Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 octobre 2018 5 26 /10 /octobre /2018 18:46

On a beaucoup épilogué sur les Indiens Tarahumaras ou peuple Raramuri d'une région montagneuse et isolée de Chihuahua au Mexique. Que contrairement aux autres peuplades ils cherchaient à s'isoler afin de mieux perpétuer leurs traditions et se couper du monde occidentalisé, qu'ils avaient des rites secrets qu'ils ne partageaient pas et que leurs chamans pouvaient transporter quiconque en Ciguri, là où la pensée se mêle à l'infini. Sur les traces éphémères de ce peuple et plus précisément de leurs secrets initiatiques, le poète comédien et écrivain Antonin Artaud en 1936 tout comme le philosophe et essayiste Michel Onfray plus récemment et nombre d'autres d'intellectuels et de chercheurs de vérités existentielles ont tenté le voyage initiatique dans ces lieux désolés et arides dont l'approche reste rude tant par le climat inhospitalier que par le décalage avec la modernité dont nous sommes habitués. En effet la vie est difficile dans ces contrées ou rien ou si peu ne pousse sous un Soleil de plomb et des nuits glaciales, où le temps semble s'être arrêté pour laisser le voyageur en pleine contemplation de ce qui l'entoure et surtout de lui-même, de cette intériorité qui permet d'embrasser l'horizon du monde et de s'y placer, minuscule et immense à la fois.

Antonin Artaud, affaibli depuis toujours par la maladie, était parti empli d'un espoir, celui de pourvoir enfin se ressourcer dans ce Mexique mystérieux qui l'appelait et dont il pensait à l'époque que la force vive de ce pays allait intégralement soigner son corps et son âme, en fait il se trompait sur ce point et le souligna à son retour en France dans ses écrits, dépité par tant de déception. Pour autant il découvrit assez de ce qu'il restait de coutumes locales pour expérimenter la "danse du peyotl", c'est-à-dire cette transe agrémentée de cette substance hallucinogène issue de la racine d'un petit cactus afin d'assimiler à sa façon non pas uniquement les effets d'une drogue mais surtout les tréfonds de son esprit au regard et en abîme du monde et des forces naturelles qu'il put capter le temps d'une cérémonie. Il faut dire aussi que le Mexique avait bien auparavant et durablement été dépossédé de presque toute sa culture ancestrale au profit exclusif d'un héritage de substitution qui ne lui appartenait pas, celui de l'occident chrétien, envahisseur de la première heure et fossoyeur appliqué des traditions amérindiennes. Pourtant, les Tarahumaras avaient pu lui apporter une certaine lueur de lucidité spirituelle, ce qu'il recherchait, certes peut être noyée dans les vapeurs psychédéliques des effets de la drogue, mais n'oublions pas qu'il en était adepte depuis de nombreuses années pour en assumer sciemment les délires et consciemment les extases le rapprochant de sa quête de vérité, l'essentiel était donc réalisé, voire accompli.

Un autre homme curieux de tout,  insatiable de connaissances et de cette même vérité que l'on ne peut que vivre et non anticiper, a suivi ses pas sur les terres des Tarahumaras afin peut-être d'en retrouver l'essence tout en gardant l'esprit parfaitement alerte, c'est Michel Onfray. Dans son livre "La pensée qui prend feu - Artaud le Tarahumara", il suit le même chemin et découvre une région encore isolée de tout confort matériel où la tuberculose fait ses ravages et où rien ou presque ne subsiste de la culture ancestrale. Un constat amer qui démontre encore une fois que la mémoire des traditions peut se perdre à tout jamais, tout autant que les civilisations peuvent aussi mourir, telles celles des anciens Toltèques dont seuls les vestiges de pierres persistent et démontrent encore la grandeur perdue des secrets des Dieux en laissant derrière elle l'immense cité de Teotihuacán. Michel Onfray en observateur attentif et érudit nous donne ici un secret, celui de l'expérience in situ des lieux et des hommes pour concevoir et capter cette vérité que seul le voyage et la pérégrination peuvent apporter à l'esprit, au corps et à la curiosité de créer sensiblement du lien avec une réalité tangible directement sur place.

Encore une fois nous ne sommes pas loin du voyage dont j'avais déjà parlé, celui de Carlos Castañeda , des rêves chamaniques et des passes magiques, de la tenségrité ou de ce point d'assemblage de la réalité qui ne peuvent passer que par notre filtre personnel pour s'identifier et exister. Les démarches d'Onfray et d'Artaud ont cette faculté de nous éclairer sur des chemins déjà empruntés mais dont chacun y verra le lien qui lui manque pour compléter sa vision du monde, rien ne peut certainement remplacer cette captation du réel, du contact avec la Nature et le Cosmos, et parfois se détacher de nos propres traditions et habitudes pour s'égarer afin de mieux nous retrouver. C'est par ailleurs le but de l'initiation, nous faire perdre nos points de repère afin d'expérimenter autre chose en complément, ainsi la transe chamanique est de ces expériences essentielles qui peuvent changer notre vision du monde et faire évoluer un état d'esprit enserré dans nos contingences quotidiennes qui ne permettent pas de changer d'angle, ou de bouger ce fameux point d'assemblage pour ajuster autrement la direction de notre pensée.

Les Indiens Tarahumaras sont peut-être encore détenteurs de quelques secrets mais je pense qu'ils nous sont aujourd'hui difficilement atteignables à cause de la distorsion qu'impose partout sur la planète l'uniformité de la mondialisation des idées et des cultures, il est impératif de ne plus perdre de connaissances et d'en préserver la véritable teneur avant qu'il ne soit trop tard, tout comme toutes ces espèces animales qui disparaissent chaque jour, elles sont aussi, à l'image des cultures humaines, des témoignages vivants de l'Histoire de notre planète, elles représentent en ce sens aussi une partie de nous-mêmes que nous perdons. Encore une fois la Nature qui nous entoure, du moins celle qui reste encore, est bien une des clefs ésotériques que les chamans avaient su préserver et comprendre, ils en avaient même fait leurs totems et savaient voyager avec l'esprit du jaguar ou voler avec le vautour urubu pour protéger la forêt et atteindre la cime du ciel. Notre époque est destructrice de nos anciennes valeurs et de toutes nos ressources, si les Tarahuramas avaient encore une parole sacrée à nous transmettre ce serait celle de la préservation, de la contemplation du Soleil et de la Lune, de cette Nature à préserver et d'une quête spirituelle du bonheur en passant par une conscience universelle de nos actes. Espérons seulement qu'il ne soit pas trop tard pour contempler un autre spectacle moins réjouissant, celui d'une Apocalypse annoncée depuis des temps immémoriaux sur les fresques épiques des temples de Teotihuacán ou de Chichén Itzá.

Le sujet n'étant pas clos, je reste à votre disposition pour en discuter ou pour vous aider dans votre démarche personnelle de quête spirituelle. De même, en qualité de chaman en exercice vous pouvez me joindre si vous avez une problématique complexe à résoudre ou un rituel spécifique à effectuer. Contactez-moi très simplement par téléphone aux 01.43.48.83.01 ou 06.09.11.94.56 (numéros directs et non surtaxés) ou bien si vous préférez par écrit en m'expliquant dans le détail et précisément votre demande, ceci en ouvrant mon formulaire de contact (merci de cliquer sur ma bannière web ci-dessous pour ouvrir la page). Je vous dis à très bientôt et n'hésitez pas à lire mes autres articles qui sont en rouge dans ce texte ou sur la colonne de droite de ce blog!

Jean-Pascal BRUNO

banniere-470x62.jpg

Partager cet article

Repost0

commentaires

Etude Gratuite :

http://data.over-blog-kiwi.com/1/48/86/80/20150515/ob_c7701b_etude.jpg

  Pour toute demande de rituel

 magique ou d'étude gratuite 

téléphonez au 06.09.11.94.56

(appel direct et non surtaxé)

ou bien aussi ici sur mon site

Rechercher