31 août 2018 5 31 /08 /août /2018 18:59

Dans l'article précédent sur "devenir sorcier ou sorcière" j'ai abordé de manière assez générique des conditions "sine qua non" plutôt d'ordre pratique et psychologique afin d'exposer un point de vue finalement assez connu pour mettre en garde ou pour prévenir tout un chacun qui voudrait s'y atteler sérieusement. Mais toucher à l'ésotérisme, aux grandes Lois connues des initiés ou bien vouloir commencer à exercer repose sur des préceptes bien plus complexes que le simple fait d'acquérir une certaine Connaissance propre à la Magie pour en faire usage un jour… Il existe en effet de manière encore plus pratique à retenir mais infiniment plus difficile à appliquer les "quatre piliers" qui font office de charte à connaître et à suivre, ce sont les quatre mots de l'initié: Savoir, Vouloir, Oser, se Taire. Quatre mots simples qui en apparence recouvrent assez nécessairement une attitude emplie de sagesse ou de savoir-être pour user correctement d'un savoir-faire ésotérique, ce sont donc quatre principes à retenir, à comprendre et à suivre dans une démarche allant du simple novice à l'initié de haut rang en exercice. Chacun y verra, au début, ses propres restrictions personnelles pour petit à petit élargir un champ d'action de ces principes à toute chose utile en passant par soi-même comme point de départ, ainsi l'Alpha et l'Omega se rejoignent, ce qui est en bas se positionne comme ce qui est en haut (table d'émeraude), et tout est lié.

L'origine de ces principes se perd à la fois dans les mythologies terrestres de toutes les civilisations sous bien d'autres termes ou notions, l'on a même vu des correspondances avec les quatre éléments (air, eau, feu et terre) dans ce qu'ils pouvaient refléter effectivement de symbolique ou de représentatif, l'on peut aussi y quantifier des nombres par la science de la Gematria, je vous laisse calculer… Une chose est certaine, c'est que toute doctrine ou gnose se présente avant tout comme une Connaissance et qu'il faut donc apprendre avant de mettre en pratique, c'est-à-dire qu'il faut SAVOIR: savoir se placer soi-même dans l'univers, savoir ce que sont les Lois universelles, savoir ce que sont les liens subtils qui unissent toutes choses. Sur le point de la Connaissance, celle-ci est pratiquement infinie et elle ne peut se contenir que partiellement dans le crâne d'un homme normal, alors il est des domaines de cette Connaissance absolue qui lui seront cachés mais qu'il pourra néanmoins trouver par lui-même dans l'initiation et l'expérimentation, à chacun sa voie à suivre et son interprétation du monde et de l'existence en fonction de son but et de ce qu'il est intrinsèquement. Dans tous les cas l'on a l'habitude de dire que "science sans conscience n'est que ruine de l'âme" qui n'est pas qu'une phrase de Rabelais pour ennuyer les philosophes en mal de cogitation mais bien une orientation de ce SAVOIR, puisque finalement dans quel "sens" s'en servir si nous n'avons pas la sagesse nécessaire pour l'utiliser?

D'où notre VOULOIR. Oui savoir est une chose mais vouloir permet d'orienter cette Connaissance selon des vérités ou des mensonges, pour soi-même ou pour les autres. Vouloir est donc l'essence de notre être à chercher la vérité, à persévérer au risque de s'égarer parfois pour mieux se retrouver ou se perdre définitivement pour certains. Vouloir c'est donc expérimenter sans cesse pour approfondir et affiner, tout comme la quête de la Pierre Philosophale à toujours s'en approcher sans jamais l'atteindre, vouloir c'est pousser indéfiniment cette pierre comme Sisyphe en haut de son rocher pour devoir tout recommencer le lendemain si besoin. VOULOIR est donc une qualité indispensable pour aller de l'avant, c'est bien de volonté que l'on parle, de celle de persévérer, de souffrir en passant les obstacles, de ne pas faillir face à l'adversité et de continuer sans jamais s'arrêter même contre l'avis du plus grand nombre. L'on VEUT s'initier ou rester profane à mi-chemin, c'est aussi la signification du terme dans son aspect axé sur une volonté de progression continue dans la direction que l'on s'est imposée et d'évolution personnelle constante dans la force de son esprit que l'on y projette. Vouloir c'est aussi s'opposer à l'esclavage de l'instinct et de l'ignorance ou s'opposer à l'avidité d'un pouvoir sans limites que l'on ne contrôle plus…

Ce qui nous dirige justement sur: OSER. Car il faut oser diriger sa volonté pour que celle-ci ne se fourvoie pas dans des chemins labyrinthiques qui n'aboutissent nulle part, et pourtant savoir que l'audace paie si l'on persévère dans la bonne direction sans plier sous le doute. Il est de plus grands obstacles que soi-même et que ceux que l'on n'ose pas surmonter, il faut oser défier les interdits pour mieux les comprendre, il faut oser le risque pour en  prendre conscience, il faut oser autrui et ne pas le réfuter et atteindre la sagesse d'une communion qui n'exclut pas mais qui complète. La détermination de ce terme n'est pas à confondre avec la volonté, cette dernière est nécessaire pour commencer le mouvement, elle l'initie, par la suite d'audace de celui qui ose permet à cette volonté de s'exprimer pleinement et durablement quels que soient les obstacles, quelles que soient les fausses vérités assénées par le plus grand nombre, c'est aussi accepter sciemment d'être l'initié solitaire parmi la cohorte de profanes aveugles qui décrient à tue-tête à s'en rendre sourds ce qu'ils ne peuvent ni voir ni oser comprendre, au risque de se détacher du groupe. OSER c'est enfin sans vergogne défier la peur qui à elle seule résume la crainte de se dépasser et de se perdre pour se déconstruire à défaut du contraire. Ce stade est difficile à appréhender au commun s'il ne prend pas le risque de devenir ce à quoi il aspire en se détachant des nombreuses illusions qui lui ont été implémentées et dont il devra se défaire pour devenir lui-même un véritable initié en puissance.

Enfin, faut-il SE TAIRE pour perdurer et exister en qualité d'initié? Il est dit: "Ne donnez pas aux chiens ce qui est sacré, ne jetez vos perles aux porcs, ils pourraient bien les piétiner, puis se retourner contre vous pour vous déchirer", je vous laisse chercher d'où cette phrases est extraite, elle résume une des faces pour expliquer notre quatrième pilier. Parfois mieux vaut se taire pour ne pas dénaturer sa propre Connaissance face à l'hypocrisie ou à l'endoctrinement, il est raisonnable de garder son savoir si celui-ci ne peut être compris. Dans la même veine, il ne sert à rien de vouloir se vanter de ce que l'on sait au détriment d'autrui, ce serait oser une provocation inutile et dangereuse avec comme finalité une double nuisance, sur soi et contre celui que l'on vise. La sagesse passe plus souvent par le silence de l'analyse et d'un certain renoncement à vouloir embrigader parce que justement l'on sait… Ce dernier terme clôt l'ensemble des quatre en fermant le cercle, il scelle une initiation pratique par l'exercice du savoir, du vouloir en osant et en ne révélant pas forcément afin de préserver, voire de transmettre à qui de droit. L'on comprend vite que le savoir seul ne peut rien oser de bon, que le vouloir seul ne peut que s'égarer, qu'oser sans savoir s'est risquer gros mais que se taire à jamais ne sert à rien non plus. L'étude s'inspire du silence mais se doit d'être confrontée au dialogue sans vouloir imposer mais en composant, tout comme une partition musicale d'une symphonie ne pourrait voir le jour sereinement dans la cohue et le brouhaha, elle ne servirait strictement à rien si personne ne pouvait ensuite l'écouter. La Magie est de ces symphonies que l'on écrit avec son âme et que l'on joue avec son être.

Comme d'habitude je reste à votre disposition pour continuer à débattre sur le sujet de cet article ou si vous avez besoin d'aide dans le cadre de mon activité professionnelle en qualité de Sorcier-Chaman pour résoudre des problématiques qui vous semblent difficiles (merci de lire les autres articles ci-contre pour voir les domaines que j'aborde). Pour ce faire joignez-moi simplement aux 01.43.48.83.01 ou 06.09.11.94.56 (numéros directs et non surtaxés) ou bien écrivez-moi dans le détail votre demande afin que je puisse vous répondre précisément en retour (merci de cliquer sur ma bannière web ci-dessous pour ouvrir mon formulaire de contact). Je vous dis à très bientôt et que nos quatre piliers, SAVOIR, VOULOIR, OSER, SE TAIRE, nous soient à tous pleinement bénéfiques!

Jean-Pascal BRUNO

banniere-470x62.jpg

 

Partager cet article

Repost0
25 août 2018 6 25 /08 /août /2018 16:30

Être sorcier… Voilà le mot qui fait peur ou bien qui amuse selon que l'on connaisse un tant soit peu la magie opérative ou que l'on préfère plutôt aller au cinéma pour se détendre. Il n'est pas simple de faire la part des choses dans notre monde où la fiction côtoie si allègrement la réalité quotidienne de tout un chacun et d'autres réalités moins connues sur la nature de l'homme et de son environnement qui peuvent transcender le trivial et le commun. Bien entendu la science est passée par là et se doit de répondre à toutes les questions, ce qui laisse finalement le champ libre aux pragmatiques et cartésiens endurcis de délimiter notre réalité uniquement à tout ce qui peut être calculé ou mesuré, le reste n'existant bien évidemment pas ! Je dirais donc qu'être sorcier c'est finalement s'intéresser et user de toutes ces choses qui n'existent pas dans l'esprit étroit de ceux qui ne croient qu'en ce qu'ils touchent et voient; ainsi, et sans dénigrer la science qui s'occupe parfaitement de l'univers matériel, le sorcier ou le chaman s'occupe de l'univers au-delà de cette frontière, de celle qui touche au monde non matérialiste, de celle qui dépasse le socle restreint de nos certitudes habituelles pour envisager, vouloir et entrevoir une Réalité autre bien plus large aux limites de notre imagination créatrice et activée par des processus "magiques" (il faut bien nommer les choses).

Encore une fois, loin mon intention d'opposer sciences et magies puisque par définition elles ont chacune leur terrain d'application et de recherche, leurs postulas, lois et autres règles n'ayant d'ailleurs en dénominateur commun que cet être doué de raison et d'imagination qu'est l'Homme, lequel sait parfaitement quand il faut allumer du feu pour cuire sa nourriture et, nourrir son esprit avec un autre feu plus spirituel qu'il ne peut pas tenir dans ses mains… Nous serons ici tous d'accord pour dire qu'il existe un monde matérialiste constitué de molécules complexes qui nous entourent mais qu'il y a aussi cette fantastique transmutation de la matière en d'autres choses différentes qui la font changer d'état, comme l'énergie, le magnétisme, les vibrations ou mouvements ondulatoires des atomes ou bien encore d'autres types d'états subatomiques d'ordre quantique la plupart du temps très irrationnels… Ici se rencontrent peut-être deux mêmes réalités entremêlées en cette frontière entre matérialité et spiritualité? Le sorcier-chaman en est tout à fait conscient et certain, le scientifique, lui, commence aussi à se poser parfois des questions presque magiques tant leurs natures dépassent son domaine d'activité habituel.

Vous l'aurez compris, être sorcier c'est déjà avoir cet "état d'esprit" où tout est possible et où seule la barrière de l'imagination peut entraver les limites qu'il s'impose. Dans le monde du sorcier "vouloir et imaginer c'est pouvoir". La véritable magie est donc un art majeur de l'esprit qui sait dépasser les limites et les faire sienne pour agir sur le monde matériel ou sur le monde spirituel, les deux étant comme nous l'avons vu entremêlés par des "états de réalités", de ces "orientations" qui font que la matière existe et se transmute aussi sous d'autres formes selon des cycles, des phases et des rythmes. Celui qui ne sent pas ces "aspects du réel" ou ne cherche pas à les connaître ne peut absolument pas se concevoir comme un sorcier en devenir, il doit avant tout passer cette épreuve (rite de passage) qui consiste à dépasser ses limites de pensée pour accéder à un "état modifié de conscience" (j'invite le lecteur à lire deux de mes articles précédents sur le sujet ici et ici). Il est en effet rare que l'on naisse "sorcier" mais l'on peut avoir effectivement certaines prédispositions à la naissance en fonction de ce que j'appelle l'orientation karmique de la personne dans ce sens où le but de son existence sera plus ou moins en relation avec "ce vouloir" qui la pousse à chercher une réponse et à développer un Don suite à une expérience initiatique personnelle qui en fera un initié (et par conséquent potentiellement un sorcier ou un chaman en exercice). Dans d'autres circonstances c'est la transmission du Don ou plutôt un rite de passage qui peut déclencher l'accès à celui-ci via cet état modifié de conscience provoquant une ouverture d'esprit (les tribus chamaniques procèdent par ce biais)..

Dans notre monde occidental il sera néanmoins difficile de trouver une tribu en bas de chez soi pour effectuer un rite de passage… C'est donc généralement par une voie plus personnelle que peut s'effectuer la prise de conscience nécessaire afin d'envisager selon les circonstances de la vie que l'on puisse accéder à un statut d'initié, c'est-à-dire de "celui qui sait", mais ce n'est pas "parce que l'on sait" que l'on pourra néanmoins exercer, il faut plutôt y voir une première marche synonyme de commencement de cette élévation de l'esprit pour schématiser l'expérience qui ne sera d'ailleurs véritablement concluante que si la personne l'accepte et peut aussi vivre avec dans le cadre de la société profane qui l'environne (laquelle généralement rejette sévèrement toute différence allant à l'encontre de la pensée unique). C'est en effet ici que se situe toute la difficulté à tenter une démarche personnelle et volontaire afin de devenir un tant soit peu l'apprenti initié qui désire en savoir plus puisque l'ensemble de la société (de consommation…) s'y opposera au principe que cela n'apporte strictement rien à l'ensemble de la communauté, ni en croissance, ni en production ou en richesses matérielles sonnantes et trébuchantes, nos "tribus modernes" n'acceptant que le point de vue économique et commercial comme seules croyances fondamentales pour notre unique bien commun et individuel. Par conséquent, dire ouvertement vouloir devenir un initié ou chercher à comprendre "d'autres choses" revient à se mettre plus ou moins en marge de la société.

Hormis les difficultés à coexister à peu près normalement dans notre monde moderne, le sorcier se retrouve donc en décalage avec presque tout ce qui l'entoure, d'une part parce qu'il est en perpétuel combat pour tenter d'expliquer ce qu'il sait, d'autre part pour lui-même parce qu'il doit accepter cette dichotomie fondamentale qu'il vit dans une vision globale de son existence à deux polarités, l'une profane et visible par tous, l'autre plus ésotérique et subtilement cachée au plus grand nombre. Dans un tel état d'esprit, certes "extralucide", il faut aussi avoir la capacité de surmonter qu'à chaque moment l'initié soit déchiré en lui-même par ces deux univers qui cherchent à se l'accaparer et qui pourtant n'en forment qu'un seul véritable, en fait une seule Réalité plus vaste inscrite sur une ligne en équilibre sur le tracé d'une volonté qui s'exprime pleinement. Mais comme si cette complexité à exister n'était pas suffisante, vient s'ajouter que chaque initié aura aussi sa propre vision et connaissance d'une des facettes d'une Réalité en comportant une multitude jusqu'à l'infini selon les angles et les directions qui se proposeront à sa vue. Car ne l'oublions pas, la prédisposition à devenir initié est avant tout issue d'une volonté personnelle dans cette existence mais aussi et surtout d'une volonté karmique supérieure qui l'autorise afin d'accomplir un but pour son évolution, si ce but n'est pas atteint alors la dette karmique peut être négative.

Dépasser le stade d'initié pour devenir sorcier ne peut s'effectuer qu'avec une ligne directrice assez stricte qui guide afin de ne pas s'égarer, auquel cas l'apprenti sorcier peut vite sombrer dans la folie ou dans les affres de l'appel d'un pouvoir incommensurable qui le dévorera complètement au dernier stade d'un accomplissement surhumain qui détruira, heureusement pour lui, tous ses espoirs d'en utiliser ne serait-ce qu'une parcelle ici-bas et ne lui en laissera de surcroît aucun souvenir précis. Il y a donc une sorte de"pare-feu" très efficace  à l'utilisation non maîtrisée ou indue d'une Connaissance ésotérique qui serait mal utilisée ou détournée de son but premier, ce qui est plutôt rassurant. Il existe deux moyens d'être guidé dans une démarche volontaire et responsable de devenir sorcier: être coopté par un "ancien" ou par un sorcier plus expérimenté, ou bien être directement instruit par une entité gardienne qui donnera subtilement les clefs nécessaires et suffisantes pour avancer dans la bonne direction. Les cercles de sorciers existent de par le monde et c'est à chacun de prendre la responsabilité de s'y rattacher selon ses expériences personnelles et capacités à suivre des enseignements parfois peu adaptés ou contraignants, sans compter sur les impasses que constituent un bon nombre de sectes dans ce milieu fermé. Donc la plus grande vigilance est à exercer pour ne pas tomber dans des pièges. Je recommande que chacun se fasse avant toute chose une idée plus précise de l'ésotérisme et de la magie en lisant les bons mais aussi les mauvais ouvrages en la matière pour capter les vérités des uns et des autres ainsi que les mensonges qui sont légion. En ce qui concerne l'aide d'une entité, sur ce point c'est à vous seule d'en ressentir la présence et le bienfait sachant que seule votre volonté bien orientée sera capable d'en déceler la présence ou du moins les signes que l'on vous apportera…

Comme d'habitude je vous laisse la possibilité de continuer le thème de cet article en me contactant si vous avez des questions ou si vous désirez m'exposer votre point de vue. Je suis aussi disponible professionnellement pour l'élaboration de rituels spécifiques qui pourraient vous aider à résoudre des problématiques personnelles (je vous laisse d'ailleurs lire mes autres articles accessibles dans ce blog pour mieux connaître mon activité de sorcier chaman). N'hésitez donc pas à me joindre, soit par téléphone aux 01.43.48.83.01 ou 06.09.11.94.56 (numéros directs et non surtaxés) afin d'en discuter directement ensemble ou bien par écrit pour m'exposer dans le détail ce en quoi je peux vous venir en aide (pour ouvrir mon formulaire de contact, merci de cliquer sur ma bannière web qui est ci-dessous). Je vous dis à très bientôt et soyez à l'écoute des petits détails de l'existence, ils sont généralement les signes subtils que vous attendez!

Jean-Pascal BRUNO

banniere-470x62.jpg

Partager cet article

Repost0
14 août 2018 2 14 /08 /août /2018 18:03

En magie le thème de l’Amour reste crucial et la fameuse quête de l’âme sœur l’est tout autant, à un tel point que les demandes pour trouver ce double spirituel ou partenaire idéal se cristallisent sur cette possibilité alors même que bien souvent l’on ne connait pas la véritable teneur de cette quête ou la réelle nature de cet être si exceptionnel que l’on recherche. Bien des récits ont tenté d’expliquer d’où provenait cette idée presque fixe qu’il pouvait exister en ce bas monde la personne ayant cette particularité d’être l’exacte complémentarité de nous-mêmes, cet être si singulier et unique formant l’union symbiotique parfaite de deux moitiés d’un couple mythique enfin réuni. Alors comment envisager de trouver l’âme sœur et celle-ci nous est elle finalement accessible dans cette vie? C’est toute la question de cet article!

Le concept même « d’âme sœur » diffère selon les lieux, les époques et les personnes et d’ailleurs il suffit de s’en rendre compte en cherchant les définitions sur internet ou même en demandant à des amis leur point de vue sur la question. Certains n’y croient même pas ou bien peuvent légitimement douter de l’existence d’une sorte de double complémentaire, de jumeau idéal en amour ou de partenaire en parfait accord avec notre caractère et nos désirs réciproques. Il est à mon avis grandement nécessaire de séparer le mythe, sorte de légende urbaine moderne mais profane d’une réalité plus complexe et ésotérique dans sa vision et dans son approche pratique. En effet les magazines people regorgent de ces pseudo-explications en mettant en lumière la rencontre de telle ou telle star avec son âme sœur pour quelques mois plus tard nous dire que finalement la rupture était annoncée d’avance, tout ceci pour vendre du papier et écorner un peu plus l’image de mots ayant une autre signification bien moins triviale.

Dans la tradition juive et plus précisément la Kabbale, laquelle s’est elle-même inspirée de l’apport de la culture grecque et néoplatonicienne, la notion d’âme et de monde céleste est omniprésente et l’on considère que le monde est régit par des lois ici-bas issues directement de préceptes plus divins ou sacrés, ainsi prend vie la notion d’une existence éternelle sous la forme de l’âme comme émanation d’une volonté supérieure de caractériser un être dans sa globalité et non seulement dans son existence terrestre qui ne serait qu’un passage. Bien évidemment l’aspect mystique, voire religieux de la persistance de l’âme après la mort est aussi un concept qui va de paire et échafaude dans de multiples autres traditions, notamment hindouiste ou bouddhiste, la notion d’immortalité.

C’est dans cette trame ésotérique globale que nait presque naturellement l’alter ego karmique (qui persiste et suit de vie en vie), le jumeau spirituel ou « âme sœur » suivant le principe d’attraction masculin-féminin dans sa conception formelle bipolaire qui permet ainsi des rapprochements ou des unions, eux-mêmes symboles d’une unité sacrée retrouvée. Il y a donc dans la recherche de l’âme sœur une quête plus fondamentale axée sur cette unité recouvrée, celle d’un être plus complet ayant été séparé en deux lors de sa « descente » existentielle dans le monde terrestre selon la Kabbale et bien d’autres religions ou doctrines. C’est ici aussi la philosophie du mythe platonicien de « l’androgyne primordial » possédant en lui les deux moitiés à caractères masculin et féminin qu’il recherche ensuite d’instinct sur Terre (ses moitiés ayant été séparées) via le sentiment amoureux et plus généralement via la puissance de l’attraction sexuelle qui l’accompagne.

Dans une vision moins mythologique et plus moderne mais néanmoins totalement ésotérique, l’âme sœur serait plutôt de nature plus karmique, dans le sens où de vies en vies à l’issue de réincarnations successives, chaque individu rencontrerait des personnes clefs pour son évolution (et inversement ces personnes auraient aussi à apprendre de nous), ce qui impliquerait des liens spéciaux tissés au fil des existences qui pourraient se poursuivre ou se compléter au-delà de la mort. Cette doctrine apparemment très new-âge dans sa conception reste originellement d’inspiration encore une fois largement hindouiste et bouddhiste, souvenons nous par exemple de ce vieux disciple reconnaissant le jeune Dalaï Lama réincarné qu’il aurait côtoyé quelques années auparavant…

Le concept d’âme sœur fait donc directement écho au thème de mon article précédent sur la mort et le dialogue avec les morts (ici en lien) puisqu’apparemment nos proches défunts une fois désincarnés nous attendraient de l’autre côté. On peut assez justement se demander si parmi ces proches ne figureraient pas plus spécifiquement ces êtres karmiques que l’on retrouveraient de vie en vie et ayant ce statut un peu spécial d’âme sœur. Evidemment, ce qui nous intéresse aussi au plus haut point ce serait de pouvoir identifier plus facilement ces êtres durant notre vie afin de profiter du dynamisme et du bienfait de leur présence. Encore une fois, d’instinct nous serions tous capables de reconnaître ces personnes importantes, il est à noter qu’en général et plus trivialement l’on parle de « l’âme sœur » comme d’une seule et unique personne mais d’une manière plus graduée nous aurions la possibilité d’avoir simultanément plusieurs de ces êtres durant notre vie, une peu comme une sorte de fratrie karmique, avec des degrés d’importance différents selon les buts à remplir dans notre existence présente ou les erreurs à corriger (n’oublions pas cet aspect en relation avec nos dettes karmiques à payer).

Il est véritablement très simple de reconnaitre une âme sœur lorsqu’elle se présente à nous selon ce « hasard qui fait bien les choses » mais beaucoup moins facile de la trouver si on la cherche sciemment avec trop d’insistance, il est même encore plus difficile de la rencontrer si l’on en fait une règle de vie que d’en faire une quête, ce serait d’ailleurs finalement contre-productif karmiquement parlant d’en faire un but en soi… Non, la rencontre se déroule généralement de manière apparemment fortuite dans des circonstances qui ne sont jamais préméditées ou forcément désirées à dessein, mais c’est au contraire dans des situations clefs qui demandent des choix très importants que l’on peut voir venir à soit l’âme sœur pour donner une indication sur le chemin à emprunter. Par contre l’on ressent directement une présence familière à son contact, comme si la personne en question était déjà une vieille connaissance, même à la toute première rencontre arrive immédiatement cette sensation de déjà vu ou de déjà connu auparavant qui surprend toujours car on ne s‘y attend pas…

Tenter de forcer le destin en essayant d’attirer à soi une âme sœur reste presque impossible à effectuer de manière profane et en toute conscience de sa quête, c’est au contraire paradoxalement en ne la cherchant pas qu’elle vient à nous aux moments opportuns lorsqu’un tournant important de notre vie se présente. Dans le cadre de certains rituels de magie spécifiquement étudiés l’on peut détecter ces moments clefs et ainsi potentiellement prévoir l’arrivée de cet être qui dispose de réponses existentielles à ne pas manquer mais est t’il raisonnable d’anticiper de tels instants karmiques et d’une certaine façon de piéger son âme sœur à son propre jeu? Si vous vous posez la question je peux vous aider à y répondre selon votre contexte et la situation exacte dans laquelle vous vous trouvez: contactez moi aux 01.43.48.83.01 ou 06.09.11.94.56 pour en discuter ensemble, ou bien encore par écrit via mon formulaire de contact (merci de cliquer sur ma bannière de site qui se trouve ci-dessous pour ouvrir la page). Votre âme sœur est peut-être déjà auprès de vous ou très proche et vous voulez en avoir la confirmation via un rituel? Si tel est le cas je vous dis à très bientôt pour que votre vie prenne la meilleure des voies qui se présente à vous!

Jean-Pascal BRUNO

banniere-470x62.jpg

Partager cet article

Repost0
31 juillet 2018 2 31 /07 /juillet /2018 19:14

La grande Question de la Mort, celle qui nous pose ce problème majeur de notre propre fin ou disparition, a depuis le début des temps de l'humanité été l'énigme existentielle majeure qui nous a poursuivis jusqu'à aujourd'hui et qui certainement continuera encore longtemps à nous interroger sur cet au-delà dont nous ne savons pas grand-chose, sur la persistance de l'esprit après cette mort inévitable et sur une définition acceptable et un tant soit peu tangible de l'âme. Finalement c'est bien de la notion même de "réalité de notre monde" et de nous-mêmes dont il est question: la matérialité visible de notre environnement et de notre corps mortel sont-ils des limites à notre existence ou bien y a t'il "autre chose" que nous ne voyons pas et qui constitue cette véritable Réalité englobant un "après"? La portée de la résolution de cette énigme serait à elle seule une révolution historique pour notre civilisation à tous les niveaux, philosophiques, moraux, religieux, psychologiques, biologiques et scientifiques en général, sans compter que la vie elle-même telle que nous la connaissons n'aurait tout simplement plus jamais la même signification… Dès lors, vouloir penser qu'il est possible de communiquer avec un tel "Au-delà" présume d'être pleinement conscient de ce questionnement existentiel tous azimuts avec les conséquences qui en résultent et une sagesse (ou une folie) qui dépasse tout entendement "normal". C'est pourtant ce que nous allons voir ensemble et posons comme "véridique" en postulat pour pouvoir continuer.

Actuellement absolument personne ne dispose de La preuve scientifique indéniable que l'esprit perdure après la Mort, celle-ci marquerait donc "de facto" de son terrible et définitif sceau notre destruction totale, corps et esprit confondus. Mais ne pas avoir de preuve scientifique n'empêche nullement certaines personnes de porter un témoignage positif sur cette possibilité d'avoir réchappé à la mort et d'en être revenu avec un souvenir "vécu", ce qui relance avec force le débat et pose encore plus de questions, notamment sur notre capacité à bien concevoir le monde avec des outils scientifiques en lesquels nous avons "foi" (la science est de cette nouvelle religion qui semble nous gouverner), d'autre part, si une existence est possible au-delà de la mort il est peut-être possible aussi d'y rencontrer d'autres défunts ou parents décédés, la plupart des témoignages  d'EMI ("Expérience de Mort Imminente") en font mention, ce qui ajoute encore de l'eau à notre moulin. Notons de suite que ces EMI ne sont hélas pas des preuves en soi car rien ne peut démontrer qu'il ne s'agit pas d'hallucinations, néanmoins toutes les histoires de personnes qui ne se connaissaient pas se recoupent pour définir un récit assez similaire à chaque fois: une sortie extra-corporelle suivie d'une rencontre avec une entité lumineuse au bout d'une sorte de tunnel, puis parfois l'arrivée dans un lieu inconnu avec des proches décédés qui attendent pour délivrer un message (lequel explique aussi que ce n'est pas le moment de quitter l'existence terrestre), pour terminer avec un brusque et difficile retour dans son corps.

Les cas d'EMI ont ceci d'intéressant qu'elles posent doublement la question, directement sur le témoin qui vit cette expérience mais aussi en le confrontant à d'autres personnes apparemment défuntes, la Mort est donc présente deux fois dans ce contexte. Le premier à avoir décrit ce phénomène de manière rigoureuse est le Dr Raymond Moody dans un ouvrage relatant ces divers témoignages qu'il ne conçoit pas d'ailleurs comme des preuves en soi mais de manière plus objective posent ici un début officiel et assez largement médiatisé sur le sujet. Le phénomène est pourtant connu depuis longtemps et l'intérêt a toujours été présent, à un tel point que le dialogue avec les défunts a généré une science paranormale du nom de spiritisme dans le milieu du 19e siècle dont Allan Kardec a dressé les principales orientations sujettes à de nombreux détournements et arnaques à la "table tournante" (méthode pour entrer en contact avec un parent décédé via un médium). Les séances de tables tournantes étaient en effet très à la mode et le sont un peu restées de nos jours puisque cette activité fait toujours recette avec plus ou moins de succès et de résultats concluants. Dans un même ordre d'idée, la "planchette ouija" permet aussi une sorte de dialogue puisque plusieurs personnes, dont parfois un maître de cérémonie ou un médium, posent leurs doigts sur une une petite planche en bois en forme de flèche et celle-ci peut se déplacer grâce à l'énergie du groupe dont l'un des participants pose des questions à l'esprit contacté, les réponses se faisant en lisant le déplacement de la planchette sur des lettres inscrites sur un tapis, le tout formant des mots (ou plus simplement en se positionnant sur une case OUI ou NON).

EMI ou tables tournantes, le point commun réside finalement dans la perception d'une seule personne, que ce soit l'intéressé lui-même ou un médium qui devient comme investi par un esprit pour délivrer un message ou une réponse précise. Il existe bien entendu d'autres méthodes, par exemple l'écriture automatique qui permet aussi d'une certaine façon de prêter sa main à une entité ou à un esprit défunt (si possible que l'on connaît) afin que celui-ci inscrive en toutes lettres ce qu'il a à dire. Autant dire que cette méthode n'est pas donnée à tous mais que les résultats sont parfois surprenants de vérité et d'informations sur l'au-delà. Dans un registre plus "électronique", certaines personnes sont capables d'enregistrer des voix sur des appareils pour ensuite écouter (ou plutôt traduire) des messages qui proviendraient de défunts ou d'entités. Encore une fois l'expérience est troublante car même en enregistrant le silence dans une pièce l'on peut obtenir un bruit ou un fond sonore assez proche d'une voix plus ou moins compréhensible.

Le Vaudou, surtout présent en Amérique latine et en Afrique, s'est aussi attelé à dialoguer allègrement avec l'esprit des morts, avec des "Guédés" qui portent des noms assez significatifs comme "Baron-la-Croix" ou "Baron-Cimetière". Les Guédés sont des esprits intermédiaires et spécialisés, c'est-à-dire qu'ils vont prendre possession d'une personne dans une assemblée lors d'une transe très codifiée par un maître de cérémonie (souvent des femmes) ce qui permettra de dialoguer avec cette personne pour demander des nouvelles d'un défunt en particulier, lequel n'est pas directement présent mais "fait dire que" (par exemple le défunt dit qu'il va bien et qu'il faut penser à faire telle ou telle chose dans le monde terrestre). Apparenté au Vaudou, en occident certains rituels de magie noire en "nécromancie" (axés sur la Mort) permettent aussi ce type de dialogue avec de nombreux risques de voir venir des entités extrêmement négatives lors de ces cérémonies et il est donc peu recommandé de passer par ce type de rituels si vous voulez discuter avec votre mamie décédée…

Comme nous le voyons le sujet est vaste, selon les traditions, les pays et les époques nous avons une multitude de méthodes ou de phénomènes qui s'approchent de cette invisible barrière que représente la Mort. Personnellement concerné par ce sujet de par mon activité professionnelle en qualité de chaman je suis presque chaque jour confronté au monde spirituel via les divers rituels que j'entreprends afin d'aider les personnes qui me le demandent. Si vous aussi avez besoin d'aide ou tout simplement une question relative à notre sujet, n'hésitez pas à me contacter par téléphone aux 01.43.48.83.01 ou 06.09.11.94.56 (numéros directs et non surtaxés) ou bien par écrit en précisant bien votre demande depuis ma page de formulaire de contact qui s'ouvre en cliquant ma bannière ci-dessous. Mais pour l'heure je vous dis à très bientôt et surtout "profitez de la vie" et des vacances estivales si c'est votre cas en ce moment!

Jean-Pascal BRUNO

banniere-470x62.jpg

Partager cet article

Repost0
25 juillet 2018 3 25 /07 /juillet /2018 15:45

Envoûtement et possession sont les deux principaux mots qui reviennent constamment dans les conversations profanes lorsque l'on parle de "magie opérative" au sens commun du terme, pourtant ce sont bien deux choses différentes à ne pas confondre tant les causes et les effets sont vraiment distincts de même que les processus qui les engendrent. Le sujet intéresse d'ailleurs grandement les lecteurs de ce blog qui ont été nombreux à réagir positivement à un article précédent qui dégrossissait déjà un peu cette confusion presque banale des termes (article synthétique que l'on peut relire ici) et par conséquent pour battre le fer encore chaud je reviens sur le sujet sous un angle plus aigu qui mettra cette fois l'accent sur les symptômes tout en expliquant qu'envoûtement et possession sont bien à différencier même si la nature (ou la source) de ces phénomènes semble en apparence faussement identique et parfois avec des frontières extrêmement floues. Mais pour les initiés en ésotérisme, professionnels et praticiens, envoûtement et possession sont bien à définir comme des phénomènes éloignés que nous allons voir ensemble même si encore une fois le caractère paranormal et magique ne fait aucun doute pour les deux.

Tout d'abord, définir chacun des termes avant de passer aux symptômes à proprement parler nous donnera déjà des clefs pour mieux comprendre ces phénomènes qui font à juste titre d'ailleurs peur aux profanes. En ce qui concerne l'envoûtement, il faut savoir qu'il en existe une variété aussi infinie qu'il existe de rituels et de praticiens différents qui exercent selon des méthodologies spécifiques à chacun d'entre eux. Il faut rappeler aussi et surtout que l'envoûtement prend directement sa source dans l'élaboration d'un rituel de magie ou plutôt de ce l'on a l'habitude de définir (sur une période de temps plus longue) comme un travail ou une série de travaux successifs, lesquels peuvent additionner plusieurs rituels complémentaires. Par exemple il est souvent nécessaire lorsque l'on commence les travaux de lancer un premier rituel basique de magie blanche (magie d'énergie, de soin et de révélation) pour "lever le voile" sur le contexte ou sur la situation en cours présentée par le demandeur, ainsi l'on peut par la suite plus librement et avec plus de précision lancer d'autres types de rituels bien plus actifs, par exemple en magie rouge (magie de l'amour, relationnel, sexualité et désir). Ces séries de rituels correspondent donc "aux travaux", lesquels prennent fin en général quand la problématique est résolue.

Ces travaux de magie s'orientent justement plus précisément sur l'envoûtement lorsque l'on doit, via un rituel, modifier plus ou moins le comportement d'une ou de plusieurs personnes dans le contexte d'une problématique donnée. Encore une fois un exemple assez courant d'une personne qui s'adresse à un praticien pour lui demander de l'aider dans sa quête amoureuse en ciblant quelqu'un en particulier (une femme ou un homme) pour qu'il y ait "un rapprochement". Souvent dans ces cas où les relations amoureuses entrent en compte l'on a plusieurs autres acteurs collatéraux qui viennent jouer un rôle plus ou moins actif dans cette histoire et le but est d'écarter ceux qui brouillent la relation désirée et a contrario d'encourager ceux qui favorisent cette même relation. Le but de l'envoûtement sera donc de l'ordre de cette logique en influant directement sur les protagonistes pour que ce qui a été demandé se réalise. On peut considérer les rituels de magie d'envoûtement comme un moyen de pression ésotérique qui s'exercera via des lois complexes pour y accéder avec plus ou moins de puissance, de chance et de réussite. J'ajoute qu'évidemment les travaux de magie et autres rituels d'envoûtements ne peuvent être réalisés que par des professionnels, initiés aux arts majeurs de la magie opérative et de ses lois, et… disposants d'un "Don" particulier pour ce faire (relire mon article sur le Don ici si besoin).

Maintenant, pour répondre plus précisément sur les types de symptômes que l'on peut ressentir si l'on subit soi-même un envoûtement, c'est finalement assez simple tout en étant terriblement subtil. En effet l'envoûtement n'est qu'une inclinaison (dirigée) de l'esprit de la personne ciblée afin qu'elle suive une direction voulue par un commanditaire (lequel fait appel à un sorcier ou chaman), ainsi rien de véritablement et foncièrement inhabituel ne sera directement détectable de manière flagrante mais au contraire de manière consciemment fortuite en se demandant a posteriori pourquoi l'on a décidé d'agir ou de penser de cette façon moins commune qu'à l'habitude en de pareilles circonstances. Il en va surtout des rituels d'envoûtements de Magie Rouge qui touchent des domaines très variables comme les relations humaines et notamment plus précisément les relations amoureuses, lesquelles sont généralement soumises à des fluctuations que l'on ne peut pas forcément toujours anticiper. Dans ce sens un rituel d'envoûtement bien effectué n'interpelle pas vraiment la personne qui le subit et à la limite celle ne se posera peut-être fugacement la question que bien après qu'elle aura pris la décision "guidée" ou effectuée l'action "dirigée" par ce même envoûtement…

Bien évidemment, encore une fois il existe des apprentis sorciers qui en font trop et disons-le qui ratent complètement leur rituel d'envoûtement en voulant aller trop loin et surtout trop vite en besogne, ce qui devient alors détectable et même suspect au regard de la personne qui le subit et qui s'aperçoit alors assez vite qu'elle n'est plus elle-même dans ses actes et ses pensées à un moment clef de sa vie. Dans ces cas d'interrogation il est possible de s'opposer à l'envoûtement ou d'en amoindrir foncièrement les effets escomptés, en d'autres mots les travaux n'ont pas été concluants car ils ont été dévoilés à temps et peuvent être contrés. Ceci dit, généralement les gens ne passent pas non plus leur temps à s'auto-analyser et la grande majorité peut tout à fait se contenter de suivre une décision qui ne leur appartient pas même en s'en apercevant, ce qui démontre à la fois une certaine faiblesse d'esprit généralisé et à l'opposée la puissance du processus d'envoûtement qui peut agir comme une sorte de lavage de cerveau. Mais pour revenir aux symptômes d'un envoûtement bien effectué, ceux-ci sont sont finalement "subtils" et le rituel indétectable, sauf dans un seul cas: si l'on effectue une vérification d'ordre ésotérique via un rituel de "révélation" en Magie Blanche (encore faut-il y avoir pensé, et le faire).

Pour passer maintenant à la "Possession", ce n'est pas un rituel à proprement parlé (sauf en Magie Noire, j'y reviendrai), puisque la possession n'est autre que celle qu'une entité négative exerce en "squattant" l'esprit d'une personne, soit totalement, soit partiellement et ceci pour une période toute relative mais jamais ni durable ni irréversible. Les véritables cas de possessions sont assez rares ou bien ils sont généralement cachés par les familles et les institutions qui n'y voient que des folies ou démences passagères sans jamais reconnaître la réalité de l'existence du phénomène. Il est à noter que tout ceci se règle la plupart du temps à coup de puissants neuroleptiques et d'enfermement prolongé jusqu'au diagnostic serein que la personne est de nouveau dans un état acceptable pour la société. Ici les symptômes sont de suite visibles par l'entourage de la personne, laquelle par contre peut ne pas du tout se rendre compte directement de son état du fait que son esprit est comme anesthésié et ralenti par la possession de l'entité qui s'accapare toute l'énergie disponible à des fins très diverses (certaines personnes deviennent violentes et vindicatives, d'autres ont des attitudes plus bizarres et originales sans être pour autant dangereuses pour autrui ou pour elles-mêmes). La possession est un phénomène inexplicable dans le sens où l'on ne peut réellement pas savoir sur qui cela va tomber, sauf justement dans les cas de Magie Noire où effectivement pour ce cas c'est un sorcier qui va réaliser un appel d'entité(s) maléfique(s) via un rituel spécifique de Magie Noire extrêmement dangereux et difficile à concevoir, ce qui aura pour effet de cibler une personne momentanément et d'en faire le jouet d'une possession (les transes effectuées sur des touristes en Asie ou en Amérique latine peuvent être assimilées à des possessions ponctuelles: ne jamais accepter ce genre de distraction…).

J'espère que vous avez bien compris la différence entre "envoûtement" et "possession", je reste néanmoins à votre disposition si vous avez des questions ou besoin d'aide dans le cadre de mon activité professionnelle en qualité de sorcier-chaman en activité. Vous pouvez me joindre par téléphone aux 01.43.48.83.01 ou 06.09.11.94.56 (numéros directs et non surtaxés) ou bien par écrit en m'expliquant précisément votre demande depuis ma page de formulaire de contact qui s'ouvre sur mon site en cliquant ma bannière web ci-dessous. Je vous dis à très bientôt et je rappelle à tous mes lecteurs qu'il ne faut jamais jouer les apprentis sorciers, ce point sera en partie le thème de mon prochain article. Bonnes vacances à vous si c'est le cas!

Jean-Pascal BRUNO

banniere-470x62.jpg

Partager cet article

Repost0
12 juillet 2018 4 12 /07 /juillet /2018 18:50

Le "Pacte Rituel d'Ange Gardien" est une réponse très efficace, bien moins dangereuse et éminemment positive face au "Pacte Démoniaque" dont j'ai parlé longuement dans un article déjà lu par des milliers de personnes (à relire ici si besoin) et dans lequel je mettais instamment en garde contre les "déboires" encourus en voulant négocier avec un démon… Je rappelle que la Magie, quel que soit le niveau, n'est jamais à prendre à la légère et qu'il ne faut jamais l'expérimenter seul, même en tentant d'engager "la conversation" avec son Ange Gardien car les appels d'entités sont à l'image du promeneur naïf et solitaire en pleine jungle, entouré de bêtes sauvages affamées: on ne sait pas d'avance laquelle arrivera en premier pour le dévorer mais c'est une certitude absolue qu'il n'en réchappera pas indemne. Vous aurez donc compris que le "Pacte Rituel d'Ange Gardien" reste tout de même un travail ésotérique qui se doit d'être encadré ou guidé par un initié, faute de quoi l'on ne sait pas trop avec qui l'on passera véritablement un pacte (les esprits étant le plus souvent "malins" par nature savent aussi se faire passer assez facilement pour qui ils ne sont pas).

Comme vous le savez certainement, nous avons tous au moins un ange gardien qui, bien qu'il soit la plupart du temps très discret, nous guide et surveille nos faits et gestes à la fois pour nous protéger mais aussi pour protéger autrui de nos propres erreurs collatérales qui affectent tout ce qui nous entoure. De cette façon et en générale l'on évite les très grosses bêtises qui pourraient nuire fortement à notre karma ou encore plus grave dérégler l'ensemble du système par des actes irréversibles à grande échelle (par exemple l'extinction de masse en fait partie…). Notons de suite que l'Ange-Gardien n'est pas situé exactement dans notre dimension mais dans une sphère supérieure qui englobe la notre, un peu à l'image d'un lecteur de bande dessinée où nous-mêmes évoluerions comme en étant les personnages à plat sur le papier, de facto nous n'avons que peu de chance de voir qui lit nos exploits mais parfois nous pouvons sentir néanmoins se tourner les pages de notre histoire avec ce sentiment d'être observé. Évidemment l'Ange Gardien n'a pas qu'un rôle d'observateur comme je 'ai précisé mais il peut (assez rarement tout de même) intervenir indirectement en modifiant quelques cases de notre vie.

Effectuer un Pacte n'est pas habituel en soi ni courant, notamment dans le monde profane où l'on pense avant tout à ses propres actions en toute indépendance selon la Loi du Libre Arbitre, puis on les effectue sans chercher plus loin. Dans les faits le processus est beaucoup plus complexe puisque l'ensemble des interactions qui forgent notre environnement sont aussi celles qui modifient notre propre façon de concevoir notre réalité et donc d'en tirer des conclusions pour agir et penser, par conséquent notre Libre Arbitre est toujours conditionné sur des chemins déjà tracés, nous reste juste à les choisir judicieusement. D'ici à dire que notre Libre Arbitre est inévitablement tronqué, oui nous pouvons le concevoir affirmativement sous cet angle mais sans pour autant en comprendre la raison, et c'est ici que réside le secret du système: les chemins que l'on nous impose sans que nous le sachions consciemment ont un but caché, pour le bien de notre évolution.

Attention, car le "bien de notre évolution" ne constitue pas toujours "notre bien-être"… C'est sur ce point que beaucoup ne comprennent plus du tout le système et s'en remettent à maudire avec la plus grande véhémence les cieux (évidemment sans succès) à cause des malheurs qui leur tombent irrémédiablement dessus. C'est justement sur ce point qu'il est intéressant de se pencher sur la véritable fonction des Anges Gardiens, surtout si la plupart du temps ils nous laissent emprunter des chemins hasardeux et plus ou moins négatifs (à notre sens). Dans le labyrinthe de l'existence nous devrons de toute façon emprunter tous les chemins proposés pour évoluer, certains mènent au succès, à la gloire, à la richesse, à l'amour, et d'autres à tous les malheurs du monde pour en éprouver le ressenti, ainsi notre liste est complète dans cette existence et dans les autres (précédentes et à suivre). Encore une fois, il faut voir dans "l'existence au sens large" une succession de vies, ce que de nombreuses religions n'ont d'ailleurs de cesse de nous expliquer sans que pour autant tout le monde désire ou puisse tout simplement le comprendre. De cette façon, l'on voit de suite qu'une vie peut expérimenter les aspects les moins négatifs si cela fait partie de la liste des actions à effectuer, c'est-à-dire des chemins à suivre pour reprendre l'image de l'itinéraire labyrinthique.

Dans cet ordre d'idée, effectuer ou proposer un Pacte avec son Ange Gardien c'est tout simplement lui demander de débloquer cette liste et d'en choisir plus ou moins si possible les aspects qui nous semblent les plus intéressants, à nous ensuite d'emprunter les directions que l'on nous propose, en règle général j'ai remarqué dans ma pratique professionnelle en qualité de chaman que les demandeurs désirent s'orienter sur des chemins qui apportent la Chance dans cette vie, l'Amour, la Richesse, la Gloire ou d'autres délices à expérimenter, assez rares sont ceux qui demandent la guigne, le malheur, la tristesse et la pauvreté, et on peut aussi les comprendre… De toute façon, même en expérimentant que les aspects très avantageux de la vie, il faudra aussi passer les autres épreuves "par la suite", c'est la loi du karma que d'équilibrer les comptes, si j'ose dire. Mais, toujours dans cette logique j'ai aussi des personnes qui demandent ces "avantages" mais qui hélas pour eux en ont déjà goûté "auparavant", ce qui peut être fâcheux car le choix devient restreint (quoi qu'il reste toujours généralement de bonnes choses "en liste").

Pour effectuer un Pacte avec son Ange Gardien il faut bien évidemment passer par un rituel de magie car l'on ne va pas rédiger ce type de pacte sur une feuille de papier blanc que l'on trouve en papeterie! Bien évidemment et comme je l'ai mentionné précédemment il faut que ce rituel puisse accéder au vécu et aux "itinéraires à suivre", ceci n'est possible qu'en passant par des archives un peu spéciales (nommées "Annales Akashiques") avec l'autorisation des entités qui en ont la garde. Vouloir plus ou moins s'insinuer dans "le système" n'est pas simple si soi-même l'on ne dispose pas d'autorisation d'exercer un Don avec une Connaissance ésotérique sérieuse et une expérience irréprochable en la matière, ainsi seuls les chamans ou sorciers très expérimentés à ce type de rituels pourront véritablement rédiger ce pacte avec L'Ange-Gardien et en garantir l'adéquation avec le karma du demandeur, auquel cas les risques sont élevés de voir venir l'inverse de ce que l'on demande…

Les Lois du karma sont complexes et vouloir profiter de certains avantages qu'elles confèrent peut s'avérer délicat mais néanmoins possible et très intéressant. Dans ma pratique professionnelle je propose la rédaction du "Pacte d'Ange Gardien" via le rituel approprié et spécifique à votre contexte avec l'approbation des entités qui ont la responsabilité de dire oui ou non à ce type de procédure (à étudier selon le karma de chaque demandeur). Je reste d'ailleurs à votre disposition pour cette étude ainsi que pour la réalisation du rituel si cela est possible pour vous. Pour ce faire merci de me joindre pour en discuter au préalable aux 01.43.48.83.01 ou 06.09.11.94.56 (numéros directs et non surtaxés) ou bien de prendre contact par écrit en stipulant votre demande exacte (cliquez sur ma bannière web ci-dessous pour ouvrir mon formulaire de contact). Je vous dis à très bientôt pour que votre Ange Gardien vous soit bénéfique comme il se doit, mais selon ce qui est possible (et désirable) pour vous!

Jean-Pascal BRUNO

banniere-470x62.jpg

Partager cet article

Repost0
30 juin 2018 6 30 /06 /juin /2018 17:54

Le "Don" est véritablement une grande énigme pour la majorité des gens, il est vrai aussi "qu'avoir le Don" c'est n'est pas forcément être plus doué que la moyenne dans une activité courante et disons-le "normale", non "avoir le Don" se situe à un niveau spirituel assez peu ordinaire puisqu'il apporte des capacités dites "paranormales" à la personne qui le possède. D'ailleurs à ce niveau l'on pourrait bien se demander qui possède qui, la personne ou bien le Don, tant celui-ci investit entièrement un individu et change l'ensemble de son existence en conditionnant chacun de ses actes et chacune de ses pensés de manière exponentielle sur divers plans… "Avoir le Don" n'est donc pas forcément un avantage au sens commun du terme, ce serait plutôt une lourde charge à porter pour en faire bon usage et tenter de ne pas le pervertir tant sa puissance peut parfois dépasser le "contenant", c'est-à-dire l'humain qui doit en porter la responsabilité.

Mais avant tout qu'est-ce exactement que ce "Don"? Ce dernier fait sourire les uns qui n'y croient pas du tout et inquiète sérieusement ou interroge fondamentalement les autres avec ce léger soupçon de mépris de ceux qui jalousent quelque chose qu'ils ne comprennent pas. Car effectivement il est assez difficile, même pour un initié possédant lui-même ce Don, de le définir avec grande précision tant celui-ci peut être différent d'une personne à une autre dans son mode d'application, son rayonnement, sa puissance ou son orientation. En effet certains auront le Don de Prophétie (directe ou en bien utilisant des objets annexes), d'autres le Don de Guérison (apposition des mains, barreurs de feu, rebouteux, etc.), d'autres encore auront le Don de pouvoir s'entretenir avec l'au-delà (parler aux défunts) ou un accès à une Connaissance quasi infinie (encadrée par des entités "célestes" via des archives Akashiques). Certains initiés ne font pas entrer dans cette catégorie la télékinésie (bouger les objets à distance), le dédoublement du corps (voyage astral ou éthérique hors du corps physique), ou la télépathie (lire les pensées), y voyant plutôt des capacités naturelles de l'humain qui s'exercent avec certaines prédispositions évolutives assorties d'un entraînement parfois long et rigoureux ( lors de méditation transcendantale par exemple).

A priori nous pourrions tous être "dotés" d'un don si nous étions plus attentifs à notre réel potentiel sans en être détournés par les futilités que nous impose la société, nous bridant ainsi de pouvoirs déjà en nous mais instamment niés à grande échelle, une sorte de lavage de cerveau généralisé… D'une certaine manière il est aussi vrai que l'humanité n'est peut-être pas encore prête à récupérer un potentiel si large qu'il pourrait bien nous dépasser pour finalement nous faire sombrer un peu plus encore dans le chaos, nous ne sommes certainement pas encore assez sages pour user librement de tels pouvoirs, maîtrisons déjà les basiques comme le feu, l'eau, le vent et la terre (apparemment c'est assez mal parti!). Mais ne désespérons pas puisque certains sont tout de même "à l'essai" et sont donc investis d'un Don pour en théorie en faire bon usage, sous l'oeil vigilant de gardiens invisibles, "d'anges gardiens" si l'on veut bien leur donner ce nom assez ambigu (en y réfléchissant…).

Alors il est vrai que l'on peut placer les détenteurs d'un Don sous l'égide pompeuse de la caste des "initiés" par opposition à tous les autres malheureux profanes qui doutent encore, surtout finalement d'eux-mêmes, hélas pour eux (mais il est vrai qu'il est difficile de transcender une réalité que l'on nous dicte chaque minute comme étant la seule et unique à suivre). Les tout premiers initiés de l'Histoire, ce sont bien évidemment les chamans tribaux qui sont garants des traditions du groupe en préservant ainsi la plus grande cohésion possible dans la tribu tout en réconciliant le passé du savoir des ancêtres avec le présent qui y puise ses ressources pour engendrer un futur viable et cohérent en pleine harmonie avec le principe vital de l'environnement naturel. Il est tout aussi évident que si l'on y regarde bien nos sociétés modernes font exactement l'inverse en détruisant systématiquement et selon une logique fourbe tout ce qui entrave son "progrès", en d'autres mots: asservissons sans limite ni morale la Nature plutôt que de nous en inspirer avec sagesse… Nous sommes donc encore loin d'accéder aux Dons qu'elle nous promet si nous la traitons de cette manière alors que nous en sommes issus et que nous dépendons de ce principe vital. Mais continuons à scier la branche sur laquelle nous sommes installés, nous en tirerons peut être une leçon utile!

Une question taraude atrocement les lecteurs de ce blog dans les nombreux messages que je reçois: "Comment diable obtient-on ce précieux Don?!" Heureusement le Diable n'est pas de la partie (encore que…) et comme je l'ai précisé précédemment ce sont plutôt des entités positives qui en doteraient certaines rares personnes pour tester notre capacité à utiliser ce Don pour le bien de tous et non de manière égocentrique pour soi. Qu'il est en effet difficile de résister à l'Appel du Pouvoir lorsque celui-ci se présente à vous! Et pour la petite histoire j'ai connu il y a une vingtaine d'années une personne qui avait reçu (par erreur?) plusieurs Dons assez incroyables puisque les archives Akashiques lui étaient soudain grandes ouvertes, lui permettant d'accéder à un savoir universel, ainsi qu'un autre Don encore plus incroyable de pouvoir modifier la réalité, d'altérer à sa guise le cours de l'histoire uniquement par la pensée… Bien évidemment lorsque l'on tombe sur de tels personnages on essaie de comprendre et de se prouver que l'on ne rêve pas mais le pire dans tout ceci est qu'il lui était strictement impossible d'utiliser notre langage commun pour décrire l'immensité du savoir auquel il avait accès ni d'expliquer et de prouver que la réalité modifiée provenait de ces propres pensées puisque cette réalité était la nôtre et qu'elle ne pouvait pas être anticipée ou intégrée par nous.

La personne en question a bien vite fini entre quatre murs blancs dans un hôpital en perdant très rapidement absolument tout souvenir de cet épisode (épisode clinique pour parler "profane") ainsi que tout pouvoir issu de ces Dons. La morale de cette histoire est certainement que nous ne sommes pas sages lorsque l'on nous donne trop de pouvoir et qu'à l'image du primate à qui l'on offre une mitraillette chargée il vaut mieux finalement renoncer à ce petit présent peu adapté (quoi qu'aux États-Unis on ose offrir des armes aux enfants, à vous de juger). Dans d'autres circonstances certains sorciers tentent par une voie détournée d'accéder à ces pouvoirs (on ne peut en effet plus les appeler "Dons") en passant par la Magie Noire, c'est-à-dire en demandant à des entités sombres d'apporter sur un plateau tel ou tel pouvoir. Il existe une multitude de sectes de fanatiques qui s'adonnent à cette dangereuse mascarade qui finalement se termine assez souvent par un suicide collectif (l'actualité nous en a démontré plusieurs fois l'existence et la triste finalité), il n'est donc pas conseillé de monter son petit club de Magie Noire pour jouer à l'apprenti sorcier: attention danger mortel assuré! Dans cet ordre d'idée je recommande d'ailleurs dans chacun de mes articles de ne pas s'essayer à la magie, qu'elle soit noire, blanche ou rouge, c'est ici une affaire très sérieuse qui peut vite très mal tourner si justement vous n'avez pas reçu cet "accord" sous la forme du Don…

La question du Don a de tout temps fasciné les Hommes pour tenter d'en faire des surhommes et elle est d'autant plus d'actualité que notre monde "moderne" et civilisé est tout à fait capable de se perdre avec ses propres inventions dans les pires impasses pour se détruire ou asservir autrui en tentant de "s'améliorer". Il n'est donc nul besoin d'ajouter un risque supplémentaire en laissant actuellement globalement l'accès à de tels pouvoirs plus ésotériques au plus grand nombre, seuls quelques initiés peuvent donc goûter à un ersatz sage de ces Dons en fonction de leurs capacités à en user pour le bien de tous. Dans mon activité professionnelle en qualité de chaman j'ai accès à quelques-unes de ces réponses qui vous passionnent et je suis à votre disposition pour vous aider dans votre recherche de la vérité ou pour vous aider si vous désirez résoudre une problématique personnelle complexe. N'hésitez pas à me joindre par téléphone aux 01.43.48.83.01 ou 06.09.11.94.56 (numéros directs et non surtaxés) ou bien à m'écrire en utilisant mon formulaire de contact sur mon site (merci de cliquer sur ma bannière ci-dessous pour l'ouvrir). Je vous souhaite de bonnes vacances estivales tout en restant disponible durant cet été pour vous répondre si besoin, à très bientôt!

Jean-Pascal BRUNO

banniere-470x62.jpg

Partager cet article

Repost0
23 juin 2018 6 23 /06 /juin /2018 19:49

Dire que les démons nous observent et sont partout à l'affût en attendant un signe de faiblesse de notre part pour nous phagocyter goulûment serait quelque peu exagéré mais n'oublions pas que nous sommes entourés de multiples créatures et d'entités totalement invisibles à nos yeux, qu'elles ne sont pas forcément toujours hostiles sans non plus être indifférentes à notre présence, ce qui peut parfois engendrer des modifications dans notre espace de vie ou plus directement en nous, positivement ou non… Le concept de "démons" étant d'ailleurs plutôt issu d'un registre religieux ou traditionnel je préfère utiliser le terme d'entités pour les caractériser de manière moins ostentatoire car nous avons cet "a priori" obtus de voir dans la créature démoniaque ce côté normé forcément néfaste et destructeur alors que dans d'autres cultures (en Inde ou au Japon par exemple) elles sont même parfois synonymes de demi-dieux ou tout simplement d'esprits surnaturels n'ayant pas cette dualité typique "bien-mal" que l'on appose allègrement sans trop chercher ici en occident. De là à écarter totalement les entités négatives, non il n'en est rien car il en existe effectivement de redoutables et très sournoises.

Le "bestiaire" judéo-chrétien, pour n'en citer que les plus connus et puissants, nous a peuplé l'enfer d'une multitude de démons de tout ordre et de tout rang, en passant par Alastor le monarque infernal, Lucifer l'enflammé, Satan le chef des démons de l'enfer, Asmodée le destructeur, Hécate la diablesse, le laid mais puissant Astharoth, Lilith la princesse des démons, Baal le chef des armées infernales, le vicieux et crapuleux Bélial ou encore Mammon le démon de l'avarice pour finir cette très courte énumération qui pourrait s'étaler sur une bibliothèque entière tant ils sont "légions"… Heureusement pour nous, nous ne les croisons pas sur notre chemin aussi facilement que nous serions tentés parfois d'en épeler les noms du bout des lèvres pour ne pas trop les attirer ici-bas, quoi qu'ils auraient bien à faire avec grande délectation sur notre Terre si corrompue (mais il faut croire que nous nous débrouillons déjà finalement assez bien sans eux pour mettre à mal la planète entière !).

Ne soyons pas du tout pessimistes ou négatifs, bien au contraire puisqu'il existe aussi une pléiade d'êtres ou d'entités positives qui nous environnent et veillent constamment en suivant chacune de nos décisions et de nos pensées, ceci pour nous orienter salutairement sur des voies qui nous permettent assurément de mieux évoluer. N'oublions pas que notre existence est elle-même formatée délibérément dans ce sens du "passage d'épreuves" pour que nous puissions apprendre et ainsi développer des aptitudes nouvelles, notamment en ce qui concerne la compréhension du monde et surtout d'autrui. Il y a donc toute une complexe mécanique supérieure qui orchestre ces confrontations avec ce que nous percevons génériquement comme ces maux sur nos échelles personnelles de valeurs, ceci pour que nous puissions "aller de l'avant", même si parfois "notre réalité" peut nous poser objectivement des problèmes plus ou moins importants (du moins sur le moment).

Pour aller même plus loin dans le raisonnement, il faut bien comprendre que les Démons dont nous parlons sont en grande partie des émanations de nos propres défauts ou vices et sont de ce fait cantonnés au niveau inférieur de notre réalité (ou "infra") pour ne pas non plus se répandre comme un tsunami sur tout ce qui nous entoure… Par conséquent les incursions démoniaques de grande ampleur existent mais sont néanmoins des phénomènes rares qui ne cibleront d'ailleurs que certaines personnes les ayant plus ou moins titillés, en d'autres termes: seront prioritairement touchés ceux qui s'y frottent via la Magie Noire en ouvrant quelques mauvaises portes… J'en profite ici pour rappeler qu'il ne faut pas jouer avec cette magie du chaos, laquelle ne se maîtrise pas et s'attaque de près ou de loin à tout ceux qui tentent de l'utiliser sans aucune protection ou Connaissance.

Bien entendu, et je l'ai déjà expliqué, il persiste tout de même quelques petits démons mineurs ici-bas assez virulents pour que nous puissions "nous amuser" avec de menus problèmes existentiels. Dans cet ordre d'idée en Orient l'on parle des Djins ou plus proche de chez nous ce sont des "esprits malins" qui peuvent de temps en temps prendre possession mentalement de personnes momentanément affaiblies (physiquement ou psychologiquement), et il n'est pas rare de se voir dire dans certaines circonstances: "je ne devais pas forcément avoir toute ma tête à ce moment" (souvent pour des broutilles), et je confirme que l'expression est savoureusement réelle, à un tel point que juridiquement la Loi prévoit très sérieusement que l'on peut "être irresponsable de ses actes" (ce qui signifie que même l'administration en a une connaissance patentée sans pour autant l'expliquer clairement).

Vous aurez assez vite compris que lorsque vous vous apercevez que vous avez été "sous emprise" d'une entité négative il est déjà trop tard et que celle-ci n'est plus "en vous" et est déjà loin; seules les personnes qui vous entourent peuvent effectivement percevoir que vous n'agissez pas comme à l'habitude et que votre comportement est anormal dans le sens où les actions que vous entreprenez ne sont pas celles que vous auriez décidées intégralement par vous-même. Ce point étant établi, si vous êtes victime d'une de ces entités, et étant comme hypnotisé par elle, vous ne pourrez rien faire que subir comme dans un rêve éveillé, ce seront alors évidemment vos proches qui pourront constater ce comportement et alerter "qui de droit". En général les proches, famille ou conjoint, contactent assez rapidement un médecin qui lui-même renvoie très vite le dossier vers le psychiatre le plus proche. À ce niveau il est dommage que, contrairement aux brûlures dans les hôpitaux avec les "barreurs de feux", l'on ne contacte pas un vrai spécialiste pour pratiquer un désenvoûtement ou un exorcisme, ce qui aboutit à voir les personnes sous emprise gavées de médicaments psychotropes durant des semaines ou des mois, ce qui n'arrange rien, bien au contraire…

En ce qui concerne plus précisément l'envoûtement maléfique, il n'a strictement rien à voir "directement" avec des entités qui agissent de leur plein gré, c'est un acte malveillant (non voulu par la personne ciblée) qui perturbe l'existence en forçant la volonté de manière biaisée via un rituel de magie effectué par un sorcier. Dans ce cas le sorcier peut effectivement envoyer des flux négatifs (spécifiques aux maux que l'on veut générer) avec des rituels de Magie Rouge ou Blanche, ou bien il peut prendre le risque de lancer un sortilège beaucoup plus lourd en Magie Noire en invoquant un esprit démoniaque à sa solde pour nuire à une cible définie (et souvent lui nuire aussi en retour), à déconseiller…

Comme nous le voyons le monde des esprits nous contrôle assez largement, soit pour notre bien pour nous faire évoluer, soit pour notre mal pour exactement le même but! L'on peut même dire que les sorciers qui exercent et lancent des sorts sont aussi d'une certaine façon les instruments de l'ensemble de ce processus et permettent de faire "bouger les lignes". Ceci étant, si vous avez besoin d'aide ou de renseignements supplémentaires sur le thème de cet article je suis à votre disposition pour en discuter: par téléphone aux 01.43.48.83.01 ou 06.09.11.94.56 (numéros directs et non surtaxés) ou bien par écrit en m'expliquant dans le détail votre problématique (ou celle d'un proche), ceci en passant par mon formulaire de contact qui s'ouvre en cliquant ma bannière web ci-dessous. En attendant, posez-vous la question: êtes-vous en ce moment même réellement maître de toutes vos décisions et actes?

Jean-Pascal BRUNO

banniere-470x62.jpg

Partager cet article

Repost0
12 juin 2018 2 12 /06 /juin /2018 19:21

La protection en magie est assez sous-estimée et reste plutôt méconnue par rapport aux rituels plus actifs qui ont forgé la réputation d'efficacité des travaux ésotériques, notamment dans les domaines issus de la Magie Rouge (la magie de l'amour et de la sexualité) ou bien la redoutable et très (trop) médiatisée Magie Noire, laquelle n'apporte pourtant que destruction et chaos. Mais l'on dit bien "qu'il vaut mieux prévenir que guérir" et c'est très justement le leitmotiv de la protection que d'empêcher ou de repousser une action magique néfaste afin de ne pas en subir les effets délétères. Personne ne voudrait effectivement souffrir d'une situation problématique induite par une action telle que celle d'un envoûtement quelconque, et le simple fait de se savoir visé par ce type de rituel est déjà un supplice en soi, de même celui de vouloir connaître d'où provient le mal, et évidemment celui de savoir comment s'en prémunir. Et pourtant, assez paradoxalement l'on peut aussi parfois se poser la question de l'utilité d'accepter d'en être sciemment la cible, ce que j'avais évoqué dans cet article où "l'épreuve du moment" peut s'avérer être un "passage évolutif" nécessaire et finalement positif à plus long terme.

Ce dilemme métaphysique qu'imposent les notions de "bien et de mal" est un véritable casse-tête pour les profanes qui ont "bien du mal" à en comprendre les tenants et aboutissants en s'efforçant de séparer comme il se doit les deux concepts comme catégoriquement et strictement opposés… alors qu'ils sont parfaitement complémentaires et parfois même équivalents. Par exemple me vient cette image d'une très jeune personne qui souffre car elle a attrapé une maladie virale comme la rougeole par exemple, on pourrait se dire qu'elle n'a effectivement pas eu de chance, pourtant son organisme va étudier le virus et le combattre pour qu'ensuite il ne puisse plus être aussi nocif que la première fois, et passera inaperçu ou bien ne pourra plus jamais infecter de nouveau la personne, son système immunitaire étant devenu plus fort. Il en est de même de toutes les problématiques qui nous touchent, elles nous permettent de nous y confronter pour nous y adapter, pour évoluer et pour les surmonter. Alors, est-ce qu'évoluer en mieux après avoir surmonter une épreuve est finalement négatif? Non, bien entendu et pourtant la source de cette évolution provient d'une problématique que l'on perçoit d'emblée comme mauvaise. Vous voyez de suite ici toute la relativité "du bien et du mal"…

Au quotidien nous sommes sans arrêt dans des postures qui nous poussent à "répondre" à des problématiques professionnelles, sociales, amoureuses, matérielles, physiques, morales, spirituelles, etc. Nous sommes tellement habitués à ces situations que nous n'y faisons même plus attention, en effet qui se poserait la question en étant en bas d'un escalier de savoir si l'on va réussir à monter les marches et arriver indemne en haut. Peut-être un enfant ou une personne très âgée. Sur ce point nous abordons l'aspect crucial qui nous intéresse: se protéger de ce que l'on ne connaît pas ou de ce que l'on ne peut pas affronter sans un grand risque. Dans cette optique il est clair que la très grande majorité des gens n'est pas avertie des méfaits de certains rituels d'envoûtement et en ignore même l'existence ou bien la nie tout simplement, ce qui s'avère généralement être une erreur assez dommageable à court, moyen et long terme.

Nier ce que l'on ne connaît pas revient à faire la politique de l'autruche, c'est-à-dire à ne pas vouloir regarder le problème de front et à laisser sa voiture filer à fond dans le mur avec le pied à côté de la pédale de frein et les mains croisées au-dessus du volant sans y toucher, ce qui semble dans cet exemple être assez dangereux et surtout complètement idiot. C'est pourtant exactement l'attitude des profanes en la matière que de détourner immédiatement les yeux des problématiques qu'ils ne comprennent pas, je parle ici d'ésotérisme et de tout ce qui n'est pas habituellement perçu comme une réalité objective et visible. Justement, le problème réside dans tout ce que nous ne pouvons pas voir, il existe un monde invisible qui nous entoure et qui même peut se nourrir allègrement de nos énergies (lire mon article sur les entités énergivores), de même en ce qui concerne les flux négatifs générés par des rituels d'envoûtement, seuls leurs effets sont ressentis (souvent trop tard) mais ils restent totalement indécelables si vous n'êtes pas initiés à la magie en utilisant un sort de dévoilement ou de révélation.

Dans le registre de la Protection, nous avons donc en premier lieu à effectuer le dévoilement d'une action magique en cours sur la personne à aider, généralement c'est un rituel d'envoûtement typique qui est en place et il faut en définir la nature exacte en délimitant le contexte sur lequel il agit et son rayon d'action, en évaluant aussi précisément la ou les cibles (collatérales s'il y a), et en jaugeant si possible la puissance dont il dispose (force et durée). Évidemment seuls les initiés et professionnels sont aptes à décrypter le sort en cause et par la suite à en trouver la source puisque c'est ici la deuxième phase du travail: d'où vient le problème? Il existe plusieurs pistes basiques, soit c'est un proche qui s'essaie à la magie et a réussi à développer une énergie négative suffisante pour nuire, soit c'est un professionnel aux ordres d'une tierce personne. J'écarterai l'hypothèse des entités parasites ici car elles seraient elles-mêmes présentes de manière contextuelle et non intégralement issues d'une magie externe volontaire (lire néanmoins l'article précité en lien dans le paragraphe ci-dessus si vous avez des doutes).

Une fois bien défini le type de sort en cause, s'il y en a bien un, le praticien se doit de créer spécifiquement le rituel de désenvoûtement précis en fonction de tous les éléments recueillis afin de contrer l'action négative en cours, de plus il est préférable de renforcer la protection par un deuxième rituel de magie blanche de purification qui jouera le rôle basique de bouclier afin d'empêcher toute autre action négative sur la personne (du moins durant un temps d'observation). Je précise que les grigris et autres objets théoriquement protecteurs ne le sont pas du tout après coup lorsque le sort est déjà présent et que seul un contre-sort (ou désenvoûtement) peut agir efficacement car de manière véritablement ciblée. Quant à l'origine exacte, elle se dévoile généralement en fonction de la nature du sortilège en présence et le praticien peut renvoyer à l'expéditeur via la loi du triple choc en retour si cela est nécessaire (demande une certaine puissance pour effectuer le déclenchement de ces représailles).

Comme il est d'usage, je reste à votre disposition pour répondre à vos questions relatives au thème de cet article ou pour vous aider à résoudre une problématique personnelle qui vous semble difficile via un rituel adapté à votre contexte et à la situation que vous subissez. Vous pouvez me joindre très facilement par téléphone aux: 01.43.48.83.01 ou 06.09.11.94.56 (mes deux numéros directs et non surtaxés) ou bien par écrit en m'expliquant dans le détail votre situation actuelle (ou celle d'un proche) via mon formulaire de contact qui s'ouvre en cliquant ma bannière web ci-dessous. Je vous dis à très bientôt et sachez que la magie se combat par la magie avec ses propres armes!

Jean-Pascal BRUNO

banniere-470x62.jpg

Partager cet article

Repost0
31 mai 2018 4 31 /05 /mai /2018 19:41

La libido représente quelque chose d'assez abstrait pour la plupart des gens sauf si on la désigne comme cette énergie sexuelle que l'on pourrait quantifier tout comme le désir qui l'accompagne ou qui précède l'acte sexuel. C'est d'abord en psychanalyse que l'on retrouve ce terme bien qu'il soit devenu à la mode d'en parler pour signifier qu'on "a la libido en berne" ou au contraire une "libido exacerbée" afin de caractériser généralement les personnes plus ou moins portées sur le sexe. En ésotérisme cette libido existe aussi via d'autres terminologies, notamment en utilisant celle des chakkras comme point de référence et dont le "chakkra sacré" ou "swadistana" en est la représentation au centre de l'abdomen (juste en dessous du nombril). Bien entendu le profane voudra à tout prix avoir une très forte libido, synonyme de puissance sexuelle infaillible pour un homme et potentiellement d’une grande libération sexuelle chez la femme si l'on voulait caricaturer selon les principes génériques que la société nous renvoie habituellement. Mais en magie la libido est inséparable de la volonté et par conséquent implique aussi des facultés psychiques là où on ne les attendait pas car seuls les initiés connaissent les liens subtils unifiant un individu en le renforçant, notamment sexuellement ou du moins en l'équilibrant au mieux.

C'est ici justement un point de désaccord entre profanes et initiés que de ne pas valoriser de la même façon cette libido ou ce désir, pour les premiers c'est un avantage et parfois une quête pour trouver partenaire à son niveau et jouir de la vie, pour les seconds le trop plein d'énergie sexuelle n'est pas forcément le signe d'une harmonie personnelle recherchée, parfois au contraire l'initié y verra une entrave à sa propre recherche d'équilibre spirituel en préférant laisser cette puissance sexuelle se sublimer en d'autres énergies plus intéressantes. D'ailleurs cette transmutation d'énergie sexuelle en énergie spirituelle est une des clefs ésotériques majeures afin de progresser en magie pour élaborer les rituels avec une volonté renforcée qui permet d'accéder à un niveau de conscience modifiée. La plupart des grands ascètes ont tous prôné l'encadrement strict de l'énergie sexuelle dans ce but de développement spirituel par un contrôle assez sévère de leur sexualité.

Mais le but n'est certainement pas aujourd'hui de vous faire atteindre le "Nirvana de Bouddha" mais plutôt de raviver la flamme de la libido si celle-ci s'est quelque peu consumée ou éteinte dans votre relation de couple. C'est l'une des causes principales de séparation que celle qui implique la sexualité et sa défaillance dans la relation, que ce soit par manque de désir, par manque d'attention au partenaire (ou inversement de sa part), ou encore à cause d'un problème physiologique qui pèse fortement sur la libido. Parfois l'on peut aussi rencontrer des problèmes purement psychologiques (dépression, névrose, etc.) qui peuvent aussi perturber ponctuellement ou plus durablement le désir et la sexualité de manière générale. Heureusement, chaque personne dispose de ressources internes pour se sortir de presque toutes les situations, encore faut-il savoir comment débloquer ces ressources et les utiliser avec méticulosité.

En magie il existe peu de barrières infranchissables et à chaque problématique l'on peut associer une résolution faisant appel à un rituel approprié et bien ciblé. Dans le domaine qui nous intéresse aujourd'hui, c'est la magie Rouge qui sait parfaitement prendre en charge tout ce qui touche aux relations amoureuses, à la libido, au désir, aux sentiments associés et à la sexualité. En ce qui concerne plus précisément le couple, les rituels de magie rouge ciblent en priorité les liens étroits qui unissent les personnes et reconstituent l'écheveau complexe de la relation si celle-ci a subi des dommages ou même des attaques provenant de l'extérieur (l'on oublie un peu trop les menaces externes en ne regardant que les problèmes proches, immédiats et visibles…). Je rappelle que les praticiens professionnels doivent avant tout se pencher sur cette sérieuse hypothèse de l'action négative diligentée sur le couple par une personne extérieure (souvent un sorcier à la solde d'un commanditaire jaloux) et que le fait ne pas vérifier la provenance du mal revient à commencer les travaux par une erreur monumentale. Pour ma part je procède toujours à cette première vérification via un simple rituel de révélation en magie blanche, de cette façon je sais à quoi m'attendre (action magique externe ou pas) et effectuer les mesures qui s'imposent par la suite…

Notons aussi que l'entourage immédiat du couple peut être une cause importante de perte d'énergie vitale et donc d'affaiblissement de la libido, dans ce cas il faut agir en parallèle sur le contexte générique en incluant les personnes qui génèrent (parfois sans le savoir) des flux extrêmement négatifs à l'encontre du couple. Dans cette perspective l'étude du voisinage ou de la famille peut donc aussi s'avérer être une sérieuse piste à suivre, toujours motivée par la jalousie ou par l'envie (ce qui induit un contexte basique déjà fortement négatif et très "usant" en énergies des personnes et des lieux). J'ai aussi parlé dans les deux derniers articles des démons intérieurs et des entités énergivores qui sont souvent à l'origine de la dégradation d'un environnement amoureux, notamment en terme d'énergie sexuelle et plus généralement de la libido ou du désir initial.

Par contre dans le cas plus rare mais néanmoins possible que les problèmes proviennent d'un sortilège contre le couple (envoûtement sexuel), il faudra alors mettre en place immédiatement une protection, puis détourner le sort ou le retourner à l'envoyeur en sachant aussi se prémunir des effets de contrecoups. Vous aurez compris que dans cette situation ce sont deux praticiens qui devront lutter, l'un pour continuer à nuire au couple via son commanditaire, l'autre pour aider et sauver le couple de cette délicate situation… Le plus difficile finalement reste d'expliquer ce qui se passe et parfois il est préférable de ne pas entrer dans des détails déstabilisateurs, surtout si le commanditaire est un proche ou de la famille.

Maintenant, en dehors de tous ces cas de figues cités, si c'est juste le contexte basique et l'usure "normale" de la relation de couple qui provoquent un affaiblissement générique de la libido, la Magie Rouge saura avec succès restituer progressivement la flamme des débuts et le désir de l'autre, les rituels sont effectivement d'une rare puissance lorsque rien ne fait barrage à leurs effets, ainsi une sexualité en berne peut assez vite se transformer en une irrépressible et durable pulsion réciproque très positive pour la relation de couple. Il faut au contraire parfois refréner ou parfaitement doser en deçà la puissance des rituels de Magie Rouge pour qu'ils ne déséquilibrent pas le couple dans le sens inverse par leur profusion et par leur excès d'apport d'énergie.

Il existe, comme vous l'avez vu dans cet article de synthèse, de nombreuses causes qui peuvent affecter la relation ce couple dans ce qu'elle a de plus intime, c'est-à-dire sa sexualité et son désir vital de vivre à deux. Par conséquent j'ouvre mon savoir dans le cadre professionnel qui m'est imposé pour vous aider si la problématique de cet article vous touche personnellement et je pourrai répondre à toutes vos questions. Vous pouvez me joindre par téléphone aux 01.43.48.83.01 ou 06.09.11.94.56 (numéros directs et non surtaxés) ou bien m'écrire en passant par mon formulaire de contact qui s'ouvre en cliquant sur ma bannière ci-dessous. Je vous dis à très bientôt pour retrouver l'équilibre naturel que recherche votre couple !

Jean-Pascal BRUNO

banniere-470x62.jpg

Partager cet article

Repost0

Etude Gratuite :

http://data.over-blog-kiwi.com/1/48/86/80/20150515/ob_c7701b_etude.jpg

  Pour toute demande de rituel

 magique ou d'étude gratuite 

téléphonez au 06.09.11.94.56

(appel direct et non surtaxé)

ou bien aussi ici sur mon site

Rechercher