21 décembre 2018 5 21 /12 /décembre /2018 02:05

Lorsque l’on commence à parler d’égrégore tout le monde s’inquiète, les profanes car ils ne comprennent pas trop ce que cela représente exactement tout en se posant une multitude de questions assez angoissantes, mais les initiés aussi car a contrario eux savent très bien que la réalité tangible qui nous entoure est régie par des forces si puissantes que celles-ci peuvent contrôler des foules entières n’importe où sur le globe et modifier jusqu’à la logique des évènements historiques en cours en nous projetant dans un avenir alternatif parfois meilleur, ou parfois bien plus sombre et aliénant (digne de "l'effet Mandela" ici en explication). Alors effectivement le sujet n’est pas à prendre à la légère, bien au contraire et beaucoup préfèrent se taire ou l’esquiver plutôt que de l’aborder, car le fait même d’en citer le nom et donc d’y faire référence apporte immédiatement l’attention de la chose en question, c’est-à-dire de l’égrégore à l’affût…

Ce qui est d’autant plus problématique en soi c’est justement que chacun dispose aussi de sa propre définition de l’égrégore, même les dictionnaires sont assez peu loquaces (allez voir par vous-même) pour nous en décrire la nature exacte et pour éclairer la lanterne des curieux. Afin de ne laisser personne dans l’incertitude, ou pire, dans l’erreur, j’ai déjà abordé plusieurs fois ce thème (par exemple ici) mais il est toujours bon d’en rappeler les principes: tout d’abord l’égrégore est ce que l’on pourrait nommer « une entité » qui paradoxalement n’appartient pas à notre monde tout en étant générée par lui et agissant aussi sur lui, c’est une « forme-pensée » comme l’aiment à dire certains ésotéristes qui donnent ici une belle définition à la fois subjective à souhait et pourtant assez parlante.

Dans sa nature propre, l’égrégore peut être le fruit (spontané ou volontaire) d’un groupe de plusieurs personnes ayant toutes un point de vue identique, que ce soit une idée, une doctrine, une volonté commune, un sentiment fortement partagé (tel une haine ou au contraire une adoration), d’une manière générale c’est l’énergie dégagée (ou vibration, c’est selon) qui va générer l’égrégore dans un « monde intermédiaire » à la fois hors du notre et interagissant avec le notre. Dans d’autres cas une personne seule peut, si elle dispose néanmoins d’assez de ressources personnelles, de volonté, de savoir-faire et de puissance, créer de toute pièce un égrégore ou en régénérer un déjà en suspend (les archétypes ne meurent pas… ils réapparaissent selon les contextes). Dans cet ordre d’idée l’on peut affirmer que le rituel de magie fait appel à une forme d’égrégore, de forme-pensée agissante, de veilleur qui se réveille en se focalisant sur notre réalité tout en  participant à sa construction.

L’on voit de suite que celui ou ceux qui savent créer, régénérer ou contrôler un égrégore disposent d’une immense puissance pouvant affecter tous les contextes de la réalité, toutes les situations, agir sur toutes les problématiques… Il est pourtant un domaine très complexe car lui-même soumis à des Lois d’attraction et à de strictes complémentarités et interdépendances, c’est paradoxalement celui des relations amoureuses qui ne se contrôlent pas uniquement par décision ou par simple volonté unilatérale. Il faut effectivement ici une réciprocité fondamentalement libre et acceptée pour aimer et être aimé en retour, une réelle « mise en phase » de deux individus sur une même longueur d’onde (pour simplifier l‘image) et une réelle cohérence des buts recherchés (dans un sens karmique cette fois).

L’Amour, infiniment mutable, instable et variable, est finalement bien trop complexe et difficile à capter, même pour l’égrégore qui viendrait « en solo » s’y frotter pour tenter de s‘en délecter sobrement. Pourtant il existe un rituel d’envoûtement de triple égrégore qui permet d’élargir le champ d’action sur trois des niveaux majeurs concernant l‘Amour, ce qu’une entité ne pourrait pas englober seule il est possible de le faire avec trois simultanément: sur le niveau psychique (la volonté, l‘intellect, le karmique), le niveau affectif (le sentiment, l’instinctif, l’attraction) et au niveau sexuel (le corps, le désir, le plaisir), trois niveaux d’action que les trois entités se doivent impérativement de générer et d’entretenir de manière synchrone et harmonieuse pour réussir, c’est-à-dire pour finir par créer un schème unique (une fusion égrégorique) correspondant à la typologie exacte de la relation amoureuse à cibler.

Ce rituel de « Triple Egrégore d’envoûtement d’amour » n’est rien d’autre qu’un envoûtement qui va même jusqu’à un certain point se révéler être une emprise si l’on cherche à contraindre une personne, dans ce cas le rituel commence par palliés progressifs, déjà ceux du ou des niveaux d’acceptation en place, puis ceux qui posent plus de problème afin d’effectuer un levier sur un axe, soit psychologique, sexuel ou affectif (selon ce qui est déjà accepté). Je précise qu‘il est impossible ou presque de contraindre une personne si l‘on a pas au départ au moins un niveau d‘acceptation sur les trois nécessaires que j‘ai cités.

Ce sont souvent les hommes qui me demandent ce rituel qui s’apparente à une Magie Pourpre (entre la magie rouge et noire) afin de séduire de jeunes femmes indécises, mais les femmes ne sont pas en reste car généralement elles sont instinctivement capables d’agir sur au moins deux niveaux (sexuel et affectif) de manière naturelle et sensuelle comme le dirait Jules Michelet (dans « La sorcière »), il faut donc relativiser la magie égrégorique pour parfois mieux aborder une magie plus immanente à la femme, même d’âge mûre, pouvant séduire facilement un homme comme un pantin même s‘il est très intelligent, nous en avons d’ailleurs un parfait exemple avec le couple Macron, un sortilège qui semble finalement ne pas leur porter chance et devenir une entrave, un M ou « aime le maudit », tel un film qui va très certainement bien mal se terminer…

Je précise enfin que pour le rituel d’envoûtement d’amour de triple égrégore il est aussi préférable de ne pas être pressé par le temps puisque l’analyse du contexte, le lancement du rituel plus la bonne synchronisation au bon moment, peuvent parfois nécessiter d’une grande patience ainsi que d’une énergie et une volonté sans faille de la part du demandeur, mais comme l’on dit: « quand on aime on ne compte pas! » et certainement pas les quelques jours pour arriver au but. Sur ce point je reste à votre disposition si vous désirez tenter ce rituel assez complexe mais très efficace, ceci selon disponibilité de ma part. Contactez moi simplement par téléphone pour en discuter ensemble aux 01.43.48.83.01 ou 06.09.11.94.56 (numéros non surtaxés) ou bien écrivez moi via mon formulaire de contact pour m’expliquer votre situation plus précisément si nécessaire (merci de cliquer ma bannière ci-dessous pour ouvrir la page de mon formulaire). Je vous dis à très bientôt pour que 2019 soit votre Année sous l’égide d’une relation de votre choix, pleine et harmonieuse!

Jean-Pascal BRUNO

banniere-470x62.jpg

Partager cet article

Repost0
15 décembre 2018 6 15 /12 /décembre /2018 03:34

Rage et désespoir ! Une lourde et irrésistible colère gronde dans l'air en France et dans toute l'Europe, un sentiment d'insurrection qui monte de toutes les campagnes tout comme aux temps révolutionnaires où les paysans miséreux et affamés brandissaient leurs faux et se dirigeaient à l'unisson vers le château du seigneur pour qu'il donne enfin du pain et allège la gabelle! C'est en effet toute une classe sociale, large et très solidaire, qui demande aujourd'hui Justice en une République qui semble les avoir complètement oublié ou relégué très loin des portes dorées d'un inaccessible Palais, celui d'un Élysée d'où règne sans partage un monarque présidentiel dorénavant bien seul à penser qu'il lui reste encore une légitimité morale et représentative pour ne pas le faire complètement vaciller de son rutilant piédestal. Ils l'avaient pourtant placé bien haut et fier sur son trône, lequel maintenant si chancelant qu'au rythme des revendications de la rue se fissure cette si belle et hautaine assurance d'un pouvoir qui se disait infaillible et bien droit dans ses bottes pour les diriger vers le bonheur. Il se voyait comme l'incroyable souverain et grand capitaine du navire issu d'une irréprochable élite tellement "admirée" de tous… et surtout coopté par celle-ci via de généreux subsides provenant de hauts fonds obscurs, du moins secrets comme ceux des affaires, pas trop claires et qui se détournent du monde réel pour trouver le Paradis, celui-ci fiscal dans les Îles ou dans un certain "luxuriant bourg".

Mais que s'est-il donc passé pour que la vindicte d'un peuple se déchaîne autant et se propage aussi rapidement que le feu aux poudres d'une Bastille assiégée en pleine perdition? Quoi que l'on dise en haut-lieu, quoi que l'on chante ou que l'on rabâche en boucle dans les médias complaisants attachés au roi et à ses disciples, il est des vérités historiques et politiques que l'on voulaient ne jamais voir révélées et qui éclatent soudain au grand jour et à la face d'un Jupiter tombé aussi vite en disgrâce qu'il ne s'était imposé par une adroite malice de l'Histoire. C'est en portant la bannière Jaune et éclatante d'une colère que l'on croyait depuis longtemps révolue que se délitent dans les esprits les chaînes invisibles avec lesquelles nos sociétés corrompues par le profit ont asservi depuis trop longtemps un peuple laborieux en lui offrant en échange les piètres colifichets d'une modernité matérielle factice et sans réelles valeurs, ni morales, ni intellectuelles, ni même existentielles. C'est en oubliant aussi que ces Hommes ne sont pas de purs produits que l'on fabrique et que l'on achète sans vergogne d'un coté à un prix dérisoire un jour en les dépouillant impunément le lendemain de toutes leurs richesses individuelles et collectives. Tout ceci non pour le bien public mais pour en faire mauvaise offrande à une petite et illégitime caste de nantis voraces dont l'outil ultralibéral de la mondialisation s'apparente à de l'esclavage moderne institutionnalisé et faussement légalisé par des lois iniques passées avec astuces et complicités non avouables au détriment du plus grand nombre, lequel était déjà modérément confiant hier, assurément révolté aujourd'hui par une telle traîtrise.

Le Pouvoir. Voici un mot qui revient souvent dans mes articles sous un angle plus ésotérique mais qui sonne ici bien à propos comme le glas d'une oligarchie qui se serait un peu trop brûlée les ailes en essayant d'attraper le Soleil pour se l'approprier avec le seul résultat inverse de se voir déchoir en pleine lumière à la vue de tous, une chute presque biblique, dans les faits une déchéance provoquée et calculée, de celle d'un avenir peu radieux annoncé et expliqué par Michel Onfray (dans son livre "Décadence") où les forces vitales de nos sociétés se désagrègent comme celles des successifs Empires antiques défunts, où notre propre civilisation risque aussi de sombrer de par son extrême voracité à vouloir dévorer le monde et l'ensemble de ses ressources mal réparties. Là où la faute, presque originelle, de l'Homme repose sur sa capacité à utiliser son intelligence pour progresser, certains penseurs, par exemple Alain Soral dans sa clairvoyante interprétation de l'Histoire (dans son livre polémique "Comprendre l'Empire") proposent clairement de désigner des coupables, non pas les peuples qui se sont faits manipulés, spoliés et endoctrinés tout au long de l'Histoire à leur insu (ou par consentement savamment induit) mais bien une trop discrète voire secrète (Trilatérale, CFR, Bilderberg)  micro-caste ploutocratique et cosmopolite détentrice des outils non pas de production, comme le soulignait Karl Marx à son époque, mais des outils monétaires, bancaires et financiers rothschildiens qui régissent presque l'entière activité humaine jusqu'à nos jours (avec maintenant "en prime" un banquier ou un milliardaire directement aux commandes des États).

Donc, le pouvoir par l'argent, par ses outils désignés, par ses acteurs et ses institutions que sont les banques et les grands spéculateurs, de véritables fléaux dont nous connaissons la puissance de destruction massive et de chaos via les crises passées et certainement celles à venir, toujours plus mondialisées comme la volonté de ceux qui désirent instituer ce "Nouvel Ordre Mondial", l'ordre d'un Empire digne de Star Wars avec ce côté obscur de la Force prêt à détruire la planète pour se l'accaparer jusqu'à la dernière goutte au détriment de tous. Le Dark Vador, seigneur Sith n'est qu'une représentation dont d'ailleurs Georges Lucas s'est librement inspirée directement de la mythologie grecque et romaine, elle-même représentative de la conception des sociétés antiques avec leurs religions au pouvoir au côté de l'Empereur du moment pour diriger… l'Empire. Actuellement, la mondialisation à marche forcée, celle que nous impose le dogme de la consommation infinie et de la croissance du même acabit, se profile à l'image de cet Empire pyramidal et despotique, un Empire ultra-consumériste détenu par une minorité de petits monarques, véritables hostiles guerriers de "droits financiers et commerciaux" se voyant faussement adoubés de droits divins qu'ils se sont appropriés par la ruse et le mensonge. Un Empire dirigé par des consortiums, des banques, des assurances, des lobbies, des multinationales et holdings de tout ordre dont parfois la puissance dépasse de loin celle les États (G.A.F.A par exemple) et imposent avec violence et complète irresponsabilité leurs "lois de marché" en s'accaparant les richesses mais aussi les démocraties, allant jusqu'à déclencher des guerres pour parvenir à leur but.

Mais le peuple n'est semble-t-il plus du tout dupe, un éclair Jaune de lucidité à fait jour en France, malgré l'abrutissement asséné par des médias traîtres à la vérité, malgré le déclin de l'éducation au profit d'un endoctrinement de plus en plus jeune au dogme de la consommation et de la croissance, malgré un progrès technique que l'on exhibe comme le but de l'existence même d'une société, enfin malgré l'étau budgétaire d'une dette d'État complètement inventée par  pour mieux asservir, une lueur de lucidité peu survenir pour soudain lever le voile sur les coulisses du monde et pointer ceux qui cherchent à écrire dans l'ombre le scénario qu'ils voudraient que l'on suive à la lettre, pour ne pas dire à la baguette ou à la matraque… Notons qu'actuellement presque partout en Europe se sont déjà dressé les peuples contre leurs soi-disant élites politiques en redécouvrant les luttes des classes et en se rebellant  contre une administration européenne digne d'un Empire prédateur des États de Droit, une sorte d'ingérence sous couvert de traités faussement démocratiques extorqués par une minorité aux ordres de l'oligarchie du nouvel ordre mondial que l'on nous prépare… Et ne parlons pas d'écologie, sa vision a été tronquée pour en faire aussi un marché, un vulgaire consommable, celui de l'air que l'on respire, ou du moins pour l'instant celui du CO2 que l'on rejette, on veut vous le faire payer alors que les véritables pollueurs se cachent encore dans les algorithmes des produits financiers de la même caste qui vous a déjà tout vendu en achetant peut-être même votre âme sans vous le dire pour vous la revendre plus cher encore… C'est ici que se cache aussi le Diable, dans tous les sens du terme, et de cette lutte ancestrale entre le Bien et le Mal, entre le pouvoir qui manipule et sait diviser pour mieux régner, le péché originel n'est pas bien loin lorsque la Connaissance permet d'assujettir autrui, d'en tirer profit et de manipuler la vérité pour la corrompre et détenir le seul pouvoir du mensonge.

Les Gilets de la Colère, ces gilets jaunes qui font trembler le pouvoir, ont surgi d'un presque néant dont j'avais déjà parlé puisque c'est bien du monde virtuel 2.0 d'internet (ici article à relire) dont tout est parti. Là où le monde matériel a été cadenassé depuis des décennies pour ne pas dire des siècles, le monde virtuel est un fantastique outil ouvrant tous les champs des possibles en terme de communication, de communion d'esprit et d'idées. D'un point de vue ésotérique, ceux qui ont lu mes articles précédents, notamment sur la puissance générée par les groupes de pensées, par ces fameux "champs morphiques" de Ruppert Sheldrak, ou par les entités égrégores qui emmagasinent et se nourrissent de nos idées et de nos affects, ou bien encore la notion d'inconscient collectif de Jung qui s'active et devient agissante dans la réalité en pouvant bouger des foules via des archétypes, donc, tous ceux qui s'intéressent à ce réel pouvoir des individus comme somme d'une Humanité entière et significative regroupée sous le même étendard savent bien que finalement une petite caste dévoyée ne peut en aucun cas gagner face à un tel réel pouvoir (forcément ésotérique que l'on vous cache) et par conséquent, même les apparences trompeuses instillées par cette caste ne pourront empêcher leur chute, ils passeront certainement du Paradis Fiscal à l'Enfer bien réel qui leur échoit et qu'ils ont fait subir à autrui.

Comme d'habitude je reste à votre écoute, notamment pour approfondir si nécessaire cet article un peu en forme de coup de cœur ou de coup de gueule, à vous de juger! Vous pouvez me joindre pour en discuter ou bien si vous avez besoin d'aide dans le cadre de mon activité professionnelle en qualité de chaman (je vous conseille de lire mes articles plus spécifiques sur la droite de ce blog en haut, classés par thématiques et par titres), ceci par téléphone aux 01.43.48.83.01 ou 06.09.11.94.56 (numéros directs et non surtaxés). Vous pouvez aussi m'écrire si vous préférez en ouvrant mon formulaire de contact (merci de cliquer sur ma bannière ci-dessous pour accéder à la page sur mon site). A très bientôt et soyez toujours en accord avec vous-même, selon votre libre arbitre en refusant les fausses autorités illégitimes qui cherchent à contrôler votre vie, sachez aussi, en cherchant un peu, à vous connecter au véritable réseau humain auquel vous faites parti, un réseau il est vrai de nature beaucoup plus ésotérique et pourtant bien réel et actif... Et voyons si la Magie Jaune de la Révolte portera ses fruits d'ici quelques semaines ou mois à venir, car le Monarque bat de l'aile, c'est, dit-on, l'effet papillon.

Jean-Pascal BRUNO

banniere-470x62.jpg

Partager cet article

Repost0
30 novembre 2018 5 30 /11 /novembre /2018 19:42

La Kabbale, le mot magique par excellence qui va faire frémir d'un mystère survolté l'esprit des profanes, synonyme de grands secrets fondamentaux, il est vrai pourtant que le quidam ne pourra certainement pas en définir la teneur exacte ou même les thèmes abordés précisément… Il faudrait déjà au préalable que le commun des mortels soit en capacité de faire la différence entre le Talmud, la Torah ou le Zohar qui sonnent tout autant bizarrement en étant nimbés d'un épais brouillard d'incompréhension à ses yeux ébahis de curiosité mais aussi parfois d'inquiétude. Alors un peu de pédagogie (pour ne pas dire de vulgarisation, sur des thèmes aussi complexes ce serait hasardeux) sera la bien venue pour aller un peu plus loin et dissiper cette brume de méconnaissance. Pour commencer, simplement rappelons que la Torah n'est autre que l'équivalent de la Bible dans la tradition juive et qu'elle regroupe le même type d'enseignements et de paraboles, de Lois et de paroles divines rapportées dans les cinq livres ou "Pentateuque" que sont: La Génèse, L'Exode, Le Lévitique, Les Nombres et le Deutéronome. Ces écrits sont largement diffusés et par conséquent sont "exotériques", c'est-à-dire ouverts à tout esprit qui désire s'y pencher, et je vous en laisse le soin. En parallèle, il existe un enseignement strictement oral de la Torah appelé Talmud qui sera bien moins accessible (sauf si vous faites des études rabbiniques) sous la forme de "la Mishna" (apprise par coeur) ainsi que des commentaires de cet enseignement "La Gemara" et assorti de la "Aggadah" qui regroupera par contre ici un ensemble de récits, de conseils, d'anecdotes ou de mythes propres à la culture juive.

Quant au Zohar, ou "Livre de la Splendeur", il représente effectivement ce qui nous intéresse au plus haut point, c'est-à-dire un texte kabbalistique fondamentalement ésotérique qui permet de comprendre (ou d'aborder, ne soyons pas présomptueux…) tous les aspects de la réalité du monde et de soi-même dans cet ensemble très structuré et sévèrement hiérarchisé comme nous le verrons plus loin. La Kabbale représente donc cette volonté de connaissance ésotérique (mêlée d'une essentielle capacité personnelle induite) de mieux comprendre la structure visible et invisible de la réalité qui nous entoure ainsi et surtout que de celle qui est en nous. Cette "étude initiatique" est strictement indissociable de ce raisonnement à la fois intellectuel, mais pas que, car aussi et surtout intuitif à un "niveau très subtil" qui se fera forcément par paliers selon des graduations spirituelles bien établies. La Kabbale inclut donc directement son disciple dans sa propre étude à toutes les étapes de son apprentissage des symboles et des nombreux termes à assimiler qui sont le fondement même de la méthode et de la structure, tout ceci sous une formulation d'une grande logique et profondeur, elle représente la Connaissance "interne" de la Torah dans un sens éminemment secret (le "Sod", connaissance secrète).

Le plus reconnu et important des symboles liés à la Kabbale (hormis le Tarot, "l'Alchymie", la "Gematria", "Temura", "Notarikon", "Merkabah", etc...) reste certainement l'emblématique "Arbre des Sephiroth" (ou "Arbre de Vie") qui se conçoit comme une représentation des principes de création et d'évolution du monde avec ses forces et puissances, ses orientations et niveaux, ces strates logiques et métaphysiques qui sont autant d'épreuves de compréhension et de sujets complexes d'étude initiatique pour celui qui s'y attelle forcément avec la volonté farouche d'évoluer dans le bon sens. Cet "Arbre de Vie" serait, par extension symbolique, l'Arbre de la Connaissance que nous connaissons un peu mieux pour son fruit défendu dans ce Paradis originel dont on nous a souvent parlé. Bien évidemment, cet arbre est d'un bois tout autre que celui de nos forêts, il est encore une fois d'un symbolisme complexe avec dix orbes de puissances ou "Sephiroth", représentations personnifiées afin d'imager et ayant pour chacune des attributions bien spécifiques interconnectées entre elles avec une forte hiérarchie complémentaire.

L'Arbre des Sephiroth est avant tout un exceptionnel outil très complet et savant qui va servir une démarche totalement universelle de connaissance selon une logique de Création divine (sans oublier tous les aspects qui touche aussi à l'Homme) se répartissant du niveau le plus supérieur (via "l’Ein-Sof", lumière primordiale agissante ou/et volonté divine exprimée) au plus inférieur (le monde matériel, l'Homme et ses affects) avec tous les codes possibles de l'ésotérisme en termes de signifiants, correspondances, en type d'orientations à la fois physiques, microcosmiques et macrocosmiques, mentales, spirituelles et éthérées. De cette fantastique structure émane un GRAND TOUT ou s'articule parfaitement le néant et l'infini, le créé et l'incréé avec le visible et l'invisible, avec aussi toutes les polarités et autres équilibres conjugués, et finalement avec l'Homme en regard de son créateur et de ses émanations multiples ainsi inter-reliées que sont chaque Sephira. Ce qui surprendra, c'est que toute personne voulant étudier cette construction sera très vite immergé (ou submergé) par l'aspect global et supra-logique qui en résulte et où à chaque étape d'assimilation se lèvera un nouveau voile ésotérique (il en existe principalement trois d'ordre "pratique" et un "absolu") correspondant à un niveau de conscience initiatique réalisé et acquit.

L'initiation par la Kabbale et par ses outils symboliques est le but ultime recherché même s'il n'est pas exprimé directement et s'inscrit au premier abord comme une étude "exotérique" et savante, mais de facto et progressivement les étapes que j'ai citées se définissent véritablement comme des passages de cette initiation via une compréhension de plus en plus intime (ou interne) de la cosmologie présentée. L'Arbre Sephirotique se déploie selon des ensembles et sous-ensembles de sphères (Sephiroth) qui se répartissent en trois colonnes principales (ou "gimel kavim", gauche, centre, droite) ayant des attributs passifs, en équilibre ou actifs, avec des correspondances structurelles de forme, de conscience et de force, ou de polarités négative, neutre et positive (que l'on retrouve dans le Tao, en Yin et Yang). Ces trois colonnes sont les trois piliers: de la Rigueur, de la Conscience et de la Miséricorde. Il existe aussi dans ce schéma quatre "Mondes" étagés du bas vers le haut, de plus en plus éthérés: Asiah (action, cristallisation, matérialisation), "Yetzirah" (formation, émotion, sentiment, monde astral), "Briah" (création, pensées, l'intellect, monde mental) et "Atziluth" (émanation, archétype, monde du concept pur). Tous ces niveaux, regroupements et liens permettent à celui qui étudie "d'apprendre et de prendre conscience". Les différents états de conscience sont fonction des secrets dévoilés sur des niveaux (de levé de voile) successifs d'initiation simple dans la maîtrise du mental et du spirituel, puis de l'acquisition d'une approche plus psychique correspondant à une "petite illumination" (Paroketh) qui apporte la nature profonde des choses, puis enfin une conscientisation mystique et métaphysique (approche extatique pleine et acceptée). Un dernier niveau existe mais aboutit à la dissolution de l'Ego et à une non-existence, je vous laisse libre d'interpréter cette étape proche du Nirvana des bouddhistes et hindouistes.

Parler de l'Arbre des Sephiroth via ses "troncs et branches", c'est-à-dire ses ensembles, groupes et correspondances est presque nécessaire pour avoir une vision globale avant d'aborder la qualité intrinsèque de chacun des fruits de l'arbre, en d'autres mots de chacune des dix Sephiroth qu'il faut maintenant aborder (succinctement car il faudrait plusieurs bibliothèques…). La plus "basse" (symboliquement dans l'arbre) et matérielle mais fondement du Monde est la Sephira "Malkuth": c'est ici toute la matérialité qui s'exprime et fait force de réalité "physique" en notre environnement direct (la Terre), domaine d'expérimentation de la chair et de l'incarnation. Vient ensuite la Sephira "Yesod": première interface d'informations entre la réalité du monde et la conscience, une compréhension de l'action de l'esprit sur la matière et du changement que l'on peut effectuer, lieu de l'apparence, de la représentation et de la transformation qui peut s'ensuivre ou non… Au-dessus, la Sephira "Hod": de la logique abstraite et des lois immuables, du raisonnement et des explications de la structure du monde qui nous entoure tout en l'intégrant en soi pour aussi mieux se comprendre et se placer dans son environnement. Au même niveau la Sephira "Netzach": celle des affects, pulsions et autres sentiments, elle structure par la volonté et la force vitale qui donne "l'anima" à l'être pour le motiver à agir dans l'émotion et la passion. Vient au-dessus "Tiphareth", véritable lien charnière entre le monde de l'esprit et de la réalité, il est du domaine miroir de la "réflexion" et de la conscientisation, un équilibre dynamique qui fait entrevoir sa propre réalisation, sa beauté mais aussi ses imperfections, un point médian entre création et destruction, l'aboutissement d'une identité qui s'est trouvée et se contemple avec justesse et sans artifices.

Pour continuer, nous passons encore un cap avec deux importantes Sephiroth d'un niveau encore supérieur, tout d'abord "Gueburah" (le "doigt du destin") avec laquelle nous abordons le domaine des lois cosmiques et de la discipline pour accomplir une destinée avec parfois le sacrifice nécessaire pour retrouver et ne conserver qu'une certaine pureté dans cet accomplissement, on l'appelle le "chirurgien céleste", il maintient la permanence de l'être vers sa réalisation plus complète, il affine et perfectionne. Avec au même niveau "Hesed" (ou "Chesed") qui représente l'individualité réalisée, celle qui donne du sens à l'être dans son identité propre, le sens de l'existence même est ici en perspective, toute la profondeur de la destinée s'y incarne en toute compassion et vérité. Puis viennent encore deux autres Sephiroth sur un plan supérieur: "Binah", sphère de la limitation, de celle qui met des obstacles afin de mieux construire en structurant, en partitions actives et éclairées, elle rassemble et sépare ce qui doit l'être (petite allusion au "Solve et coagula"?), elle canalise et cristallise la force en une réalisation, en une forme définie. Vient "Chokhmah", source d'énergie fondamentale et d'impulsion primordiale, non encore créée au sens matériel mais en devenir dans une action pure, source d'amour infini et de sagesse immuable et sans limites, c'est la représentation intrinsèque de toute potentialité en devenir, au-delà du temporel, du matériel et même de l'esprit non encore conceptualisé. Enfin, tout en haut de l'Arbre des Sephiroth, "Kether" (la "couronne"), représente le point ultime de la création, manifestation primordiale, essence du divin et d'une volonté d'un "fiat lux" annoncé mais encore incréé. Pour finir, il existe une onzième Sephira invisible, "Daath" qui symbolise la Connaissance à l'état pure et qui se situe au centre haut des Sephiroth supérieures, elle est immanente et diffuse. De même, il existe aussi en opposition à "l'Arbre de Vie" un "Arbre de Mort" appelé "Kliphoth"… Le cycle est ainsi bouclé, l'équilibre rétablit et les Forces en action.

La Kabbale et ici plus précisément l'Arbre des Sephiroth dont je viens de vous donner un aperçu assez sommaire, demeure d'une grande complexité à toutes les étapes de sont étude et c'est souvent l'affaire d'une vie (ou plus… diront certains) afin d'en assimiler, d'en comprendre et d'en "vivre" pleinement la doctrine d'un enseignement existentiel aussi monumental. J'espère que cet article vous aura donné quelques petites notions sur ce thème afin d'aller voir par vous-même ce que vous pourriez envisager d'apprendre en sachant que même avec difficulté il est toujours bon de vouloir connaître ce qui nous entoure mais aussi les grandes lois et forces qui sont à l'origine de ce que nous sommes. C'est en passant par des enseignements occultes et kabbalistiques que vous seront dévoilés des univers et concepts cachés dont vous n'aurez certainement pas accès dans nos institutions exotériques habituelles. Pour l'heure je vous souhaite une bonne lecture des mes autres articles qui peuvent aussi vous intéresser et vous pouvez me joindre dans le cadre de mon activité professionnelle en qualité de chaman si vous avez besoin d'aide (notamment pour l'élaboration de rituels spécifiques), ceci par téléphone aux  01.43.48.83.01 ou 06.09.11.94.56 (numéros directs et non surtaxés) ou bien par écrit via mon formulaire de contact qui s'ouvre en cliquant ma bannière de site ci-dessous. À très bientôt et n'oubliez pas que la Réalité qui nous entoure n'est que le reflet de ce que vous en pensez et voulez en faire… Alors "réalisez-vous!"

Jean-Pascal BRUNO

banniere-470x62.jpg

Partager cet article

Repost0
20 novembre 2018 2 20 /11 /novembre /2018 17:24

Le Sorcier Chaman 2.0 existe, ses rituels se propagent à la vitesse d'internet avec la puissance conjuguée de millions de connectés ! Voici une affirmation qui prolonge mon article de l'année dernière (à lire ici) dans lequel cette idée que l'informatique et plus précisément les réseaux web pouvaient être les supports très actifs des travaux de magie. En y repensant encore aujourd'hui, plus personne ne remettra en cause la puissance d'internet et de cet incroyable brassage mondial, tant au niveau des personnes connectées que de leurs millions de messages par nanoseconde, autant de bouteilles dans un océan numérique qui peuvent parfois changer la face du monde ou le destin de populations entières. Des révolutions se sont déclarées en quelques clics, des guerres se sont déclenchées en deux phrases seulement, des présidents ont même twitté le résumé abrupt de leurs politiques en quelques mots simplistes pour modifier le climat de la planète entière, des complots, des vols et des crimes ont été perpétués ou dévoilés sur ces espaces numériques totalement virtuels et pourtant si réels dans les faits… Par conséquent, nul besoin d'être un as de l'informatique, un "anonymous" virtuose du clavier, pour comprendre que tout ceci semble être une évidence acquise, pourtant si l'on commence à dire qu'internet dispose d'une extraordinaire dimension ésotérique alors on passe assez rapidement pour un fou délirant, ceci bien évidemment aux yeux d'incultes profanes prêts à vous lapider allègrement…

Mais ne soyons pas injustes avec ceux qui ne connaissent pas les arcanes d'une Magie où se croisent et s'entrecroisent selon une alchimie complexe les symboles, les idées, les ressentis, les volontés, les désirs et tout ce qui finalement désigne l'Homme comme maître de son destin en pleine clairvoyance de ses possibilités face au labyrinthe de la réalité. D'ailleurs il n'existe pas UNE Réalité mais bien une infinité de réalités alternatives, lesquelles sont régies par un encadrement de Lois Universelles, non celles qui s'appliquent à la matière mais celles qui façonnent l'énergie vitale qui nous anime dans nos pensées et nos actions en devenir avec cet atout que notre Libre Arbitre nous instaure magistralement dans nos choix. L'informatique et son Monde, c'est-à-dire cette nébuleuse de fonctions mathématiques enserrées dans des puces de silicium, ne représente rien d'autre que notre volonté d'étendre en puissance notre volonté d'agir en multipliant nos capacités originelles selon la Loi de Moore relative à l'expansion de la puissance des puces informatiques. Ainsi, de notre environnement restreint par l'espace qui nous entoure nous avons hérité d'un nouvel espace plus fluide et plus rapide, une sorte de nouvel Eldorado tapissé de l'or scintillant de nos psychismes interconnectés: l'Univers Virtuel des mondes numériques!

Est-ce bien utile de prouver ou de démontrer la puissance des réseaux informatiques, leur rapidité à l'échelle de la vitesse de la lumière ou bien et surtout la quantité astronomique d'informations issues de notre volonté d'exprimer un désir de partager ou d'appuyer une idée? Non, nous en sommes tous convaincus, et que nous soyons geek ou simple utilisateur, la puissance se décline, s'étale de manière impérieuse avec ou sans nous. Dans cette perspective bien définie pourtant se cache une question fondamentale, de celle que d'autres types d'initiés se posent, une question plus ésotérique et complexe à concevoir si justement l'on ne peut déjà à un autre niveau ne pas admettre que notre environnement immédiat, spatial et temporel, n'est qu'une facette de cette Grande Réalité qui se déploie en une multitude de dimensions invisibles à nos sens et pourtant bien "agissantes" avec nous et sur nous, pour ne pas dire en nous. Et comme le dirait encore une fois Ruppert Sheldrake pour ne citer que lui (relire mon article sur son incroyable théorie holistique de la Réalité par "résonance morphique" pour mieux comprendre ce qui va suivre…), nous pouvons définir l'espace virtuel que nous avons créé comme un fantastique "champ morphique" global de l'humanité, ce champ étant lui-même par définition malléable et orientable, donc agissant et réactif…

Sans faire de pause, et pour relier de suite une idée à une autre afin de faire comprendre le pourquoi du comment, je parlerais que ce que les initiés appellent un "égrégore", c'est-à-dire une entité existante sur un autre plan de notre réalité et qui se développe et se nourrit de l'énergie de concepts et d'affects, cette entité est un "entre-deux" puisque finalement elle est constituée de ce qu'elle capte, c'est une force mi-psychique mi-énergétique à la fois en dehors de notre monde et pourtant connectée à lui tel un parasite ondulatoire ou vibratoire en osmose avec notre réalité mais certainement encore plus complexe à concevoir pour nos petits esprits qui auraient certainement des difficultés à voir au-delà de nos quatre dimensions existentielles (essayez d'ailleurs de vous représenter ce que serait une cinquième dimension de manière "pratique"… c'est impossible ou presque). Les définitions de l'égrégore sont néanmoins nombreuses et parfois différentes selon les cultures et traditions ésotériques de par le globe, certains y voient des démons ou au contraire des déités, d'autres des puissances pures, des entités psychiques collectives ou même des représentations de concepts vivants à une autre échelle de réalité (pour ceux qui désirent lire mon article en partie sur le thème de l’égrégore: c'est ici en rappel).

Comme vous le voyez, entre le "champ morphique" de Ruppert Sherdrake et les entités de type "égrégore" des initiés (sans aller jusqu'à parler d'Archives Akashiques ou d'inconscients collectifs Jungien pour ne pas vous perdre en route), il n'y a qu'un pas pour concevoir une unique notion ayant les mêmes fonctions, capacités et puissances, ayant aussi un réel impact sur notre réalité bien palpable via nos propres idées et autres vecteurs de concepts, ceux que nous avons en tête, dans la masse gélatineuse composée de milliards de milliards de neurones, c'est à dire notre cerveau pour faire plus simple…  Imaginons maintenant des centaines de millions de cerveaux ou bien plus encore, tous plus ou moins connectés en idées exprimées et affects ressentis sur nos réseaux sociaux en ligne et nous avons alors une immense puissance en jeu susceptible de générer de superbes groupes de champs morphiques agissants à l'échelle de la planétaire, peut-être aussi (surtout si ce sont les mêmes) de magnifiques égrégores en pleine expansion pareils à ces idées "dans l'air" qui surnagent via des sous-ensembles de notre inconscient collectif (le tout collecté et stocké dans des Archives Akashiques dans des dimensions de loin supérieures… pourquoi pas).

Maintenant vous vous demandez bien comme un Sorcier Chaman pourrait agir via l'informatique ou via internet. En ayant compris les quelques concepts ci-dessus (et les articles cités à lire), il est simple de comprendre, même s'il est difficile de maîtriser ce savoir-faire qui requiert des Connaissances en ésotérisme (sans oublier le Don), que l'esprit peut influencer notre réalité en utilisant ces vecteurs d'informations de masse et en établissant des portes pour orienter ces champs (ou ces égrégores), ceci avec des rituels de Magie ciblés qui ne sont que des processus d'amplifications de certains points de la réalité plutôt que d'autres, ce qui, pour imager crée un axe (ou un levier) extrêmement puissant via ces points pour bouger les lignes de cette réalité, à un petit ou bien plus important niveau. Par exemple et pour ne citer qu'eux, les moines bouddhistes peuvent se réunir en groupes de plusieurs milliers d'individus pour prier (ici c’est un rituel aussi qui permet de créer un égrégore orienté) pour générer une certaine vision altruiste de la Paix dans le Monde. Il existe aussi à l'opposé des cercles sataniques qui veulent le chaos sur la planète pour profiter de certains avantages égocentriques personnels, l'on voit immédiatement que des conflits de forces antagonistes peuvent ainsi s'opposer, se repousser, voire s'annihiler réciproquement.

En dehors des groupes, un sorcier expérimenté n'aura effectivement pas la même puissance mais pourra tout de même agir très efficacement en utilisant une puissance existante, celle par exemple des champs générés par internet s'il sait les aborder et trouver les bons leviers… Évidemment, je ne vais pas trop dévoiler de secrets ici pour ne pas donner de recettes à des personnes mal intentionnées ou irresponsables, mieux vaut parfois rester silencieux sur des puissances à portée de mains pour ne pas voir le Monde partir encore plus en vrille qu'il ne l'est, et d'ailleurs je pense en avoir déjà presque trop dit dans cet article, même si je sais que nous sommes aussi sous bonne garde et que nous ne pouvons pas non plus faire n'importe quoi, les principaux processus fondamentaux étant heureusement scellés ou en lieux sûrs et inatteignables (même si "ce qui est en bas est comme ce qui est en haut": un petit clin d’œil d'initié à la "Table d'Émeraude").

Pour finir et comme le sujet est vaste, assez clivant et très emblématique d'une vision moderne d'un l'ésotérisme de notre temps (trop pour certains passéistes), je reste à votre disposition pour en discuter ou pour vous apporter des solutions via les rituels que j'effectue dans le cadre de mon activité de Sorcier Chaman en exercice. Vous pouvez me téléphoner aux 01.43.48.83.01 ou 06.09.11.94.56 (numéros directs et non surtaxés), ou bien m'écrire plus en détail si vous préférez apporter des précisions à votre demande complète, ceci depuis mon formulaire de contact qui s'ouvre directement en cliquant ma bannière web qui est ci-dessous. Je vous remercie de m'avoir lu et je vous conseille aussi mes autres articles ciblés qui sont sur ce blog  en haut sur la colonne de droite. À très bientôt et n'oubliez jamais que vous êtes à chaque instant de votre existence, de par vos pensées, agissant sur le Monde, peut-être même aussi sous influence discrète d'un "collectif" (d'un champ morphique auquel vous avez souscrit consciemment ou inconsciemment, ou d'une entité de type égrégore…).

Jean-Pascal BRUNO

banniere-470x62.jpg

Partager cet article

Repost0
31 octobre 2018 3 31 /10 /octobre /2018 21:29

"Pacte démoniaque, exhortation de djinns, invocation angélique et conjuration d'entités": l'angle de vue de cet article sera assez large à la demande de nombreux lecteurs de ce blog, et comme le laisse présager son titre ce sont d'entités de toutes sortes dont il est question, avec non seulement des orientations très différentes mais aussi des cultures et sources ésotériques qui se recoupent sur de nombreux points en empruntant des termes parfois différents pour signifier la plupart du temps une même interprétation ou une même catégorie (ce qui aurait par conséquent tendance à entretenir une certaine "vérité de principe" sur ce sujet ou au moins une approche globale). En effet, que l'on se penche sur le monde chrétien occidental, ou sur une vision juive plus kabbalistique ou bien encore du côté de la tradition arabe, l'on percevra cette volonté fondamentale d'expliquer et d'étudier les puissances célestes et infernales, d'en extirper leur essence et d'en lister leurs noms avec les rangs ou "cercles" selon leur importance et caractéristiques. Néanmoins, afin de ne pas trop étendre ce qui est déjà conséquent et aussi par souci de clarté, je laisserais volontairement de côté ce qui nous est peut-être plus éloigné par la distance et par la culture, c'est-à-dire l'ensemble des déités asiatiques et hindoues afin de ne pas non plus nous noyer sous des légions de démons et de dieux plus atypiques les uns que les autres, sans pour autant être non plus sans aucune correspondance avec les cultures précitées que je vais approfondir et qui nous sont plus proches historiquement.

En préambule et comme ligne directrice générique afin de mieux comprendre pourquoi et comment certaines "entités" peuvent être contactées, je citerais Jean Chrysostome (archevêque grec orthodoxe du 4e siècle) très au fait du monde des ténèbres et de celui de la Lumière qui avait habitude de dire: "Celui qui prie a la main sur le gouvernail du monde". Par ces quelques paroles significatives, et sans avoir besoin d'être forcément "religieux" au sens premier du terme, le lecteur même étant complètement profane ou athée comprendra aisément que nous pouvons apparemment transmettre des messages vers un "ailleurs" ou interagir avec un monde qui nous est invisible mais qui reste pourtant à notre écoute, pour notre bien ou… pour notre perte, nous verrons pourquoi. La prière dont fait mention Jean Chrysostome n'est dans la pratique en rien différente de l'exhortation ou de l'invocation d'entités pratiquées par des sorciers, c'est une demande effectuée ouvertement et surtout volontairement, en tout accord avec son propre libre arbitre qui ne dépend que de soi et dont la portée peut avoir des conséquences véritablement insoupçonnées… Ces "demandes" ont des noms selon leur orientation (Bien ou Mal), il s'agit de Théurgie lorsqu'elles s'adressent à des entités bénéfiques (ou jugées comme telles), et de Géotie lorsque ces invocations se tournent vers des entités maléfiques. Nous verrons d'ailleurs que parfois se présentent des entités finalement difficiles à classifier selon cette dualité de principe trop simpliste qui devrait aussi se soucier des répercutions à court, moyen et long terme, il existe très souvent des retournements de situations pourtant bien parties qui finissent très mal, et inversement de tristes départs qui s'accomplissent en d'assez surprenantes apothéoses…

Justement, dans cet ordre d'idée viennent "les djinns", en d'autres termes des "démons" dans la culture ésotérique et religieuse arabe, pour autant ils ne sont pas toujours négatifs par nature mais se placent dans des contextes où ils peuvent tantôt aider un intervenant, tantôt lui nuire selon la demande, ceci est extrêmement codifié par le Coran qui recense une multitude de paramètres afin de définir si le djinn est bon ou mauvais, et si de facto le demandeur (via une prière) est coupable ou victime, ou bien légitime dans sa demande. Évidemment si la demande porte atteinte à une personne alors il s'agit d'un "shhour', c'est-à-dire un sortilège négatif répréhensible. Dans d'autres circonstances très cadrées, une personne peut demander de l'aide à un djinn dans un but d'évolution positive, ce que le démon devra exaucer sous l'oeil toujours présent du "Très grand". L'on retrouve dans la Kabbale juive cette ambivalence du démon sous la forme du "shedim" (démon bienveillant) en opposition au "mazzikim" (démon maléfique), le Zohar (ou Livre de la Splendeur) nous explique le cas du démon "Acatriel" qui se présente comme un intercesseur entre les humains et leurs anges gardiens, ce qui est assez surprenant pour le noter.

Nombre de démons ont été répertoriés au fil des siècles dans des ouvrages ou des grimoires traitant de magie, ces textes proviennent tous ou presque de sources antiques revisitées principalement au moyen âge et au 19e siècle, leurs noms sont évocateurs du mystère qu'ils renferment comme le "Lemegeton", le "Pseudomonarchia daemonum" ou le "Clavicula Salomonis" (La petite clef de Salomon). J'en profiterai pour vous donner, juste à titre indicatif, la liste des 72 Démons selon le Lemegeton (1ère partie "Ars Geotia" des cinq chapitres) et la liste des 72 entités angéliques de la tradition kabbalistique (à cliquer ici pour accéder à la Page). Dans notre culture occidentale certains de ces démons sont très connus et leurs noms résonnent comme des avertissements, par exemple Belzébuth, Lucifer ou Satan font partie de notre bestiaire démoniaque et nul ne pourrait les ignorer, par contre d'autres sont moins connus et pourtant affublés de pouvoirs terrifiants comme Asmodée, Bélial, Azazel ou Astaroth… Les "connaisseurs", notamment dans le cercle fermé des satanistes se délecteront de ces noms sachant qu'ils les invoquent régulièrement dans leurs rituels de magie noire pour des buts d'asservissement via des envoûtements extrêmement efficaces mais tout aussi redoutables à utiliser puisque le sorcier peut se retrouver lui-même investi par la créature qu'il invoque et ne jamais en ressortir véritablement indemne…

Mais heureusement il existe aussi des entités non démoniaques qui s'intéressent à nous, humains, dans d'autres buts que de nous asservir mais de nous servir, du moins nous aider, nous faire évoluer ou nous orienter positivement en nous apportant une Connaissance (de nous-mêmes ou du monde). L'exemple le plus intéressant dont on pourrait parler est celui d'Alice Bailey dont les ouvrages complexes mais incroyablement inspirants furent à la base de toute la doctrine "New Âge" que nous connaissons plus ou moins de nos jours, elle fut à l'époque (première moitié du XXe siècle) guidée par télépathie (certains diraient aujourd'hui par "channelling") par une entité spirituelle ayant pour nom "le Tibétain Djwal Khul", il est remarquable que dans ses livres de grands secrets soient effectivement dévoilés de manière aussi structurée pour en définir une vision véritablement moderne de l'ésotérisme en laissant loin derrière il est vrai un passé un peu poussiéreux issu d'un autre temps médiéval ou antique. L'on pourrait aussi citer dans une même veine, Rudolf Steiner et sa remarquable doctrine anthroposophique (et son traité de démonologie bien à propos). Autre personnage, le "contacté" par excellence: le très emblématique Edgar Cayce qui sous hypnose entrait en transe ou en état modifié de conscience et était guidé par une entité (ou un esprit désincarné…) afin de diagnostiquer des milliers de personnes dont il a pu sauver la vie ou guérir les maladies. Voyons dans ce cas aussi toutes les personnes qui savent soigner, notamment les barreurs de feu, lesquels bien souvent font une prière avant de commencer leur travail de soin en disant que ce don leur est alloué par la foi (ou par une entité qui guide leurs mains et insuffle le magnétisme nécessaire).

Dans cette trame positive il faudrait aussi impérativement parler des entités plus angéliques, bien évidemment des anges gardiens, la kabbale nous enseigne que nous avons tous spécifiquement trois anges tutélaires protecteurs (un pour chacune des trois dimensions de notre être: physique, spirituelle et émotionnelle), il existe de nombreuses variantes des anges gardiens selon les traditions, parfois selon les saisons ou même les jours de la semaine et les heures. Le principal à retenir est que nous avons toujours au moins une entité gardienne qui suit pas à pas notre évolution, et la grande question est encore d'actualité: ces anges gardiens nous protègent-ils de nous-mêmes et des mauvaises influences extérieures, ou bien sont-ils "nos gardiens"? (ici dans un sens plus "geôliers", ou de baby-sitter…). Enfin, une autre catégorie de contact à évoquer, celle toujours très surprenante des apparitions Mariales, c'est-à-dire selon les témoins de l'apparition visible d'entités nimbées de lumière qui apportent un message; et ici les témoins parlent de la Vierge Marie (mais une entité dite "angélique" est aussi plus probable). Dans ces cas d'apparitions Mariales le message est plus universel et en forme de mise en garde prophétique, sur une épidémie ou une grande guerre, ou même sur la fin des temps… Autant se poser la question si le Vatican nous dit bien tout ce qu'il sait sur le contenu de ces messages…

Parler des "entités", qu'elles soient démoniaques, angéliques ou autres, c'est très vite entrer dans un monde presque surpeuplé qui nous entoure sans que nous en ayons véritablement conscience, un monde invisible à nos sens mais qui sait se manifester à des moments clefs de nos vies. Dans la culture "New Âge" qui nous cerne, l'on voit même des "contactés" ou des médiums commencer à mentionner des entités "extraterrestres" qui seraient tout aussi actives que celles qui nous sont plus traditionnellement connues pour venir nous informer de "temps nouveaux" où l'ensemble de notre plan d'existence serait en pleine mutation. Pour ma part je pense que la plupart de ces phénomènes sont forcément liés, que l'humanité organisée en sociétés existe depuis quelques millénaires seulement, une goûte d'eau au regard des milliards d'années qui se sont écoulés depuis la formation de l'Univers, aussi soyons humbles devant ce que nous ne pouvons pas toujours concevoir mais soyons aussi ouverts d'esprits afin d'en apprendre plus sur ce qui nous entoure et sur nous-mêmes. Je reste comme d'habitude à votre disposition pour discuter de ce thème immensément riche ou pour vous aider dans le cadre de mon activité professionnelle en qualité de chaman: vous pouvez me joindre par téléphone aux 01.43.48.83.01 ou 06.09.11.94.56 (numéros directs et non surtaxés) ou par écrit si vous préférez m'exposer votre problématique de manière plus précise et complète (merci d'ouvrir mon formulaire de contact en cliquant ma bannière web ci-dessous!). Je vous dis à très bientôt et ne sous-estimez pas les signes et les messages qui sont certainement ceux d'entités qui vous sont proches!

Jean-Pascal BRUNO

banniere-470x62.jpg

Partager cet article

Repost0
26 octobre 2018 5 26 /10 /octobre /2018 18:46

On a beaucoup épilogué sur les Indiens Tarahumaras ou peuple Raramuri d'une région montagneuse et isolée de Chihuahua au Mexique. Que contrairement aux autres peuplades ils cherchaient à s'isoler afin de mieux perpétuer leurs traditions et se couper du monde occidentalisé, qu'ils avaient des rites secrets qu'ils ne partageaient pas et que leurs chamans pouvaient transporter quiconque en Ciguri, là où la pensée se mêle à l'infini. Sur les traces éphémères de ce peuple et plus précisément de leurs secrets initiatiques, le poète comédien et écrivain Antonin Artaud en 1936 tout comme le philosophe et essayiste Michel Onfray plus récemment et nombre d'autres d'intellectuels et de chercheurs de vérités existentielles ont tenté le voyage initiatique dans ces lieux désolés et arides dont l'approche reste rude tant par le climat inhospitalier que par le décalage avec la modernité dont nous sommes habitués. En effet la vie est difficile dans ces contrées ou rien ou si peu ne pousse sous un Soleil de plomb et des nuits glaciales, où le temps semble s'être arrêté pour laisser le voyageur en pleine contemplation de ce qui l'entoure et surtout de lui-même, de cette intériorité qui permet d'embrasser l'horizon du monde et de s'y placer, minuscule et immense à la fois.

Antonin Artaud, affaibli depuis toujours par la maladie, était parti empli d'un espoir, celui de pourvoir enfin se ressourcer dans ce Mexique mystérieux qui l'appelait et dont il pensait à l'époque que la force vive de ce pays allait intégralement soigner son corps et son âme, en fait il se trompait sur ce point et le souligna à son retour en France dans ses écrits, dépité par tant de déception. Pour autant il découvrit assez de ce qu'il restait de coutumes locales pour expérimenter la "danse du peyotl", c'est-à-dire cette transe agrémentée de cette substance hallucinogène issue de la racine d'un petit cactus afin d'assimiler à sa façon non pas uniquement les effets d'une drogue mais surtout les tréfonds de son esprit au regard et en abîme du monde et des forces naturelles qu'il put capter le temps d'une cérémonie. Il faut dire aussi que le Mexique avait bien auparavant et durablement été dépossédé de presque toute sa culture ancestrale au profit exclusif d'un héritage de substitution qui ne lui appartenait pas, celui de l'occident chrétien, envahisseur de la première heure et fossoyeur appliqué des traditions amérindiennes. Pourtant, les Tarahumaras avaient pu lui apporter une certaine lueur de lucidité spirituelle, ce qu'il recherchait, certes peut être noyée dans les vapeurs psychédéliques des effets de la drogue, mais n'oublions pas qu'il en était adepte depuis de nombreuses années pour en assumer sciemment les délires et consciemment les extases le rapprochant de sa quête de vérité, l'essentiel était donc réalisé, voire accompli.

Un autre homme curieux de tout,  insatiable de connaissances et de cette même vérité que l'on ne peut que vivre et non anticiper, a suivi ses pas sur les terres des Tarahumaras afin peut-être d'en retrouver l'essence tout en gardant l'esprit parfaitement alerte, c'est Michel Onfray. Dans son livre "La pensée qui prend feu - Artaud le Tarahumara", il suit le même chemin et découvre une région encore isolée de tout confort matériel où la tuberculose fait ses ravages et où rien ou presque ne subsiste de la culture ancestrale. Un constat amer qui démontre encore une fois que la mémoire des traditions peut se perdre à tout jamais, tout autant que les civilisations peuvent aussi mourir, telles celles des anciens Toltèques dont seuls les vestiges de pierres persistent et démontrent encore la grandeur perdue des secrets des Dieux en laissant derrière elle l'immense cité de Teotihuacán. Michel Onfray en observateur attentif et érudit nous donne ici un secret, celui de l'expérience in situ des lieux et des hommes pour concevoir et capter cette vérité que seul le voyage et la pérégrination peuvent apporter à l'esprit, au corps et à la curiosité de créer sensiblement du lien avec une réalité tangible directement sur place.

Encore une fois nous ne sommes pas loin du voyage dont j'avais déjà parlé, celui de Carlos Castañeda , des rêves chamaniques et des passes magiques, de la tenségrité ou de ce point d'assemblage de la réalité qui ne peuvent passer que par notre filtre personnel pour s'identifier et exister. Les démarches d'Onfray et d'Artaud ont cette faculté de nous éclairer sur des chemins déjà empruntés mais dont chacun y verra le lien qui lui manque pour compléter sa vision du monde, rien ne peut certainement remplacer cette captation du réel, du contact avec la Nature et le Cosmos, et parfois se détacher de nos propres traditions et habitudes pour s'égarer afin de mieux nous retrouver. C'est par ailleurs le but de l'initiation, nous faire perdre nos points de repère afin d'expérimenter autre chose en complément, ainsi la transe chamanique est de ces expériences essentielles qui peuvent changer notre vision du monde et faire évoluer un état d'esprit enserré dans nos contingences quotidiennes qui ne permettent pas de changer d'angle, ou de bouger ce fameux point d'assemblage pour ajuster autrement la direction de notre pensée.

Les Indiens Tarahumaras sont peut-être encore détenteurs de quelques secrets mais je pense qu'ils nous sont aujourd'hui difficilement atteignables à cause de la distorsion qu'impose partout sur la planète l'uniformité de la mondialisation des idées et des cultures, il est impératif de ne plus perdre de connaissances et d'en préserver la véritable teneur avant qu'il ne soit trop tard, tout comme toutes ces espèces animales qui disparaissent chaque jour, elles sont aussi, à l'image des cultures humaines, des témoignages vivants de l'Histoire de notre planète, elles représentent en ce sens aussi une partie de nous-mêmes que nous perdons. Encore une fois la Nature qui nous entoure, du moins celle qui reste encore, est bien une des clefs ésotériques que les chamans avaient su préserver et comprendre, ils en avaient même fait leurs totems et savaient voyager avec l'esprit du jaguar ou voler avec le vautour urubu pour protéger la forêt et atteindre la cime du ciel. Notre époque est destructrice de nos anciennes valeurs et de toutes nos ressources, si les Tarahuramas avaient encore une parole sacrée à nous transmettre ce serait celle de la préservation, de la contemplation du Soleil et de la Lune, de cette Nature à préserver et d'une quête spirituelle du bonheur en passant par une conscience universelle de nos actes. Espérons seulement qu'il ne soit pas trop tard pour contempler un autre spectacle moins réjouissant, celui d'une Apocalypse annoncée depuis des temps immémoriaux sur les fresques épiques des temples de Teotihuacán ou de Chichén Itzá.

Le sujet n'étant pas clos, je reste à votre disposition pour en discuter ou pour vous aider dans votre démarche personnelle de quête spirituelle. De même, en qualité de chaman en exercice vous pouvez me joindre si vous avez une problématique complexe à résoudre ou un rituel spécifique à effectuer. Contactez-moi très simplement par téléphone aux 01.43.48.83.01 ou 06.09.11.94.56 (numéros directs et non surtaxés) ou bien si vous préférez par écrit en m'expliquant dans le détail et précisément votre demande, ceci en ouvrant mon formulaire de contact (merci de cliquer sur ma bannière web ci-dessous pour ouvrir la page). Je vous dis à très bientôt et n'hésitez pas à lire mes autres articles qui sont en rouge dans ce texte ou sur la colonne de droite de ce blog!

Jean-Pascal BRUNO

banniere-470x62.jpg

Partager cet article

Repost0
15 octobre 2018 1 15 /10 /octobre /2018 16:50

Le titre de cet article interrogera bon nombre de lecteurs et très certainement ceux qui se sont frottés plus ou moins aux pratiques ou aux théories de Carlos Castaneda (dont j'ai déjà parlé ici: "pensée chamanique"), sorte d'apôtre quelque peu sulfureux du début des années "New-Age" avec cette dimension chamanique totalement revendiquée durant plus de trente ans mais seulement en partie élucidée et qui garde encore aujourd'hui assurément ses plus essentiels mystères. C'est donc sur cet enseignement qu'il est intéressant de revenir pour en tirer des interrogations avec parfois des éléments de réponse ou de possibles liens avec d'autres méthodes forcément ésotériques aux limites du développement personnel et de la magie. Notons de suite que cet enseignement serait issu d'un chaman mexicain (don Juan Matus) dont Carlos Castaneda aurait eu ce droit ou devoir d'en apprendre les secrets et de les dispenser à certains initiés en posture de les comprendre et de les assimiler. Il est ici principalement question d'énergie vitale, de compréhension du monde via des réalités potentiellement alternatives (appelées "réalités non-ordinaires") et des possibilités pour atteindre un état de conscience modifiée via une méthode spéciale de "traque", de "tenségrité" et de déplacement de "point d'assemblage"…

Évidemment tout ceci requiert des explications, à la fois dans les termes et dans la méthode. Il est souvent difficile voire impossible d'expliquer de manière foncièrement cartésienne les théories ou pratiques ésotériques mais il est tout à fait possible d'en relater les principes fondateurs en espérant en avoir donné une vue assez appréciable pour qu'une ouverture d'esprit puisse générer des questionnements positifs ou un foisonnement intellectuel salvateur. C'est d'ailleurs dans ce but que ce blog a été créé, pour favoriser l'émergence d'une volonté de voir les choses autrement, de repenser la réalité différemment, de sortir de clivages et de postures trop confortables pour s'interroger plus au-delà des certitudes parfois trompeuses. Ainsi, chacun se fera son avis selon son angle de vue et son ouverture d'esprit pour assimiler les divers éléments qui vont suivre, un peu à l'image d'autres de mes articles à la fois complexes et universels comme celui sur les rapports entre physique quantique, synchronicité, pensée magique et "transurfing" (de Vadim Zeland) ou bien encore sur l'incroyable théorie de la "résonance morphique" (de Ruppert Sheldrak). L'intérêt de tout ceci étant de toucher des domaines très différents pour tenter une hypothèse plus globale et apporter du sens (parfois apparemment insensé) au concept de Réalité étendue.

L'enseignement de Castaneda est avant tout fondé sur ce concept de réalité qui passe essentiellement par l'énergie. Énergie vitale mais aussi énergie universelle de notre univers et d'autres "dimensions alternatives" (ses "réalités non-ordinaires") que nous ne pouvons pas voir habituellement, sauf dans des circonstances bien précises que certains chamans ont su préserver du savoir ancestral de leurs homologues anciens. Ces "visions" d'une autre réalité sont aussi des révélateurs en soi de ce qu'est la personne qui expérimente cette méthode ayant pour principe d'entrer dans un état de conscience accrue (d'autres diraient "altérée") permettant de "rêver" (ici dans le sens de "voyager") et de se confronter aux liens subtils de ces réalités non-ordinaires.  Il est surtout intéressant de comprendre que tout un chacun peut, avec un entraînement spécifique, entrer dans cet état de conscience spécial dans un but bénéfique puisqu'il procure aussi un fantastique regain d'énergie et de facto d'accès à des informations normalement non accessibles.

Une chose encore assez terrible en soi qui nous est expliquée, c'est la nature extrêmement basse de notre condition humaine actuelle que Castaneda compare à celle de poulets d'élevage avec un but identique, celui de nourrir une espèce supérieure. Il fait référence à des entités prédatrices immatérielles se nourrissant de nos émotions et de certaines de nos pensées ou sentiments, à l'image de spectres dévoreurs de nos énergies issues de ces affects. J'ai parlé des diverses entités énergivores ici pour ceux que cela intéresse et je rejoins en partie son analyse sur ce point, avec néanmoins quelques nuances plus positives car l'on peut s'en protéger. Castaneda va plus loin encore en appliquant une méthode qui permet d'empêcher complètement la perte (et le vol) d'énergie en utilisant le concept de tenségrité (mélange de tension et d'intégrité) ou de passes magiques, une sorte de rituel basé sur des mouvements du corps propre à chaque personne. Plus compliqué encore à comprendre, un autre concept corrélatif dévoilé par le chaman don Juan Matus à ce sujet, celui du "point d'assemblage", il est ici question de la source d'énergie vitale qui relie chaque homme à la matrice de l'univers et permet donc d'entrer en contact si l'on sait visualiser par le rêve (il utilise le terme "traquer"), ce point qui se situe généralement entre le plexus solaire et le nombril mais peut se déplacer.

L'intérêt principal des passes magiques (de la "tenségrité") réside dans cet apport d'énergie et dans le fait de ne plus en perdre, donc d'en stocker, notamment en empêchant les entités de puiser dans nos réserves. Cette énergie est aussi nécessaire à la traque du point d'assemblage afin de pouvoir le visualiser et l'utiliser. Dans certaines circonstances (provoquées ou subies) ce point peut aussi se déplacer et provoquer des déséquilibres entraînant des maladies ou au contraire bien plus positivement ouvrir une vision sur d'autres horizons de la réalité puisqu'il décentrerait les filtres personnels de perception de la réalité, ces derniers nous maintenant habituellement dans un seul axe ils pourraient nous montrer alors ces autres réalités non-ordinaires. Les chamans racontent souvent des histoires terrifiantes ou paradisiaques sur ces mondes qui seraient des dimensions inscrites dans notre plan de réalité mais totalement invisibles à nos sens car sous des fréquences inaccessibles, sauf sous certaines conditions (transes, drogues ou rituels anciens). Ces voyages spirituels sont autant d'épreuves pour l'individu qui peut rencontrer son double énergétique, des entités savantes qui dévoilent un futur proche ou lointain pour lui-même et pour l'humanité, mais aussi de terrifiants démons...

Dans une même direction, un grand nombre de civilisations et de traditions, surtout en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud relatent ces voyages ou ces rêves avec des méthodes qui s'apparentent aux mêmes rituels de danses sacrées et de mouvements ou de postures permettant au corps d'entrer en phase avec des angles de réalités différentes. Il est intéressant de comparer des termes ou des méthodes ayant finalement le même but, celui de nous permettre d'approcher des connaissances cachées (ou oubliées) et de mieux appréhender le monde via le rapport intime que nous avons individuellement avec celui-ci, sans oublier l'ensemble des liens invisibles qui nous relient tous. Faut-il voir une transgression des droits qui nous ont été alloués dans cette existence, à vouloir toujours aller plus loin dans cette quête de dévoilement? Certains initiés, assimilés au mouvement New Âge, parlent aussi d'Ascension de l'Humanité qui aurait des cycles vibratoires afin d'évoluer vers d'autres horizons de réalité supérieure, faut-il regarder dans cette direction? Je vous laisse seul juge d'en comprendre la teneur exacte et d'y voir une certaine vérité, à chacun son libre arbitre, à chacun sa liberté d'y croire, ou non.

Encore une fois le sujet étant complexe il est possible que vous ayez des questions, par conséquent je reste à votre disposition pour y répondre ou vous donner des pistes si vous préférez chercher par vous-même la voie qui vous convient. Je suis joignable par téléphone aux 01.43.48.83.01 ou 06.09.11.94.56 (numéros directs et non surtaxés) ou bien par écrit via mon formulaire de contact qui s'ouvre en cliquant ma bannière ci-dessous. Étant comme vous le savez sorcier chaman, je vous conseille la lecture de mes autres articles (ceux en rouge dans le texte ou d'autres en liste sur la droite de ce blog). Dans tous les cas je suis aussi disponible dans le cadre de mon activité professionnelle pour résoudre des problématiques qui vous semblent complexes et qui demanderaient des rituels spécifiques et une analyse plus profonde. Je vous dis à bientôt et bonne lecture, la véritable Connaissance s'acquiert par des chemins que l'on n'apprend pas mais que l'on emprunte au détour de multiples croisements. Faites les bons choix!

Jean-Pascal BRUNO

banniere-470x62.jpg

Partager cet article

Repost0
30 septembre 2018 7 30 /09 /septembre /2018 17:45

Le "Libre arbitre" en magie est une conception dont le profane pense qu'elle est secondaire alors qu'elle est fondamentale pour l'initié dans le principe même de la réalisation du rituel et de la volonté conjuguée du demandeur et du praticien pour mettre en œuvre des travaux en accord avec les Grandes Lois. Cela est très certainement dû à l'apparente fausse simplicité de la notion de libre arbitre qui pourtant se révèle d'une terrible complexité si l'on commence à l'approfondir à la fois de manière purement théorique mais aussi et surtout dans la mise en pratique réelle, laquelle requiert d'essentielles connaissances ainsi qu'une analyse fine des paramètres du contexte et des protagonistes. Les Grandes Lois ésotériques et naturelles, c'est-à-dire celles qui conditionnent l'existence et la vie, nous rappellent à chaque instant que nous sommes tous confrontés ici-bas à des interdits, visibles ou invisibles, sortes de barrières physiques et mentales qui guident nos décisions ou plus simplement les pas nous entraînant vers des sentiers à explorer pour notre évolution. Mais la véritable question qui se pose n'est-elle pas celle de notre réelle autonomie à penser et à agir en toute conscience de nos possibilités, et qui ou quoi nous impose cette limitation existentielle dans nos capacités et dans nos choix?

Cet article fait évidemment écho au précédent qui concerne le karma (à lire ici) puisque notre libre arbitre serait plus ou moins contraint par l'incidence de nos actes selon le principe de causalité et des effets induits, bons ou mauvais pour nous et pour autrui. Il y a déjà une première barrière dans nos choix lorsque nous effectuons une action, c'est celle qui nous interroge sur les conséquences de ce que nous allons faire et qui peut intervenir comme une sorte d'autocensure salutaire, ou non… Par exemple si quelqu'un décide de se venger d'une injustice, est-ce que cela sera véritablement utile pour lui-même ou est-ce que la situation peut au contraire encore plus s'envenimer sans fin et même dépasser le cadre personnel pour s'élargir collatéralement à un groupe plus large (escalade de vengeances sans fin, sorte "d'intifada"). Il en va de même en magie lorsqu’un praticien se voit proposer par un demandeur d'effectuer un envoûtement pour venger une injustice, est-ce une injustice réelle ou imaginaire, est-ce utile à la personne dans le sens où cette action va agir sur son karma de manière neutre, positive ou négative? On voit de suite que la liberté de choisir devient vite une contrainte lourde de responsabilités si la bonne analyse n'est pas réalisée.

Et combien même! Il est plus qu'évident que dans le monde la majorité des décisions ne sont pas justes et toujours positives pour le plus grand nombre, c'est d'ailleurs pour cela que les inégalités persistent et que certains prospèrent allègrement sur le dos de tous les autres en mode pyramidal, alors que penser de cet état de fait sinon que nous avons affaire à un monde chaotique soumis irrémédiablement à l'entropie destructrice qui dévalue et corrompt la plupart de nos actions? Ne nous en alarmons pas pour autant, en constatant que notre environnement si dynamique en possibilités est finalement aussi empli de chaos puisque c'est bien l'un qui engendre l'autre et inversement, j'en ai d'ailleurs parlé ici dans cet article en ce qui concerne l'entropie et le chaos dont émerge le principe de la vie, celui de la mort et donc d'un cycle qui se perpétue à tous les niveaux, de l'échelle atomique en passant par l'homme jusqu'au macrocosme des étoiles et des galaxies.

Mais l'être humain, bien qu'il soit soumis à ce chaos ambiant, peut effectivement de par sa pensée contrer un temps sa propre dégradation (entropie), générer des actions, créer de l'information, fabriquer des objets, et même se reproduire! Et comme dirait Spinoza: "l'Homme se croit libre car il ignore les causes qui le détermine", et donc c'est souvent en toute méconnaissance que l'Homme agit sans véritablement se poser la question du pourquoi de son action mais surtout si celle-ci sera bonne ou mauvaise, il y a déjà un déterminisme dans ses choix qui s'effectue en amont même de sa pensée et de ses actes, il y a donc une force qui le pousse à aller dans une direction sans qu'il en soit conscient: les initiés y voient dans cette force qui oriente nos choix la Loi du Karma. C'est ici que la prise de conscience différencie fortement le profane de l'initié puisque l'un se soucie uniquement de ses actions tandis que l'autre y ajoute un regard expert sur la source initiale et sur le but réel de ses pensées et actes. Ainsi, l'initié, s'il est aussi praticien des arts de la magie, aura un angle de perception plus aigu sur la réalité des faits, des désirs et des buts, d'une certaine façon l'initié aura une vision plus vraie de l'existence et du chemin à parcourir.

Dans ce sens, le libre arbitre en magie est limité par cette conscience que toutes les demandes ne sont pas justifiées ou qu'elles disposent d'une information secrète émanant de la Loi du Karma qui imprime sa direction et parfois organise sciemment des impasses existentielles afin d'apporter une plus-value en matière d'expérience et de "leçon" à retenir, une sorte de passage à franchir pour aller de l'avant, parfois en trébuchant en route, parfois en se perdant dans ce labyrinthe des possibles, parfois encore mais plus rarement en prenant un raccourci au-dessus des obstacles et des murs qui se dressent. Le praticien doit donc être avant tout à l'affût des informations karmiques que l'on (entités gardiennes ou autres) laisse à portée sur le demandeur pour en décrypter la nature, l'orientation réelle et la marge de manœuvre à opérer lors de travaux et rituels de magie. De facto la vision de la problématique qui se présente n'a plus la même teneur que celle très terre à terre qui est exposée par le demandeur, au contraire elle devient la source d'informations sur le parcours karmique à suivre pour en relever les défis, celui du problème visible et conscientisé, et surtout celui du problème existentiel invisible et dont le demandeur n'a pas conscience. Le praticien expérimenté se doit de travailler sur plusieurs niveaux, il a obligation de prendre en compte l'angle karmique de la problématique, par contre c'est à lui seul d'en informer ou non le demandeur si cet aspect des choses cachées apporte néanmoins un plus positif à son action.

La conséquence de cette prise de conscience par le praticien de la réalité karmique du demandeur peut alors aboutir à des paradoxes puisque parfois les travaux devront être effectués pour finalement établir le constat qu'ils ne peuvent rien apporter de plus que ce que le karma a déjà programmé d'avance, c'est-à-dire que si le demandeur demande à résoudre une épreuve difficile il est possible que le praticien ne soit que l'intermédiaire conscient opérant pour faire accepter cette finalité karmique et non pour l'en empêcher… Dans ces cas complexes, il est assez peu aisé d'expliquer au demandeur que son épreuve est nécessaire pour être en accord avec la loi karmique et lui être finalement bénéfique au bout du chemin, mais parfois il est aussi possible d'aborder la vérité de face et de ne rien cacher. C'est à ce choix, ici de réel libre arbitre du praticien que l'on reconnaît un véritable professionnel et initié en ces termes dont j'ai déjà dévoilé le mystère: "savoir, vouloir, oser, et se taire" (lire mon article ici sur ce thème).

En sachant que vous aurez des questions comme à chaque édition d'article, je reste à votre disposition pour vous éclairer ou pour vous aider si vous avez à résoudre une problématique personnelle complexe. Vous pouvez me joindre dans le cadre de mon activité professionnelle en qualité de sorcier chaman par téléphone aux 01.43.48.83.01 ou 06.09.11.94.56 (numéros directs et non surtaxés) ou bien par écrit pour m'expliquer dans le détail votre problème afin que je puisse vous répondre précisément, pour ce faire merci de cliquer ma bannière web ci-dessous pour ouvrir mon formulaire de contact prévu à cet effet. Je vous dis à très bientôt et peut-être à tout de suite pour que vous puissiez exercer votre libre arbitre de manière encore plus consciente et sereine!

Jean-Pascal BRUNO

banniere-470x62.jpg

 

Partager cet article

Repost0
26 septembre 2018 3 26 /09 /septembre /2018 16:57

Le Karma, voici un mot allègrement passé dans le langage courant dans des expressions comme "avoir un bon ou un mauvais karma" ou bien encore "ça ne va pas être bon pour mon karma", mais la plupart du temps personne ne cherche vraiment à approfondir plus loin ni à en comprendre les subtilités qui sont à la fois nombreuses et difficiles à suivre si l'on va jusqu'au bout de la réflexion. En effet, le karma implique de multiples liens qui s'entremêlent sur des domaines d'ordre idéologique, philosophique, psychologique et évidemment un peu ésotérique voire même éminemment religieux à la base. Ceci dit, tout l'intérêt de vouloir comprendre le concept de karma réside avant tout dans ce que l'on va en faire soi-même et non pour parader dans des cercles d'intellectuels pour montrer que l'on a un cerveau susceptible d'apprécier certains modes de pensée qui dépassent la moyenne du QI de la population. Car oui il est vrai, qu'en général au quotidien le quidam à d'autres choses plus terre à terre à penser ou à faire sans pour autant savoir que justement le karma est une notion qui en pratique touche absolument toutes ses actions à des fins d'évolution personnelle. Le sujet est donc peut-être à prendre en considération si l'on cherche une certaine vérité intérieure et que l'on désire en savoir plus pour profiter de ce que nous enseigne ce fameux karma dans sa profonde logique.

Déjà, le terme lui-même apporte les éléments significatifs puisque sa provenance issue du sanskrit désigne "l'action" sous toutes ses formes et aussi de facto les conséquences induites selon un rapport de causalité et d'effets produits assez faciles à comprendre d'emblée. Mais nous le verrons certainement cette notion est néanmoins difficile à concevoir intégralement en pratique lorsqu'il faut soi-même prendre en compte ses actions physiques, mais aussi ses paroles ou ses propres pensés intentionnelles, soit un assez large faisceau d'actions qui conditionnent la loi du même nom (loi du karma ou loi karmique). Pour entrer dans le détail, les actions physiques sont plus ou moins évidentes, si par exemple vous frappez quelqu'un, alors vous le faites de manière intentionnelle (on ne porte pas de coups par hasard) et cette action sera comptabilisée en bien ou en mal (nous verrons plus loin), par contre si vous entrez dans un magasin de porcelaine et que vous glissez de tout votre long directement sur une vitrine en la cassant alors il semble bien que vous ne l'ayez pas fait de manière intentionnelle (ou alors vous êtes cascadeur…). A priori, heureusement ou non, certains évènements de notre vie "nous échappent", c'est-à-dire qu'ils ne sont pas toujours prémédités ou anticipés, un peu à la manière de ces "black swans", ces hasards sauvages (dixit Nicholas Taleb) qui constituent le sel même de la vie, car tout ne semble heureusement pas écrit sur notre chemin et par conséquent il reste apparemment encore une belle part d'incertitude dans nos actions tout en respectant notre libre arbitre sur des choix "pré-codifiés d'avance".

La loi du karma, issue initialement des religions orientales (hindouisme, bouddhisme, sikhisme et jaïnisme), fait d'ailleurs appel principalement à cette notion de choix volontaires et conscients qui implique non seulement une responsabilité des actes comme dans notre exemple simple ci-dessus mais aussi de nos paroles et pensées (c'est-à-dire de nos intentions non encore exprimées dans l'action). L'on peut comprendre qu'au stade de la parole l'on puisse déjà y voir une forme d'engagement personnel que l'on peut suivre ou bien renier via notre entendement à en juger la pertinence par la "réflexion" (terme assez ambigu, il peut s'agir d'une réflexion intérieure auto-correctrice ou d'une réflexion infléchie par le biais du contact miroir d'autrui), par contre en amont de la parole, la pensée est encore plus volatile et presque en constante mutation, à un tel point que l'on peut se poser légitimement la question de notre responsabilité dans l'élaboration d'une idée en pleine germination (lire mon article sur la théorie de la "résonance morphique")… Pourtant, la loi karmique nous engagerait jusque dans nos pensées, bonnes ou mauvaises en nous distribuant le karma positif ou négatif correspondant, mais bien heureusement en se basant uniquement sur l'intention finale qui en résulte. Il n'est pas ici sans rappeler la dualité chrétienne du bien et du mal, la notion de péché en fonction du comportement de l'individu et son accession à un paradis (ou inversement une descente aux enfers) après l'existence terrestre.

Dans cette direction de l'existence d'une dimension au-delà à la vie terrestre, le karma représente à la fois la matière et l'outil qui vont orienter radicalement ce que l'on appelle le "samsara", c'est-à-dire un cycle de réincarnations successives, lequel représente le fondement des religions orientales. Ce samsara définira la future réincarnation sur de multiples critères et objectifs à suivre en fonction du "calcul" fournit par le karma sur la vie précédente, un karma bon ou mauvais entraînera des conditions plus ou moins satisfaisantes dans la vie future mais aussi imposera à l'individu de réparer ses erreurs et de corriger ses fautes, ceci selon un cycle répétitif et jugé "infini" (au sens terrestre des valeurs). Le but principal de l'ensemble de ce processus, de calcul de karma et de renaissances via le samsara, permet à l'âme immortelle d'un individu de se perfectionner en passant par les souffrances et les expériences terrestres qui lui fourniront le terrain propice à s'élever pour atteindre le nirvana, le but ultime de libération de l'âme qui pourra enfin accéder à un état supérieur en rompant le cycle des réincarnations et de retour à la matière (hors d'un corps  physique).

Il est intéressant de mettre en perspective plusieurs domaines qui se recoupent, notamment celui concernant la mort avec par exemple les EMI (expériences de mort imminente, ou NDE en anglais) dont j'ai parlé dans ces articles ici et , où généralement des entités désincarnées (c'est-à-dire sans corps, des êtres "éthérés") nous accueilleraient pour vérifier avec nous ce que nous avons accompli durant notre existence et en faire l'inventaire, l'on peut y voir d'une certaine façon une application du processus du samsara via le karma ainsi exposé et analysé. Faut-il voir dans ces entités les "anges" de la religion chrétienne avec l'aura immatérielle qui serait la leur? Peut-être, mais finalement toutes les religions nomment ces entités selon leurs coutumes et traditions, que ce soient des demi-dieux, des djinns, des archanges, esprits désincarnés ou autres créatures célestes, elles ont toutes pour fonction de juger ou jauger nos expériences terrestres et nous orienter "potentiellement" sur une réincarnation selon "certains" critères ou bien peut-être nous libérer des entraves de la vie terrestre. D'où nous sommes l'on peut effectivement tout imaginer puisque nous ne gardons strictement aucun souvenir de nos existences passées de manière consciente. Chacun se fera d'ailleurs son avis personnel!

En considérant ce système lié à la loi karmique et au samsara, l'on peut se demander légitimement si le fait de nous laisser parfois faire n'importe quoi ici-bas n'est pas une gageure ou même un piège en forme de prison, ou alors nous aurions probablement aussi un "ange gardien" (de ladite prison…) pour nous guider mais celui-ci nous semble la plupart du temps absent et nous laisse exercer notre libre arbitre joyeusement au bord du gouffre, au risque de nous berner nous-mêmes en prenant des voies conduisant à de dangereuses impasses. Mais n'est-ce pas justement le but du jeu que d'expérimenter tous les désagréments possibles ou d'en avoir l'exercice pour mieux ensuite en faire la démonstration par le vécu que nous avons appris quelque chose qui nous servira? Une sorte d'école de la vie (terrestre) pour mieux appréhender un autre type d'existence plus "raffiné", dans le sens d'une expurgation de ses scories négatives? La question reste ouverte et chacun aura encore une fois ses convictions sur ce point.

Pour continuer cette conversation vous pouvez me joindre par téléphone aux 01.43.48.83.01 ou 06.09.11.94.56 (numéros directs et non surtaxés) ou bien m'écrire en passant par mon formulaire de contact (merci de cliquer sur ma bannière web ci-dessous pour ouvrir ma page). Je reste bien évidemment aussi à votre disposition dans le cadre de mon activité professionnelle en qualité de sorcier-chaman afin de vous aider si vous avez une problématique personnelle complexe à résoudre (vous pouvez lire mes autres articles ci-contre pour voir les thèmes que j'aborde). Je vous dis tout simplement à très bientôt!

Jean-Pascal BRUNO

banniere-470x62.jpg

Partager cet article

Repost0
14 septembre 2018 5 14 /09 /septembre /2018 19:59

J'ai souvent parlé de la "Réalité" au coeur de mes articles et il est des théories sur lesquelles on tombe "presque" par hasard pour qu'ensuite tout s'éclaire comme un flash en s'ajustant parfaitement avec d'autres Connaissances… Il en va de l'incroyable hypothèse (non démontrée scientifiquement) des "champs morphiques" de Ruppert Sheldrak. Ancien biochimiste, il émet en 1981 dans un ouvrage polémique ("Une Nouvelle Science de la Vie : l’Hypothèse de la Résonance Morphique") l'hypothèse suivante: toute chose, animale, végétale ou minérale dispose d'une structure cachée, une sorte de matrice de construction ou "schème" qui lui permet de mémoriser les évolutions de la matière selon des étapes qui agissent par accumulation d'expériences en provoquant des changements futurs ou mutations à venir d'autant plus fortes qu'elles se reproduisent plus fréquemment. Ce phénomène étant appelé "résonance morphique", l'ensemble de cette matrice serait constitué de divers "champs morphiques", des plans en constante mutation encadrant à la manière de poupées russes invisibles tout ce qui existe, du plus petit atome jusqu'au plus vaste évènement cosmique pour en complexifier la nature et la structure.

Tout ceci nous fait immédiatement penser plus ou moins à Matrix ou bien pour les moins cinéphiles et plus initiés à une autre théorie décriée à l'époque, celle de la "mémoire de l'eau" du biologiste Jacques Benveniste. Mais en 1988 Ruppert Sheldrak va encore plus loin avec son nouvel ouvrage "La Mémoire de l’Univers : Résonance Morphique et les habitudes de la nature" où finalement ces champs morphiques (ou morphogéniques) existeraient aussi finalement pour tout schéma de pensée, il y aurait donc aussi une sorte de mémoire collective stockée, analysée, comptabilisée et en perpétuelle évolution, l'intellect humain par exemple ne serait pas contenu dans le cerveau car celui-ci n'en serait que le récepteur, à l'image de l'ordinateur avec le programme logiciel en amont, le hardware suivant le software (le tout en sous ensembles de plus en plus grands, du personnel ou identitaire, au collectif voire à l'espèce et même lié à l'ancestral, c'est-à-dire au passé en interrelation jusqu'au présent). Bien entendu, en approfondissant un peu l'on imagine la révolution dans le domaine des sciences mais aussi des religions ou de la psychologie, si toute chose physique ou même immatérielle comme l'esprit se retrouvait liés à un tel système matriciel invisible se situant dans un autre plan d'existence, cela ouvrirait des perspectives immenses quant à la compréhension du monde, de la nature et de notre propre réalité existentielle et devenir.

L'hypothèse de la résonance morphique expliquerait de facto assez facilement des lois ésotériques comme la loi d'attraction ou même la Table d'Émeraude puisque située sur un plan supérieur tout ce qui est en bas agirait sur ce qui est en haut et inversement. Le principe majeur à bien comprendre dans cette théorie reste surtout que c'est finalement la répétition de petits schèmes spécifiques collectés qui développe une accumulation dans le champ morphique correspondant pour ensuite le restituer en retour et le renforcer de plus en plus, il y a ici comme le filet d'eau qui va se creuser et se fortifier au fil du temps pour créer un fleuve en devenir… Appliqué au domaine des idées, un premier archétype à l'échelle personnelle en entraînera un deuxième, puis d'autres pour finalement "monter en grade" pour en faire une notion collective de l'idée en cours, ce qui expliquerait que parfois l'on dise qu'il y a "une idée dans l'air", ici le champ morphique agirait comme dispensateur d'idées à plus grande échelle sur tous les cerveaux. L'on voit ici aussi poindre une idée que C.G. Jung avait en tête avec son inconscient collectif et l'explication des paradoxes issus de la synchronicité, mais je vous laisse seul juge d'en faire l'analyse.

Tout ceci n'est pas sans rappeler la très intéressante théorie du "100e singe" relatée par Ken Keyes, où l'apprentissage d'un individu sur une tache (ici un singe du Japon se mit un jour à laver une patate douce avant de la manger), puis de plusieurs sur la même tache pour arriver au 100e impliquerait qu'à un moment de "masse critique" que tous se mirent à connaître cet apprentissage et à le suivre (ici dans cet exemple tous les singes de la colonie des îles japonaises se mirent soudain à laver leur patate douce avant de la manger), ceci sans pour autant l'avoir expérimenté eux-mêmes auparavant… Dans cette perspective l'on pourrait penser que la résonance morphique d'un individu, puis d'un groupe restreint se propage à l'ensemble d'une colonie ou d'une espèce… Ruppert Sheldrak fait la même analyse animalière avec des mésanges ayant appris à ouvrir les bouteilles de lait en Angleterre durant la dernière guerre ou avec un autre exemple plus grégaire lorsqu'un banc de poissons sait "d'instinct" se déplacer pour se sauver d'un prédateur… Plus déroutant encore lorsque la répétition comportementale s'effectue non pas via un animal mais sur un produit chimique nouveau en cristallisation, les chimistes constatent que pour fabriquer (cristalliser) un nouveau produit chimique une toute première fois cela est extrêmement difficile, mais que plus l'on répète de par le monde l'expérience et plus il est facile d'obtenir ce nouveau produit, Rupert Sheldrak y voit l'action de la résonance morphique qui aiderait le phénomène chimique à se reproduire de plus en plus facilement: le champ morphique du nouveau produit chimique se renforcerait d'autant plus qu'il se répéterait en lui donnant un gain de réalité et de faisabilité!

On imagine la vaste portée du raisonnement qui se présente à nous, si les comportements, les pensées, les êtres vivants et même les atomes sont inclus dans ces champs morphiques qui génèrent d'une certaine façon la Réalité en devenir, alors c'est bien tout un nouveau paradigme existentiel qui s'ouvre tant au niveau de notre mode de compréhension du monde en terme de connaissance globale qu'au niveau même de notre propre réalité individuelle en terme d'identité puisqu'il faut voir dans cette théorie des champs morphiques une théorie holistique qui regroupe absolument tout, nous y compris. Les initiés verront aussi dans les champs morphiques  une réminiscence forte du concept plus ésotérique et récurrent dans de multiples traditions de ce que l'on appelle les Annales Akashiques, sortes de mémoires universelles de nos existences passées, présentes et même existences futures potentielles. L'on sent alors peut-être une genèse fusionnelle en perspective, elle mêlerait irrémédiablement la science et la religion, l'individu et l'humanité, l'atome et le cosmos, le visible et l'invisible, le temps et l'infini, ce TOUT, faudrait-il alors lui donner un nom? J'en vois déjà souffler des réponses, mais encore une fois à vous d'y réfléchir!

Merci d'avoir lu cet article, parfois un peu ardu avec des références essentielles à suivre si possible pour en apprécier les interrelations multiples… Si vous désirez continuer la discussion ou bien me poser des questions, n'hésitez pas à me joindre, je reste à votre disposition aussi pour toute problématique personnelle afin de vous aider dans le cadre de mon activité de sorcier-chaman. Vous pouvez me téléphoner aux 01.43.48.83.01 ou 06.09.11.94.56 (numéros directs et non surtaxés) ou bien m'écrire en m'expliquant précisément votre requête via mon formulaire de contact qui s'ouvre en cliquant simplement sur ma bannière web ci-dessous. Je vous conseille de lire aussi mes autres articles à droite en haut de ce blog, articles qui vous éclaireront je l'espère sur mon travail et sur des points qui vous intéressent. Je vous dis à très bientôt et je vous laisse méditer sur les champs morphiques de Rupert Sheldrak, n'oubliez pas que plus nous serons nombreux à en comprendre la portée et plus notre monde pourra s'accaparer ce concept,  d'autant plus si l'on en accentue sa propre résonance morphique! La boucle sera bouclée.

Jean-Pascal BRUNO

banniere-470x62.jpg

Partager cet article

Repost0

Etude Gratuite :

http://data.over-blog-kiwi.com/1/48/86/80/20150515/ob_c7701b_etude.jpg

  Pour toute demande de rituel

 magique ou d'étude gratuite 

téléphonez au 06.09.11.94.56

(appel direct et non surtaxé)

ou bien aussi ici sur mon site

Rechercher