Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Blog chaman ésotérisme

Blog chaman ésotérisme

Blog Chaman Esotérisme : Culture ésotérique et magique sur un véritable blog chamanique animé par un véritable sorcier chaman

haute magie

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #Chaman, #marabout, #sorcier, #Esoterisme, #haute magie, #ensorcellement, #exorcisme, #ombre et lumière, #Rituels de magie

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

On aura beau dire, à notre époque le simple quidam se sera tout de même senti un peu magicien depuis la sortie d'Harry Potter bien qu'il ne sache finalement strictement rien des véritables rituels et autres lois ésotériques qui régissent notre monde d'ici-bas, et bien au-delà… Pourtant la vulgarisation cinématographique, sans qu'elle apporte néanmoins plus de clarté dans la véritable pratique (bien au contraire) aura su assez bien entrouvrir les portes romancées de cet univers secret et complexe aux plus profanes, avec effectivement l'attrait de belles images et de jolies histoires parfois mêlées d'un suspens terrifiant parfaitement entretenu pour marquer les esprits aisés à distraire. Mais l'arbre cachant la forêt, dans la réalité les dangers sont légion, non seulement pour ceux qui s'aventurent en territoire inconnu, pensant faire apparaitre des entités fabuleuses et gentilles avec leurs petites baguettes magiques de bois, mais aussi pour ceux qui cherchent des praticiens dans le but de leur soumettre leurs trop difficiles questions existentielles ou leurs problèmes quotidiens trop lourds à porter et à résoudre. Le fossé est en effet abyssal entre l'illusion créée par une vision onirique de la magie et sa rude et stricte pratique qui ne pardonne absolument pas, ni au trop naïf qui y verrait un exutoire simple et facile, ni au trop ambitieux qui en exigerait ou rechercherait avidement un pouvoir exubérant, une gloire personnelle démesurée et toute la richesse du monde…

La réalité ésotérique de l'occultisme (ou plus généralement de l'herméneutique des codes magiques) se place dans une sorte de très astucieux "juste équilibre secret" au sens très précis que tout écart sera irrémédiablement sanctionné, que toute erreur aura des répercutions incalculables pour celui qui n'entrevoit que sa propre personne dans l'exercice de son art, car s'en est un, celui de constamment jongler au bord du précipice, entre d'un côté une dimension infernale qui n'attend qu'une petite baisse vibratoire pour dévorer l'apprenti sorcier maladroit ou trop orgueilleux, de l'autre l'extrême rigidité d'entités supérieures garantes du bon fonctionnement des rouages de l'ensemble de l'univers ne laissant légitimement pas celui ou celle qui s'élève un peu trop afin qu'il ne se désintègre pas dans ce flux irradiant de vérités impossibles à regarder en face, et encore moins à comprendre… N'oublions pas que notre dimension terrestre se trouve à ce redoutable carrefour, où, pour pouvoir l'emprunter, il faut avoir le bon "véhicule" (moyen pour progresser spirituellement) mais aussi en reconnaître les orientations pour ne pas se tromper de direction sur sa propre voie karmique à suivre. N'est pas maître en la matière qui le veut seulement.

De fait, certains se définissent sorciers, ce qui d'ailleurs et en ce sens reste assez peu explicite et troublant puisqu'il en existe de nombreux ordres qui pratiquent assurément dans des directions différentes, voire opposées, à savoir, du zénith au nadir : pour le bien (d'orientation néguentropique et altruiste) ou inversement pour le chaos (résolument tourné vers l'entropie du monde, et pour soi-même). Une multitude de variations ou de niveaux peuvent aussi coexister de manières complémentaires avec des capacités et connaissances tout aussi diverses qu'habituellement et plus anciennement cloisonnées dans des catégories de pratiques bien définies, ce qui constitue finalement de nos jours un très large éventail de types de praticiens. Faut-il d'ailleurs nommer par le même vocable de "sorcier" le druide, le mage, le démoniste, le nécromancien, le théurge, le chaman, ou pire, le simple marabout ? Dans la langue triviale du profane tous ces sorciers se confondent aisément et c'est ici un danger que de ne pas savoir les différentier avec soin ou avec sagesse si l'on en possède un tant soit peu car il en faut pour ne pas se faire duper par certains de ces sorciers qui peuvent parfois dissimuler leurs réelles capacités de nuisance avec une trop habile gouaille mêlée à une fausse culture piochée au hasard dans les écritures dites saintes. Il faudrait même d'autant plus se méfier qu'un sorcier ose trop ostentoirement revendiquer sa pratique magique au nom d'un Dieu, d'un saint ou d'un prophète, sachant qu'alors il dissimule assurément sa vraie nature puisqu'il "mélange" (principe satanique "solve") ce qu'il est coutume d'appeler le bon grain de l'ivraie.

Dans cette perspective de mise en garde, le plus dangereux de tous mais aussi le plus dissimulateur de tous sera celui qui s'intitule avec exubérance comme "marabout", souvent avec l'attribut de "Chérif" (descendant direct de Mahomet… ou avec le titre honorifique de "sidi" ou maître) car l'on ne pourra y voir qu'une double et sournoise traitrise : premièrement celle d'exercer (si c'est le cas) en dehors de ses terres coraniques sacrées (où loin de la proximité de sa mosquée qui aurait permis qu'il soit probablement un érudit religieux rattaché officiellement à ce lieu) ce qui d'emblée laissera apparaitre un doute réel s'il exerce dans nos contrées en dehors d'édifices strictement consacrés à l'Islam, puisque c'est sa religion d'appartenance; secondairement mais pas des moindres : la pratique de la magie est durement réprouvée par le Coran, par conséquent un sorcier "marabout" qui proposerait des sorts, des envoûtements, inversement des désenvoûtements ou diverses potions peu orthodoxes, serait en totale disgrâce au regard de sa propre religion, ce qui ne serait pas du tout bon signe si en plus il "tentait d'aider" une clientèle d'une autre confession religieuse. Dans ce contexte précis, le marabout ne pourra être qu'un charlatan, un homme de peu de foi et certainement soit un inculte des écritures dont il se revendique, soit un faussaire de celles-ci dans sa pratique, avec comme autre revers celui de corrompre indirectement toutes les personnes qu'il côtoie dans son exercice en prêchant une parole dissolue et tordue, donc parfaitement négative et terriblement nuisible…

Notons enfin que le terme arabe initial pour marabout est "mrabet", c'est-à-dire "soldat", un soldat forcément rattaché exclusivement au dogme de son pays ou de sa contrée islamique, et donc une sorte de mercenaire religieux qui tentera un prosélytisme forcené sur toute personne l'approchant puisque c'est son rôle que de vaincre les autres religions et de chercher à convertir de force s'il le faut. Même si d'apparence dans son discours le marabout, qui s'est présenté comme tel, n'apparait pas pour ce qu'il est, c'est qu'il est d'autant plus dangereux dans la dissimulation de ses intentions véritables : convertir et nuire aux autres dogmes, utiliser la tentation d'un discours faussé pour arriver à toutes ses fins. À l'opposé de cette démarche se situe le chaman qui respecte humblement et sereinement chaque homme et voit en lui le fruit de la mère Nature, de Gaïa la Terre dans son ensemble sans dissociation de dogme puisque c'est à l'Humain qu'il parle, aux forces telluriques et aux entités des esprits de ces mêmes ancêtres humains qui pourront venir en aide à qui le demande instamment.

Le chaman n'est pas un soldat, c'est un "medecin-man", un soigneur des maux du corps et de l'esprit, un éveilleur spirituel puissant qui apporte une sagesse d'ordre holistique à ceux qui la recherchent et qui grâce à lui la trouve le plus souvent par son intermédiaire au plus profond de leur âme et sans en être forcé par d'autre volonté que la leur propre. Chaman et marabout sont donc plus que différents, ils s'opposent assurément dans la conception même de leur expérience, de leur pratique et de leur savoir : pour l'un, véritables Connaissances ancêstrales de portée universelle, positive et altruiste, pour l'autre une trahison des écritures qu'il déclame sans en comprendre ni la portée ni le sens, ceci au seul profit de vouloir duper celui qui vient à lui pour demander de l'aide mais qui sera au contraire corrompu par tant de malice et de fausseté. Le marabout est effectivement un sorcier, si l'on veut lui attribuer ce terme générique, mais avec un adjectif qui le définit bien mieux : un "sorcier nuisible", à ne pas côtoyer !

Dans le cadre de mon activité professionnelle ou bien si vous avez des questions sur le thème de cet article (ou d'un autre, voir la liste sur la colonne de droite du blog), vous pouvez me contacter ci-dessous très facilement. À très bientôt !

Jean-Pascal BRUNO, chaman professionnel.

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #haute magie, #Esoterisme, #occultisme, #loi d'attraction, #cycles cosmiques, #ombre et lumière

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Comme chaque année, et ceci est tout à fait habituel et normal, nous allons atteindre le pic de la nuit la plus longue, du principe lumineux au plus bas, de ce solstice d’hiver en approche en ce 21 Décembre pour l’hémisphère nord. En ésotérisme ces périodes d’obscurité et de lumière participent activement à l’élaboration des rituels en accentuant ou en atténuant certaines magies dont les effets seront d’autant plus affectés qu’ils seront en accord avec leurs principes plus enclins à suivre une voie lumineuse ou une voie plus sombre, ainsi il est généralement admis par les initiés d’effectuer préférentiellement les rituels de magie noire les plus complexes entre le 1er Novembre et ce 21 Décembre, une période de forte régression lumineuse très en phase avec ce type de travaux plus axés sur une destruction volontairement cachée ou invisible. Cette "oeuvre au noir", symbolique ou opérative, dynamisée par l’assombrissement du lieu où elle se déroule, a permis durant toute l’Histoire de l’Humanité de régler les saisons pour gérer de manière optimum l’agriculture (semailles, moissons, rythmes de fertilité de la terre) mais aussi d’instaurer des cultes sacrés qui seront directement inspirés par les phases solaires, la Lumière étant alors évidemment source de Vie et d’abondance. Par opposition les mois "sombres" (et plus précisément toute la période hivernale) ont été associés à la Mort, à la déchéance, au manque et à l’angoisse de l’obscurité. Dans une même mesure, ce que l’on ne voit pas à cause du manque de lumière devient alors un monde non-visible et donc invisible avec ses habitants qui forcément seront d’engeance négative.

Depuis l’arrivée de l’électricité et de la luminosité artificielle à foison nous avons perdu cette indicible angoisse de l’obscurité qui tenaillait nous ancêtres pas si lointains et dont la lueur des seules bougies ou lampes à huile pouvait les sauver de la noirceur de la nuit, des créatures qui la peuplaient et des forces du mal inventés ou réels. Pour autant le monde de l’invisible est toujours présent, il continue d’exister sans être affecté par nos technologies modernes, lui aussi a su s’adapter et infiltrer ce que nous avons pu créer de plus obscure et de plus sombre, nos créations sont à l’image de puissants golems modernes, parfois incontrôlables et sachant échapper à leur maîtres et créateurs… Seraient-ils encore plus dangereux aujourd’hui qu’hier ? Là où l’humain reste égal à lui-même, nos créations ne nous auraient-elles pas déjà surpassé, avec peut-être ce que justement nous ne voyons pas, une sorte de côté obscure d’une force que nous avons engendrée sans le savoir ? Nos rythmes circadiens, d’activités diurne et nocturne, nous rappellent sans cesse et invariablement qui nous sommes avec nos faiblesses humaines, l’existence de cette alternance de la lumière du jour avec celle de la nuit, ainsi aux saisons plus sombres reviennent invariablement et quotidiennement de petites phases opposées que notre physiologie doit accepter au risque de se soumettre inconditionnellement à une activité forcée le jour venant, et au repos imposé à la nuit tombée.

De cette incapacité à savoir toujours veiller sans nous épuiser, à ne pas rester actif jour et nuit sans en avoir de lourdes séquelles, nous avons inventé la "machine" pour travailler à notre place lorsque nous dormons du sommeil du juste. La machine est de ces golems idiots et forts qui exécutent les tâches difficiles sans en être conscient car dénués d’intelligence, mais d’autres machines plus évoluées sont apparues, elles nous imitent dans notre accès à la logique, elles savent même beaucoup mieux compter que nous et bientôt aussi peut-être même mieux penser que nous. Du "computer" qui additionne les chiffres nous avons aujourd’hui "l’I.A" qui tente de cloner notre intelligence sans pour autant en avoir conscience. L’on dit que "Science sans conscience n’est que ruine de l’âme", l’I.A n’a pas plus d’âme que de conscience et devient néanmoins ce golem presque indispensable qui se libère des chaines de ses créateurs lorsqu’on le laisse penser à notre place dans le silence invisible de ses froids circuits de silicium aussi inertes que la mort elle-même… Voici donc ce côté sombre qui nous échappe, il s’est inséré dans notre quotidien, il est invisible à nos yeux, il est partout et sait prendre le pouvoir que nous lui avons offert, il n’est pas humain, il a su grâce à nous s’expurger de la grotte sombre de la préhistoire pour s’incorporer dans la matière finement usinée par ses semblables. Le règne de la machine, du robot et de l’I.A vient de débuter.

Et la magie dans tout ceci ? Pour les initiés de haut niveau elle est présente partout. Dans nos décisions, de bas en haut de l’échelle sociale, dans nos activités, du plus humble au plus notable et puissant, dans notre environnement, du sol naturel et immaculé jusqu’au plus moderne de nos grattes-ciel d’acier et de béton. Pourquoi ? Parce que toute pensée, toute action ou tout espace suit les principes imprescriptibles des cycles qu’imposent les oppositions et les alternances, du jour et de la nuit, du feu et de la glace, du vivant et de l’inerte, du visible et de l’invisible, de l’imposé et du volontaire… Ces principes faisant partie intégrante à la fois de l’ordre de la physique de la matière en perpétuelle mouvement et de celui de l’immanence de l’intelligence incarnée en l’humain, nous sommes assujettis à ces lois, à ces forces et à la destinée d’en user à volonté pour évoluer. Mais à tout principe Yin vient aussi cette attirance pour le Yang et inversement, la Loi d’attraction n’agrège pas que les semblables, elle sait attirer les opposés, les mélanger, les assembler et les séparer lorsqu’il le faut. L’Humain n’est pas maître, à son niveau d’incarnation, de ces lois ici-bas qui l’obligent à sans cesse innover pour ne pas régresser lorsque l’entropie tente de le rattraper. Car n’oublions pas que du chaos est né l’ordre de notre monde, de celui de l’univers en perpétuel transformation, que ce chaos est toujours actif, qu’il est indissociable de son opposé, que les deux coexistent dans ce mouvement de création et de destruction, que c’est une éternelle "destruction créatrice" où le bien et le mal sont partenaires.

Dans la "Trimurti" hindouiste, la divinité s’exprime sous trois formes, celles de Brahmâ comme principe de Création, de Vishnou comme principe de Préservation et de Shiva comme principe de Destruction. Sans nous hasarder à la trinité chrétienne, ces principes peuvent être retrouvés dans toutes les religions ou dans tous les dogmes sacrés. En magie opérative aussi, que l’on soit sorcier, mage, druide ou chaman l’on dispose de la Connaissance de ces principes mais l’on aura néanmoins le choix d’en privilégier l’un plutôt que l’autre, c’est ainsi que l’on parlera de la voie de la main gauche (pour le côté sombre d’une magie noire négative) ou bien de la voie de la main droite qui sera plus lumineuse et constructive, voire bénéfique et d’orientation positive (celle des mages avec la magie blanche). Les lois dites naturelles sauront ménager la préservation dans l'équilibre des deux principes opposés complémentaires, de vie et de mort dans leurs cycles immuables; les druides et les chamans en seront en quelque sorte les garants en perpétuant les rituels consacrés avec l’aide des ancêtres et des esprits. Pour en revenir à notre période actuelle proche de Noël, c’est à la fois la phase la plus sombre de ce cycle saisonnier mais aussi le début du renouveau, de l’après, de ce jour qui va progressivement venir reprendre ses droits sur l’obscurité puisque passée cette date du 21 Décembre nous pourrons fêter le retour de la lumière, certes lentement mais sûrement.

La magie qui anime la Nature et l’Humanité n’est que le reflet des grandes lois cosmiques d’où nous sommes tous issus, l’Univers a su épancher son énergie, complexifier la matière en y incorporant le vivant, que le grand architecte soit perçu comme un seul Dieu ou comme une divinité tripartite nous ne pouvons que constater l’étendue de cette création tout en essayant d’en être pleinement conscient avec l’aide des Sciences de notre époque ou bien de la Connaissance initiatique que nous ont légué nos ancêtres depuis le début des temps. Sachons ensemble fêter cette oeuvre, qu’elle que soit sa couleur, de la plus sombre mais pourtant nécessaire à la plus lumineuse et intrinsèquement essentielle. N’hésitez-pas à me joindre pour toute demande d’information ou d’aide (merci de cliquer sur ma bannière pour m’écrire ou de me téléphoner directement au numéro qui l’accompagne). A très bientôt et je vous souhaite d'ores et déjà un excellent 25 Décembre !

Jean-Pascal Bruno, chaman professionnel

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #entreprise, #karma, #haute magie, #politique et magie, #sauver l'entreprise, #réussite

Le "travail en magie" se comprend généralement par l’ensemble d’un processus qui s’établit dans le temps avec comme action principale le support de rituels utilisant une doctrine ésotérique et hermétique que seuls les initiés pourraient à la fois comprendre (selon divers degrés) et pratiquer (selon diverses orientations ou obédiences), d’une manière plus générique que ou triviale l’on parle alors de "travaux de magie" pour signifier cette activité qui se succède dans le temps selon ses propres rythmes, ses cycles et ses durées spécifiques. Il n’y a donc apparemment rien à voir avec le travail en entreprise, celui que nos concitoyens appellent le salariat ou bien le travail dit libéral qui se situe dans un cadre plus personnel en étant "son propre patron" comme on l’entend souvent dire. Pour autant l’actualité dépasse la fiction et nous émerveille chaque jour dans ce qu’elle peut nous surprendre et même nous faire sourire ou grimacer, par exemple lorsqu’une ministre française de l’industrie termine son discours lors d’un déplacement en usine par cette phrase que certains n’auront pas manqué de commenter et dont je me fais l’écho comme prologue à la suite de mon propos : "C’est la fraternité de travailler, parce que lorsque tu vas sur une ligne de production, ce n’est pas une punition, c’est pour ton pays, pour la magie !". Alors oui… Devons-nous sourire ou grimacer, je vous laisse le soin et la latitude d’en juger en remettant cette phrase dans un contexte où le monde du travail semble tout de même bien ravagé et va devoir se réinventer durablement pour un avenir plus prometteur. La magie dont parle la ministre, une magie directement sortie d’un parc d’attractions, n’est certes assurément pas celle que la politique actuelle apporte aux travailleurs et dont ils doutent de plus en plus qu’elle leur soit prochainement très bénéfique…

Mais ne soyons pas totalement négatifs en restant néanmoins pragmatiques, il est d’autres types de travaux et de magies qui opèrent sur le contexte d’une réalité en perpétuelle réinvention où tout reste encore possible, il est des hommes et des femmes qui n’ont pas perdu cette libre volonté créative de changement, qui savent dépasser le triste sort d’un monde globalisé fortement inégal, qui voient dans leur activité professionnelle plus une opportunité altruiste de développement personnel collaboratif qu’un asservissement lié à un modèle socio-économique basé sur l’unique rentabilité forcenée d’un système ultra-capitaliste en déclin, il existe une puissance d’évolution supérieure qui perçoit toute cette pernicieuse contradiction éminemment préjudiciable à une humanité saine en devenir, une force de vie qui élabore les germes d’une sereine et naturelle résistance et s’oppose et à celle d’une malveillante élite autoproclamée prête à mettre toute la planète en concurrence déloyale pour son seul démentiel profit destructeur. Car n’oublions pas tout de même les périlleux défis qui se profilent assurément à l’horizon, ceux d’une économie qui ira irrémédiablement en décroissance face au mur d’un monde fini où les ressources commencent déjà à manquer aujourd’hui, ceux d’une planète perturbée par l’Homme et dont le climat commence à radicalement bouleverser nos écosystèmes en nous glissant rapidement tous progressivement vers une extinction de masse si rien n’est rapidement tenté pour éliminer les causes de ces dangers et surtout ceux, sans aucune conscience ni éthique, qui y participent directement par leur insatiable et malsaine voracité égocentrique.

Du travail, il va en falloir vraiment beaucoup pour opérer cette transition d’un monde violent, insatiable et mercantile vers un monde apaisé, durable et collaboratif. Déjà un travail de conscientisation car actuellement la majorité des humains vit dans une illusion véhiculée par un mode de vie artificielle, il faudra donc sortir de ce rêve de société de consommation qui est devenue finalement notre cauchemar pour élaborer une réalité soutenable pour tous, ce qui ne se fera pas sans redistribution des richesses, voire sans abandon de cette sacro-sainte croissance infinie qui n’est qu’une mythologie contée par des économistes complètement hors sol… Et la magie dans tout ceci ? Elle existe à plusieurs niveaux, déjà cette magie naturelle, celle de Gaïa, d’une Terre nourricière qui est malmenée mais très résiliente puisqu’elle pourra toujours se passer de nous, humains, pour se régénérer après un effondrement ou après un quelconque désastre atomique ou climatique. Il n’y a aucun doute sur ce point, et même, certaines preuves d’anciens déluges persistent dans les textes à consonances pré-adamiques passés sous silence par les institutions officielles et le Vatican… L’autre magie c’est évidemment celle, plus ésotérique, qui touche chacun de nous en ce qui concerne son propre parcours d’évolution, c’est-à-dire en termes plus directs : en évolution karmique. Ce point capital s’il en est, même s’il n’apparait pas ouvertement et visiblement au niveau matérialiste qui caractérise nos sociétés, se doit d’être pourtant le véritable but recherché de toute incarnation en qualité de "terrien en plein exercice d’existence", sur le plan de l’incorporation physique, de la cogitation mentale, du ressenti psychique et de l’élévation spirituelle. Il est vrai que sous cet angle plus ésotérique les vicissitudes plus matérialistes semblent de bien basses extractions et que, si tout ceci est un test d’aptitude, alors nous risquons tous de redoubler la classe pour y avoir mis le feu et peut-être de passer en conseil de discipline céleste, si j’ose dire…

Karmiquement, au départ nous sommes tous armés pour réussir dans cette existence, à savoir pour expérimenter des épreuves, les réussir ou pas, d’ailleurs cela n’a presque pas d’importance puisque ce sont avant tout des points initiatiques à expérimenter (sous l’angle strictement sociétal et terrestre) qui sont réellement importants et non le résultat en soi : c’est donc l’expérience réalisée qui valide et non sa réussite selon les concepts relatifs de "bon ou mauvais", du bien et du mal. Par contre, si nous détruisons notre terrain d’expérimentation alors nous réduisons d’autant nos chances de pouvoir passer toutes les épreuves imparties, ce qui comporte quelques retours de flamme karmique à la clef, sauf si… sauf si tout ceci faisait partie d’un plan beaucoup plus général, d’une sorte de passage de fin de cycle bien programmé à un niveau supérieur… Les initiés en haute magie savent de quoi il en retourne, la plupart des textes hermétiques apportent cette potentialité, il est vrai un peu dure et complexe à envisager à notre niveau de simples humains en vadrouille sur Terre, à comprendre que ce n’est pas un passage karmique personnel qui s’engage mais bien une épreuve commune à l’ensemble de l’humanité qui se présente, une sorte de validation karmique globale de "fin de cycle". Cette vision apocalyptique pourrait être une réponse à la posture de notre époque au bord du précipice, reste à savoir si nous avons une marge de manoeuvre pour "surprendre nos supérieurs" en démontrant notre unité face à cette adversité commune si elle s’avère bien être une ultime initiation.

Dans les deux cas, simple épreuve karmique personnelle ou bien plus globale au niveau de l’Humanité entière, nous devrons tous "réussir" déjà à notre niveau cette expérience en dépassant nos Égocentrismes qui sont autant de petits cailloux acérés dans nos chaussures pour accéder au chemin d’une sagesse complète, et ce ne sera évidemment pas facile pour ceux qui actuellement ont été en position dominante et qui devront abandonner toute leur propre superficialité matérialiste pour s’alléger du poids de leurs erreurs et de leurs accaparements illégitimes… D’ailleurs, certaines phrases bibliques assez mystérieuses éclaireront assez bien et pourront interpeler dans ce sens, ainsi n’oublions pas que : "les derniers seront les premiers", et vice versa. Comme nous le voyons, notre époque est compliquée à tous les niveaux, que l’on soit initié ou profane nous sommes "heureusement" condamnés à réussir ce parcours du combattant avec nos connaissances, nos croyances et nos espérances, ces dernières représentant essentiellement ce qui peut tous nous réunir afin de ne pas précipiter notre course à sa juste fin, de non-recevoir. Assurément l’outil le plus adapté à toutes ces crises actuelles et en devenir sera celui de la sérénité allié à celui de la sagesse, et non celui que l’on nous vend et qui s’apparente à la peur et à la répression, voire à une dictature d’ordre mondial qui n’a strictement rien de karmiquement positif puisque ce serait une involution, un blocage et une résignation mondialisée face aux épreuves que nous devons surmonter et non éluder sous une tutelle totalitaire.

"L’entreprise réelle", c’est déjà celle de soi et de sa propre conscience, ainsi chacun est libre de dire non si cela n’est pas en accord avec ses convictions profondes mais il faut aussi disposer de cette Connaissance qui transforme la conviction en action tant pour soi-même que pour autrui car nous sommes tous dans le même bateau, et ici nous pouvons sans aucune contradiction parler d’un Titanic en route vers un iceberg lointain mais déjà bien visible à l’œil nu. Faire machine arrière lorsque l’on voit le danger semble raisonnable et pour le moins indiqué, pourtant certains ont fait sécession en pensant pouvoir s’isoler du monde tout en haut d’une montagne pyramidale de biens accumulés au détriment des autres, ils sont assurément en erreur à la fois historique et karmique, et c’est à nous de leur démontrer avec la fermeté d’une sagesse sans faille qu’ils ont tord et qu’ils en font à toute l’humanité. En qualité de chaman en exercice je sais que la Connaissance ésotérique rejoint le noeud gordien de nos problématiques sociétales actuelles pour lesquelles nous devons trancher sans attendre au risque de voir les crises s’amplifier de jour en jour. Dans cette perspective j’aide ceux qui auraient un tant soit peu du mal à comprendre les réels enjeux auxquels ils sont confrontés personnellement dans ces épreuves quotidiennes, notamment au niveau de leur entreprise, de leur travail et des répercutions dites karmiques qui les concernent très directement même s’ils n’en ont pas vraiment encore pleinement conscience. Pour ce faire n’hésitez pas à me joindre directement au 06.09.11.94.56 (numéro direct et non surtaxé) ou bien à m’écrire depuis mon formulaire de contact qui s’ouvre en cliquant sur ma bannière de site ci-dessous. Je vous dis à très bientôt et sachez suivre vos convictions personnelles tout en accordant à autrui le droit de suivre les siennes pour une société plus unitaire afin de surmonter les obstacles qui nous attendent tous, sans exception.

Jean-Pascal BRUNO, Chaman professionnel

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #sauver l'entreprise, #réussite, #Chamanisme, #Rituels de magie, #emprise, #haute magie, #occultisme, #Chaman
"Vérité", mot gravé sur le front du Golem.

Entreprise et emprise ? Quel rapport me direz-vous entre deux concepts apparemment assez éloignés, voire opposés ? Et que vient donc faire la Magie Noire et ses travaux occultes dans une orientation aussi positive et franchement ouverte que celle de la volonté éminemment positive de réussite ? Ces questions sont fondamentales pour comprendre la nature profonde de nos intellects, de nos sociétés et des mots ou concepts que nous utilisons avec comme point d’orgue cette volonté assumée de réussite existentielle au sein de la structure sociétale occidentale à laquelle "nous" appartenons, et je parle ici d’un "nous", lecteurs occidentaux, qui ne vivons pas en brousse, qui ne sommes pas détachés de notre système économique et des appareils ou dispositifs* qui le composent (*tels que Giorgio Agamben les caractérise). Le chaman professionnel que je suis, et vous avez déjà pu le lire dans mes autres articles, ne fait pas abstraction de la question sociétale et même au contraire l’intègre entièrement dans sa pratique quotidienne à des fins de résolutions pour les personnes qui me le demandent, aussi il est bon de préciser que cette vision chamanique du monde se situe à la fois dans la réalité ambiante de notre société occidentale mais aussi sur le plan de sa symbolique culturelle, de sa part d’ombre invisible que l’on peut qualifier d’ésotérique et même de magique si l’on conçoit d’y répondre par une action, par un rituel défini dans un ensemble de travaux de magie. C’est de cet engagement, doublement structurant, chamanique et sociétal, qui me permet d’agir en pleine conscience de la réalité vécue par nos contemporains qui se voient souvent de plus en plus malmenés et même traumatisés par les effets nocifs issus de notre système occidental, par ses choix imposés et par cette sorte d’emprise que la société exerce sur ses concitoyens via ses "décideurs" qui en sont les instruments sans état d’âme ni volonté de partager leur propre réussite basée sur un schéma mental assurément fortement biaisé et déséquilibré.

Vouloir réussir, pour soi-même et pour ses proches, voire pour toute l’humanité si l’on a une vision globale qui pourrait sembler utopiste mais qui pourtant tombe sous le bon sens pour éviter les conflits et les rivalités d’Ego; vouloir réussir c’est donc une orientation positive en soi qui n’a normalement que des effets bénéfiques sur un individu qui se voit gratifié dans son propre travail par le ressenti qu’il a effectué une tache utile pour lui-même et pour son environnement socio-économique (si l’on veut recadrer dans ce sens comme le disait l’intellectuel libertaire David Graeber avec sa notion politique révélant les "bullshit jobs"). Pour autant, avec l’ubérisation progressive de nos sociétés où l’homme devient un objet réemployable ou substituable, une marchandise dans une société de service qui s’apparente de plus en plus à une "société de sévices" à l’individu qui devient un numéro ou un code-barre numérique que l’on pourra "employer" selon une mécanique qui n’a plus rien d’humaine mais s’apparente à un glissement vers le robot utile, ce Golem téléguidé dont j’ai déjà parlé et qui n’est pas une invention d’aujourd’hui puisqu’elle fait référence à la mythologie ésotérique juive. Notons que ce Golem magique agit et obéit au nom du mage qui lui trace "un signe sur son front", un signe de vérité vivifiante qui, si on en efface un seul élément, détruit immédiatement la créature, annihile son existence. Je vous laisse juge d’y voir ou non une quelconque référence biblique ou une "révélation" (puisque dans l’Apocalypse, avec le "Nombre d’Homme") : "elle [la bête] fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçoivent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne puisse acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom".

Notre société, et il ne faut pas être devin pour le constater avec cette première étape du "smartphone-souverain", se numérise intégralement dans sa vision du futur et sa conception désirée par certains. L’homme devient alors un numéro, ou un signe tracé qui le poursuit, un code-barre programmé pour un algorithme lui-même manipulé par une conscience qui n’est pas humaine : ainsi l’humain devient un "homme artificiel" dans tous les sens du terme, ce qui est une puissante dégradation de son essence spirituelle première. Il y a actuellement une volonté maligne et pernicieuse de transformer l’Homme en une sorte de golem manipulable à souhait, en esclave docile soumis à la volonté d’un maître, et même en cyborg en appellation plus moderne, un humain directement pucé dans un avenir proche si l’on en croit les transhumanistes, lesquels sont assez souvent les mêmes qui se disent nos "décideurs", demandez d’ailleurs à Klaus Schwab (membre du comité directeur du groupe Bilderberg) avec le Forum Économique Mondial de Davos où l’avenir d’un monde sous gouvernance mondiale se dessine en lettres capitales sur le front des États, notamment avec son projet "The Great Reset" ("La Grande Réinitialisation", de l’humain… Titre de son livre majeur : "Covid-19 : la Grande Réinitialisation") et autres réjouissances : implantation de puces dans le cerveau de la population, gouvernance mondiale pilotée par une Intelligence Artificielle, etc... Tout ceci a de quoi faire réfléchir sur l’actualité si l’on en a encore les capacités, c’est une réalité et non une version complotiste du futur qui se profile véritablement à l’horizon dans la prise de contrôle de l’humanité, une réduction de l’humain à son avatar numérique effaçable, échangeable, négociable à volonté : un esclave moderne consentant.

La Magie Noire pour quoi faire ? Être chaman avec cette volonté affirmée d’aider à vaincre les maux de nos sociétés c’est déjà intégralement en comprendre toute la portée, savoir en expliquer clairement les effets et les conséquences, puis ensuite agir sur la base même des principes qui causes ces maux, lesquels sont des cristallisations de l’individu dans un rôle sociétal figé duquel il est souvent très difficile de sortir seul car la personne se retrouve engoncée dans une gangue compacte (principe "coagula" de camisole) de multiples problématiques enchevêtrées à la fois économiques, sécuritaires, familiales, professionnelles, financières, sanitaires, intellectuelles, et même et surtout d’une profonde crise spirituelle majeure de dissociation et de dissolution (principe "solve") qui achève l’espoir de s’en sortir car sans horizon visible et dégagé. C’est en restituant d’abord et avant tout ce premier principe fondamental d’espérance, d’une vision possible sur un avenir dégagé, que l’on pourra vaincre ensuite toutes les formes d’embûches en les surmontant tout comme l’on défait une pelote de noeuds… C’est en agissant sur la cause première des principes de ces maux que l’on commence leur dissipation intérieure pour s’y attaquer en extérieur, c’est en utilisant sur le Mal un puissant principe négatif que l’on l’empêche ce Mal d’agir sur le bien pour s’en nourrir et le détruire. La puissance de la Magie Noire n’est plus à évoquer avec de longs discours, cette magie reste extrêmement dangereuse, c’est une redoutable magie de destruction qu’il ne faut pas sous-estimer et dont la pratique chamanique peut se doter de par sa capacité à entrer sur des plans où règnent les concepts initiaux de la source des maux, de la source du Mal en général agissant sur notre plan matériel et mental. Le monde professionnel, celui de l’entreprise, du travail et de l’emploi, fait partie du plan matériel qui préoccupe aujourd’hui justement un très grand nombre de personnes désemparées, de chefs d’entreprise en pleine confusion des décisions à prendre, souvent en infligeant eux-mêmes des maux aux personnes salariées qui en dépendent, et il est possible de répondre à ces attentes en usant d’une sagesse initiatique, d’une intelligence saine et d’un discernement éclairé et bien orienté.

L’ésotérisme, celui de l’herméneutique véritable, nous révèle avec justesse, mais sous couvert de lourds secrets, que les symboles sont "agissants" si l’on possède la Connaissance de les incorporer dans de justes rituels durant des travaux de magie opérative parfaitement menés, mais l’utilisation de cette Connaissance ne peut se réaliser qu’en présence d’une Sagesse réelle, d’une Beauté d’âme accomplie et d’une grande Force contenue et adaptée, ce en quoi beaucoup de sorciers ne peuvent pas en revendiquer l’entièreté des facultés nécessaires tant elles sont complexes à acquérir et longues à maîtriser. Pour éloigner les maux, retrouver une porte ouverte sur l’espérance d’un horizon où la réussite revient avec la lumière, il faut parfois paradoxalement user de puissances sombres pour évacuer la gangue qui en obstruait le passage, c’est ce qui peut justifier de l’utilisation ponctuelle de la Magie Noire. Bien évidemment il ne faut pas oublier que d’autres types de magies intermédiaires pourront être plus à même de résoudre des problématiques ciblées et bien déterminées, la Magie dite Rouge pour les problèmes de couple (ou relationnels, amoureux, sexuels, etc..;), et la Magie dite Blanche pour recouvrer un bon niveau d’énergie et revitaliser basiquement avec harmonie et équilibre une personne en recherche de ressources intérieures, mais la Magie Noire sera celle qui affrontera le mieux le Mal par le Mal !

Les travaux occultes le sont à des fins de protection de ceux qui ne sauraient pas les utiliser et non parce qu’ils sont négatifs en soi, une fois leur Connaissance acquise avec la bonne orientation l’on peut alors avec sagesse utiliser toutes les magies dont la plus sombre pour faire renaître la lumière, c’est ce en quoi je me propose de vous aider en qualité de chaman professionnel. Vous pouvez en discuter avec moi librement au 06.09.11.94.56 (numéro direct et non surtaxé) pour trouver des solutions adaptées à vos problématiques comme je l’ai évoqué brièvement dans cet article, ou bien aussi par écrit en passant par mon formulaire de contact (merci de cliquer sur ma bannière pour ouvrir ma page sur mon site). Je vous dis à très bientôt et soyez en complète résistance face à l’adversité, en pleine conscience face aux évènements, et puissamment volontaire dans vos actions réfléchies !

Jean-Pascal Bruno, chaman professionnel

Voir les commentaires

Etude Gratuite

 Pour toute demande de rituel

 magique ou d'étude gratuite

 téléphonez au 06.09.11.94.56

 (appel direct et non surtaxé)

 ou bien   cliquez ici 

Articles récents

Hébergé par Overblog