20 novembre 2020 5 20 /11 /novembre /2020 20:05

Cet article important fait écho au précédent intitulé "Apocalypse d'aujourd'hui" (du 30/09 à relire ici) qui mettait déjà en scène la marche en avant sécuritaire et l'asservissement qui se profile dans nos sociétés inégalitaires, non seulement en France mais sur toute la planète avec d'obscures forces tirant les ficelles de l'Histoire afin d'organiser un gouvernement mondial autoritaire (voire délibérément dictatorial). La mise en place très rapide d'états d'urgence successifs, tout d'abord un état d'urgence bancaire et financier avec la crise de 2008, un autre plus policier sous couvert d'antiterrorisme, puis enfin un suivant pour motif d'urgence sanitaire, nous pose questions quant aux réponses globalement liberticides et cumulatives apportées au sommet des états mais aussi au sein des grandes structures internationales. Nous avons sans nul doute ici présente l'action d'une "gente dirigeante" mondialisée et élitiste qui s'apparente de plus en plus à une forme de "junte" approuvant et utilisant principalement la force pour conforter ses acquis et rester au pouvoir tout en restreignant drastiquement les libertés non seulement individuelles mais aussi incidemment celles de toutes les oppositions populaires ou revendications citoyennes, ceci de manière indirecte par un violent effet de bande qui ne dit pas ouvertement son nom mais qui ressemble de plus en plus à une dictature dans sa définition la plus proche.

Alors qu'une autre véritable crise majeure bien plus destructrice encore a déjà commencé, cette fois-ci écologique, irréversible, planétaire et systémique, nous devons nous tous interroger très sérieusement sur la ligne d'horizon qui se profile au niveau de l'environnement, dans nos sociétés dégradées mais aussi de la place de l'individu et de son libre arbitre dans un tel étau idéologique et matériel au quotidien. N'oublions pas non plus que toutes ces crises successives n'ont fait qu'accroître l'immense fossé économique entre les plus pauvres et les plus riches (voire les ultra-riches en profitant allègrement), plongeant des populations entières déjà fragilisées dans une terrible précarité sans fin ni perspective, apportant la faillite ou l'endettement pour ceux qui avaient encore un petit commerce, détruisant progressivement les emplois pour ne laisser finalement la place qu'aux très grosses entreprises multinationales avec un marché du travail sous une extrême tension salariale. Qu'on les nomme libéralisme ou capitalisme, ces mots sacro-saints de nos élites psychopathes, ces "maux" qui libèrent les marchés et imposent la libre concurrence dérégulée à outrance avec comme seule et unique perspective le profit financier, ces mots n'ont strictement plus aucun sens ni aucune légitimité s'ils détruisent non seulement les hommes, leur humanité mais aussi le substrat sur lequel ils vivent, c'est-à-dire la planète et son fragile écosystème qui se voit lui aussi dérégulé avec une crise climatique bientôt incontrôlable associée à une perte de l'inestimable trésor que représente notre bien commun: la biodiversité terrestre.

Si les individus ont tous avec certitude "l'intime conscience", chacun dans son for intérieur, de l'ampleur des catastrophes actuellement vécues et de celles à venir pour après-demain, et si de plus chacun n'est plus libre d'en exprimer ouvertement le ressenti et la réalité en la manifestant, alors les pouvoirs en place qui empêchent l'expression de cette conscience populaire et citoyenne sont directement et intimement complices de la destruction de cette liberté d'expression mais aussi assurément de la dégradation de la société qu'ils disent diriger pour le bien de tous… Un mensonge, car ce n'est pas en muselant une vérité qui s'exprime ou en la niant par la force et par la manipulation des esprits, ou bien en l'achetant par la corruption, que l'on dirige une société digne de ce nom, les philosophes de la cité des temps antiques préféreraient tous sans exception boire le poison de la ciguë plutôt que d'adhérer à une telle dépravation politique ou même oser y penser. Impliquer la philosophie dans une telle problématique sociétale n'est pas en soi une hérésie mais au contraire un retour aux sources des fondations de notre humanité, du droit, de la justice, de la liberté et de la notion de pouvoir. Ces questionnements essentiels ont été progressivement écartés et presque reniés par un "libertarianisme" d'origine anglo-saxonne qui n'a strictement rien à voir avec la liberté mais qui au contraire impose la loi du plus fort sur le plus faible en l'affaiblissant encore plus, la loi du plus riche sur le plus pauvre en le mettant en esclavage, en deux mots: la loi de la jungle, bien loin du "liberté, égalité, fraternité" dont toutes les nations nous envient le triptyque républicain depuis la Révolution française…

Mais l'actuelle situation dramatique que nous vivons, notamment cette crise rampante des libertés par leur privation progressive sans retour à la normale, pose aussi un ultime questionnement métaphysique et ésotérique, voire religieux puisque l'intégrité mentale et spirituelle des individus en est profondément altérée, puisque le libre arbitre de chacun en est gravement atténué et manipulé, puisque les perspectives existentielles elles-mêmes sont en jeu dans une partie de poker menteur. Pour les plus initiés d'entre-nous, les plus conscients à long terme, il en va même de la dégradation du processus karmique qui est en cours avec une perturbation générale qui viole les grandes lois ésotériques gouvernant la notion même d'existence, d'épreuve personnelle et de voie spirituelle à suivre. Il va sans dire que cette situation n'est pas anodine et qu'elle pourra être sévèrement "corrigée" de manière universelle si nos sociétés persistent dans cette voie négationniste de la volonté humaine de suivre la règle d'or du libre arbitre qui nous a été offerte. Il est d'ailleurs plus que probable qu'en d'autres temps immémoriaux nous ayons déjà eu affaire à un tel dangereux hiatus de l'Humanité (cycle adamique), lequel ne serait pas ce "grand reset économique" néolibéral que nos élites semblent désirer pour encore plus imposer mondialement leur pouvoir, mais un autre type de "reset" plus apocalyptique que ces mêmes élites ont toujours préféré ignorer tant le véritable pouvoir n'est effectivement pas dans leurs mains… Chacun se fera une idée mais il sera certainement préférable de s'en tenir à un "reset révolutionnaire" historique provoqué et voulu par les Hommes pour reconquérir légitimement leurs droits.

Certains se demanderont en quoi le libre arbitre de chacun, la liberté de tous et les processus karmiques ont un quelconque lien avec les problématiques que nous vivons, et je ne saurais les blâmer de ne pas y voir une évidente vérité surgir, d'autant plus que le "libéralisme" (ou ce "libertarianisme") semble ne pas être en opposition avec ces notions. Encore une fois les mots sont trompeurs et la novlangue qu'Orwell avait su nous exposer dans son ouvrage (1984) demeure l'ennemie de la vérité en déformant le signifiant du terme, voire en l'inversant complètement puisque le libéralisme issu du capitalisme forcené n'a strictement rien de positif en terme de liberté pour tous les individus mais seulement en terme de libéralisme pour une poignée d'entre eux exploitant tous les autres et en les privant de leur liberté. Le libéralisme n'est autre qu'une spoliation de la liberté appartenant au plus grand nombre au profit d'une minorité qui a su imposer sa doctrine (par l'intelligence maligne, par la persuasion, par le mensonge ou par la force). En ce qui concerne l'aspect purement karmique, c'est-à-dire cette notion relative aux actions positives ou négatives en fonction d'un contexte et d'une personne spécifique, il va sans dire qu'elle est liée au libre arbitre de chacun (de faire le bien ou le mal et de prendre toutes les responsabilités "karmiques" de ses actes et de leurs répercutions), et non au fait d'imposer à autrui un acte ou une existence a contrario de sa volonté, c'est-à-dire contre sa liberté de choisir, par conséquent contre le processus même de loi karmique universelle. Notez que s'opposer frontalement et de manière générale au processus karmique en le perturbant n'est pas recommandé et que les répercutions et "corrections" ne vont pas se faire attendre…

Le sujet est vaste et l'actualité nous porte à toujours ouvrir le débat en nous posant chaque jour les bonnes questions, du moins en tentant de nous les poser avec les connaissances dont chacun dispose. Comme d'habitude je reste à votre disposition pour discuter librement des thèmes des articles que je propose et dont je suis certain vous avez une opinion personnelle à exprimer, voire une contradiction à émettre. Je vous propose, non seulement dans ce but de dialogue, de me contacter, mais aussi si vous désirez vous entretenir sur une problématique personnelle dans le cadre de mon activité professionnelle en qualité de sorcier-chaman: ceci par téléphone au 06.09.11.94.56 (numéro direct et non surtaxé) ou bien par écrit en passant par mon formulaire de contact sachant que je réponds à tous les messages (merci de cliquer sur ma bannière ci-dessous pour ouvrir ma page de contact). Je vous dis à très bientôt et portez vous bien dans la résistance que nous impose notre époque face aux injustices et aux incertitudes à venir tout en sachant que vous êtes aussi tous les acteurs de vos destinées avec un libre arbitre qui ne saurait être spolié de sa liberté de penser et de s'exprimer!

Jean-Pascal BRUNO

Partager cet article

Repost0

commentaires

Etude Gratuite :

http://data.over-blog-kiwi.com/1/48/86/80/20150515/ob_c7701b_etude.jpg

  Pour toute demande de rituel

 magique ou d'étude gratuite 

téléphonez au 06.09.11.94.56

(appel direct et non surtaxé)

ou bien aussi ici sur mon site

Rechercher