Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Blog chaman ésotérisme

Blog chaman ésotérisme

Blog Chaman Esotérisme : Culture ésotérique et magique sur un véritable blog chamanique animé par un véritable sorcier chaman

couple

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #Amour, #Magie sexuelle, #envoûtement amoureux, #réincarnation, #karma, #ésotérisme, #spiritualité, #sexualité sacrée, #couple

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Comme vous le savez certainement, la perfection n'est pas de ce monde mais nous pouvons toujours nous y approcher le plus près selon nos possibilités propres, d'ailleurs, et si nous y réfléchissons plus en avant : l'acte de cette tentative de perfectionnement n'est rien d'autre qu'un véritable apprentissage initiatique qui aboutit à une évolution, soit personnelle au niveau plus spécifique de l'individu ou soit plus généralisée au niveau de l'humanité entière, ceci à la fois visiblement (matériellement et existentiellement parlant) et aussi de manière plus invisible (spirituellement et karmiquement parlant). Cette constatation est aussi valable pour chaque aspect différentié de l'ensemble de nos activités ici-bas, de la plus élémentaire et apparemment insignifiante à la plus primordiale et vitale selon les critères terrestres tels que nous les entendons habituellement. Parmi ces domaines d'activité importants l'Amour en est un spécial qui requiert une attention toute particulière puisque sa résonance influence conjointement notre présent et notre devenir de façon puissante et durable et selon quatre axes fondamentaux dont les profanes n'en perçoivent bien distinctement généralement que deux, voire trois dans le meilleur des cas : au niveau physique, psychologique, mental et spirituel. Ces quatre axes, chacun bien équilibré en rapport des trois autres, permettent aussi d'aborder une évolution karmique optimum et une existence plus sereine pour soi-même et pour le couple qui se trouve réciproquement en phase précisément en regard de ces axes et de leurs orientations. C'est ce que nous allons voir ensemble aujourd'hui.

En commençant par le plus explicite des quatre, l'Amour physique n'a pas vraiment besoin de dessin ni de dessein en soi pour agir puisqu'il est fondamentalement ancré dans nos corps dans le patrimoine génétique de chacune de nos cellules pour créer cette attirance sexuelle induite dont nous savons tous qu'il est parfois difficile d'y résister sauf en y étant formellement entrainé en ajustant le mental et le spirituel (ou de manière plus prosaïque et morale selon le contexte historique et personnel). En Inde le Kamasutra s'exposait déjà ouvertement sur les murs des temples il y a plusieurs millénaires comme un enseignement à suivre, de nos jours le sexe est accessible pratiquement partout en quelques simples clics sur les écrans qui nous entourent, en cela rien n'a finalement changé, avec néanmoins des périodes historiques durant lesquelles la sexualité, ou plutôt l'acte sexuel, a plus été caché que véritablement réprimé car l'on ne peut pas aller à l'encontre d'une pulsion de vie essentielle à l'existence humaine qui doit jouer son rôle initial, celui de la procréation, mais aussi son rôle social en matière d'associations dans un sens plus structuré autour de la famille ou du clan. Ainsi les sociétés modernes se sont cristallisées sur des modèles purement conventionnels pour convertir la sexualité et lui attribuer d'autres buts pour justifier toutes ses lois, celles des groupes, des castes et des classes sociales. Même chez les peuples primitifs, une notion plus élargie et libre en découle pour la survie du clan face à l'adversité de l'environnement, ainsi la famille c'est le clan, la sexualité est multiple et sans exclusivité, elle appartient au clan et non à l'individu. Au-delà de ces notions conformistes, sociétales, claniques ou utilitaristes, l'Amour physique et la sexualité des corps apportent bien entendu aussi les notions de plaisir personnel et de satisfaction individuelle qui peuvent s'opposer aux premières citées et être plus ou moins réprimées ouvertement, mais ceci est une autre affaire liée à ce que l'on appelle la Liberté d'agir et plus largement à la Politique ou la Religion…

L'on pourrait voir dans notre second axe, celui de l'amour plus psychologique, déjà un empiètement sur le domaine de la relation à autrui avec cet angle de la Liberté individuelle d'aimer et ce que cela implique comme consentement réciproque au niveau plus spécifique de ce que l'on appelle les sentiments. C'est ici un axe beaucoup plus complexe que celui purement physique puisqu'il n'a aucun caractère d'obligation dans le sens où l'on peut aimer une personne sans que cela soit partagé en retour, ce qui effectivement entraîne assurément pour ce cas de multiples complications psychologiques dont chacun pourra sans effort en comprendre la portée et plus précisément la caractéristique qui se situe dans le ressenti, lequel cette fois-ci peut générer une douleur au niveau de la psyché, c'est-à-dire comme l'expression douloureuse d'une demande conjointe et fusionnelle du corps et de l'Ego. Inversement, l'acceptation réciproque apportera non pas le plaisir comme pour le corps mais la joie pour l'esprit et d'une certaine façon une première étape vers un bonheur partagé au-delà du "simple soi" mais toujours pour satisfaire deux Ego distincts bien accordés sur une même partition de sentiments réciproques. Cette apparente très bonne "entente psychique" entre deux Ego est ce que la plupart des gens appellent l'Amour afin d'en distinguer une certaine valeur supérieure à l'acte sexuel à proprement parlé, lequel est généralement partagé en complément (ou pas si cet "amour" est purement platonique, mais est-ce alors ici pour ce dernier vraiment encore le même type "d'amour" ?). Le champ d'exploration des aspects de cet axe de l'Amour étant sous l'égide des "sciences humaines" et de la psychologie pure, celui-ci se décline à foison en une multitude de sentiments induisant les meilleurs comme le plus sombres d’entre-eux, du bonheur complet à la plus profonde détresse pouvant aboutir à la dépression ou pire, au suicide des personnes les plus atteintes par ce mal-être, celui de ne pas être aimé en retour. Notons que les contraintes et affres de ce type d'Amour ont paradoxalement pu parfois générer des oeuvres d'art par effet de sublimation de la douleur psychique en une puissante création artistique, littéraire, picturale ou autre. En résumé, la part psychique de l'Amour n'est donc pas à négliger, elle représente un axe d'équilibre fondamental pour l'individu ainsi que sur l'ensemble de son activité potentiellement créatrice.

Mais alors que vient donc faire le mental dans toute cette histoire d'Amour ?! Il est clair que l'humain ne se résout pas à sa seule composante sentimentale ou psychique, l'on peut même assurer que l'Ego complet se permet de réfléchir et de peser lourdement le pour et le contre, c'est ici la part du mental que de se réserver une partie importante de l'individualité qui prend en compte à la fois la préservation vitale de son corps mais aussi de son esprit résonnant sans cesse, c'est la part du Cogito de l'Ego, comme cette série de miroirs internes où se reflète la réalité du vécu au travers de son propre filtre dans une constante et implacable réflexion pour sentir qu'il existe bien, c'est le fameux "je pense donc je suis" que nous connaissons tous. Sans cette terrible dimension mentale de l'humain, celui-ci ne saurait absolument pas en capacité de se représenter lui-même comme une entité séparée du monde et donc agir selon son propre libre arbitre (relatif) pour jouer son rôle, son "persona" dans cette existence terrestre où il a, d'une certaine façon, "mission de vie". C'est ce mental qui crée en lui cette scission entre ce qu'il pense "être lui" et me monde qui l'entoure, il est dans cette perspective en mesure de se différentier aussi d'autrui, il entre en dualité avec tout ce qui n'est pas lui, en ce sens (pour les adeptes de la non-dualité) il est en contradiction avec la Vérité ultime du Tout et ne se représente que SA propre vérité qui n'est qu'une illusion égotique (la Mâyâ hindouiste). Le mental a donc cette double fonction de créer l'individualité qui se reconnaît comme telle ainsi que de voir en autrui une autre individualité différente avec laquelle interagir. Les grands initiés (orientaux surtout) voient dans "le mental" un obstacle à la réalisation entière et complète de la rupture du cycle des réincarnations, rupture primordiale afin d'évoluer au-delà de la dimension terrestre, du moins "planétaire" liée au matérialisme. Mais en même temps cette phase de "mentalisation", de différentiation permet de rencontrer autrui et donc d'en expérimenter l'Amour au sein même de cette différence mentale. Ce qui serait impossible dans le cas contraire. Le mental est donc une contradiction nécessaire à l'évolution sur une échelle de temps variable, au rythme des cycles de la métempsycose, jusqu'au moment ultime de la Libération de ce cycle (celui du Sâmsârâ) lorsque l'entité peut passer de l'humain à un autre état plus évolué dans une dimension vibratoire supérieure.

L'Axe spirituel de l'Amour vient d'être partiellement abordé dans cette perspective inconditionnelle assez complexe pour le profane de concevoir que la réalité de sa dimension terrestre n'est qu'une fausse représentation de la Vérité dite Absolue, que même les mots sont impropres à définir la véritable Vérité du soi dans le Tout dans ce sens où seule la non-dualité est une Réalité qui nous relie, c'est-à-dire que la dimension que nous expérimentons actuellement dans cet espace-temps terrestre est elle-même générée par la projection de notre mental au sein d'une matrice néanmoins commune à d'autres entités avec lesquelles nous entrons en contact sous des angles différents. Pour imager, notre esprit est comme absorbé par le film ou le jeu vidéo que nous voyons défiler devant nos yeux sur un écran matriciel holographique quadridimensionnel en étant certains (avec les autres "entités" qui sont dans la même salle "de vision" que nous) que nous vivons pleinement ce que nous voyons, ce qui est relativement vrai mais uniquement "terrestrement" parlant… Jusqu'à la fin de la séance ou nous "reprenons nos esprits", nous nous (r)éveillons alors. L'on pourrait aborder l'Amour spirituel sous une forme assurément pleinement karmique lorsque "nous", les entités qui sortent de cette salle de "projection de réalité", nous partageons avec force notre ressenti karmique et nos "expériences matricielles" pour en analyser le sens et peut-être y retourner si nous avons échoué à en comprendre certaines subtilités du "film de vie" que nous devions aborder… Expliquer la profondeur d'une dimension supérieure en étant soi-même "en représentation" (vous aussi actuellement) dans la matrice n'est pas chose aisée mais très drôle en soi si l'on y pense et nous pourrons certainement en sourire en "quittant la salle" le moment venu…

Comme d'habitude il est parfois nécessaire que je puisse approfondir ces données et je reste à votre disposition pour y répondre, ceci si besoin en accord avec le thème de cet article et plus précisément pour vous aider à mieux rééquilibrer les axes de l'Amour que je viens d'évoquer afin que votre relation amoureuse vous soit bénéfique à vous et à votre partenaire. Pour ne joindre dans le cadre de mon activité professionnelle (en qualité de chaman en exercice) merci de lire mes coordonnées sur ma bannière ci-dessous ! Je vous dis à très bientôt, comme simple lecteur ou comme artisan pleinement conscient de votre réalité en devenir afin d'évoluer karmiquement au mieux selon le libre arbitre imparti au sein de votre mission de vie actuelle !

Jean-Pascal BRUNO, chaman professionnel

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #Esoterisme, #Magie sexuelle, #couple, #magie rouge, #problème de couple, #sauver son couple, #sexualité sacrée

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Percevoir la relation de couple sous un autre angle plus ésotérique que celui du profil psychologique habituel permet d’aller beaucoup plus loin non seulement dans la compréhension de cette relation spéciale mais aussi d’en définir des solutions bien plus abouties et directes en cas de problème de couple à résoudre efficacement. Se placer dans cette perspective, sous cet angle plus subtil, c’est en quelque sorte faire abstraction de son propre filtre personnel afin de plonger dans le monde complexe des symboles avec leurs puissances d’évidences qui surgissent presque immédiatement à l’esprit mais c’est aussi parfois être perdu ou plutôt aveuglé par ces mêmes éclats de vérités qui s’imposent à soi. Il est donc important de signaler que les révélations qui vont suivre pourront toucher à jamais ceux qui les liront (en y repensant plus tard dans certaines circonstances en couple) ou bien les laisseront totalement absents en dehors de toute étincelle pouvant éclairer leurs esprits. Dans les deux cas il ne faut pas s’inquiéter pour autant d’entrer dans un domaine où la perception du couple n’a pas la même valeur logique qu’ici-bas mais la dépasse par sa symbolique dont la représentation s’apparente à la véritable forme recherchée plus élaborée, si néanmoins cette traduction peut s’en approcher de notre vision ordinaire pour en exposer la teneur exacte par les mots.

Cette traduction des symboles a d’ailleurs toujours été la principale difficulté qu’ont eu les initiés a exposer de manière claire sans être tentés de simplifier ce qui ne peut que rester complexe par définition, c’est pourquoi la plupart des symboles forts peuvent aussi se représenter basiquement par des signes géométriques, ceux que les profanes perçoivent comme "cabalistiques", afin que ces signes parlent directement à l’inconscient de chacun sachant ainsi les décrypter sans passer par un intellect réducteur ou perturbateur. De même que les mathématiques sont universelles, la géométrie et les signes qui en découlent s’apparentent à une projection symbolique d’une réalité profonde, celle-ci touche essentiellement le principe vital en chaque humain et sa démultiplication par la voie du couple sous toutes ses formes primordiales qui en exposent de facto ses relations fondamentales, ses liens prédominants et ses métamorphoses décisives.

Commencer la problématique générique du couple par l’individu seul qui en compose l’une des deux moitiés pourrait sembler déplacé, pourtant nous savons tous que l’intérêt du couple passe par cet "intéressement initial" de l’un pour l’autre, et si possible inversement pour que l’histoire perdure. Dans sa solitude tout ne tient qu’au bout du fil de son Ego suspendu à sa destinée, l’individu, indivisible comme le simple point que l’on trace, n’aura de cesse que de s’exprimer pour sortir de son état d’unicité et se développer par son activité en définissant une direction à envisager pour lui-même. Mais sa volonté directrice d’exister en dehors de lui-même s’apparente à une extension de sa personne, à sa projection sur une ligne, lui qui n’est qu’un unique point perdu dans l’immensité des possibles et dont le choix le dépasse. C’est donc dans cette "dé-tresse" (c’est-à-dire "non tressé", non relié) qu’il cherchera un autre point d’appui, autre que sur lui-même, pour entrevoir une perspective, une ligne à emprunter, dans cet infini des possibles. Trouver un autre "point de vue" acceptable en ce sens qu’il pointe de concert dans la même direction, voici donc le challenge d’une potentielle union pour s’accorder selon des objectifs communs avec des perspectives proches ou identiques, définir un lien social en duo : un couple.

Relier ces deux Égos, relier ces deux points les transforme en une ligne directrice, et l’on dit couramment que les deux individus ont un "attachement" l’un pour l’autre, comme l’élaboration d’un fil conducteur, d'un "trait d'union" qui les mènera à construire le vecteur de leur vie (un vecteur étant une ligne bien orientée). Pour la grande majorité le lien qui unit, comme étant le facteur premier à prendre en compte, ce sera le lien sexuel, un point de vue dont la complémentarité géométrique des sexes donnera raison d’emblée dans ce que l’assemblage des volumes charnels apporte comme une solution de prime abord évidente que la nature a offerte à l’humain comme à beaucoup d’autres animaux moins évolués. Les anciens pétroglyphes, ces signes gravés sur la roche bien avant l’écriture, ont cette particularité de signifier le membre sexuel de l’homme par un trait dressé qui sort de son corps alors que le sexe de la femme sera lui aussi formulé par un trait, mais celui-ci sera verticalement inscrit intérieurement sur le triangle du pelvis de son corps pour simuler sa vulve. Deux traits primordiaux pour représenter un lien sexuel déjà primordial à l’aube de l’humanité, deux lignes qui déjà avaient cette volonté de s’unir en un seul lien parfaitement identifiable pour chacun des sexes. Dans certains rituels sexuels de magie rouge sur des dagydes (poupées de cire) les mêmes représentations sexuelles simplifiées reprennent les mêmes codes qu’au début de l’humanité : un trait tout aussi représentatif, une ligne de vie parfaitement significative. Dans le rituel au nom évocateur de "nouage de l’aiguillette" encore une fois le travail de magie aura pour fonction de briser symboliquement la ligne sexuelle d’un homme par un noeud pour lui faire perdre sa virilité, ceci ponctuellement ou définitivement si le noeud s’avère impossible à dénouer !

Mais au-delà du simple acte sexuel c’est bien de transmission et de génération par le couple ainsi formé que s’impose l’union et l’on ne pourra encore une fois qu’y voir un lien de filiation, ce fil du fils ou de la fille, et même un tissu familial issu de ces liens entre deux individus, le "croisement" de ce tissage, parfois même un métissage. Mais comme vous vous en doutez, le fil ne garde pas toujours une direction rectiligne, cette dernière est même assez rare dans la Nature pour faire place à une forme bien plus répandue : la spirale. Un fil qui s’enroule, un fil dynamique qui ne garde pas sa rectitude mais qui non plus ne s’emmêle pas (car un noeud serait fixe et non dynamique), ce fil prend alors cette forme spiralée (en deux dimensions) ou hélicoïdale (en trois dimensions). Les esprits alertes y verront de suite la parfaite illustration d’un lien encore plus significatif : celui de la double hélice de l’ADN. Comme nous le voyons, le symbole pur rejoint la physique moléculaire puisque les liens qui unissent les couples s’inscrivent dans ces échanges génétiques où chacun offre à l’autre une part égale de son génome, un brin d’ADN se combinant à celui de l’autre : la boucle est bouclée, le lien est scellé par ce duo de fils moléculaires spiralés. Dans de nombreuses cultures anciennes la spirale représente la Vie et l’évolution mais aussi une dynamique spirituelle qui relie de bas en haut comme une volonté d’élévation en passant par les épreuves initiatiques que l’existence apporte tel ce labyrinthe à parcourir, lui-même étant une complète représentation doublement spiralée dans la tradition hindouiste, ce qui en dit long sur leurs connaissances du principe vital et existentiel. Dans d’autres représentations c’est la mèche qui brûle qui symbolise la vie qui passe, l’on pourra aussi y voir son pendant moléculaire avec les télomères des gènes qui s’amoindrissent au fil des années pour finir par marquer la mort de la régénération cellulaire, et la mort de l’individu…

Mais parfois le lien peut aussi être rompu dans le couple ou pire se brouiller si chacun tire trop la corde à soi pour s’affranchir de l’autre, c’est alors le "noeud" du problème qui apparait et qui sera difficile à démêler, sauf dans certains cas ou le "dénouement" sera positif pour restituer la bonne ligne à suivre sur laquelle l’on s’entend de nouveau à deux. Bien entendu toute la symbolique exprimée ici sur des niveaux psychologiques, physiques et moléculaires, ou bien purement géométriques se retrouve aussi dans des sphères encore plus complexes mais qui utilisent exactement les mêmes schémas directeurs sur toutes ces diverses strates, c’est-à-dire les mêmes "champs morphiques" (comme le dirait Rupert Sheldrake). Ainsi les symboliques se retrouvent encore une fois en termes de liens karmiques, de structures de corps éthérique ou astral, de champs de forces et d’échanges entre les chakras, d’attraction et de répulsion selon des Lois universelles. L’on pourrait de manière holistique voir dans l’Humain une supra-structure où l’ensemble de ces niveaux sont imbriqués par des liens subtils, lesquels génèrent des effets dont le profane n’a que rarement conscience dans son existence, c’est en ce sens que l’étude de l’ésotérisme permet à l’initié d’aborder sous une forme codifiée avec ses symboles et ses lois ce qui n’est pas simplement accessible aux sens communs. Les liens ésotériques du couple font partie intégrante des connaissances indispensables afin de comprendre les rouages du monde mais aussi d’en percevoir le but véritable de l’existence, de la vie, de la mort et de leurs cycles évolutifs.

Les liens ésotériques du couple peuvent être décryptés avec l’aide de travaux dont les rituels permettent de mettre en lumière certains aspects importants pour résoudre les éventuelles problématiques plus quotidiennes qui pourtant en dépendent très directement… C’est en anticipant les effets négatifs qui pourraient intervenir qu’il est plus aisé d’en surmonter les embûches et d’éviter les ruptures des liens que j’ai évoqués ou de démêler les inévitables quiproquos à l’image de ces noeuds dont on a trop souvent du mal à dénouer les fils ! Je reste à votre disposition pour répondre à vos questions et si besoin pour aider votre couple si celui-ci se trouve dans ces situations difficiles où un travail de fond saura mettre en lumière les solutions avec les rituels adaptés au contexte qui est le votre dans votre couple. Pour ce faire merci de me joindre, par téléphone ou par écrit en suivant mes coordonnées sur ma bannière ci-dessous. Je vous dis à très bientôt et évidemment souhaite un excellent début d’année 2022 à ceux qui n’auraient pas encore lu mon précédent article !

Jean-Pascal Bruno, chaman professionnel

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #Esoterisme, #sexualité sacrée, #transhumanisme, #couple, #jean pascal Bruno, #Amour, #énergie sexuelle, #orgone

Pour ceux qui ne me connaîtraient pas je suis Jean-Pascal Bruno, chaman professionnel, et pour les autres, très nombreux qui me suivent régulièrement sur ce blog, vous savez que j’aborde souvent des sujets plus ou moins polémiques ou complexes. Aujourd’hui avec la "sexualité sacrée" comme thème j’aurais pu finir comme Giordano Bruno à l’époque de l’inquisition, c’est-à-dire brûlé vif sur un bûcher ardent pour seulement avoir osé aborder un point essentiel de l’Humain que certaines religions ont préféré renier, condamner ou simplement voiler. De nos jours encore la sexualité pose des problèmes dans nos sociétés dites modernes qui se sont injustement approprié politiquement un sujet aussi vaste qui recoupe à la fois pêle-mêle la sexualité, la pornographie, les relations de couple, le mariage, l’éducation sexuelle des jeunes, l’appartenance à un genre ou bien encore l’onanisme, les relations sadomasochistes ou bien le libertinage et l’échangisme. Il faut bien savoir que je ne vais pas donner un cours pour orienter tels ou tels de vos choix puisqu’ils vous appartiennent intégralement et que chacun reste libre d’opter pour une ligne de vie et de conduite selon sa propre histoire personnelle et familiale, ceci dans un contexte unique qui est le vôtre et qui peut aussi fortement évoluer, ou pas du tout. Mais c’est justement parce que la sexualité est une liberté fondamentale et qu’elle est tombée bien bas de manière typiquement profane et livrée à toutes les injonctions qu’elle se voit autant décriée par les uns, si fortement revendiquée par les autres, ignorée et oubliée par la grande majorité de ce qu’elle recèle de véritablement sacrée après des siècles de polémiques stériles bien que presque guerrières et violentes à son sujet… Il était donc bon de remettre un peu d’ordre (d’idées), de manière sereine et clarifiée, dans toute cette cacophonie et tenter d’élever le débat en retrouvant des valeurs perdues, des vérités essentielles qui restent hermétiques voire ésotériques pour la plupart qui ne s’y sont pas encore penchés sérieusement ou n’en ont jamais pris le temps nécessaire. Et comme le dirait C.G. Jung : "Tous les problèmes les plus importants de la vie sont fondamentalement insolubles… Ils ne peuvent jamais être résolus mais seulement surpassés. Ce « surpassement » montre, après un examen plus attentif, qu’ils nécessitent un nouveau niveau de conscience…". Tentons donc ce surpassement avec l’humilité qu’il se doit d’être, en toute conscience bien éveillée si possible.

Mais tout d’abord pour être clair et direct, qui dit sexualité, et pour faire au plus simple et plus précisément en ce qui concerne la sexualité du couple, il faut déjà savoir comment définir et gérer dans les termes et aspects cette dualité entre deux individus, lesquels auront généralement, qu’ils soient hétérosexuels ou non, toujours deux polarités principales et opposées de l’ordre du Yin et du Yang, c’est-à-dire de l’ordre du féminin pour l’un et du masculin pour l’autre. Attention, il est à bien noter que ces polarités n’ont strictement rien à voir avec le genre puisqu’un couple homosexuel homme ou femme pourra tout autant disposer de cette double polarité, nous parlons ici d’individualité et non de sexe biologique où chacun revendiquera son orientation genrée plus féminine ou plus masculine dans le cadre relatif de ce même couple. Bien évidemment nous ne pouvons pas aborder toutes les catégories de typologie de couples ici et dans ce sens le couple biologique basique homme-femme où chacun se revendique aussi en genre comme tel sera la base du thème abordé, sachant que ceux qui ne se reconnaissent pas dans cette majorité se retrouveront tout de même par simple transposition… De même, et sur ce point j’y reviendrai en fin de cet exposé, il existe de nos jours des personnes qui se disent "non-genrés", peut-être des exceptions confirmant la règle, comme on le dit pour tenter de clore le sujet, mais ce point très intéressant sera comme je l’ai dit explicité plus bas avec comme perspective un horizon très spécial qui ouvrira un champ idéologique potentiellement à venir avec d’autres profondes problématiques sociétales et psychologiques, voire transhumanistes…

Pour la majorité des gens la sexualité demeure la partie émergée de ce que l’on appelle l’amour dans ce sens où c’est bien la partie réellement visible du comportement humain alors que les sentiments sont des expressions réfléchies plus intériorisées donc plus subtiles et mentales (dixit votre cortex préfrontal), moins visibles car sous ce niveau symbolique de ligne de flottaison de cet iceberg imagé. L’amour se compose aussi d’autres éléments pulsionnels encore plus "sous-marins" que l’on pourrait qualifier d’instinctifs et par conséquent non ou moins maîtrisables issus de notre archéo-cortex (ou cerveau reptilien primitif). Ainsi, pour expliciter très schématiquement ce qu’est l’amour l’on pourra sans difficulté comprendre qu’il dépend globalement de trois facteurs internes principaux: le corps sexuel, le mental désirant et l’attractif instinctif. Ces trois principes essayant sans arrêt de se tirer la couverture le plus possible avec les multiples et complexes conflits que chacun aura connus selon des configurations qui le sont autant dans les relations dites amoureuses où le mental se bat avec le désir pulsionnel, lesquels, ces deux précédents, sont aussi aux prises avec les besoins sexuels basiques du corps. Mais, et pour compliquer encore un peu plus, le couple forme à lui seul une entité mixte des deux individus qui le composent, une entité fusionnelle où ces forces individuelles précitées sont dictées par l’Ego de chacun et se côtoient avec une stabilité variable proche d’un relatif chaos imprévisible mais très dynamique. L’on pourra situer cette "entité-couple" au-dessus de notre iceberg à deux têtes, cette "entité-couple" survole et englobe en même temps les deux individus, elle use de ses propres composantes Yin et Yang pour rééquilibrer sans cesse cette dynamique, pour l’harmoniser selon des facteurs communs de stabilité avec comme outil principal la sexualité qui réalise ce Tao en mouvement, une dualité d’énergies individuelles axées sur plusieurs niveaux rivaux. Ainsi, ésotériquement le 2 de la dualité du couple rejoint le 3 de notre problématique relationnelle tripartite pour former ce 5 si représentatif de l’Humain selon de nombreuses sources ésotériques reconnues, "l’Homme de Vitruve" de Léonard de Vinci inscrit dans son pentagramme en est l’une des plus fameuses illustrations représentatives.

Comme nous le voyons, le grand paradoxe initial de l’Ego qui nous coupe d’autrui pour se protéger (forme de paranoïa normalisée) se voit attiré par sa complémentarité dans la relation amoureuse et par l’attraction de la polarité inverse qui se présente, ainsi la sexualité est une très puissante force d’union et de transformation à tous les niveaux où la friction des Égos engendre une entité tierce ayant des spécificités supérieures à chaque individu basique et même supérieures à leur somme (1 + 1 égal 3, avec le couple), et fonctionnant selon des modes opératoires véritablement d’ordre spirituel, et non plus uniquement biologiques, instinctifs ou mentaux. Il y a donc autre chose de généré qui dépasse la simple condition humaine pour en transmuter les éléments constitutifs, comme dans une décisive alchimie où la dynamique du Yin et du Yang des Égos mélangés dans cet athanor aboutit à une essence plus spirituelle, en ce sens cette transmutation dépasse le niveau profane et se drape définitivement des ors du sacré. Notons que l’on ne pourra jamais bien heureusement effacer l’Ego de chacun, il en restera toujours des scories utiles afin de ne pas dissoudre l’individu (principe entropique du "Solve") mais l’on doit avoir la volonté de le maîtriser pour le dépasser sur ses aspects négatifs et pour en partager l’amalgame sur ses aspects positifs, ceci sans aucune cristallisation (principe entropique du "Coagula"). Pour ceux qui aimeraient en savoir plus sur les voies de transmutation spirituelles autres que celle que peut apporter la relation amoureuse encore que celle-ci n’en soit pas si éloignée, l’on pourra s’orienter sans retenue sur la lecture instructive, riche et prolifique de René Guénon, notamment dans ses ouvrages "Aperçus sur l’initiation", "Initiation et réalisation spirituelle" ou "Symboles de la science sacrée".

Afin de poursuivre tout en terminant cet éclairage que j’ai voulu synthétique pour ne pas trop m’étendre, n’oublions pas que l’Homme est un animal, certes intelligent, sensitif et créatif mais que justement il possède aussi les défauts de ses qualités en voulant outrepasser ses propres limites et celles de la Nature qui l’entoure en cherchant toujours plus loin mais pas forcément toujours plus haut, des "mécanismes" pouvant se retourner contre lui… Ainsi, l’énergie vitale et sexuelle, au départ purement organique bien que plus universelle si l’on suit les raisonnements de Wilhelm Reich (sur ce qu’il appelait l’orgone et les bions) doit rester naturelle et donc ne pas être "dénaturée". Or, depuis quelques décennies l’on voit poindre, avec la technicité insufflée par un progrès que je qualifierais de sulfureux, une volonté de puissance hors norme qui pousse certains hommes à se croire au-dessus des autres et de la nature dont ils dépendent, en cela ils confondent aussi "l’être" avec "l’avoir" au profit du second avec cette immodestie prétentieuse de créer une nouvelle synergie entre le naturel et l’artificiel. "L’artifice", étant d’ailleurs par définition une chimère et une machination : personnifiée par la "machine", véritable illustration du robot ou du Golem physique de la tradition juive, de l’ultime I.A (intelligence artificielle) sans limites, voire hors limite, sorte "d’Egrégor réalisée" dans notre monde physique matériel, ce dont Stephen Hawking nous aura bien mis en garde juste avant de nous quitter… Nous voyons actuellement poindre ce transhumanisme digne d’un ange rebelle dont nous connaissons tous le nom, nous voyons l’humain dévoyé dans son corps même avec des substances transgéniques, nous voyons même cette humanité ne plus se reconnaître en l’homme ou en la femme avec le transgenrisme ou le "non-genrisme", tout ceci reflète une dangereuse "trans-ition" ou même une "trans-igni-tion" (littéralement "de l’autre côté, au-delà, du feu, de la combustion"), n’oublions pas Prométhée "l’apporteur du feu" qui est aussi assimilé à cet autre "porteur de lumière" en embuscade (Lucifer), lumière bien trop ardente pour être sage et juste, Hiroshima en est par exemple sa brûlante dérive atomique…

La décennie qui va arriver sera cruciale pour l’Humanité tout entière, nous y verrons un duel déjà visible entre la Nature, dont l’Homme est issu, et le "dénaturé" issu de l’esprit dégénéré de certains de ces mêmes hommes désirant dépasser les limites qui nous sont imparties et dont ils savent pertinemment qu’elles nous mèneront à notre perte, la leur assurément aussi, en ce sens ils ne sont déjà plus humains mais tendent vers le cyborg, l'intégration vers la machine, vers la puce silicium... Justement, quelle machination, quelle force obscure ou trop aveuglante pousse ces fous à détruire la planète à leur profit à coup d’extermination de la biodiversité ou à sa mutation génétique sous forme d’OGM, de produits génomiques ou d’ondes perturbatrices du rythme intracellulaire ? Je vous laisse y réfléchir et pointer d’ores et déjà votre regard éveillé sur ceux qui cherchent à nous voler notre humanité, la vôtre et celle du Monde sous un diktat trans-eugéniste dissimulé et qui ne porte pas encore ce nom mais dont la souvenance historique pas si éloignée laisse encore résonner lourdement ses bottes avec une même fureur dévastatrice. Sur ces derniers mots, je reste ouvert à vos questions et demandes professionnelles dans le cadre de mon activité en qualité de chaman spécialiste du couple et des relations amoureuses induites (résolution des crises et ruptures), ceci au 06.09.11.94.56 (numéro direct et non surtaxé) ou bien par écrit en passant par mon formulaire de site qui s’ouvre en cliquant ma bannière ci-dessous. Un seul mot d’ordre : résistance, et sachez surtout faire la différence entre la fausse morale que l’on cherche à vous imposer et l’éthique qui est la vôtre !

Jean-Pascal BRUNO, chaman professionnel

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #Amour, #Envoutement, #couple, #karma, #retour affectif, #Rituels de magie

Et si nous parlions d’amour, de rituel, de couple et de karma, et des liens subtils qu’ils entretiennent secrètement ?! Comme pour tout domaine complexe l’esprit humain préfère généralement rechercher la simplicité au risque de contredire la finesse de sa propre raison afin de s’assurer une certaine basse sérénité et d’écarter le trouble de la complexité qui l’habite. Cette attitude apparemment paradoxale est néanmoins parfaitement compréhensible, d’une part pour des raisons purement psychologiques liées à la peur et au tourment d’aborder de front les problèmes avec cette potentialité de ne pas pouvoir les surmonter, d’autre part, et cela est moins évoqué, tout simplement la grande consommation d’énergie vitale nécessaire à cet exercice d’introspection, de cogitation et de confrontation avec le réel, l’humain préférant se raconter des histoires, certes fausses, mais personnelles et moins énergivores plutôt que d’affronter l’immensité labyrinthique de la réalité qui le touche et dont il ne peut entrevoir que rarement une sortie acceptable avec comme perspective sa propre finitude ou celle de son infime action sur le monde, une trop difficile confrontation intérieure le vidant à terme de toute sa substance et de son énergie. Pourtant de grands penseurs, philosophes, métaphysiciens, spiritualistes ou religieux ont été confrontés aux tourments de l’existence et nous ont offert des réponses intéressantes en y laissant parfois leur vie en échange à force d’un travail de recherche acharné et surtout à cause du déni de leurs contemporains à regarder certaines vérités complexes en face.

Dans cette perspective la relation à autrui, et plus précisément la relation amoureuse, permet d’approcher une vérité que l’on ne peut ni nier, ni réfuter ou refuser au risque d’abandonner tout challenge existentiel et "de facto" toute évolution personnelle puisque nous nous construisons d’abord grâce aux multiples miroirs du regard des autres, avec eux et réciproquement dans ce mouvement perpétuel qui nous pousse tantôt en position d’attraction et d’acceptation, tantôt en position inverse de répulsion et de contradiction avec ce que nous sommes ou voulons devenir. C’est dans ce choix délibéré et responsable, d’aller vers autrui ou bien de rejeter sa présence, que s’élabore l’humanité qui nous caractérise et qui nous éloigne de l’animalité, laquelle n’a pas pleinement conscience des choix complexes à intégrer mais reste principalement poussée par son instinct primaire. Pour autant, et nous le savons tous, l’humain n’est pas dénué d’affects qui en font aussi un animal, il peut en effet lui-même se contraindre de suivre ses propres instincts primaires ou basiques dans des conditions quotidiennes normales, par exemple durant l’acte sexuel, ou bien moins ordinaires lors d’événements extrêmes tels des guerres où la cruauté et la barbarie peuvent soudain resurgir d’un cerveau reptilien à l’affût d’un stimulus adéquat de défense ou d’attaque. J’ajouterais hélas, et on le voit aussi de plus en plus actuellement, que la "mise en veille" de l’esprit critique par le lavage de cerveau récurrent que la population subit n’apporte que son lot de simplifications radicales des idées et de comportements pouvant alors lentement glisser vers une vision également instinctive et animale qu’il est alors facile de dompter par quelques subterfuges politiques de bas étage… La manipulation des esprits par une pseudo élite est aussi une composante de l’existence, mais ceci est un autre sujet que j’ai déjà abordé.

Le "retour affectif" porte en lui les germes d’une complexe contradiction que je viens d’évoquer, celle que "l’on veut ce que l’on ne contrôle finalement pas consciemment" puisque nous serions comme ces marionnettes dont les ficelles sont principalement et initialement manipulées par nos instincts, esclaves de nos désirs et à la merci de nos pulsions primaires… C’est d’ailleurs majoritairement pour cette raison que beaucoup de gens se mettent dans des situations invraisemblables sans savoir comment ils en sont arrivés là, par exemple comment ils ont pu dépenser autant d’argent en choses inutiles et se retrouver endettés jusqu’au cou pour des années (par avidité primaire), ou bien comment il ont pu signer une assurance hors de prix pour se protéger de risques totalement improbables (par peur induite), ou bien encore comment ils ont pu se marier avec telle ou telle personne qui ne leur convient pas du tout (par pur et unique instinct sexuel), l’on pourrait d’ailleurs assurément faire le tour des vices existants pour s’apercevoir qu’ils sont tous issus de pulsions primaires non contrôlées.

Alors l’amour est-il aussi une pulsion? Bien heureusement non, la complexité d’une relation amoureuse complète et durable met en œuvre nos affects supérieurs tout en laissant néanmoins une marge de manœuvre raisonnable à nos instincts primaires dont on relâche la bride aux moments opportuns, c’est le cas de la plupart des gens même si certains comme je l’ai dit précédemment peuvent se laisser piéger. Les initiés savent aussi que "l’envoûtement amoureux" s’élabore de manière multiple et assurément complexe, que l’on soit dans une situation normale où les personnes "tombent amoureuses" ou bien dans une configuration plus construite où une des deux personnes s’affaire pour que l’envoûtement se concrétise et soit ensuite partagé, dans ce dernier cas la réciprocité est induite par un processus de contrôle, qu’on l’appelle séduction naturelle ou rituel de magie c’est exactement la même chose au final avec cette différence fondamentale que d’un côté elle est désirée par un charme d’attraction spontané, de l’autre par un rituel d’attraction effectué (en magie rouge). Et même pour aller encore plus loin, les praticiens expérimentés diront que le charme dit naturel et spontané ne l’est pas tant qu’il n’y parait mais qu’il est lui aussi instrumentalisé et induit par un autre phénomène invisible, complexe et subtil : le karma… Car comme le disait si bien Paul Eluard, grand initié, poète de l’amour et surréaliste: "il n’y a pas de hasard il n’y a que des rendez-vous", et donc des rencontres qui ne tiennent pas du hasard mais des unions prévues à l’avance et préparées sur des chemins d’existences qui se croisent à un carrefour élaboré tout spécialement: impossible de se manquer.

La réalité karmique est très certainement l’aspect le plus marquant et le plus complexe qui soit pour le profane qui n’y voit qu’une vue de l’esprit (forcément dérangé), à la fois difficile d’accès en terme de compréhension si l’on ne dispose pas pour ce faire du bagage intellectuel et ésotérique, mais aussi de cette conviction intime et formelle qui passe par une puissante expérience ésotérique de terrain ou par l’acquisition d’un don d’en percevoir la réalité objective dans un schéma global d’évolution bien orchestré. La grande question sera alors la suivante: mais qui donc organise tout ceci et gère cette réalité karmique supérieure? La réponse est elle-même dans la question: une autorité supérieure en guidance de nos actes mais en total accord avec le parcours existentiel à maintenir, ceci avec les bonnes personnes, au bon moment et au bon carrefour de la vie. Bien souvent le terme de synchronicités revient dans ces hasards qui n’en sont pas mais qui doivent être perçus comme des croisements karmiques détectables et assurément primordiaux, comme des points de repère à suivre, car chacun a pu expérimenter un jour ce moment surprenant et presque surnaturel où l’on sent qu’il va se passer quelque chose d’important et que cela arrive. La rencontre amoureuse fait partie de ces évènements karmiques préparés, de ces synchronicités qui se dévoilent et se concrétisent. Le rêve prémonitoire peut être assimilé à une sorte de vision karmique si l’on arrive néanmoins à s’en souvenir assez précisément pour en percevoir la profondeur et s’en saisir afin de guetter sa réalisation, c’est sur cette technique que les chamans opèrent leurs propres pratiques au sein de rituels de magie à la fois complexes et stricts durant lesquels la destinée d’autrui peut se dessiner et être (ou pas) révélée.

L’amour, le rituel, le couple et le karma : l’inséparable quatuor qui en dit toujours long lors de mes séances en qualité de chaman professionnel afin d’exposer à ceux qui en ont le besoin la réalité karmique qui se détache de synchronicités visibles très utiles pour trouver l’amour ou retrouver l’être aimé. Je vous propose de continuer ce court exposé si vous le voulez en prenant contact avec moi par téléphone au 06.09.11.94.56 (numéro direct et non surtaxé) ou bien par écrit depuis mon formulaire de contact (cliquez sur la bannière ci-dessous pour ouvrir ma page), de même pour ceux qui désirent une étude plus approfondie via des rituels dédiés que j’effectue selon le contexte en présence. Je vous dis à très bientôt et soyez à l’affût de vos rêves, ils sont peut-être et même certainement le reflet karmique d’une réalité à venir…

Jean-Pascal BRUNO

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #couple, #sauver son couple, #harmonie, #énergie, #Rituels de magie

Il est presque toujours difficile pour le profane d’imaginer la complexe intrication entre sa propre relation de couple et son karma, à savoir entre son vécu présent et le passif de ses vies antérieures, lesquelles jouent un rôle majeur au cœur de son histoire tant personnelle que relationnelle avec autrui. Le concept karmique est lui-même en soi une quasi-folie à expliquer pour qui ne conçoit pas la possibilité de la métempsycose, c’est-à-dire cette notion de réincarnation successive nécessaire à notre évolution afin de corriger nos erreurs passées et d’avancer vers des buts fixés à l’avance pour compléter l’expérience de la matière au sein d’un corps physique et plus largement d’une dimension vibratoire planétaire (pour nous, la Terre). Pourtant, de plus en plus je constate avec une certaine sérénité une avancée sur une voie prometteuse, non pas celle d’une Connaissance ésotérique démystifiée mais celle d’une Reconnaissance de la complexité du principe vital avec la place réservée à l’humain dans son environnement. Je constate ceci de la part d’une population en général plus avertie et plus réceptive aux changements, ce qui augure, même en ces temps éprouvants et confus, une excellente perspective d’évolution globale des mentalités afin d’améliorer le monde, du moins d’en avoir la volonté et l’espérance. Mais c’est aussi sans compter la forte adversité de notre époque incertaine qui apporte son lot de crises relationnelles multiples à tous les niveaux de la société, notamment dans le couple parfois au bord de la rupture ou bien en complète dysharmonie; alors comment gérer ces déphasages et ces "mauvaises énergies" qui sont dans l’air du temps pour y voir au contraire un moyen d’en saisir l’opportunité d’en retourner la polarité négative afin de bénéficier d’un gain de vitalité et de clarté; doit-on y voir une sorte de transmutation à opérer sur son propre Ego et pour le bien du couple ? C’est le but de cet article que d’apporter quelques pistes et aussi quelques conseils que j’espère utiles.

Dans toute volonté de résolution de problématique la Connaissance est l’outil indispensable pour ne pas s’égarer dans la jungle des possibles ou dans le labyrinthe des hypothèses couteuses en énergie et en temps, par conséquent le premier conseil est toujours de figer le contexte, d’en extraire les points forts et les points faibles puis d’en analyser les causes, les sources et les conséquences. En cela un premier travail essentiel doit être effectué, soit seul avec concentration, soit avec l’aide d’un professionnel qui saura orienter plus directement et rapidement cette première phase préparatoire. Dans un deuxième temps il est clair qu’après avoir dégagé le chemin il faut avancer mais nous n’avons pas tous à notre disposition les bons outils ni les modes d’emploi pour créer cette avancée vers la résolution, et celle-ci se situe dans la Connaissance, c’est-à-dire dans le savoir afin d’en appliquer la bonne méthode dans l’expérience en soi. Pour être plus terre à terre il faut donc avoir la volonté d’acquérir le savoir exact qui correspond à la problématique en question. Bien entendu, encore une fois le temps joue aussi contre celui qui cherche à résoudre une situation qui potentiellement se dégrade progressivement, il y a donc aussi une analyse secondaire à effectuer, celle de gérer au mieux cette "prise de temps" (et non "perte de temps") afin d’accéder à la bonne méthode, aux outils adéquats et à l’exécution précise dans l’action juste. Certains verront d’ailleurs ce petit préambule comme une perte de temps ou une pure lapalissade, qu’ils se détrompent en lisant la suite…

Revenons à notre couple à la dérive. Si nous savons tous bien une chose, c’est qu’agir dans la précipitation, dans l’ignorance ou en état proche de la colère n’arrange strictement rien à la situation, bien au contraire à chaque action non évaluée, à chaque mot dit de travers et à chaque pensée mal orientée correspond un décalage malencontreux, un déphasage avec ce qui aurait dû être effectué dans la réalité de manière plus judicieuse et plus réfléchie… C’est, la plupart du temps, à cause de ces imprécisions accumulées et répétées que les couples créent d’inextricables quiproquos et des erreurs de jugement dommageables qui n’améliorent pas une situation déjà chancelante, laquelle n’a alors besoin que d’une infime goute d’eau pour faire sombrer la barque déjà pleine. Mais comme si cela ne suffisait pas, et je le répète, un contexte négatif ne fait qu’amplifier chaque erreur commise et démultipliant les conséquences, en créant d’autres brèches dans cette barque prête à couler, il convient alors d’écoper au plus vite, c’est-à-dire d’effectuer une mise en abîme de la situation, prendre le recul nécessaire avec le temps d’analyse essentielle dont je parlais précédemment. Effectuer cette "pause" est la condition sine qua non pour stopper cette tendance au désastre et l’inverser dans une deuxième phase, cette fois de résolution bien déterminée et ciblée.

Pourquoi le contexte joue-t-il d’ailleurs ce rôle de catalyseur, et comment utiliser ce phénomène notable ? S’il est un secret que tout le monde connaît mais que personne ne met véritablement en pratique (sauf les initiés), c’est bien que l’être humain est un réceptacle, il absorbe par l’ensemble de ses sens tout ce qui l’environne, il n’en est pas toujours pleinement conscient et c’est justement sur ce point qu’il ne perçoit pas toujours consciemment les signaux faibles qui peuvent le déstabiliser, il ne voit clairement que ce qui se présente juste devant son nez, il ignore tout des prémisses invisibles qui constitueront l’architecture de la réalité future, laquelle construira son présent. En d’autres mots l’Homme anticipe assez peu, ou bien trop peu avec justesse et sagacité, il est avant tout un être sensitif de l’immédiateté et de la réaction dans l’impulsivité naturelle qui le caractérise. Ce qui n’arrange pas les choses c’est qu’en plus de ses sens habituels il est aussi un "animal énergétique", ses muscles utilisent de l’énergie, son cerveau est une dynamo cellulaire neuronale, il dispose de centres énergétiques (chakras) reliés sur tout son corps, c’est aussi une véritable antenne à ondes, il émet et reçoit des signaux et des fréquences… Dans notre monde surchargé d’information, saturé le plus souvent d’absurdités créées de toute pièce dans un but de manipulations (mercantiles ou autres…), l’Homme est comme noyé dans un flux continu qui vient aussi constituer son environnement et donc perturber le contexte dans lequel il doit vivre et prendre des décisions. Mon conseil: débranchez vite la télévision et en quelques jours vous y gagnerez en clarté et en intelligence (cela aussi vous le savez tous mais vous ne le faites pas). Effectuer une pause contextuelle c’est se détacher du brouhaha ambiant et se recentrer sur l’essentiel, déjà sur soi, effectuer une véritable "réflexion", retrouver une densité, une "concentration", les mots ont un sens caché réel pour qui les écoute ou les lit autrement.

Nous voyons que pour commencer à résoudre un problème "de couple" (deux), il faut déjà se résoudre soi-même à de bonnes résolutions, la méthode de la "pause" est essentielle pour y arriver. Qui ne sait pas prendre le temps se fait prendre par lui et emporter. Cette phase de repos, de ralentissement du flux, de tri de l’utile et de rejet du superficiel, permet à l’individu de retrouver une sérénité personnelle propre à mettre en pratique des méthodes d’analyse claire et d’action précise. L’on peut, si l’on veut aussi en savoir plus sur la maîtrise du contexte, de ses flux d’énergie et d’ondes, se renseigner (le point "Connaissance") sur les fréquences telluriques, la résonance de Schumann, les oscillations vitales de Lakhovsky, et certaines méthodes très efficaces de luminothérapie (les couleurs et leurs influences) ou bien tout ce qui concerne la lithothérapie (les cristaux et leurs effets), de même le reiki peut être une voie à suivre, d’ailleurs à deux. Encore une fois, gérer le contexte est primordial pour gérer un problème de couple, et s’affranchir des effets négatifs d’un contexte est déjà une victoire et une avancée significative sur le chemin de la résolution. Évidemment, apprendre dans l’urgence n’est souvent pas possible, par manque de temps et parfois par manque d’énergie ou de volonté pour le faire, c’est ici que peut être utile de s’engager dans un travail sur soi via un professionnel qui vous aidera dans cette voie. C’est ce que je propose en qualité de Chaman Sorcier, ayant une Connaissance des arcanes que je viens rapidement d’évoquer avec l’expérience de plusieurs décennies (déjà) de pratique des Arts Majeurs, ce que l’on appelle plus communément la Magie et ses rituels, ou l’occultisme (les choses cachées ou invisibles au profane).

La résolution des problèmes de couple passe d’abord par une exigence qui se situe déjà dans une discipline personnelle pour une pleine conscience du contexte réel et de ce qui se joue en soi afin de mieux appréhender la réalité du couple pour ensuite trouver les moyens ("normaux" ou plus ésotériques) d’agir efficacement. L’aspect karmique des situations vécues n’est pas à négliger non plus mais c’est ici une autre phase bien plus complexe car difficile ou impossible à interpréter par soi-même mais dans le cadre de mon activité professionnelle je peux vous aider à éclairer ce point existentiel et à mettre en œuvre des travaux si votre couple est en crise: n’hésitez pas à me joindre au 06.09.11.94.56 (numéro direct et non surtaxé) ou bien par écrit en passant par mon formulaire de contact qui s’ouvre en cliquant sur ma bannière ci-dessous. Je vous dis à très bientôt ou à tout de suite pour un premier contact!

Jean-Pascal BRUNO

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #Envoutement, #Magie Blanche, #couple, #magie rouge, #retour d'affection

Les problèmes de couple proviennent en grande majorité d’un déphasage entre les partenaires, que ce soit d’ordre physique, énergétique ou bien plus complexe à des niveaux spirituels ou purement contextuels, tout se situe dans l’amplitude du déséquilibre qui est présent à un moment donné pour desserrer les liens amoureux existants. Par conséquent, penser résoudre cet état de fait (qui conjugue souvent plusieurs facteurs additionnels) par une unique réponse n’aura que peu de chance d’aboutir à un résultat probant et efficace, c’est pourquoi dans un premier temps l’analyse de ces facteurs et du contexte reste une opération cruciale pour définir le déroulement des travaux à venir via les meilleurs rituels, du moins les plus adaptés au tissu complexe qui se présente. Voyons la problématique conjugale comme une pelote de ficelle très précisément enroulée au début de la relation puis qui commence à s’effilocher progressivement (sorte de relâchement habituel dû à la routine qui s’installe), pour ensuite commencer à créer des nœuds enchevêtrés étant de plus en plus difficiles à démêler. Ce sont, symboliquement parlant, ces nœuds qui brouillent la relation en créant des blocages, des "pertes de fil conducteur", des éloignements de cette fluidité nécessaire au rapprochement amoureux. Afin de ne pas s’empêtrer complètement dans des situations déstabilisantes pour le couple il convient donc de défaire ces nœuds existentiels, de rétablir le "fil de l’histoire" avec des liens visiblement plus nets, de lisser ces écueils afin de retrouver un juste équilibre émotionnel, c’est-à-dire ce fameux "retour d’affection" dont tout le monde parle.

Mais d’un point de vue encore plus complexe et certainement plus proche d’une réalité tangible, l’on pourrait voir en l’amour une sorte d’intrication quantique, une similitude vibratoire entre deux individus qui se retrouvent alors "en phase" pour coexister, pour exister ensemble tout simplement sur un même niveau émotionnel, énergétique et spirituel, et évidement aussi sur un même socle de plan physique et temporel comme base de référence. Ce serait donc à la manière de ce que la physique quantique nous apprend sur les particules élémentaires, que celles-ci pourraient à une échelle infiniment petite vibrer de concert, ce qui arriverait à l’une se répercuterait sur l’autre et inversement, une liaison quantique que l’on pourrait assimiler à une liaison amoureuse en parfaite réciprocité. Bien entendu il faut voir en chaque personne dans une dimension bien plus imposante que celle de l’atome, peut-être en concevoir l’unification de l’ensemble de tous les atomes la constituant, peut-être aussi quantifier cette unité d’ensembles atomiques en une fréquence énergétique unique caractérisant chaque individu. De facto, nous pouvons alors concevoir l’attraction amoureuse entre deux individus comme une représentation plus énergétique qui les rapproche dans leur spécification à interagir harmonieusement, en bon équilibre, en phase.

En ésotérisme l’on parle couramment et sans détour d’énergie spirituelle et de niveaux énergétiques pour qualifier un tant soit peu l’état émotionnel et physique d’une personne, l’on y perçoit alors des aspects fluctuants en terme de ressources énergétiques, à l’image de l’exaltation ou de son inverse la dépression, chacun sera dans ce flux ondulatoire constamment en mouvement, tantôt à un haut niveau, tantôt plus bas en cas de problème puisant dans les ressources vitales qui nous sont propres pour en affaiblir le taux vibratoire général et donc l’énergie basique qui génère ce même taux. Voir dans tout ce qui nous entoure une représentation vibratoire et énergétique n’est pas une absurdité issue de l’occultisme le plus obscur qui soit, c’est aussi et surtout une vision très récente du monde tel que les physiciens le perçoivent, à la fois au niveau atomique mais aussi à un tout autre niveau infiniment plus grand puisqu’il s’agit ici de l’univers entier, sous la forme vibratoire des diverses théories des cordes où se fondent l’énergie, la matière et temps dans une structure plus universelle de la relativité. Mais tout ceci pourrait sembler nous détourner de notre sujet principal, or il n’en est rien, bien au contraire ces quelques lignes d’avant propos éclaireront les esprits quant au rapprochement des diverses disciplines scientifiques et ésotériques, lesquelles finalement parlent exactement de la même chose, mais évidemment sous des angles différents avec des "outils" qui le sont tout autant…

Plus particulièrement en magie opérative et durant les travaux, "l’outil" principal à mettre en oeuvre n’est rien d’autre que la personne elle-même qui recèle en son sein de ses propres moyens d’agir, de ses propres ressources à dispenser ou à emmagasiner, et comme nous l’avons vu aussi, de ses propres énergies et taux vibratoires à gérer. C’est sur ces aspects intérieurs à l’être humain que résident les solutions, que les rituels se fixent en rehaussant les énergies de manière plus harmonieuse, en rééquilibrant le psychisme avec son alter ego physique qui le porte comme véhicule existentiel lui permettant d’interagir avec son environnement ainsi qu’avec autrui, c’est-à-dire d’échanger de l’intérieur vers l’extérieur de soi tout en comprenant intimement que cet ensemble forme un Grand Tout uni. Le sentiment amoureux et la relation qui en découle directement ne sont que les effets de ces multiples interactions différentes, de l’interpénétration de ces énergies différentes qui se mettent en phase pour retrouver un équilibre sur un même taux vibratoire sur le chemin de contextes parcourus et de personnes rencontrées. Ainsi, l’amour est une vibration constamment en mouvement, une réverbération du monde en soi et du soi vers le monde, tout ce qui est en bas est comme tout ce qui est en haut, l’intérieur est comme l’extérieur, il y a du zen dans cette vision pénétrante en yin et en yang des choses de la vie qui nous entourent, et Hermès n’est pas très loin avec sa Table d’Émeraude pour nous montrer la couleur de la réalité environnante.

Durant des travaux de Magie Blanche, ce sont les rituels axés sur l’apport d’énergie ou bien sur sa bonne gestion interne qui sont à l’œuvre afin de rééquilibrer les ressources d’une personne qui en a besoin, notamment en cas de problème de couple lorsque l’harmonie n’est plus présente et déstabilise la relation. En ce sens la magie blanche agit principalement comme un catalyseur d’énergie positive pour un retour d’affection en faisant appel à la Loi d’attraction pour resserrer les liens distendus des deux partenaires. De même, la Magie Rouge va pour sa part encore plus loin en favorisant le rapprochement amoureux en jouant principalement sur les désirs, sur la libido, sur la sexualité et sur les sentiments, par ces principes directeurs qui agissent sur la relation la magie rouge dispose d’un levier puissant afin d’engendrer l’attraction à un niveau supérieur même si parfois l’on parle d’envoûtement amoureux en ce qui concerne les rituels pratiqués pour ce faire puisqu’ils peuvent aussi cibler des instincts plus primaires pour une efficacité complète. Un mixte "magie blanche et magie rouge" permet une action conjuguée encore plus globale et équilibrée afin d’aboutir à la réussite de l’effet recherché, à savoir le retour affectif de l’être aimé et la consolidation durable du couple dans une harmonie partagée. Certains voient dans la terminologie d’envoûtement amoureux une négation même de l’amour alors qu’en définitive ce n’est que l’appellation d’un moyen qui permet aussi à chacun des partenaires de faire le chemin vers l’autre, il n’y a par conséquent aucune force noire contraire ou négative dans ce type de rituels, de plus le fait d’y adjoindre la magie blanche comme "travail starter" ne peut qu’être un aspect positif en terme de remise à niveau énergétique et de réharmonisation réciproque des partenaires dans ce qu’ils sont en commun vibratoirement.

En qualité de praticien j’exerce ce mixte "magie blanche et magie rouge" en qualité de chaman-sorcier depuis plusieurs décennies avec d’excellents résultats et sans jamais avoir eu de chocs en retour comme c’est le cas pour la plus sulfureuse Magie Noire, laquelle recèle assurément en elle la destruction et le chaos qui ne sont effectivement pas véritablement compatibles avec la notion positive et constructive d’une relation amoureuse harmonieuse digne de ce nom pour remettre d’aplomb un couple. Je ne cacherais pas que la Magie Noire fait aussi partie de mes compétences lors de contextes extrêmement encadrés et dans des buts cibler pour contrer le mal par le mal en toute protection et assurance. Si vous désirez plus d’informations sur le thème de cet article ou me poser des questions alors n’hésitez pas en me téléphonant au 06.09.11.94.56 (numéro direct et non surtaxé) ou bien en me joignant par écrit depuis mon formulaire de contact qui s’ouvre en cliquant ma bannière ci-dessous. Je vous dis à très bientôt, et ne perdez jamais de vue votre idéal, surtout si celui-ci passe par une relation de couple harmonieuse qui peut être redynamisée par d’efficaces rituels mixtes de magie blanche et de magie rouge complémentaires !

Jean-Pascal BRUNO

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #Amour, #couple, #karma, #magie rouge, #sauver son couple, #rupture amoureuse

Comme toujours, "les choses de l’amour" ne sont ni simples à exprimer, ni faciles à expliquer ou à résoudre, mais est-ce là la véritable raison de l’amour que d’être exprimée ou expliquée, doit-on même y chercher une quelconque ultime solution si le problème en soi est finalement insoluble, indiscernable ou absolu dans son intrinsèque essence? Et ce n’est pas Anatole France qui nous éclairera davantage dans son poème puisque : "Les choses de l'amour ont de profonds secrets. L'instinct primordial de l'antique Nature", même s’il dévoile certainement d’insondables vérités cachées sous ses quelques versets célèbres, lesquels resteront encore longtemps à décrypter entièrement pour ceux qui se posent inlassablement LA question. Mais le vrai profane de l’amour, celui qui le vit sans se poser de question, demeure libre avec un esprit non terni par d’absurdes incertitudes quant à la valeur de ses sentiments, de même il ne doutera pas de celle ou de celui qui partage en retour cet attachement profond n’y voyant que le reflet du sien (une "réflexion" a minima). Ce n’est qu’au moment où cette foi en l’autre, cet amour inconsidéré, commence à faiblir ou à vaciller que le doute peut s’installer et ternir la douce quiétude en instillant ses questionnements et ses potentiels problèmes à venir, tout comme le ver dans le fruit. Pour autant, certains ne douteront jamais et seront ainsi liés jusqu’à la fin de leur vie avec cette certitude d’avoir accompli une mission existentielle capitale, c’est justement ce que les initiés reconnaissent indéniablement dans l’épreuve de l’amour: une opportunité karmique à saisir, quelle qu’en soit la finalité, bonne ou moins bonne, même de la rupture avec ses interrogations, ses afflictions et ses leçons apporte "quelque chose". C’est ce "quelque chose" qui ne dit pas son nom que nous allons si possible tenter d’éclaircir…

Mais avant tout mettons nous dans la peau d’un joueur d’Échecs, celui-ci doit jouer ses parties contre différents adversaires afin de gagner un tournoi, il affronte successivement d’autres joueurs plus ou moins forts, il gagne certaines parties, il en perd d’autres, il lui arrive même de faire des matchs nuls. L’ensemble des autres adversaires sont exactement dans les mêmes conditions, seuls leurs expériences personnelles, leur qualité de jeu, leur forme physique et mentale respective et le contexte des parties jouées permettent de les confronter à des situations différentes: tantôt gagnantes, tantôt perdantes et parfois à des égalités aboutissant à des matchs nuls. Ces derniers matchs durant lesquels personne n’arrive à prendre le dessus sont finalement en général des parties assimilées à des blocages, aucun des adversaires ne conçoit d’approches gagnantes car celles-ci sont toutes systématiquement contrées et réciproquement, ce qui aboutit à une partie dite nulle. Attention de ne pas nous tromper sur les mots, la "nullité" évoquée n’a rien à voir avec une quelconque signification qualitative (mauvaise) mais quantitative puisque chacun des adversaires ne marquera qu’un demi-point (0,5 au lieu de 0 pour la perte de la partie et 1 en cas de victoire). Dans cette petite histoire, les joueurs d’Échecs professionnels, ces initiés en quelque sorte, savent tous tirer grandement profit à la fois des parties perdues, car celles-ci leur montrent leurs erreurs, mais aussi de leurs parties nulles, car elles permettent d’apprendre, d’anticiper ultérieurement les blocages et d’envisager finement à "forcer le gain" dans les futures parties, à trouver le "bon déclic" sur chaque l’adversaire. Paradoxalement, les parties gagnées ne leur apportent aucune expérience supplémentaire, juste une gloire très éphémère basée sur l’expérience déjà acquise précédemment.

Dans le domaine de l’amour, le jeu ne se déroule bien entendu pas sur un échiquier, celui-ci est beaucoup plus vaste, l’on pourrait aussi à tord penser qu’il ne s’agit pas d’un combat, pourtant les liens amoureux sont autant d’entraves afin de garder près de soi l’être aimé, autant de cases sous contrôle sur l’échiquier du cœur où chacun tient l’autre avec ses sentiments, ses forces et ses faiblesses, ses pièces majeures et ses petits pions. Tout ceci serait trop simpliste sans compter que d’autres joueurs peuvent interférer à tout moment dans la partie et ainsi bouleverser les plans de chacun, prendre la Dame et mettre en échec le Roi, réaliser un Gambit pour un avantage, "mater" l’un ou l’autre pour commencer une autre partie ou bien en finir une fois pour toutes. Dans ce jeu de l’amour, à chacun son point de vue, ses stratégies et ses tactiques, à chacun aussi sa psychologie et son expérience personnelle en la matière, nous sommes absolument tous différents en terme d’histoire personnelle, de contexte, d’interactions et d’une certaine façon d’incarnation du personnage que nous jouons vis-à-vis de nous-mêmes et d’autrui.  Il devient alors effectivement complexe de s’y retrouver, de tenter de maîtriser toutes les cases, de percevoir tous les coups à l’avance ou de développer une stratégie dans une telle partie en mouvement constant. D’ailleurs les profanes n’y pensent même pas, pour eux seule une ligne droite se profile sur le chemin qu’ils empruntent sans trop conscientiser toutes les autres approches des chemins connexes, des impasses à venir ou des précipices au détour d’un virage u peu trop serré.

Que le lecteur s’amuse de savoir que les initiés sont presque tous dans la même posture que les simples profanes, ils n’ont de vue plus perçante ou plus large qu’en regardant les autres, car pour eux-mêmes il est souvent difficile, voire impossible, de s’auto-analyser dans une réflexion sans fin dans un miroir qui projette son propre reflet… L’on peut dire qu’il est préférable qu’il en soit ainsi, de plus les initiés sont tout autant soumis aux Lois de notre monde que le simple quidam, ce qui de facto apporte une certaine humilité à ceux dont la Connaissance est plus approfondie en terme de relations humaines et d’expérimentations plus ésotériques de l’existence. Sur ce point nous sommes tous, sans exception, sous contrainte de notre Karma, à la fois "expérienceur" de notre vie et de sa finitude, à la fois responsable de nos actes et de nos pensées tout en étant dirigés sur des voies prédéfinies. En ce sens aussi et sans concession notre Libre Arbitre personnel existe mais reste limité à nos "habitus" et à ceux d’autrui qui se présentent à nous, avec parfois des liens plus ou moins proches à prendre en compte, plus ou moins visibles ou plus généralement totalement imperceptibles. Sur ce dernier aspect les initiés disposent indubitablement d’une visibilité accrues, tout comme notre joueur d’Échecs professionnel ils savent anticiper, analyser et conceptualiser des stratégies et des tactiques existentielles pour autrui, ce que l’on appelle une mise en place de travaux à base de rituels, de modes de pensée et d’exercices à mettre en œuvre. En ce qui concerne le domaine de l’amour l’on parle plus précisément de travaux de "Magie Rouge".

L’aspect karmique de l’amour n’est pas à mettre de côté, il en est même la base principale du concept d’interaction et d’évolution, il apporte ce lien indéfectible qui déclenche face à autrui l’idéation que nous sommes nous-mêmes des humains par le biais de ce transfert qui développe cette "réflexion" de notre condition. Il génère la pensée de l’altérité avec les notions de différence, d’appartenance et de partage, il implique des choix dans ce partage et fixe des limites à celui-ci afin de créer l’autre notion fondamentale d’intégrité de la personne, c’est-à-dire d’individualité au sens noble du terme (a contrario de l’Ego qui demeure très réducteur). La rupture amoureuse devient alors une "opportunité karmique" au même titre que celui du rapprochement amoureux, elle fait d’ailleurs partie des deux facettes de la Loi d’Attraction (propre à l’amour) qui comporte aussi en elle une Loi inverse de Répulsion: d’un côté face l’ajout de liens qui rapprochent, de l’autre côté pile le délitement de ces liens, la rupture nécessaire à une certaine nouvelle libération. Il faut y voir ici un cycle vertueux et non une défaite, à chaque retour de liberté et d’isolation de l’individu après une rupture amoureuse apparaît un horizon dégagé pour recréer de nouveaux liens et ainsi évoluer, c’est un cycle, une révolution sur soi, en soi et avec les autres.

Il sera évident que le point de vue de l’initié, a fortiori celui d’un sorcier chaman comme ma pratique l’exprime, n’effacera pas la souffrance ou la douleur d’une rupture amoureuse, par contre cette connaissance de l’humain au sein de ses cycles évolutifs me permet d’ouvrir ces horizons nouveaux et de relancer le processus d’attraction en toute conscience pour que les personnes qui me contactent puissent passer le cap difficile de l’inertie de cet entre-deux douloureux, ce point sans attache et sans perspectives qui assombrit l’esprit et l’âme pour un temps. Le sujet étant éminemment complexe et surtout spécifique à chaque personnalité dans un contexte qui s’est tout autant, je vous convie à me joindre si vous avez des questions ou bien besoin d’aide pour sortir de l’ornière d’une rupture amoureuse et ainsi tourner la page avec la compréhension de la sagesse karmique que j’ai évoquée à mi-mot. Je vous dis à très bientôt, vous pouvez me téléphoner au 06.09.11.94.56 (numéro direct et non surtaxé) ou bien m’écrire en cliquant sur ma bannière ci-dessous pour ouvrir mon formulaire de contact sur mon site.

Jean-Pascal BRUNO

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #Amour, #Lune Noire, #karma, #Rituels de magie, #astrologie karmique, #Magie sexuelle, #couple

Concept très flou et ayant potentiellement de multiples références et significations, la Lune Noire, appelée parfois Lilith par certains initiés et praticiens, peut donc à la fois renseigner, mais aussi perdre le chercheur de vérité sur des sentiers qui ne sont pas forcément les bons, et c’est le but de cet article que d’éclaircir "juste ce qu’il faut" cette Lune Noire pour en apprécier toute sa subtilité, notamment dans le domaine de l’amour où elle s’exprime le plus significativement en terme d’interaction relationnelle. Tout d’abord, il est bon de savoir de manière générique à quoi nous avons affaire avant d’entrer dans des détails plus précis, car il est aussi bon d’expliquer d’emblée que la Lune Noire n’existe pas en qualité d’astre physique, mais n’a d’intérêt en soi que la seule référence symbolique qu’elle représente, en d’autres mots elle est à l’opposé d’un parcours astrologique simulé de celui de la véritable Lune, c’est donc une Lune non visible, une Lune qui se place dans une obscurité symbolique générée dans une partie du ciel astrologique à l’opposé géométrique de la Lune physique. Cette première approche nous fait donc entrevoir une "entité astrologique" matériellement fictive, mais intellectuellement chargée d’une très grande puissance symbolique, puisque de caractère caché, dissimulé aux yeux, mais révélé à l’esprit qui en conçoit l’existence dans le domaine des idées, des symboles et des concepts complexes interreliés.

Je ne reviendrais pas sur l’historique de la Lune Noire, de ce qu’elle a pu inspirer au sein d’un ésotérisme plus ancien et archaïque comme peur ou comme personnalisation en une entité démoniaque à l’image de Lilith, cette interprétation peut trouver sa justification dans la littérature surréaliste ou typiquement dans des ouvrages en démonologie, mais non au sein d’une interprétation plus moderne et symbolique qui s’impose en "astrologie karmique". C’est en effet sur cette voie que la Lune Noire prend tout son véritable intérêt à être étudiée pour les réponses qu’elle apporte à celui qui cherche en lui des réponses cachées de l’ordre de l’inconscient, ou bien à celui qui doit interpréter le contexte d’une problématique soumise par une personne qui consulte lors de travaux de magie opérative. Ainsi, le concept de Lune Noire devient un outil avec des références qui soutiennent la part d’ombre de chaque individu, la partie immergée du psychisme, ses instincts violents ou contradictoires en regard d’une personnalité qui ne soupçonne même pas les puissantes énergies qui agissent au plus profond de son être, au regard aussi d’une vision plus large et lointaine qui englobe des existences passées avec comme principe directeur le Karma, c’est-à-dire un rapport intime entre cette vie et celles qui se sont déroulées, avec parfois un lourd passif qui pèse dans la balance et peut donc jouer un rôle sous-jacent, mais décisif dans certaines situations au présent.

Pour simplifier, je dirais que la Lune Noire agit comme "l’oeuvre au noir", comme un processus actif de métamorphoses intérieures qui restent invisibles et sous le couvert d’un inconscient à la fois rebelle et avide de ce qu’il n’a pas, il représente ainsi cette part de manque et de refoulement, de fantasme et de volonté en devenir, avec parfois cette volonté ambivalente et paradoxale de chercher à devenir ce qui n’est pas souhaitable ou qui peut être détestable, voire dangereux. Certains psychanalystes jungiens y voient notre "tentation narcissique" avec les risques d’en voir aboutir les pires instincts, a contrario de notre volonté consciente, plus réfléchie et plus policée. C’est dans l’expression souterraine de cette Lune Noire incorporée à notre psyché que nos agissements quotidiens seront soumis à des contractions dignes des tremblements d’âme à l’image du tellurisme terrestre avec ses catastrophes soudaines et ses périodes d’accalmies imprévisibles. L’on conçoit alors tout l’intérêt de mieux étudier cette Lune Noire, d’une part pour en éviter les excès imprévisibles, mais surtout d’autre part pour réaliser une sorte de transmutation personnelle quant à la "prise de conscience" des forces cachées pour en utiliser les ressources et les énergies, pour en maîtriser le pouvoir par ce processus de sublimation conscientisée.

Bien évidemment nous ne sommes pas tous égaux face au défi d’une telle prouesse, de celle de révéler sans incident majeur la puissance d’une Lune Noire qui se cache au tréfonds de notre être, il est même recommandé aux âmes sensibles (ou non initiées) de ne pas trop gratter sous la surface au risque de déclencher un cataclysme irréversible, car certains ont osé s’aventurer seuls dans ces terres inconnues et n’en sont jamais revenus. Ce sont souvent durant des tentatives de rituels ésotériques peu maîtrisés que les égarés se sont retrouvés face à leurs démons intérieurs et se sont fait dévorer de l’intérieur en perdant irrémédiablement leur esprit, les hôpitaux psychiatriques en sont remplis… De la même manière, il faut agir avec une grande prudence lorsque vous demandez à un praticien d’approfondir cette part de Lune Noire qui est en vous, surtout si, sans le savoir, vous vous adressez à un novice ou à un charlatan qui ouvrira la brèche sans crier gare et vous laissera gérer un parfait conflit intérieur destructeur, ou plutôt vous mettra en position de guerre totale avec vous-même. En ce qui concerne ma propre pratique professionnelle, je ne propose que rarement l’ouverture de ce gouffre à ceux qui ne peuvent en supporter les conséquences basiques ou tout simplement le déferlement de puissance. Notons au passage que l’on ne peut jamais savoir à l’avance ce que l’on va découvrir sous l’épaisse brume de la conscience d’une personne qui consulte et qui demande un "éclairage spirituel" dans ce sens, de même que l’on ne capte la part karmique visible de cette personne qu’avec l’accord des entités gardiennes qui s’y réfèrent, bien heureusement…

Mais vous me direz, à quoi bon alors chercher cette satanée Lune Noire et de potentiels déboires ou incidents en allant frapper à sa porte? C’est encore une fois la faute à l’Amour ou plutôt à l’attraction karmique qu’entraîne un tel astre sombre dans presque toutes nos décisions dans le domaine relationnel et donc dans celui qui règne sur nos désirs, nos pulsions et nos envies. L’Amour est ainsi fait qu’il ne prévient pas, qu’il surgit de l’ombre projetée par notre propre éclat, qu’il attire à la fois par sa lumière vive et par son mystère enténébré. Les vrais initiés savent que l’attraction amoureuse est régie par ces Lois, que la part d’ombre de deux personnes en relation joue autant que la partie visible et désirable, que c’est souvent "parce que l’on ne sait pas" que l’on cherche à en savoir plus encore sur la personne pour laquelle l’on a une attirance particulière, sans pour autant en expliquer le processus de manière consciente. L’initié, lui, sait, il peut apporter sa Connaissance ésotérique à l’élaboration d’une approche à des fins de recherche amoureuse (pour les célibataires) ou à des fins de meilleures compréhensions de la relation pour trouver des solutions en cas de problèmes, notamment chez les couples en crise.

Comme nous le voyons, la part d’ombre insufflée par la Lune Noire représente une vaste étendue inexplorée par la conscience, elle reste tout de même une contrée inhospitalière et sauvage où les instincts primaires et les désirs violents peuvent surgir à tout instant, issus pour la plupart de résidus de mémoire de vies antérieures avec cette charge karmique qu’il n’est pas toujours bon de connaître. C’est au praticien expérimenté de juger de la pertinence d’ouvrir cette boite de Pandore sans en laisser échapper d’éléments incontrôlables, il perçoit avec la justesse qui doit être la sienne s’il en a déjà le droit pour en référer au principal intéressé si cela apporte à ce dernier des réponses satisfaisantes à sa problématique, laquelle est très souvent d’ordre relationnel et du domaine de l’Amour. C’est en quoi l’astrologie karmique pointe assurément du doigt la Lune Noire pour y chercher les bonnes réponses en éclairant les zones d’ombre, mais en faisant très attention aussi de ne pas troubler ce qui ne devrait pas être dévoilé complètement. C’est ce juste équilibre, ce dévoilement accordé sous conditions, que je pratique en qualité de Sorcier Chaman afin que s’accordent la lumière spirituelle de chacun avec sa part de ténèbres résiduelles sous influence de la Lune Noire, gardienne de cet espace symbolique, mais si réel.

Si vous désirez vous aussi explorer votre Lune Noire via des rituels parfaitement adaptés à votre situation et à votre contexte, alors n’hésitez pas à me joindre pour en discuter librement par téléphone au 06.09.11.94.56 (numéro direct et non surtaxé) ou bien par écrit pour m’expliquer votre problématique par les mots qui sont les vôtres. Pour ce faire, vous pouvez m’envoyer un formulaire de contact en cliquant sur ma bannière de site qui se trouve ci-dessous. Je vous dis à très bientôt et n’ayez pas peur de la part d’ombre qui est la vôtre, elle est la contrepartie nécessaire du côté lumineux qui vous caractérise!

Jean-Pascal BRUNO

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #confinement, #couple, #sauver son couple, #retour de l'être aimé

Sans avoir à revenir indéfiniment sur les dégâts suite au confinement, que ce soit au niveau économique, psychologique, politique ou plus largement en terme de santé publique, nous savons tous que l'impact a été historique et universel, une première pour l'humanité qui se croyait hier encore à l'abri de telles pandémies dignes d'un moyen-âge révolu. Mais ce que nous découvrons aujourd'hui avec un effarement d'autant plus grand ce sont les séquelles mentales et plus précisément celles liées aux relations humaines ainsi abîmées. La population ayant été du jour au lendemain comme figée dans le temps, sclérosée durablement dans cet isolement forcé et si soudainement appauvrie socialement, cette population en ressent encore fortement les effets sur le long terme après la stupeur du moment présent lié au cloisonnement initial. Ainsi, le précieux environnement du milieu professionnel, familial, amical, amoureux, s'est comme évaporé de ses certitudes, de celles d'une réalité emplie d'humains interagissant ensemble pour laisser la place à des avatars numériques ou à des clones virtuels n'ayant d'existence que par le biais d'écrans interposés, la vie ayant régressée d'une dimension, en 2D.

La fameuse barrière de distanciation sociale a donc joué comme une double peine: à la fois physique comme le préconisait l'urgence sanitaire (à ce que l'on nous avait dit, sans entrer ici dans la polémique) mais aussi intensément mentale et donc profondément psychologique dans ses mécanismes intimes. Le résultat ne s'en est pas fait attendre: enfants désorientés, parents stressés, personnes âgées abandonnées à leur sort, entrepreneurs ruinés ou en extrême difficulté (lire mon article précédent sur ce thème), couple en crise ou en rupture suite à une considérable augmentation des violences conjugales (+ 60%), avec dorénavant dans tous les cas des difficultés durables à vivre en couple normalement. C'est sur ce dernier point, sur le couple, pierre d'achoppement de la relation amoureuse, qu'il est encore possible de minimiser les dommages lorsque la relation peut concevoir un retour affectif en réinitialisant l'amour suspendu, en ravivant la flamme de l'être aimé.

Penser que tout est fini, irrémédiable ou définitif est une erreur, nous écrivons chaque jour notre histoire personnelle, la destinée que nous suivons n'est que la résultante de nos actes et de nos pensées selon la logique de notre libre arbitre, s'il fallait ajouter que la mythologie, souvent juste dans ses allégories, nous signale que lorsque tous les maux s'abattent sur nous, au fond de la boîte de Pandore reste l'Espérance qui nous sauve du désespoir et de la résignation, l'humanité dispose d'une inestimable résilience qui peut nous arracher aux pires épreuves de la vie. Il en va de même pour la relation amoureuse, lorsque l'on croit que tout est perdu, que l'être aimé va partir et qu'il ne reviendra jamais, alors la destinée peut suivre d'autres chemins et contourner une fatalité qui n'était qu'une possibilité parmi d'innombrables à notre portée. Ce qui nous enferme dans une vision sombre de l'existence n'est bien souvent qu'une illusion que nous acceptons comme une réalité intangible, mais tout comme la fin d'un confinement, la levée du voile sur l'esprit permet de se libérer des fausses contraintes que l'on s'est infligées, de reprendre espoir et d'aller de l'avant en prenant résolument les bonnes directions pour retrouver un itinéraire grandement positif où tout semble alors de nouveau possible.

La grande difficulté, et même l'unique difficulté, réside exclusivement en nous-mêmes, celle de croire en nos propres mensonges, en nos propres illusions d'une réalité que nous construisons trop vite et sans autre référence que celle que nous inventons en puisant dans des matériaux accessibles, c'est-à-dire sur les débris à proximité de nos potentiels échecs immédiats. C'est au contraire en allant chercher plus loin d'autres matériaux plus nobles et prometteurs que notre réalité peut changer du tout au tout ouvrant de nouvelles possibilités positives et inattendues. Faire cet effort subtil et parfois complexe de ne pas sombrer dans la facilité et dans l'immédiateté apporte ces opportunités qui nous délivrent de situations ténébreuses se proposant d'envahir notre réalité en construction, il faut savoir en refuser ces trop simples tentations et les refouler pour enfin accéder à la lumière masquée par ces chimères qui veulent devenir nôtre. La solitude accentue les prises de décisions hasardeuses et le relâchement, l'isolement coupe l'esprit des opportunités intellectuelles d'imaginer un autre devenir, enfin, la perte de repères ferme des horizons positifs et affaiblit la volonté de trouver d'autres pistes, d'autres potentialités. L'on voit de suite que le confinement que nous avons subi n'a fait qu'aggraver au fil du temps un contexte difficile tout en éloignant et fermant progressivement les potentialités d'améliorer les situations.

Les couples qui ont été confrontés durablement au confinement, de manière absolue, sans aucune porte de sortie professionnelle ou familiale élargie, ont eu soudain cette lourde impression de voir leur univers se réduire aux seuls quatre murs d'un logement devenu une prison avec comme seul contact le partenaire, jour après jour, heure après heure, minute après minute. Il va sans dire que les couples fusionnels ont pu à un moment presque se sentir en état de grâce en s'imaginant seuls au monde, enfin confrontés à une proximité désirée. Hélas pour eux, la fin du confinement leur a fait subir une décompression parfois fatale ou atrocement difficile à surmonter face à la réalité reprenant le cours de sa normalité. Pour les autres couples, dans une apparente tolérance amoureuse ou même dans une relation véritablement forte, ceux-ci ont vu arriver la perte graduelle de l'ego du soi et la dissolution d'une intimité personnelle avec cette confrontation perpétuelle à l'être aimé, devenu le co-détenu d'une même cellule où toute différence devient un obstacle à surmonter dans cet environnement spatial et intellectuel en lente liquéfaction. Ceux qui étaient célibataires ont presque eu plus de chance de ne se retrouver qu'en face d'eux-mêmes, sans avoir à subir continuellement autrui, c'est pourquoi un grand nombre de couples imbriqués au-delà de leur point de fusion n'ont pas pu supporter cette proximité devenue si totalitaire au fil des mois.

La relation conjugale, celle du couple et de sa relation si particulière fondée sur un échange et une complémentarité où chacun se revendique pleinement n'a généralement pas pu résister à cette épreuve de la confrontation perpétuelle et s'est transformée la plupart du temps en calvaire distillant un poison sans antidote. Aujourd'hui, nous assistons non pas au décompte des morts du Covid19 mais à celui des couples en perdition, de ceux qui n'ont pas pu ou pas su résister au coup de boutoir du temps et de l'enfermement à deux. Il est très difficile de restituer l'amour et les sentiments de l'avant-confinement tellement l'emprunte de l'épreuve aura laissé des traces durables, mais comme je l'ai dit précédemment, rien n'est jamais écrit par avance et toute épreuve, même la plus dure peut se voir surmonter avec l'espoir de recouvrer une situation plus enviable. Dans mon activité j'aide la relation à se reconstituer, à se rééquilibrer sur ses bases positives, celles d'un amour qui n'aurait jamais dû disparaître ou s'éroder, celles d'une relation de nouveau harmonieuse avec ses espoirs. Le retour affectif est une réalité qui s'envisage, elle engage la volonté d'au moins un des partenaires pour relancer cette espérance de relation de couple sans ombrages pour retrouver la lueur perdue dans le regard de l'être aimé. Le confinement a été une situation injustement imposée à toute la population, nous le savons tous, il aurait été bien plus judicieux de ne confiner que les personnes infectées pour ne pas voir toute une société vaciller sur son piédestal en emportant au loin tout sentiment d'humanité, même le plus noble d'entre eux.

Afin de répondre à vos questions sur le thème de cet article ou bien si vous avez besoin de l'aide que j'ai évoquée, n'hésitez pas à me joindre car il existe des solutions très efficaces, encore faut-il les connaître... Vous pouvez me téléphoner dans un premier temps au 06.09.11.94.56 (numéro direct et non surtaxé) pour que nous puissions en discuter librement et sans engagement, sous le couvert confidentiel que m'impose la déontologique de mon activité professionnelle, et par la suite nous verrons si sous avez besoin de travaux spécifiques afin de sauver votre couple ou juste de lui donner l'impulsion pour qu'il puisse rompre l'inertie qui s'est installée. Vous pouvez bien évidemment aussi me contacter par écrit en cliquant sur ma bannière web qui est ci-dessous, je réponds à tous les messages. Je vous dis à très bientôt et sachez que l'amour véritable est toujours le plus fort, si c'est aussi votre volonté de le ressourcer.

Jean-Pascal BRUNO

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #couple, #confinement, #Magie sexuelle, #Amour, #Magie Blanche

La nature des Hommes a toujours été de jouir librement d'un espace vital qui lui permette d'assumer et d'exprimer pleinement son Ego dans son environnement proche, alors effectivement, lui imposer de réduire cet espace vital c'est aussi de manière inconditionnelle et transitive lui imposer de réduire son Ego, donc par extension de l'amputer volontairement d'une partie de lui-même et d'en assumer les conséquences… Cette atteinte à l'individu en ce qu'il est intrinsèquement apporte généralement de nombreux troubles insidieux si l'on n'est pas habitué au confinement ou à l'enfermement, et l'on pourrait dire sans se tromper de manière assez ironique et même paradoxale que le moine-ermite ou le détenu-prisonnier dans leurs cellules respectives ne seront pas plus affectés qu'à leur habitude par le "cloîtrement" infligé (ou, soyons plus juste, dans une bien moindre mesure). Il est en effet la plupart du temps difficile de résister psychologiquement à toutes formes d'isolement ou d'enfermement, que ce soit des sens, de l'espace vital ou bien des deux à la fois, ce qui dans pareil cas ne fait que renforcer des symptômes déjà présents dans nos cortex un tant soit peu malades, à savoir les schizophrénies, petites paranoïas et autres hystéries à la clef dont nous souffrons en sourdine sans en avoir habituellement l'expression visible et ostentatoire.

Qu'en est-il des couples, des personnes célibataires ou bien des familles entières dans ces diverses conditions de vie où l'espace vital a justement été drastiquement réduit car soudain partagé (en surface mais aussi en temps) dans ce qu'il représente de "parties communes" sur une durée importante? A priori les personnes déjà seules, comme les célibataires, n'auront pas cette impression d'entassement lors d'un confinement (à moins d'être atteint de dédoublement de personnalité contraire et bipolaire, mais ceci est une autre histoire…), de même pour les familles avec enfant(s) qu'il faudra gérer au risque d'avoir de malsaines pensées de reniement de sa propre progéniture, ce qui serait effectivement dommageable et peu éthique tout de même, voire antinomique, de considérer sa propre descendance comme une "atteinte individuelle vitale", quoi que, des fois… Mais soyons raisonnables, si nous le pouvons encore, et voyons dans ces enfants de petits êtres faibles qui peuvent vous rendre fou à la moindre contrariété ou demande non assouvie, puisque nos sociétés contemporaines en ont fait d'insatiables tyrans domestiques dignes des meilleurs romans à vivre au quotidien.

Dans une autre direction, parlons plus précisément de ce qui nous intéresse aujourd'hui, et ce n'est pas un grand mystère, ce sont les couples, et leurs relations amoureuses ou si fusionnelles sous ce joyeux joug de l'enfermement à deux sans pouvoir s'enfuir de l'autre autrement qu'en allant sortir le chien (si néanmoins l'on dispose chez soi de cet avantage insoupçonné), ou bien en faisant chambre à part si l'on dispose effectivement d'assez d'espace dans la maison ou dans l'appartement, mais sur ce point il serait peut-être encore plus dommageable de quitter l'habituel lit conjugal pour aller s'isoler en soi-même dans un improbable ailleurs improvisé à la va-vite avec comme seule excuse que l'on ne supporte plus de voir l'être aimé de manière aussi récurrente et répétée… L'on dit souvent que l'on "n'encadre pas quelqu'un", c'est ici une belle métaphore lorsque l'on est enfermé dans la même pièce carrée tout au long de la journée et de la nuit, un cadre qui se réduit au fur et à mesure que le temps passe pour finir mentalement par devenir aussi grand qu'un timbre poste, de collection je précise. Oui, car finalement c'est bien le "mental" qui en prend un sacré coup sur la tête si l'on n'a pas le gabarit d'un jésuite ou d'un récidiviste, l'esprit qui tourne (mal), soit dans le vide, soit en rond, soit en regardant inlassablement le conjoint faire et penser la même chose comme dans un miroir déformé de fête foraine où l'on contemple bêtement son double.

Ne désespérons pas non plus, de bons "à-côtés" font surface, ou plutôt l'inverse… Certains sont aussi trop heureux (au début) de tout ce temps libre à batifoler en pure orgie sur tout ce qui peut servir de meuble pour s'exercer au Kamasutra, au risque d'avoir de sublimes crampes à n'en plus finir ou bien les organes rougis et usés par tant d'efforts contraints l'un sur l'autre ou l'un dans l'autre. L'Enfer du "deuxième cercle de Dante" n'en serait que plus exacerbé si au bout du compte le plaisir n'y était plus au rendez-vous après maintes galipettes répétées dans tous les sens, avec cette soudaine mais si terrible et improbable idée fixe que l'un et l'autre ne sont que des ustensiles sexuels, de simples objets de désir génitaux, mais pas forcément d'amour réel… C'est dans ces moments de lucidité exacerbée que l'esprit commence à cogiter, dans le sens d'un cogito qui surchauffe assez durement en se demandant si l'on vit bien avec la bonne personne, celle dont le regard préfère assurément se fixer ailleurs que dans vos yeux ébahis par tant de traîtrise. J'en vois déjà qui ont connu de ces petites mésaventures du même acabit, de se voir traité(e) comme un banal instrument à vent ou à corde, comme un objet sexuel sous emballage, utilisé(e) puis jeté(e) comme une vulgaire baudruche, bien remplie ou vidée, c'est selon…

Non, pourtant le véritable problème du confinement en couple ne provient pas de ces quelques petites vicissitudes dont je viens de parler, lesquelles sont assez largement courantes pour vouloir en faire de notables exceptions si ce n'est qu'elles perdurent en vase clos avec une inlassable répétition, tel un merveilleux cercle vicieux perpétuel. Donc non, ce ne sont pas forcément ces faits qui usent mais le manque d'énergie vitale qui s'ensuit, de cette impitoyable lassitude mentale et physique (ici je ne parle pas du coronavirus) qui vient s'installer au plus profond de votre être et qui de plus se verra impitoyablement partagée avec votre conjoint tout autant éteint, tout autant déchargé que vous à force de lutter ou de se convaincre que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes (si possible en ne regardant pas trop non plus le journal télévisé ou les chaînes d'infox en continu). D'un point de vue plus "ésotérique", j'ai déjà abordé le thème des entités parasites se nourrissant de nos affects mais aussi de nos énergies, qu'on les appelle Égrégore ou créatures démoniaques elles sont invariablement attirées par des situations aussi intéressantes que celles que nous vivons, c'est-à-dire celles qui mettent à disposition dans des lieux "confinés" de pauvres créatures désemparées, en d'autres mots un garde mangé à disposition, toujours au même endroit clos et sur une période de temps assez conséquente… De quoi perdre à la fois toute son énergie mais aussi parfois la tête qui n'en dispose plus assez pour "fonctionner" normalement, avec ce dangereux risque de déraillement qui fait frémir d'angoisse ou de peur, surtout la police et les psychiatres, assurément votre partenaire se trouvant dans la même pièce que vous étant aussi peut-être dans le même état, ou pire...

Le tableau de ce confinement Cov19 sera certainement à mettre sous cadre avec un beau diplôme de dévastation, déjà pour tous les malades que l'État n'aura pas su et voulu sauver par négligence volontaire et irresponsabilité crasse, ensuite pour toutes les pathologies qui ressortiront et dont un grand nombre resteront présentes pour longtemps dans les esprits, surtout si les relations familiales ou conjugales auront volé en éclat après un pic d'instabilité entre quatre murs. Dans tous les cas il faut savoir se préserver au niveau énergétique, ce n'est pas une invention que de dire qu'un organisme sans tonus, dérouté et usé par son environnement, devient d'une part affaibli au niveau immunitaire mais aussi au niveau mental et relationnel. Étant praticien expérimenté, depuis de nombreuses années j'aide tous les jours des couples dans des situations complexes, souvent au bord de la rupture, je leur permets de surmonter ces crises et au contraire de profiter de ces moments que l'on peut qualifier d'historiques actuellement en étant en  confinement pour renforcer leur union et trouver de précieux liens en des instants où d'autres couples n'arrivent pas à les conserver. L'énergie, le mental et les corps sont eux aussi liés par de subtiles correspondances parfois très ésotériques pour les profanes et c'est par un savoir-faire qui dispose de la connaissance pour les unir qu'opèrent les travaux que je préconise en qualité de professionnel et d'initié. Contactez-moi pour plus d'information par téléphone au 06.09.11.94.56 (numéro direct non surtaxé) ou bien n'hésitez pas à me joindre aussi par écrit pour m'expliquer votre problématique, ceci en cliquant sur ma bannière web ci-dessous pour ouvrir mon formulaire de contact. À très bientôt et restez confinez en renforçant votre relation de couple avec mon aide!

Jean-Pascal BRUNO

banniere-470x62.jpg

Voir les commentaires

1 2 > >>

Etude Gratuite

 Pour toute demande de rituel

 magique ou d'étude gratuite

 téléphonez au 06.09.11.94.56

 (appel direct et non surtaxé)

 ou bien   cliquez ici 

Articles récents

Hébergé par Overblog