboutit à une libération de l'être pour son devenir.

Si ce sujet vous intéresse ou bien si vous désirez suivre un enseignement au sein d’un de mes groupes de travail dans le cadre de mon activité professionnelle en qualité de chaman, n'hésitez pas à me contacter, pour ce faire : téléphonez-moi directement aux 01.43.48.83.01 ou 06.09.11.94.56 (numéros non surtaxés), ou bien envoyez-moi simplement un message via mon formulaire de contact en cliquant sur ma bannière web ci-dessous. À très bientôt et n'oubliez pas que la Connaissance est la véritable clef de l'élévation spirituelle, que celle-ci s'apprend et se cultive patiemment !

Jean-Pascal BRUNO, sorcier chaman

banniere-470x62.jpg

Partager cet article

Published by Sorcier Chaman - dans chamanisme et bouddhisme
commenter cet article

Profil

  • Sorcier Chaman
  • Ce Blog vous dévoile quelques secrets du Chamanisme sur le Savoir Esotérique et Magique des sorciers et autres chamans.
  • Ce Blog vous dévoile quelques secrets du Chamanisme sur le Savoir Esotérique et Magique des sorciers et autres chamans.

Etude Gratuite :

http://data.over-blog-kiwi.com/1/48/86/80/20150515/ob_c7701b_etude.jpg

  Pour toute demande de rituel

 magique ou d'étude gratuite 

contactez moi ici sur mon site

Rechercher