Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Blog chaman ésotérisme

Blog chaman ésotérisme

Blog Chaman Esotérisme : Culture ésotérique et magique sur un véritable blog chamanique animé par un véritable sorcier chaman

initiation

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

L'activité humaine telle que nous la connaissons à notre niveau terrestre dans le cadre de notre réalité subjective pourrait parfois nous sembler aberrante et illogique, voire terriblement injuste ou cruelle si les circonstances induites au contexte n'étaient pas toujours irrémédiablement en faveur de notre Ego très exigeant et évidemment tourné uniquement sur son propre moi terrestre. Cette incompréhension fondamentale, a priori généralisée au sein de la presque totalité de la population (notamment occidentale), s'explique par une très grande méconnaissance des processus karmiques et des phénomènes d'illusion que la réalité subjective fait subir comme épreuves, lesquelles sont pourtant nécessaires à l'évolution de chacun mais aussi paradoxalement assez facilement contournables ou ajustables pour qui sait opérer de la bonne manière, avec certes une certaine connaissance ésotérique basique. Pour l'initié, plus instruit dans cette Connaissance, il est assurément une autre vision que cette réalité subjective qui se complète au-delà de l'illusion qu'elle génère en apportant des réponses plus consistantes et satisfaisantes propres à pouvoir surmonter absolument toutes les crises existentielles et toutes les épreuves à subir. C'est de ce processus dont je vais parler plus en avant, celui-ci complète l'article précédent plus axé sur la "part de Chance" (lien ici en rappel) qui était déjà assez éclairant et que je conseille de relire (ou de lire) afin de mieux comprendre ce qui va suivre comme une suite ou un deuxième épisode complémentaire d'un niveau un peu plus complexe ou supérieur mais tout à fait utile et réalisable, même pour les profanes puisqu'il s'agit ici simplement d'un "ajustement d'esprit" à opérer, encore fallait-il le savoir ou le concevoir à son propre niveau comme une possibilité à intégrer…

Tout comme nos acteurs (notifiés comme exemple dans l'article précédent), ceux-ci jouent chacun leur rôle sur la scène d'un théâtre dont ils ont appris le texte de la représentation, assistés par le scénariste et le metteur en scène, dans un décor approprié, avec autour d'eux des machinistes dévoués pour que le spectacle soit éclairé au mieux, et avec le soin d'accessoiristes et de costumières qui leur ont fourni tout le matériel nécessaire afin d'exprimer leur talent dans les meilleures conditions, dans une réalité reconstituée dans cet espace avec les tempos précis des actes qui se succèderont les uns après les autres pour articuler la pièce dans une dimension d'espace et de temps bien définis. Évidemment le public qui assistera à la pièce ne verra pas les coulisses et de même que les acteurs seront tout à leur art d'être "entrés dans leurs personnages respectifs" ils oublieront l'illusion du jeu d'acteur pour "posséder leur rôle" selon le script à suivre. L'on sait combien les comédiens sont investis dans leur personnage dans ces représentations théâtrales qui demandent une telle concentration, une telle mémoire du rôle et des dialogues, un tel suivi de la trame des évènements de la pièce qu'ils en oublient parfois (ou se sentent obligé d'oublier) leur vie en dehors du spectacle. Les feux de la scène sont comme des feux dévorants la personnalité première pour s'y substituer et briller pleinement en représentation. Ce n'est qu'à la fin du dernier acte qu'ils retrouvent leur esprit, qu'il réintègrent consciemment leur état d'acteur pour laisser le personnage fictif de côté, après un salut bien mérité sous les applaudissements du public si celui-ci a été conquis par le jeu d'acteur mais aussi par le scénario et la mise en scène puisqu'une pièce de théâtre est un travail d'équipe très coordonnée.

Le travail, l'argent et l'amour sont souvent des trames importantes dans une pièce de théâtre où chaque comédien dispose d'une personnalité spécifique et de capacités à réagir à certaines situations prédéfinies qu'il doit apprendre à concevoir dans son jeu d'acteur. Hors scène il a tout loisir de prendre connaissance de son personnage, de son texte et des situations qui se présenteront à lui et dont il devra réagir selon une psychologie en adéquation avec les circonstances. L'allégorie de la pièce de théâtre et des acteurs est un bon exemple de ce que nous vivons aussi dans notre réalité terrestre avec autrui, néanmoins si nous savons que nous sommes dans une réalité sous-jacente, une réalité subjective dont nous avons oublié (tels nos comédiens en pleine représentation) que nous sommes aussi dans une sorte de simulation paradoxale dont nous avons oublié consciemment que nous en étions aussi des acteurs avec comme "mission de vie" un programme à suivre, des étapes ou des actes à interpréter, des épreuves à surmonter, des rencontres à effectuer avec des dialogues nécessaires à prononcer ou pas…

Cet "état d'esprit" s'acquiert dans ce que l'on nomme plus couramment comme un "état de conscience modifiée", celui de comprendre que l'existence telle que la plupart des gens la conçoivent n'est pas la réalité ultime en soi mais une sorte de représentation de notre moi-acteur forcément purement "égotique" (c'est-à-dire "strictement personnel" comme personnage joué) car dans son rôle terrestre, très restreint et ajusté volontairement avec ses valeurs d'ici-bas et des capacités déjà inscrites dans cette démarche existentielle où la destinée est un rôle à suivre dans son contexte avec ses rebondissements et ses épreuves. Lorsque l'on sait ceci, qu'on le conçoit comme une surréalité, alors l'on est en "état d'esprit" de pouvoir jouer sont propre rôle différemment tout en respectant la trame principale pour laquelle on est présent, sauf que l'on peut faire appel, tout comme au théâtre, au souffleur en coulisse pour se souvenir que l'on joue le bon texte, avec cette différence que l'on peut aussi le modifier dans une certaine mesure, ce qui change tout et peut aussi réorienter la pièce à jouer ou en moduler certains aspects de son personnage… Avoir pleinement conscience de cet "état de fait", être dans cet état d'esprit, c'est d'une certaine façon acquérir cette Connaissance supranormale, dans un sens axé au-dessus de la réalité terrestre subjective pour faire appel à son soi supérieur et donc devenir de facto "initié" à cette double réalité, d'ici-bas et d'au-dessus.

Il est clair que sortir de son "persona" pour retrouver l'entièreté de son soi supérieur, même seulement un instant ou partiellement, n'est pas à la portée de tous tant nous avons été intimement formatés pour ne croire qu'en une seule réalité des sens communs sur ce plan terrestre et que nous avons oublié d'autres sens plus subtils nous permettant d'accéder à cet état de conscience modifiée pour percevoir une dimension plus élevée et la continuation de ce que nous sommes, notre moi supérieur se situant dans cette autre dimension de réalité. Certains appelleront "foi" cette croyance en une dimension supérieure, en passant par des dogmes religieux qui peuvent tous se recouper si l'on y porte bonne attention, ou bien l'on pourra passer par d'autres moyens plus ésotériques et primordiaux pour ouvrir ces portes intérieures vers nous-mêmes. L'amour, l'argent, le travail nous semblent ici-bas comme des éléments cruciaux de notre existence terrestre mais pour l'initié ils ne sont que ces accessoires de théâtre de l'existence qui nous permettent de jouer un rôle, ni plus ni moins, et ils n'ont pas la même valeur intrinsèque à un autre niveau de réalité, au même titre que la fausse bibliothèque du décor de théâtre ou que la simple ligne de texte du script de la pièce, ligne de texte que l'on peut changer à loisir lorsque l'on est initié à cet état d'esprit plus proche d'une Vérité ultime et transcendantale de ce que nous sommes vraiment…

Afin d'approcher de cet état d'esprit ou d'en comprendre les ressorts dont seuls quelques initiés en sont aptes à en donner les clefs ésotériques pour passer le flambeau, n'hésitez pas à me contacter pour approfondir le sujet et permettre de faire tomber le masque de votre "persona" qui empêche une vision plus large et plus haute de cette dimension cachée et d'en éclairer la scène de votre destinée pour la remodeler à votre véritable image. Pour me contacter merci de voir les informations ci-dessous sur ma bannière. Je vous dis à très bientôt et sachez suivre la petite voix intérieure qui vous souffle le texte initiatique à suivre pour vous réaliser pleinement en toute conscience, en qualité d'initié je vous aiderai à mieux l'écouter et à en comprendre les orientations ésotériques qui sont les vôtres !

Jean-Pascal Bruno, chaman professionnel

 

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #Esoterisme, #initiation, #secret, #ange gardien, #entités, #énergie vitale, #destiné

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

"L'Homme étant libre, est condamné à la Liberté". Par cette puissante sentence de l'ésotériste Frithjof Schuon issue de son ouvrage "Ésotérisme, comme principe et comme voie", c'est toute la contradiction de l'Existence de l'Humain qui s'exprime, tant dans l'essence même des contraintes que sa destinée lui impose que par l'impérieuse possibilité d'exercer une volonté souveraine sur sa vie pour en fondre le métal précieux qui saura forger l'outil façonnant son âme immortelle à des fins d'évolutions infinies. Il y voit dans la pratique et la connaissance de l'ésotérisme ce même outil, certes caché aux plus profanes mais commun à tous et accessible à ceux qui le désirent véritablement, outil qui permet de réconcilier la matière et l'esprit dans l'expérimentation de ce que l'on pourrait appeler plus trivialement la magie, avec ce secret espoir de voir en l'une (la matière) le tremplin nécessaire pour le second (l'esprit), de ne pas les opposer mais de faire correspondre avec intelligence ce qui est en bas avec ce qui est en haut, comme le suggérait la Table d’Émeraude d'Hermès Trismégiste. Ainsi naissait aussi le quadruple principe, véritable chemin de l'initiation s'inscrivant sur la face des quatre piliers vivants du Temple de Salomon, quatre verbes agissants sur cette voie initiatique sacrée : Savoir, Vouloir, Oser, et se Taire...

D'où viennent ces principes ? De quelle vérité intérieure sommes-nous certains d'en concevoir la réalité objective ? Notre volonté à comprendre par l'intellect suffit elle à capter la connaissance du monde et son essence ? N’existe-t-il pas d’autres sources que celles que nous captons habituellement par nos sens communs ? Ces questions existentielles sont à la base de la métaphysique et de l’ésotérisme dès lors qu’on en aborde les sujets, de par l’intellect pur ou par des détours de la pensée qui nous suggèrent que viennent les réponses à la fois de notre for intérieur mais aussi d’un extérieur qui pourtant nous appartient également, c’est ici le paradoxe de la pensée, de laquelle nous ne savons jamais si elle germe en nous de notre propre chef et de l’apport dynamique de notre expérience, ou si certaines graines ont été semées en nous pour faire croître ce désir d‘apprendre et d’évoluer. Et dans ce cas qui est le semeur ? La doctrine ésotérique, la gnose, nous enseigne qu’il existe d’autres dimensions plus subtiles de nous-mêmes qui ne nous sont pas directement accessibles, ni par l’intellect ni par les sens physiques, qu’elles interagissent néanmoins à chaque instant durant nos expérimentations terrestres, c’est-à-dire dans le rapport privilégier à la matière que nous avons de par notre incarnation, de par notre incorporation dans cette même matière pour en tirer des leçons et en ressentir la véritable et essentielle teneur.

Une autre importante révélation ésotérique nous explique très clairement pourquoi nous n’avons plus accès immédiat à la complète intégrité de notre « être » : justement à cause de cette incorporation dans la matière, laquelle, d’une certaine façon imagée, a largement brouillé notre gamme personnelle de fréquence vibratoire pour ne laisser percevoir que les notes les plus basses en filtrant celles qui vibrent plus rapidement et en les rendant inaudibles à nos propres sens. Expérimenter la matière dans un corps ici-bas serait donc un peu comme revêtir un lourd scaphandre pour sortir de chez soi, avec les quelques inconvénients qu’impose cette panoplie, ceux d’être évidemment bien moins à l’aise pour se mouvoir, pour communiquer facilement ou bien pour percevoir clairement l’environnement immédiat à travers le casque hermétique et sa visière déformante. L’on retrouve d’ailleurs cette vision des choses dans notre propre filtre personnel, celui de l’Ego incarné, notre « scaphandre » qui écarte toute objectivité en faisant sienne une réalité totalement tronquée et déformée par sa petitesse vissée à la lourdeur d’une matière qu‘il doit animer tout en la portant.

Si « l’être véritable », celui que nous sommes tous, plus complet et intégral, se trouve ainsi diminué par un tel processus d’incarnation, alors quel est donc l’intérêt d’une telle épreuve apparemment si réductrice ? La Vérité pourra paraître plus simple qu’elle pourrait l’être en cherchant trop loin si l’on conçoit très logiquement qu’il suffit à un autre niveau basique de se poser la question suivante qui utilise encore une fois l’image précédente : pourquoi les hommes revêtent-t-ils des scaphandres ? La réponse est évidente : pour explorer un environnement difficile ou hostile de manière plus accessible... C’est exactement la même réponse, notre « être intégral » s’est incarné dans un « costume corporel » pour explorer la matière et sa gamme de fréquences trop lourdes et trop basses pour lui, c’est d’ailleurs une expérimentation d’intégration « in vivo » dans la matière. Pour comprendre et percevoir le principe vital, rien de mieux que d’en expérimenter plus directement l’essence même, c’est-à-dire devenir un « être vivant » intégré dans une dimension basse en laissant derrière soi, momentanément le temps d‘une courte vie, sa propre stature multidimensionnelle et intemporelle.

L’intérêt de cette expérience « de vie » réside aussi dans sa captation ressentie de la notion restreinte d’Espace et de Temps, ce qui ne serait absolument pas possible dans la dimension supérieure purement éthérique dont nous sommes issus, car comment percevoir et comprendre le Temps et ses petites déclinaisons si l’on vient d’une contrée où n’existe qu’une temporalité absolue et infinie, idem pour un espace de dimensions infinies... Et ajoutons l’entropie, là où existe le Temps et la Matière alors celle-ci dégrade son énergie informationnelle, ce qu’il est strictement impossible de percevoir dans une dimension où l’immanence absolue est une règle, où tout coexiste sans temporalité spécifique ni perte d‘information car tout « est » et demeure comme un Tout. Bien entendu, la partie humaine et terrestre n’a aucune idée précise et nette, de par sa petitesse géométrisée, de toute l’étendue de ce qui lui est pourtant néanmoins propre, situé bien au-dessus, dimensionnellement parlant. L’Homme n’y voit, à son strict niveau logique, qu’une perte de mémoire qui n’est autre qu’une perte informationnelle de sa propre notion d’existence supra dimensionnelle. Il en résulte une totale incompréhension, toute relative, de sa vraie nature supérieure qui est bien présente mais inaccessible à son intellect et à ses capacités de perception.

Là où nous pensons ici-bas vivre une expérience de vie qui nous apportera quelque chose de consubstantiel à notre nature terrestre, finalement c’est l’inverse, nous sommes le produit expérimental de notre nature supérieure qui s’instruit de notre basse nature dans une situation dimensionnelle restreinte pour en capter les éléments simplifiés là où il est possible de les vérifier, en les vivant. L’ésotérisme nous apprend cette Vérité qui s’apparente à un terrible secret, le plus grand qui existe puisqu’il nous révèle que notre réalité n’est que le reflet appauvri et très basique d’une « sur-réalité » à laquelle nous faisons aussi partie mais dont nous ne pouvons pas avoir conscience en l’état au niveau d’incorporation qui est le nôtre, du moins en partie inférieure de nous-mêmes... C’est de l’idée même de cette Vérité que nait le passage vers l‘éveil, celui de l’initié qui sait surmonter tous les obstacles terrestres puisqu’il fait sienne cette notion d’une Réalité plus grande dont il fait partie intégrante sans pour autant pouvoir en prouver l’existence supérieure, l’on dit alors qu’il doit y « croire » pour se la représenter, il en acquiert ce que les croyants appellent la foi et que les profanes ne reconnaissent pas comme une vérité cardinale, à leur niveau dimensionnel terrestre...

Serez-vous, vous aussi, un initié pour savoir prendre la liberté qui vous est offerte d’y croire ? Maintenant que vous savez, cela ne tient qu’à votre moi terrestre de lever les yeux de l’esprit vers qui vous êtes réellement pour tenter de capter cette voix intérieure qui parfois murmure votre propre Vérité, ce savoir secret pourtant présent en vous, cet autre vous-même qui vous apporte l’inspiration intellectuelle, la volonté d’aller de l’avant, le désir d’oser ce qui semblait impossible, et ce choix de parfois rigoureusement taire ce secret afin de ne pas contourner les règles de l’expérimentateur, lequel n’est autre que vous, dans une dimension supérieure à celle que vous vivez. Pour l’Année 2022 qui se présente, soyez ouvert à votre propre destiné, découvrez les possibilités qui s’offrent à vous pour dépasser vos limites et retrouver la part cachée qui vous appartient, n’hésitez pas à me joindre par téléphone ou bien sur mon site (voir les informations de ma bannière ci-dessous), à très bientôt, en vous souhaitant une excellente nouvelle année, surprenante et bénéfique !

Jean-Pascal Bruno, chaman professionnel

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Voir les commentaires

Etude Gratuite

 Pour toute demande de rituel

 magique ou d'étude gratuite

 téléphonez au 06.09.11.94.56

 (appel direct et non surtaxé)

 ou bien   cliquez ici 

Articles récents

Hébergé par Overblog