Blog chaman ésotérisme

Blog chaman ésotérisme

Blog Chaman Esotérisme : Culture ésotérique et magique sur un véritable blog chamanique animé par un véritable sorcier chaman

Publié le par Sorcier Chaman

Le "Libre arbitre" en magie est une conception dont le profane pense qu'elle est secondaire alors qu'elle est fondamentale pour l'initié dans le principe même de la réalisation du rituel et de la volonté conjuguée du demandeur et du praticien pour mettre en œuvre des travaux en accord avec les Grandes Lois. Cela est très certainement dû à l'apparente fausse simplicité de la notion de libre arbitre qui pourtant se révèle d'une terrible complexité si l'on commence à l'approfondir à la fois de manière purement théorique mais aussi et surtout dans la mise en pratique réelle, laquelle requiert d'essentielles connaissances ainsi qu'une analyse fine des paramètres du contexte et des protagonistes. Les Grandes Lois ésotériques et naturelles, c'est-à-dire celles qui conditionnent l'existence et la vie, nous rappellent à chaque instant que nous sommes tous confrontés ici-bas à des interdits, visibles ou invisibles, sortes de barrières physiques et mentales qui guident nos décisions ou plus simplement les pas nous entraînant vers des sentiers à explorer pour notre évolution. Mais la véritable question qui se pose n'est-elle pas celle de notre réelle autonomie à penser et à agir en toute conscience de nos possibilités, et qui ou quoi nous impose cette limitation existentielle dans nos capacités et dans nos choix?

Cet article fait évidemment écho au précédent qui concerne le karma (à lire ici) puisque notre libre arbitre serait plus ou moins contraint par l'incidence de nos actes selon le principe de causalité et des effets induits, bons ou mauvais pour nous et pour autrui. Il y a déjà une première barrière dans nos choix lorsque nous effectuons une action, c'est celle qui nous interroge sur les conséquences de ce que nous allons faire et qui peut intervenir comme une sorte d'autocensure salutaire, ou non… Par exemple si quelqu'un décide de se venger d'une injustice, est-ce que cela sera véritablement utile pour lui-même ou est-ce que la situation peut au contraire encore plus s'envenimer sans fin et même dépasser le cadre personnel pour s'élargir collatéralement à un groupe plus large (escalade de vengeances sans fin, sorte "d'intifada"). Il en va de même en magie lorsqu’un praticien se voit proposer par un demandeur d'effectuer un envoûtement pour venger une injustice, est-ce une injustice réelle ou imaginaire, est-ce utile à la personne dans le sens où cette action va agir sur son karma de manière neutre, positive ou négative? On voit de suite que la liberté de choisir devient vite une contrainte lourde de responsabilités si la bonne analyse n'est pas réalisée.

Et combien même! Il est plus qu'évident que dans le monde la majorité des décisions ne sont pas justes et toujours positives pour le plus grand nombre, c'est d'ailleurs pour cela que les inégalités persistent et que certains prospèrent allègrement sur le dos de tous les autres en mode pyramidal, alors que penser de cet état de fait sinon que nous avons affaire à un monde chaotique soumis irrémédiablement à l'entropie destructrice qui dévalue et corrompt la plupart de nos actions? Ne nous en alarmons pas pour autant, en constatant que notre environnement si dynamique en possibilités est finalement aussi empli de chaos puisque c'est bien l'un qui engendre l'autre et inversement, j'en ai d'ailleurs parlé ici dans cet article en ce qui concerne l'entropie et le chaos dont émerge le principe de la vie, celui de la mort et donc d'un cycle qui se perpétue à tous les niveaux, de l'échelle atomique en passant par l'homme jusqu'au macrocosme des étoiles et des galaxies.

Mais l'être humain, bien qu'il soit soumis à ce chaos ambiant, peut effectivement de par sa pensée contrer un temps sa propre dégradation (entropie), générer des actions, créer de l'information, fabriquer des objets, et même se reproduire! Et comme dirait Spinoza: "l'Homme se croit libre car il ignore les causes qui le détermine", et donc c'est souvent en toute méconnaissance que l'Homme agit sans véritablement se poser la question du pourquoi de son action mais surtout si celle-ci sera bonne ou mauvaise, il y a déjà un déterminisme dans ses choix qui s'effectue en amont même de sa pensée et de ses actes, il y a donc une force qui le pousse à aller dans une direction sans qu'il en soit conscient: les initiés y voient dans cette force qui oriente nos choix la Loi du Karma. C'est ici que la prise de conscience différencie fortement le profane de l'initié puisque l'un se soucie uniquement de ses actions tandis que l'autre y ajoute un regard expert sur la source initiale et sur le but réel de ses pensées et actes. Ainsi, l'initié, s'il est aussi praticien des arts de la magie, aura un angle de perception plus aigu sur la réalité des faits, des désirs et des buts, d'une certaine façon l'initié aura une vision plus vraie de l'existence et du chemin à parcourir.

Dans ce sens, le libre arbitre en magie est limité par cette conscience que toutes les demandes ne sont pas justifiées ou qu'elles disposent d'une information secrète émanant de la Loi du Karma qui imprime sa direction et parfois organise sciemment des impasses existentielles afin d'apporter une plus-value en matière d'expérience et de "leçon" à retenir, une sorte de passage à franchir pour aller de l'avant, parfois en trébuchant en route, parfois en se perdant dans ce labyrinthe des possibles, parfois encore mais plus rarement en prenant un raccourci au-dessus des obstacles et des murs qui se dressent. Le praticien doit donc être avant tout à l'affût des informations karmiques que l'on (entités gardiennes ou autres) laisse à portée sur le demandeur pour en décrypter la nature, l'orientation réelle et la marge de manœuvre à opérer lors de travaux et rituels de magie. De facto la vision de la problématique qui se présente n'a plus la même teneur que celle très terre à terre qui est exposée par le demandeur, au contraire elle devient la source d'informations sur le parcours karmique à suivre pour en relever les défis, celui du problème visible et conscientisé, et surtout celui du problème existentiel invisible et dont le demandeur n'a pas conscience. Le praticien expérimenté se doit de travailler sur plusieurs niveaux, il a obligation de prendre en compte l'angle karmique de la problématique, par contre c'est à lui seul d'en informer ou non le demandeur si cet aspect des choses cachées apporte néanmoins un plus positif à son action.

La conséquence de cette prise de conscience par le praticien de la réalité karmique du demandeur peut alors aboutir à des paradoxes puisque parfois les travaux devront être effectués pour finalement établir le constat qu'ils ne peuvent rien apporter de plus que ce que le karma a déjà programmé d'avance, c'est-à-dire que si le demandeur demande à résoudre une épreuve difficile il est possible que le praticien ne soit que l'intermédiaire conscient opérant pour faire accepter cette finalité karmique et non pour l'en empêcher… Dans ces cas complexes, il est assez peu aisé d'expliquer au demandeur que son épreuve est nécessaire pour être en accord avec la loi karmique et lui être finalement bénéfique au bout du chemin, mais parfois il est aussi possible d'aborder la vérité de face et de ne rien cacher. C'est à ce choix, ici de réel libre arbitre du praticien que l'on reconnaît un véritable professionnel et initié en ces termes dont j'ai déjà dévoilé le mystère: "savoir, vouloir, oser, et se taire" (lire mon article ici sur ce thème).

En sachant que vous aurez des questions comme à chaque édition d'article, je reste à votre disposition pour vous éclairer ou pour vous aider si vous avez à résoudre une problématique personnelle complexe. Vous pouvez me joindre dans le cadre de mon activité professionnelle en qualité de sorcier chaman par téléphone aux 01.43.48.83.01 ou 06.09.11.94.56 (numéros directs et non surtaxés) ou bien par écrit pour m'expliquer dans le détail votre problème afin que je puisse vous répondre précisément, pour ce faire merci de cliquer ma bannière web ci-dessous pour ouvrir mon formulaire de contact prévu à cet effet. Je vous dis à très bientôt et peut-être à tout de suite pour que vous puissiez exercer votre libre arbitre de manière encore plus consciente et sereine!

Jean-Pascal BRUNO

banniere-470x62.jpg

 

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman

Le Karma, voici un mot allègrement passé dans le langage courant dans des expressions comme "avoir un bon ou un mauvais karma" ou bien encore "ça ne va pas être bon pour mon karma", mais la plupart du temps personne ne cherche vraiment à approfondir plus loin ni à en comprendre les subtilités qui sont à la fois nombreuses et difficiles à suivre si l'on va jusqu'au bout de la réflexion. En effet, le karma implique de multiples liens qui s'entremêlent sur des domaines d'ordre idéologique, philosophique, psychologique et évidemment un peu ésotérique voire même éminemment religieux à la base. Ceci dit, tout l'intérêt de vouloir comprendre le concept de karma réside avant tout dans ce que l'on va en faire soi-même et non pour parader dans des cercles d'intellectuels pour montrer que l'on a un cerveau susceptible d'apprécier certains modes de pensée qui dépassent la moyenne du QI de la population. Car oui il est vrai, qu'en général au quotidien le quidam à d'autres choses plus terre à terre à penser ou à faire sans pour autant savoir que justement le karma est une notion qui en pratique touche absolument toutes ses actions à des fins d'évolution personnelle. Le sujet est donc peut-être à prendre en considération si l'on cherche une certaine vérité intérieure et que l'on désire en savoir plus pour profiter de ce que nous enseigne ce fameux karma dans sa profonde logique.

Déjà, le terme lui-même apporte les éléments significatifs puisque sa provenance issue du sanskrit désigne "l'action" sous toutes ses formes et aussi de facto les conséquences induites selon un rapport de causalité et d'effets produits assez faciles à comprendre d'emblée. Mais nous le verrons certainement cette notion est néanmoins difficile à concevoir intégralement en pratique lorsqu'il faut soi-même prendre en compte ses actions physiques, mais aussi ses paroles ou ses propres pensés intentionnelles, soit un assez large faisceau d'actions qui conditionnent la loi du même nom (loi du karma ou loi karmique). Pour entrer dans le détail, les actions physiques sont plus ou moins évidentes, si par exemple vous frappez quelqu'un, alors vous le faites de manière intentionnelle (on ne porte pas de coups par hasard) et cette action sera comptabilisée en bien ou en mal (nous verrons plus loin), par contre si vous entrez dans un magasin de porcelaine et que vous glissez de tout votre long directement sur une vitrine en la cassant alors il semble bien que vous ne l'ayez pas fait de manière intentionnelle (ou alors vous êtes cascadeur…). A priori, heureusement ou non, certains évènements de notre vie "nous échappent", c'est-à-dire qu'ils ne sont pas toujours prémédités ou anticipés, un peu à la manière de ces "black swans", ces hasards sauvages (dixit Nicholas Taleb) qui constituent le sel même de la vie, car tout ne semble heureusement pas écrit sur notre chemin et par conséquent il reste apparemment encore une belle part d'incertitude dans nos actions tout en respectant notre libre arbitre sur des choix "pré-codifiés d'avance".

La loi du karma, issue initialement des religions orientales (hindouisme, bouddhisme, sikhisme et jaïnisme), fait d'ailleurs appel principalement à cette notion de choix volontaires et conscients qui implique non seulement une responsabilité des actes comme dans notre exemple simple ci-dessus mais aussi de nos paroles et pensées (c'est-à-dire de nos intentions non encore exprimées dans l'action). L'on peut comprendre qu'au stade de la parole l'on puisse déjà y voir une forme d'engagement personnel que l'on peut suivre ou bien renier via notre entendement à en juger la pertinence par la "réflexion" (terme assez ambigu, il peut s'agir d'une réflexion intérieure auto-correctrice ou d'une réflexion infléchie par le biais du contact miroir d'autrui), par contre en amont de la parole, la pensée est encore plus volatile et presque en constante mutation, à un tel point que l'on peut se poser légitimement la question de notre responsabilité dans l'élaboration d'une idée en pleine germination (lire mon article sur la théorie de la "résonance morphique")… Pourtant, la loi karmique nous engagerait jusque dans nos pensées, bonnes ou mauvaises en nous distribuant le karma positif ou négatif correspondant, mais bien heureusement en se basant uniquement sur l'intention finale qui en résulte. Il n'est pas ici sans rappeler la dualité chrétienne du bien et du mal, la notion de péché en fonction du comportement de l'individu et son accession à un paradis (ou inversement une descente aux enfers) après l'existence terrestre.

Dans cette direction de l'existence d'une dimension au-delà à la vie terrestre, le karma représente à la fois la matière et l'outil qui vont orienter radicalement ce que l'on appelle le "samsara", c'est-à-dire un cycle de réincarnations successives, lequel représente le fondement des religions orientales. Ce samsara définira la future réincarnation sur de multiples critères et objectifs à suivre en fonction du "calcul" fournit par le karma sur la vie précédente, un karma bon ou mauvais entraînera des conditions plus ou moins satisfaisantes dans la vie future mais aussi imposera à l'individu de réparer ses erreurs et de corriger ses fautes, ceci selon un cycle répétitif et jugé "infini" (au sens terrestre des valeurs). Le but principal de l'ensemble de ce processus, de calcul de karma et de renaissances via le samsara, permet à l'âme immortelle d'un individu de se perfectionner en passant par les souffrances et les expériences terrestres qui lui fourniront le terrain propice à s'élever pour atteindre le nirvana, le but ultime de libération de l'âme qui pourra enfin accéder à un état supérieur en rompant le cycle des réincarnations et de retour à la matière (hors d'un corps  physique).

Il est intéressant de mettre en perspective plusieurs domaines qui se recoupent, notamment celui concernant la mort avec par exemple les EMI (expériences de mort imminente, ou NDE en anglais) dont j'ai parlé dans ces articles ici et , où généralement des entités désincarnées (c'est-à-dire sans corps, des êtres "éthérés") nous accueilleraient pour vérifier avec nous ce que nous avons accompli durant notre existence et en faire l'inventaire, l'on peut y voir d'une certaine façon une application du processus du samsara via le karma ainsi exposé et analysé. Faut-il voir dans ces entités les "anges" de la religion chrétienne avec l'aura immatérielle qui serait la leur? Peut-être, mais finalement toutes les religions nomment ces entités selon leurs coutumes et traditions, que ce soient des demi-dieux, des djinns, des archanges, esprits désincarnés ou autres créatures célestes, elles ont toutes pour fonction de juger ou jauger nos expériences terrestres et nous orienter "potentiellement" sur une réincarnation selon "certains" critères ou bien peut-être nous libérer des entraves de la vie terrestre. D'où nous sommes l'on peut effectivement tout imaginer puisque nous ne gardons strictement aucun souvenir de nos existences passées de manière consciente. Chacun se fera d'ailleurs son avis personnel!

En considérant ce système lié à la loi karmique et au samsara, l'on peut se demander légitimement si le fait de nous laisser parfois faire n'importe quoi ici-bas n'est pas une gageure ou même un piège en forme de prison, ou alors nous aurions probablement aussi un "ange gardien" (de ladite prison…) pour nous guider mais celui-ci nous semble la plupart du temps absent et nous laisse exercer notre libre arbitre joyeusement au bord du gouffre, au risque de nous berner nous-mêmes en prenant des voies conduisant à de dangereuses impasses. Mais n'est-ce pas justement le but du jeu que d'expérimenter tous les désagréments possibles ou d'en avoir l'exercice pour mieux ensuite en faire la démonstration par le vécu que nous avons appris quelque chose qui nous servira? Une sorte d'école de la vie (terrestre) pour mieux appréhender un autre type d'existence plus "raffiné", dans le sens d'une expurgation de ses scories négatives? La question reste ouverte et chacun aura encore une fois ses convictions sur ce point.

Pour continuer cette conversation vous pouvez me joindre par téléphone aux 01.43.48.83.01 ou 06.09.11.94.56 (numéros directs et non surtaxés) ou bien m'écrire en passant par mon formulaire de contact (merci de cliquer sur ma bannière web ci-dessous pour ouvrir ma page). Je reste bien évidemment aussi à votre disposition dans le cadre de mon activité professionnelle en qualité de sorcier-chaman afin de vous aider si vous avez une problématique personnelle complexe à résoudre (vous pouvez lire mes autres articles ci-contre pour voir les thèmes que j'aborde). Je vous dis tout simplement à très bientôt!

Jean-Pascal BRUNO

banniere-470x62.jpg

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman

J'ai souvent parlé de la "Réalité" au coeur de mes articles et il est des théories sur lesquelles on tombe "presque" par hasard pour qu'ensuite tout s'éclaire comme un flash en s'ajustant parfaitement avec d'autres Connaissances… Il en va de l'incroyable hypothèse (non démontrée scientifiquement) des "champs morphiques" de Ruppert Sheldrak. Ancien biochimiste, il émet en 1981 dans un ouvrage polémique ("Une Nouvelle Science de la Vie : l’Hypothèse de la Résonance Morphique") l'hypothèse suivante: toute chose, animale, végétale ou minérale dispose d'une structure cachée, une sorte de matrice de construction ou "schème" qui lui permet de mémoriser les évolutions de la matière selon des étapes qui agissent par accumulation d'expériences en provoquant des changements futurs ou mutations à venir d'autant plus fortes qu'elles se reproduisent plus fréquemment. Ce phénomène étant appelé "résonance morphique", l'ensemble de cette matrice serait constitué de divers "champs morphiques", des plans en constante mutation encadrant à la manière de poupées russes invisibles tout ce qui existe, du plus petit atome jusqu'au plus vaste évènement cosmique pour en complexifier la nature et la structure.

Tout ceci nous fait immédiatement penser plus ou moins à Matrix ou bien pour les moins cinéphiles et plus initiés à une autre théorie décriée à l'époque, celle de la "mémoire de l'eau" du biologiste Jacques Benveniste. Mais en 1988 Ruppert Sheldrak va encore plus loin avec son nouvel ouvrage "La Mémoire de l’Univers : Résonance Morphique et les habitudes de la nature" où finalement ces champs morphiques (ou morphogéniques) existeraient aussi finalement pour tout schéma de pensée, il y aurait donc aussi une sorte de mémoire collective stockée, analysée, comptabilisée et en perpétuelle évolution, l'intellect humain par exemple ne serait pas contenu dans le cerveau car celui-ci n'en serait que le récepteur, à l'image de l'ordinateur avec le programme logiciel en amont, le hardware suivant le software (le tout en sous ensembles de plus en plus grands, du personnel ou identitaire, au collectif voire à l'espèce et même lié à l'ancestral, c'est-à-dire au passé en interrelation jusqu'au présent). Bien entendu, en approfondissant un peu l'on imagine la révolution dans le domaine des sciences mais aussi des religions ou de la psychologie, si toute chose physique ou même immatérielle comme l'esprit se retrouvait liés à un tel système matriciel invisible se situant dans un autre plan d'existence, cela ouvrirait des perspectives immenses quant à la compréhension du monde, de la nature et de notre propre réalité existentielle et devenir.

L'hypothèse de la résonance morphique expliquerait de facto assez facilement des lois ésotériques comme la loi d'attraction ou même la Table d'Émeraude puisque située sur un plan supérieur tout ce qui est en bas agirait sur ce qui est en haut et inversement. Le principe majeur à bien comprendre dans cette théorie reste surtout que c'est finalement la répétition de petits schèmes spécifiques collectés qui développe une accumulation dans le champ morphique correspondant pour ensuite le restituer en retour et le renforcer de plus en plus, il y a ici comme le filet d'eau qui va se creuser et se fortifier au fil du temps pour créer un fleuve en devenir… Appliqué au domaine des idées, un premier archétype à l'échelle personnelle en entraînera un deuxième, puis d'autres pour finalement "monter en grade" pour en faire une notion collective de l'idée en cours, ce qui expliquerait que parfois l'on dise qu'il y a "une idée dans l'air", ici le champ morphique agirait comme dispensateur d'idées à plus grande échelle sur tous les cerveaux. L'on voit ici aussi poindre une idée que C.G. Jung avait en tête avec son inconscient collectif et l'explication des paradoxes issus de la synchronicité, mais je vous laisse seul juge d'en faire l'analyse.

Tout ceci n'est pas sans rappeler la très intéressante théorie du "100e singe" relatée par Ken Keyes, où l'apprentissage d'un individu sur une tache (ici un singe du Japon se mit un jour à laver une patate douce avant de la manger), puis de plusieurs sur la même tache pour arriver au 100e impliquerait qu'à un moment de "masse critique" que tous se mirent à connaître cet apprentissage et à le suivre (ici dans cet exemple tous les singes de la colonie des îles japonaises se mirent soudain à laver leur patate douce avant de la manger), ceci sans pour autant l'avoir expérimenté eux-mêmes auparavant… Dans cette perspective l'on pourrait penser que la résonance morphique d'un individu, puis d'un groupe restreint se propage à l'ensemble d'une colonie ou d'une espèce… Ruppert Sheldrak fait la même analyse animalière avec des mésanges ayant appris à ouvrir les bouteilles de lait en Angleterre durant la dernière guerre ou avec un autre exemple plus grégaire lorsqu'un banc de poissons sait "d'instinct" se déplacer pour se sauver d'un prédateur… Plus déroutant encore lorsque la répétition comportementale s'effectue non pas via un animal mais sur un produit chimique nouveau en cristallisation, les chimistes constatent que pour fabriquer (cristalliser) un nouveau produit chimique une toute première fois cela est extrêmement difficile, mais que plus l'on répète de par le monde l'expérience et plus il est facile d'obtenir ce nouveau produit, Rupert Sheldrak y voit l'action de la résonance morphique qui aiderait le phénomène chimique à se reproduire de plus en plus facilement: le champ morphique du nouveau produit chimique se renforcerait d'autant plus qu'il se répéterait en lui donnant un gain de réalité et de faisabilité!

On imagine la vaste portée du raisonnement qui se présente à nous, si les comportements, les pensées, les êtres vivants et même les atomes sont inclus dans ces champs morphiques qui génèrent d'une certaine façon la Réalité en devenir, alors c'est bien tout un nouveau paradigme existentiel qui s'ouvre tant au niveau de notre mode de compréhension du monde en terme de connaissance globale qu'au niveau même de notre propre réalité individuelle en terme d'identité puisqu'il faut voir dans cette théorie des champs morphiques une théorie holistique qui regroupe absolument tout, nous y compris. Les initiés verront aussi dans les champs morphiques  une réminiscence forte du concept plus ésotérique et récurrent dans de multiples traditions de ce que l'on appelle les Annales Akashiques, sortes de mémoires universelles de nos existences passées, présentes et même existences futures potentielles. L'on sent alors peut-être une genèse fusionnelle en perspective, elle mêlerait irrémédiablement la science et la religion, l'individu et l'humanité, l'atome et le cosmos, le visible et l'invisible, le temps et l'infini, ce TOUT, faudrait-il alors lui donner un nom? J'en vois déjà souffler des réponses, mais encore une fois à vous d'y réfléchir!

Merci d'avoir lu cet article, parfois un peu ardu avec des références essentielles à suivre si possible pour en apprécier les interrelations multiples… Si vous désirez continuer la discussion ou bien me poser des questions, n'hésitez pas à me joindre, je reste à votre disposition aussi pour toute problématique personnelle afin de vous aider dans le cadre de mon activité de sorcier-chaman. Vous pouvez me téléphoner aux 01.43.48.83.01 ou 06.09.11.94.56 (numéros directs et non surtaxés) ou bien m'écrire en m'expliquant précisément votre requête via mon formulaire de contact qui s'ouvre en cliquant simplement sur ma bannière web ci-dessous. Je vous conseille de lire aussi mes autres articles à droite en haut de ce blog, articles qui vous éclaireront je l'espère sur mon travail et sur des points qui vous intéressent. Je vous dis à très bientôt et je vous laisse méditer sur les champs morphiques de Rupert Sheldrak, n'oubliez pas que plus nous serons nombreux à en comprendre la portée et plus notre monde pourra s'accaparer ce concept,  d'autant plus si l'on en accentue sa propre résonance morphique! La boucle sera bouclée.

Jean-Pascal BRUNO

banniere-470x62.jpg

Voir les commentaires

Etude Gratuite

 Pour toute demande de rituel

 magique ou d'étude gratuite

 téléphonez au 06.09.11.94.56

 (appel direct et non surtaxé)

 ou bien aussi ici sur mon site

Articles récents

Hébergé par Overblog