26 août 2020 3 26 /08 /août /2020 17:53

Beaucoup d'entre vous ont été très positivement critiques à l'égard de l'article précédent ("Fin des Temps…") et je les en remercie de tant de sagacité et de libre arbitre au moment où la Liberté de chacun est en jeu, où la Liberté même des peuples semble vaciller sur son piédestal et où les risques de toutes sortes n'ont jamais été aussi décisifs pour l'avenir de l'humanité. Aujourd'hui nous savons que des forces agissent à l'échelle de la planète entière, que la mondialisation économique s'est muée en une doctrine néo-capitaliste dangereuse où la haute finance se mêle aux pouvoirs politiques d'élites transformant les tenants de la démocratie historique en une démocrature institutionnalisée pour des raisons de sécurité (sanitaire ou antiterroriste) parfois douteuses quant à leur pérennité dans le temps… Mais je ne vais pas revenir spécifiquement sur telle ou telle crise, vous pourrez retrouver d'autres de mes articles y faisant référence, non, aujourd'hui c'est de ce que presque tout le monde connaît, comme fiction avec notamment la phrase culte "Que la force soit avec vous" dont il sera question car rien n'est plus véridique actuellement que cette guerre des étoiles que l'on nous concocte, de celle aussi plus cinématographique avec la saga Star Wars qui a su à elle seule refléter symboliquement toutes les mouvances dont la réalité fait progressivement sienne en nous y préparant, mais aussi qui a su intégrer tous les schémas initiatiques des travaux de sorcellerie et de haute magie que les praticiens en exercice connaissent parfaitement.

Dans les récits de fictions, livres ou cinéma par exemple, nous savons qu'une part de vérité émerge mais laisse généralement ceux qui y sont confrontés dans cette contemplation souvent passive où seul ce que l'on a appelé le "divertissement" persiste pour en écarter tout aspect tangible au quotidien, en d'autres mots le "divertissement" (qui porte bien son nom) est censé nous faire basculer dans des univers impossibles à vivre réellement ou à expérimenter, il nous fait diverger mentalement par le biais d'une déviation logique orchestrée, il nous détourne de la réalité (diversion) en nous plongeant dans une alternative fictive. Mais comme je l'ai signalé, tout comme l'iceberg, la fiction est elle-même nourrie d'éléments issus de la réalité sinon personne ne pourrait y entrer aisément sans aucune base de référence minime. C'est aussi d'ailleurs comme ceci qu'apparemment les auteurs et scénaristes fonctionnent, en empruntant ou en manipulant une certaine réalité pour en fabriquer une fiction pas trop éloignée afin que l'on puisse y entrer plus aisément. Mais les initiés, pas ceux d'Hollywood, quoi que, savent que la réalité dépasse de très loin la fiction car elle l'englobe tout en sachant en générer toutes les bifurcations dont l'esprit se demande parfois où il va chercher de telles histoires presque véridiques…

Star Wars (et bien d'autres films de même envergure) n'ont pas émergé de nulle part, ils ont une triple fonction, dont deux qui sont dissimulées au public. La première donne le ton ouvertement avec le "divertissement", le dépaysement pour sortir du quotidien et certainement moins penser aux problèmes de la vie courante, une sorte de lavage de cerveau en douceur et largement consenti par ceux qui s'y adonnent (on peut aussi ajouter les jeux vidéo dans cette catégorie d'opium mental). Les deux autres fonctions plus cryptées sont évidemment celles qui nous intéressent aujourd'hui, la première, et ne nous y trompons pas, est parfaitement formatée par nos sociétés qui encouragent le divertissement social d'une part pour minimiser les effets d'encadrement et de coercition subis, d'autres parts pour passer subtilement des messages subliminaux dans ces histoires à dormir debout (ou plutôt à vivre en sommeil) avec ces récits dirigés comme des supports hypnotiques de masse. Le rôle des médias TV est strictement identique dans la "fabrique de l'information", c'est-à-dire du storytelling très utile à ceux qui gouvernent pour passer toutes sortes de messages "d'encadrement mental de la population", les médias d'information créent une réalité sociale forcément fictive puisque déjà formatée et assurément directive pour ne pas dire dictatoriale (la dictature de certains médias n'est plus à écarter lorsque l'on sait qu'une poignée d'élites milliardaires en contrôle le contenu avec grand soin).

La troisième fonction, encore plus inconnue du grand public, est justement digne de ces sagas cinématographiques, l'ampleur de ce qui y est révélé n'a plus rien d'une fiction, les messages symboliques (ou plus directs) qui s'exposent ainsi sont issus de ce que certains initiés connaissent par des voies plus ésotériques (le commun des mortels dirait par des voies "surnaturelles"). Si vous posez la question suivante à un chaman ou à un sorcier: "que la force soit avec vous, mais de quel côté êtes-vous?", alors vous aurez mis le doigt dans un engrenage qui risque de ne plus vous lâcher tant les réponses sont à la fois complexes, bien réelles et surtout très orientées, voire mixtes, tel ce fabuleux binarisme de la Guerre des Étoiles, du côté obscur de la Force ou de celui du bien, et ceci vu sous un angle plus précis l'on est finalement strictement du côté de la magie noire ou de la magie blanche (du moins dans la catégorisation telle que se la figure la majorité des gens). Bien entendu, il faut voir les personnages de fiction ici comme de véritables archétypes primordiaux où chacun jouera son rôle bien défini, le méchant étant du côté sombre, le gentil du côté blanc (les deux ayant d'ailleurs l'habit qui va avec la couleur adaptée, pour mieux implémenter visuellement l'image). L'on peut même avoir tout de même de soudains transfuges, le si blanc Jedi Anakin Skywalker devient ainsi l'immonde et sombre seigneur Sith Dark Vador, ou bien des invariants avec Obi-Wan Kenobi qui restera blanc comme neige au soleil et Dark Sidious (alias le fourbe sénateur Palpatine) à jamais plus noir que l'espace qui l'entoure. L'on peut aussi y déceler plus rarement des personnages plus tangents et ambigus selon moi comme Han Solo qui n'est rien d'autre qu'un contrebandier rusé et beau parleur (se rangeant "par la force des choses" du bon côté, même s'il aurait pu très "mal tourner" - "rotas-sator"…)

Mais Star Wars est devenu un mythe basé avant tout sur de grandes épopées préexistantes (historiques ou imaginaires), de celles dont les empires se construisent et s'effondrent, de ces mythologies où les dieux et les déesses forment des alliances ou alors se combattent avec acharnement et ruse: encore une bipolarité du Bien et du Mal incarnée par deux visions opposées d'une même Force vitale, transcendante ou spirituelle. Enfin aussi en parallèle, notons l'habile reconstruction de nos propres schémas humains et structures identitaires terrestres de notre temps avec les castes des dirigeants tout en haut d'une pyramide hiérarchique très stricte où le peuple est avant tout et uniquement aux ordres des élites régnantes, qu'elles soient sombres ou bien plus rayonnantes, cela est du pareil au même (et en passant un bon lavage de cerveau sous-entendu pour le spectateur). Car n'en doutons pas, la Guerre des Étoiles n'est qu'une vision suggérée d'un unique impérialisme qui ne dit pas son nom en se cachant derrière deux simples coloris basiques extrêmes, finalement bonnet blanc ou blanc bonnet, une sorte de démocrature galactique où les élites envoient pêle-mêle les manants des petits peuples de planètes asservies, les mercenaires avides, les soldats enrôlés plus ou moins "de force", les robots guerriers programmés à la chaîne, ou pire, les clones humains pucés comme il faut (sous RFID génétique) pour en faire de la chair à canon. Tout ceci avec en sus, comme si cela n'était pas assez significatif, l'apparition d'une corporation sournoise et corrompue: la Guilde du Commerce qui démontre bien que tout s'achète au meilleur prix sans pour autant faire de différence entre le noir et le blanc (petit message subliminal ou la fin justifie des moyens)… Nous ne sommes évidemment pas loin de la mentalité bien exprimée de nos lobbyistes ici-bas prêts à tout pour gagner un marché, qu'il soit européen, chinois, russe ou américain, ils n'ont pas de frontières pour agir ni d'opinions politiques, encore moins de conscience personnelle ou corporatiste, mais savent très bien compter dans leurs transactions.

En magie (fictionnelle dans Star Wars), puisque l'allégorie est éminemment présente à tout moment, la force s'exprime uniquement par la violence des actes contre des individus pour les contrôler, pour les soumettre à une volonté plus puissante, pour finalement les corrompre, ce qui s'apparente plus ou moins à un envoûtement de mort ou à une emprise pour les enrôler du côté sombre, lorsqu'en face l'on tente d'éliminer purement et simplement ce Mal, il n'y a aucune compromission possible de le voir changer, sauf peut-être dans le passage dans l'au-delà (la mort de Dark Vador étant potentiellement une sorte de rédemption, in extremis). N'oublions pas que les forces du Bien, symbolisées par les Jedi, savent aussi contrôler les esprits faibles par sujétions hypnotiques, mais non pas pour soumettre durablement mais en vue de se protéger. L'on peut, d'une certaine façon retrouver en réelle magie blanche opérative cette qualité de protection avec ses rituels, de même l'attaque viendra à l'opposé surtout de la magie noire très destructrice et chaotique qui ne sait qu'assujettir, affaiblir ou éliminer. Comme je le précisais, les vrais initiés en magie ne s'y trompent pas, la Guerre des Étoiles est une saga qui sait fabriquer du consentement en conditionnant son auditoire, d'une certaine façon le dresser à l'image cinématographique avec d'énormes moyens techniques et financiers, une réussite commerciale et artistique dans son genre, avec néanmoins des intentions cachées où le spectateur n'a que deux choix: le Bien, le Mal. Ceci me fait soudain penser aux élections… la gauche, la droite (aux USA: Républicains et Démocrates), mais ceci est une autre histoire, quoi que… à vous de juger de l'excellent formatage politique sous-jacent.

Toujours est-il que j'espère que ce petit tour d'horizon dans les Étoiles vous aura permis de mieux comprendre que le divertissement cinématographique est aussi une forme d'emprise mentale avec ses messages suggérés habillement, de ces codes subliminaux d'une matrice sociétale qui sait en jouer avec délectation pour vous "occuper", ou occuper vos neurones sur des sujets fictifs mais très actifs. Comme à chaque fin d'article je reste joignable, notamment si vous avez des questions à me formuler dans le cadre de mon activité professionnelle en qualité de sorcier chaman ou si vous avez besoin d'aide via un rituel (nous verrons la "couleur" ensemble !). Vous pouvez me téléphoner au 06.09.11.94.56 (numéro direct et non surtaxé) ou bien m'écrire en passant par mon formulaire de contact: merci de cliquer sur ma bannière ci-dessous pour l'ouvrir. Je vous dis à très bientôt et si vous allez au cinéma (Tenet ?), regardez les films avec le détachement qui convient, c'est-à-dire celui du sage ou de celui qui commence à devenir un véritable initié avec une vue panoramique de ce qui est, en haut, en bas et sur les côtés!

Jean-Pascal BRUNO

Partager cet article

Repost0

commentaires

Etude Gratuite :

http://data.over-blog-kiwi.com/1/48/86/80/20150515/ob_c7701b_etude.jpg

  Pour toute demande de rituel

 magique ou d'étude gratuite 

téléphonez au 06.09.11.94.56

(appel direct et non surtaxé)

ou bien aussi ici sur mon site

Rechercher