Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Blog chaman ésotérisme

Blog chaman ésotérisme

Blog Chaman Esotérisme : Culture ésotérique et magique sur un véritable blog chamanique animé par un véritable sorcier chaman

karma

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

"Sauvez mon couple, au secours, au secours !" Généralement l’on crie "au secours" quand il y a le feu et que ce grand danger est perçu à proximité de soi avec l’espoir de se faire entendre et d’en réchapper avec de l’aide, celle des pompiers pour ce qui est précisément des incendies. Mais en ce qui concerne les crises de couple, ou bien plus trivialement les "problèmes de couple", l’on peut plutôt dire que c’est l’orage qui gronde sous le toit conjugal ou dans la relation amoureuse lorsque justement le feu du désir ou de l’amour semble compromis jusqu’à l’extinction totale ou presque. L’orage de la relation c’est donc le mauvais temps sur soi et sur le partenaire, le ton monte, la parole se fait cinglante comme l’éclair et peut parfois, comme le feu, consumer la relation pour la réduire à néant, en cendre… Ce qui permet de ne pas en arriver à de tels excès c’est justement que l’on peut voir l’orage arriver de loin, d’abord un bruit sourd, un éclair qui surgit à l’horizon avant de voir se profiler la tempête si néanmoins les mauvais vents la portent à proximité pour exercer ses méfaits et sa dévastation. C’est aussi paradoxalement un point noir dans la lueur fulgurante de celle de la foudre que de ne pas savoir, ni où, ni quand elle va exactement tomber,  mais avec cette potentialité qu’elle puisse foudroyer l’un ou l’autre, voire les deux, après une parole de trop, après une invective destructrice non contrôlée. La crise du couple est donc à l’image de la météo si celle-ci s’annonce lourde de mauvais temps avec une accumulation de nuages noirs, ce sont souvent ces non-dits qui pèsent comme ces lourds nuages jusqu’au déferlement de la pluie et de la foudre, de la libération des énergies, celles de paroles parfois foudroyantes. Mais s’il fallait être juste, à vouloir comparer le mauvais temps aux disputes conjugales ou amoureuses, alors il faudrait aussi signaler que l’on ne peut strictement rien faire contre une tempête qui s’abat irrémédiablement sur un lieu, ce qui n’est pas du tout le cas pour les relations humaines, certes parfois houleuses dans ces configurations difficiles mais parfaitement gérables selon les contextes, les personnalités présentes et leur histoire commune. Il y a donc des solutions immédiates ou bien plus anticipées pour résoudre les crises de couple, du moins les rendre moins dangereuses ou bien se prémunir de ses effets dévastateurs grâce à une sorte de paratonnerre mental, à néanmoins bien savoir déployer…

Chaque individu, chaque couple, chaque contexte est différent de celui des autres, ainsi les règles communes peuvent sembler prévaloir afin d’éviter les crises sans pour autant pouvoir les éviter pour tous, ceci en tout instant et dans toutes les configurations selon un même schéma unique, ce serait d’ailleurs terrible que d’imaginer une solution uniforme, donc informe, pour toutes les diversités existantes au niveau des personnalités de chacun et de relations très différentes. Il y a donc de la complexité à appréhender la problématique de la crise des couples avec un point de vue trop étriqué et recentré ou trop large et vague, c’est-à-dire assurément jamais à la mesure de la réalité qui apparait. De même, les causes des conflits sont autant de possibilités différentes touchant les uns ou les autres de manière totalement diverse voire inverse, ainsi ce qui sera une véritable cause de rupture chez les uns ne sera qu’un problème passager chez les autres ou même une possibilité de rebond positif après l’avoir dépassé. L’on peut d’abord y voir un aspect psychologique qui prévaut afin de doter chaque personne (et chaque couple constitué) d’une spécificité à surmonter telle ou telle embûche de la vie, avec inversement des passages plus difficiles auxquels l’on n’est ni préparé ni averti. D’un point de vue plus éloigné de l’orthodoxie de la psychologie, en ésotérisme l’on ne conçoit pas ces "passages difficiles" ou ces embûches existentielles de la même façon, ce sont au contraire des épreuves à caractère karmique qui se doivent d’être abordés et surmontés, ce sont bien plus des "passages de développement" que des impasses sur le vide.

Il est évident que pour la plupart des couples en crises, aux moments les plus forts des tensions vécues, les couples ne feront pas une pause ou un "temps mort" comme dans un match pour se poser la question purement existentielle et karmique qui leur tombe dessus, c’est souvent au contraire dans ces moments difficiles de stress et de délitement mental, voire de déferlement de violence verbale (ou pire) que les partenaires se retrouvent dépourvus de toute la lucidité nécessaire pour faire face aux difficultés de la situation. Là où la psychologie nous explique que le psychisme de chaque individu dispose de ses propres limites personnelles pouvant interférer avec ses décisions réfléchies et aboutir à des "dysfonctionnements", les doctrines ésotériques parlent plutôt d’énergies qui sont dissipées ou dispersées, ce qui implique une dysharmonie des "centres d’énergie" (aussi appelé chakras) avec une captation de cette énergie par des entités parasites environnantes qui n’attendent que cet instant pour s’en repaitre… J’imagine parfaitement que ceux qui ne sont pas initiés à cette vérité commencent à se demander si nous n’entrons pas dans une autre dimension digne de séries d’épouvante, pourtant effectivement c’est bien de "dimensions parallèles" invisibles à nos sens dont il est question et qui permettent alors de trouver des portes de sortie (d’urgence) pour contrer les dérives de cet état de fait sans en être totalement la victime. Sachez déjà, dès aujourd’hui à la lecture de ce texte, que les initiés, c’est-à-dire les personnes ayant une réelle Connaissance ésotérique, savent que ce sont les variations psychiques qui entraînent des déperditions d’énergie vitale et attirent de telles entités parasites, par conséquent ces mêmes initiés sont bien moins susceptibles de tomber dans de telles situations, ceci en toute connaissance de cause…

D’une certaine façon, et si vous avez un tant soit peu de mémoire de cet article, la prochaine fois que vous serez dans une situation pouvant engendrer une perte de contrôle, un énervement quelconque ou bien un sentiment négatif, vous saurez que vous attirez sur vous des entités parasites prêtes à se nourrir de l’énergie négative que vous émettez, de la même manière qu’une ampoule électrique diffuse de la lumière et attire les insectes dans la nuit. Le seul fait de repenser à ce qui vient d’être dit saura vous calmer et apaiser une situation uniquement par l’apprentissage de cette discipline personnelle, évidemment sous un angle ésotérique et moins psychologique que celui que l’on vous rabâche sans vous en dire les causes : celui de savoir garder son calme et "reprendre ses esprits" (savoir garder ses centres d’énergie en harmonie…) afin de résoudre une situation problématique où l’emportement n’arrange jamais rien. J’ajouterais qu’en général, lors de situations de crise où la peur et l’énervement se croisent, où les personnes se disputent de manière progressive et crescendo, alors le chaos appelle le chaos, l’effet s’alimente de lui-même et ne fait qu’empirer vers un point d’entropie qu’il est ensuite difficile de faire reculer pour revenir en arrière au point nominal, ce qui entraîne d’une part effectivement une crise (de couple si c’est le cas d’une dispute amoureuse) mais aussi d’une perte d’essence, de cette substance spirituelle qui permet l’équilibre à la fois mental et karmique afin de surmonter les épreuves de manière naturelle sans attirer à soi d’autres "facteurs aggravants", à l’image de la théorie des dominos.

En disant "au secours je veux sauver mon couple", pensez plutôt à contacter un initié pour vous apprendre à vous protéger, déjà de vous-même, et des écarts qui ne font qu’attirer les ennuis (pour ne pas dire "autre chose") afin de vivre pleinement les instants sans y ajouter le poids de pensées ou d’actions négatives qui n’arrangeront rien. Apprenez à vivre à deux, en couple, dans cette vision et sous cet angle qui vous permettra de ne jamais prendre le mauvais chemin aboutissant à cette entropie des sens, à cette désorientation des sentiments et à cet appauvrissement spirituel qui est contraire à votre développement karmique et donc à votre évolution. Si vous voulez plus d’informations sur le thème de cet article et notamment si vous avez des problèmes de couple, alors n’hésitez pas à me joindre dans le cadre de mon activité professionnelle en ma qualité de chaman en exercice je pourrai vous aider à trouver les solutions adaptées à votre contexte. Prenez contact en cliquant sur ma bannière ci-dessous ou bien en me téléphonant directement. À très bientôt et sachez que le calme conserve votre énergie tout en la développant, la Connaissance est une forme de méditation active qui vous permet d’évoluer spirituellement !

Jean-Pascal Bruno, chaman professionnel

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #entreprise, #karma, #haute magie, #politique et magie, #sauver l'entreprise, #réussite

Le "travail en magie" se comprend généralement par l’ensemble d’un processus qui s’établit dans le temps avec comme action principale le support de rituels utilisant une doctrine ésotérique et hermétique que seuls les initiés pourraient à la fois comprendre (selon divers degrés) et pratiquer (selon diverses orientations ou obédiences), d’une manière plus générique que ou triviale l’on parle alors de "travaux de magie" pour signifier cette activité qui se succède dans le temps selon ses propres rythmes, ses cycles et ses durées spécifiques. Il n’y a donc apparemment rien à voir avec le travail en entreprise, celui que nos concitoyens appellent le salariat ou bien le travail dit libéral qui se situe dans un cadre plus personnel en étant "son propre patron" comme on l’entend souvent dire. Pour autant l’actualité dépasse la fiction et nous émerveille chaque jour dans ce qu’elle peut nous surprendre et même nous faire sourire ou grimacer, par exemple lorsqu’une ministre française de l’industrie termine son discours lors d’un déplacement en usine par cette phrase que certains n’auront pas manqué de commenter et dont je me fais l’écho comme prologue à la suite de mon propos : "C’est la fraternité de travailler, parce que lorsque tu vas sur une ligne de production, ce n’est pas une punition, c’est pour ton pays, pour la magie !". Alors oui… Devons-nous sourire ou grimacer, je vous laisse le soin et la latitude d’en juger en remettant cette phrase dans un contexte où le monde du travail semble tout de même bien ravagé et va devoir se réinventer durablement pour un avenir plus prometteur. La magie dont parle la ministre, une magie directement sortie d’un parc d’attractions, n’est certes assurément pas celle que la politique actuelle apporte aux travailleurs et dont ils doutent de plus en plus qu’elle leur soit prochainement très bénéfique…

Mais ne soyons pas totalement négatifs en restant néanmoins pragmatiques, il est d’autres types de travaux et de magies qui opèrent sur le contexte d’une réalité en perpétuelle réinvention où tout reste encore possible, il est des hommes et des femmes qui n’ont pas perdu cette libre volonté créative de changement, qui savent dépasser le triste sort d’un monde globalisé fortement inégal, qui voient dans leur activité professionnelle plus une opportunité altruiste de développement personnel collaboratif qu’un asservissement lié à un modèle socio-économique basé sur l’unique rentabilité forcenée d’un système ultra-capitaliste en déclin, il existe une puissance d’évolution supérieure qui perçoit toute cette pernicieuse contradiction éminemment préjudiciable à une humanité saine en devenir, une force de vie qui élabore les germes d’une sereine et naturelle résistance et s’oppose et à celle d’une malveillante élite autoproclamée prête à mettre toute la planète en concurrence déloyale pour son seul démentiel profit destructeur. Car n’oublions pas tout de même les périlleux défis qui se profilent assurément à l’horizon, ceux d’une économie qui ira irrémédiablement en décroissance face au mur d’un monde fini où les ressources commencent déjà à manquer aujourd’hui, ceux d’une planète perturbée par l’Homme et dont le climat commence à radicalement bouleverser nos écosystèmes en nous glissant rapidement tous progressivement vers une extinction de masse si rien n’est rapidement tenté pour éliminer les causes de ces dangers et surtout ceux, sans aucune conscience ni éthique, qui y participent directement par leur insatiable et malsaine voracité égocentrique.

Du travail, il va en falloir vraiment beaucoup pour opérer cette transition d’un monde violent, insatiable et mercantile vers un monde apaisé, durable et collaboratif. Déjà un travail de conscientisation car actuellement la majorité des humains vit dans une illusion véhiculée par un mode de vie artificielle, il faudra donc sortir de ce rêve de société de consommation qui est devenue finalement notre cauchemar pour élaborer une réalité soutenable pour tous, ce qui ne se fera pas sans redistribution des richesses, voire sans abandon de cette sacro-sainte croissance infinie qui n’est qu’une mythologie contée par des économistes complètement hors sol… Et la magie dans tout ceci ? Elle existe à plusieurs niveaux, déjà cette magie naturelle, celle de Gaïa, d’une Terre nourricière qui est malmenée mais très résiliente puisqu’elle pourra toujours se passer de nous, humains, pour se régénérer après un effondrement ou après un quelconque désastre atomique ou climatique. Il n’y a aucun doute sur ce point, et même, certaines preuves d’anciens déluges persistent dans les textes à consonances pré-adamiques passés sous silence par les institutions officielles et le Vatican… L’autre magie c’est évidemment celle, plus ésotérique, qui touche chacun de nous en ce qui concerne son propre parcours d’évolution, c’est-à-dire en termes plus directs : en évolution karmique. Ce point capital s’il en est, même s’il n’apparait pas ouvertement et visiblement au niveau matérialiste qui caractérise nos sociétés, se doit d’être pourtant le véritable but recherché de toute incarnation en qualité de "terrien en plein exercice d’existence", sur le plan de l’incorporation physique, de la cogitation mentale, du ressenti psychique et de l’élévation spirituelle. Il est vrai que sous cet angle plus ésotérique les vicissitudes plus matérialistes semblent de bien basses extractions et que, si tout ceci est un test d’aptitude, alors nous risquons tous de redoubler la classe pour y avoir mis le feu et peut-être de passer en conseil de discipline céleste, si j’ose dire…

Karmiquement, au départ nous sommes tous armés pour réussir dans cette existence, à savoir pour expérimenter des épreuves, les réussir ou pas, d’ailleurs cela n’a presque pas d’importance puisque ce sont avant tout des points initiatiques à expérimenter (sous l’angle strictement sociétal et terrestre) qui sont réellement importants et non le résultat en soi : c’est donc l’expérience réalisée qui valide et non sa réussite selon les concepts relatifs de "bon ou mauvais", du bien et du mal. Par contre, si nous détruisons notre terrain d’expérimentation alors nous réduisons d’autant nos chances de pouvoir passer toutes les épreuves imparties, ce qui comporte quelques retours de flamme karmique à la clef, sauf si… sauf si tout ceci faisait partie d’un plan beaucoup plus général, d’une sorte de passage de fin de cycle bien programmé à un niveau supérieur… Les initiés en haute magie savent de quoi il en retourne, la plupart des textes hermétiques apportent cette potentialité, il est vrai un peu dure et complexe à envisager à notre niveau de simples humains en vadrouille sur Terre, à comprendre que ce n’est pas un passage karmique personnel qui s’engage mais bien une épreuve commune à l’ensemble de l’humanité qui se présente, une sorte de validation karmique globale de "fin de cycle". Cette vision apocalyptique pourrait être une réponse à la posture de notre époque au bord du précipice, reste à savoir si nous avons une marge de manoeuvre pour "surprendre nos supérieurs" en démontrant notre unité face à cette adversité commune si elle s’avère bien être une ultime initiation.

Dans les deux cas, simple épreuve karmique personnelle ou bien plus globale au niveau de l’Humanité entière, nous devrons tous "réussir" déjà à notre niveau cette expérience en dépassant nos Égocentrismes qui sont autant de petits cailloux acérés dans nos chaussures pour accéder au chemin d’une sagesse complète, et ce ne sera évidemment pas facile pour ceux qui actuellement ont été en position dominante et qui devront abandonner toute leur propre superficialité matérialiste pour s’alléger du poids de leurs erreurs et de leurs accaparements illégitimes… D’ailleurs, certaines phrases bibliques assez mystérieuses éclaireront assez bien et pourront interpeler dans ce sens, ainsi n’oublions pas que : "les derniers seront les premiers", et vice versa. Comme nous le voyons, notre époque est compliquée à tous les niveaux, que l’on soit initié ou profane nous sommes "heureusement" condamnés à réussir ce parcours du combattant avec nos connaissances, nos croyances et nos espérances, ces dernières représentant essentiellement ce qui peut tous nous réunir afin de ne pas précipiter notre course à sa juste fin, de non-recevoir. Assurément l’outil le plus adapté à toutes ces crises actuelles et en devenir sera celui de la sérénité allié à celui de la sagesse, et non celui que l’on nous vend et qui s’apparente à la peur et à la répression, voire à une dictature d’ordre mondial qui n’a strictement rien de karmiquement positif puisque ce serait une involution, un blocage et une résignation mondialisée face aux épreuves que nous devons surmonter et non éluder sous une tutelle totalitaire.

"L’entreprise réelle", c’est déjà celle de soi et de sa propre conscience, ainsi chacun est libre de dire non si cela n’est pas en accord avec ses convictions profondes mais il faut aussi disposer de cette Connaissance qui transforme la conviction en action tant pour soi-même que pour autrui car nous sommes tous dans le même bateau, et ici nous pouvons sans aucune contradiction parler d’un Titanic en route vers un iceberg lointain mais déjà bien visible à l’œil nu. Faire machine arrière lorsque l’on voit le danger semble raisonnable et pour le moins indiqué, pourtant certains ont fait sécession en pensant pouvoir s’isoler du monde tout en haut d’une montagne pyramidale de biens accumulés au détriment des autres, ils sont assurément en erreur à la fois historique et karmique, et c’est à nous de leur démontrer avec la fermeté d’une sagesse sans faille qu’ils ont tord et qu’ils en font à toute l’humanité. En qualité de chaman en exercice je sais que la Connaissance ésotérique rejoint le noeud gordien de nos problématiques sociétales actuelles pour lesquelles nous devons trancher sans attendre au risque de voir les crises s’amplifier de jour en jour. Dans cette perspective j’aide ceux qui auraient un tant soit peu du mal à comprendre les réels enjeux auxquels ils sont confrontés personnellement dans ces épreuves quotidiennes, notamment au niveau de leur entreprise, de leur travail et des répercutions dites karmiques qui les concernent très directement même s’ils n’en ont pas vraiment encore pleinement conscience. Pour ce faire n’hésitez pas à me joindre directement au 06.09.11.94.56 (numéro direct et non surtaxé) ou bien à m’écrire depuis mon formulaire de contact qui s’ouvre en cliquant sur ma bannière de site ci-dessous. Je vous dis à très bientôt et sachez suivre vos convictions personnelles tout en accordant à autrui le droit de suivre les siennes pour une société plus unitaire afin de surmonter les obstacles qui nous attendent tous, sans exception.

Jean-Pascal BRUNO, Chaman professionnel

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #Envoutement, #pacte d'amour, #Chamanisme, #Rituels de magie, #magie noire, #Magie sexuelle, #karma

La "Magie Noire", déjà, rien que de l’évoquer certains préfèrent tourner la page et fuir plutôt que de comprendre de quoi l’on parle, et c’est en ce sens que la terminologie exacte s’est progressivement perdue et a été définitivement connotée de manière intégralement négative, ceci par un excès de fausse prudence aboutissant au fil des temps passés à la méconnaissance soupçonneuse puis à la totale ignorance pour en rejeter finalement tous les principes, même les plus essentiels et importants. L'ésotériste et occultiste Stanislas de Guaita, dans sa Clef, donne un parfait éclairage de la Magie Noire que la plupart des initiés ont de nos jours perdu, il la situe dans un double contexte où celui qui opère se servira de cette extraordinaire puissance selon sa propre aptitude et attitude à en tirer partie pour une cause juste ou pour une orientation négative, ainsi il dissocie la "Haute Magie" de la "Sorcellerie" de cette magie dite noire non pas qu’elle soit par convention sombre mais qu’elle se cache de la lumière visible au simple profane qui ne peut la percevoir sous ce voile, et toute la différence tient en ce que l’initié véritable soit plutôt un "Mage invoquant la Haute Magie" ou bien un "Sorcier exhortant la Sorcellerie". De facto, les termes illuminent alors Magie Noire sous deux de ses aspects bien différents mais dont la source provient d’une même zone effectivement dangereuse située dans ce qui est dénommé ésotériquement le "bas astral".

Dans notre monde contemporain où les mots les plus ordinaires peuvent voir leur sens glisser parfois à l’inverse que ce qu’ils signifiaient la veille, l’on ne s’étonnera pas de voir une même approche encore plus marquée pour des signifiants encore plus hermétiques et moins courants, de ce fait l’on a substitué génériquement le "mage" comme étant une "sorte de sorcier" puis finalement dans l’esprit collectif comme étant à part entière un "sorcier puissant" sans en définir plus en avant son orientation exacte, positive ou négative en entremêlant indistinctement cette caractéristique fondamentale. Mais pour compliquer encore plus, ces mêmes notions d’orientation ne sont pas toujours celles que l’on pourrait croire au premier abord et seule une vue contextuelle plus large et plus aiguisée dans le temps ne peut que commencer à conceptualiser cette dualité du bien et du mal dont certains pensent qu’elle est une stricte évidence, ici négative pour la Magie Noire, alors que sa finalité peut assurément fluctuer selon le but réel recherché et les chemins parcourus pour y arriver. Ce qu’il faut retenir de tout ceci, en écartant les nouvelles croyances (ou incultures) qui ne voient dans le Mage qu’un sorcier strictement positif n’usant que la Magie dite Blanche, c’est que justement le Mage est aussi un sorcier pouvant utiliser la Magie Noire avec cette distinction qu’il capte la puissance que pour une orientation finale positive, ce qui n’est pas du tout le cas du "Sorcier Noir" dont le but est inverse.

Cet avant-propos clarifiant les termes, le sorcier n’est pas toujours celui que l’on croit et la nécessité de lui attribuer une orientation principale bien définie demeure une priorité. En ce sens le Mage-Sorcier ou le Sorcier-Chaman auront aussi cette capacité à user de magie noire mais principalement pour des rituels à finalité positive (dans le but de "vaincre le mal par le mal"), alors que le Sorcier-Noir n’ira quand dans l’unique orientation qu’exerce la pure destruction à finalité essentiellement négative. Les mots ont leur importance, qu’ils soient écrits en toutes lettres par le "signe" ou bien déclamés à haute voix par le "verbe", les initiés et praticiens y prennent grand soin de ne jamais laisser s’insinuer une inexactitude ou une ambivalence, surtout si ces mot-écrits et mot-dits le sont dans le cadre de l’exercice d’un rituel précis où le sens assure bien évidemment l’orientation, sans faire de jeu de mot. Car il est dit aussi que la Magie Noire est un "Art suicide et meurtrier", autant ne pas jongler trop souvent avec des grenades dégoupillées, même si l’on sait parfaitement décompter les secondes avant détonation…

L’envoûtement est exactement de cette même nature, à double sens, et lorsque l’on parle "d’envoûtement d’amour" l’on pourrait à juste titre y voir une très évidente et criante antinomie dans la tournure utilisée, pourtant encore une fois les mots peuvent s’avérer trompeurs s’ils ne sont pas mieux définis dans leur objectif final. Ainsi, généralement l’envoûtement d’amour se situe plutôt dans une gamme intermédiaire basique que l’on a inscrite par convention sur la Magie dite Rouge (magie de l’amour, de la sexualité, libido, etc..), et l’on pourrait donc croire qu’elle n’a rien à voir avec la Magie Noire, le rouge passe effectivement mieux, la couleur du cœur pour l’amour semble même tellement explicite et "tomber sous le sens". Or, un envoûtement reste tout de même un rituel de "semi-volontaire contrainte" si j’ose dire, effectivement si l’on cherche à envoûter une personne c’est la plupart du temps contre sa volonté première mais à cette distinction tout de même que l’on peut contraindre une personne à ne pas se faire de mal… Vous voyez toute l’ambiguïté de l’envoûtement, si je vous dis par exemple qu’un praticien assermenté va mettre sous camisole de force une personne pour restreindre ses mouvements afin qu’elle ne se blesse pas, le but devient évident et a priori positif. Maintenant si je vous dis que la même camisole permet d’asservir la personne pour en abuser (clin d’œil au film "Millénium"), alors l’orientation est toute autre.

Dans le but d’éclaircir cette ambivalence critique, le "pacte" définit assurément le but recherché et le partage des responsabilités entre le praticien (Mage, Sorcier, Chaman, Druide, etc.) et le demandeur (personne qui généralement consulte pour le rituel). Le "pacte d’envoûtement d’amour" aura cette grande utilité, d’une part en définissant clairement de qu’elle orientation est le dit sorcier, si c’est un Mage-Sorcier, un Sorcier Chaman ou un Sorcier-Noir, avec parfois d’autres dénominations plus modernes qu’il faudra aussi expliciter (par exemple "énergéticien", oui mais avec quel type d’énergie finalement ? "Magnétiseur", oui mais de quel magnétisme parle-t-on ?), d’autre part le consultant affirmera sa volonté et donc sa responsabilité propre d’engager des travaux de magie "dans le sens" qu’il définira explicitement. Le pacte est donc le meilleur moyen de clarifier ce que l’un demande et ce que l’autre va effectuer, tous les deux doivent assurément aller dans le "même sens" pour arriver au but rechercher, sinon il n’y aura pas de succès à la clef mais beaucoup de problèmes et de contrecoup fâcheux, voire dangereux. Ce qui présuppose que si le pacte d’envoûtement d’amour dispose d’une finalité positive (toute relativité à bien cadrer) pour les deux intervenants, consultant et praticien, alors l’harmonie des travaux sera au rendez-vous. Notez bien aussi que dans le cas d’un cas d’envoûtement d’amour ayant un but d’asservissement négatif, "l’harmonie" peut aussi très paradoxalement être présente si le demandeur et le praticien sont sur la même longueur d’onde négative, comme quoi la relativité des termes, des contextes et des buts s’illustrent pleinement et que chaque perspective se doit d’être définie clairement…

Le chaman professionnel dispose parfaitement de cette Connaissance, de ces paradoxes et de cette relativité de contexte, il ne s’affranchit pas de sa propre nature dont il connait l’orientation et les perspectives qu’il peut entrevoir dans la pratique de son art, il ne peut d’ailleurs pas trahir son propre serment mais connait les profondeurs du chaos, dont ceux de la magie Noire, qu’il sait dompter pour la cause qu’il s’est engagé de suivre. Dans chaque individu, profane ou initié, se profilent des chemins karmiques à emprunter et ce sont ces itinéraires qui ont un "sens" et qu’il ne faut pas dénaturer en les déviant de leurs buts assujettis à la destinée de celui qui les porte. Le chaman est conscient de ces cartes maitresses qui dessinent ces itinéraires et il ne peut concevoir de s’en détourner, ainsi il est un garant de la bonne marche des rituels, notamment ceux d’envoûtement d’amour si la finalité est en accord avec les lois karmiques et qu’elle est remise dans son contexte véritable, lequel demeure toujours relatif et à bien resituer précisément en terme d’orientation. Le chaman est un voyageur de l’esprit, il sait s’aventurer aux sombres frontières de terres astrales dangereuses et en revenir indemne, il sait aussi atteindre les sommets plus lumineux des sentiers éthériques où se dessinent les itinéraires karmiques qu’il saura décrypter pour en trouver les passages les plus adaptés.

Je pense et j’espère avoir quelque peu répondu à certaines questions laissées en suspend et dont l’approche, certes encore complexe, devait ici être approfondie du moins dans la terminologie qui impose aussi une lecture plus proche d’une vérité que les mots ont quelquefois perdu si l’on ne les explicite pas dans leur sens premier ou véritable. Je reste à votre disposition si néanmoins je n’avais pas été aujourd’hui d’une clarté limpide sur le sujet évoqué, donc n’hésitez pas à me joindre au 06.09.11.94.56 (numéro direct et non surtaxé) dans le cadre de mon activité professionnelle pour me poser des questions ou pour m’expliquer votre problématique afin que je puisse vous aider par des travaux adaptés à votre demande. Vous pouvez bien entendu aussi m’écrire de manière plus posée et précise en passant par mon formulaire de contact qui s’ouvre en cliquant sur ma bannière ci-dessous. Je vous dis à très bientôt, et en ce mois estival "compliqué" mais essentiel pour une perspective dynamique je vous transmets toute l’énergie positive dont nous aurons tous besoin pour un avenir en commun sous de meilleurs auspices de Libertés !

Jean-Pascal BRUNO, chaman professionnel

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #Amour, #Envoutement, #couple, #karma, #retour affectif, #Rituels de magie

Et si nous parlions d’amour, de rituel, de couple et de karma, et des liens subtils qu’ils entretiennent secrètement ?! Comme pour tout domaine complexe l’esprit humain préfère généralement rechercher la simplicité au risque de contredire la finesse de sa propre raison afin de s’assurer une certaine basse sérénité et d’écarter le trouble de la complexité qui l’habite. Cette attitude apparemment paradoxale est néanmoins parfaitement compréhensible, d’une part pour des raisons purement psychologiques liées à la peur et au tourment d’aborder de front les problèmes avec cette potentialité de ne pas pouvoir les surmonter, d’autre part, et cela est moins évoqué, tout simplement la grande consommation d’énergie vitale nécessaire à cet exercice d’introspection, de cogitation et de confrontation avec le réel, l’humain préférant se raconter des histoires, certes fausses, mais personnelles et moins énergivores plutôt que d’affronter l’immensité labyrinthique de la réalité qui le touche et dont il ne peut entrevoir que rarement une sortie acceptable avec comme perspective sa propre finitude ou celle de son infime action sur le monde, une trop difficile confrontation intérieure le vidant à terme de toute sa substance et de son énergie. Pourtant de grands penseurs, philosophes, métaphysiciens, spiritualistes ou religieux ont été confrontés aux tourments de l’existence et nous ont offert des réponses intéressantes en y laissant parfois leur vie en échange à force d’un travail de recherche acharné et surtout à cause du déni de leurs contemporains à regarder certaines vérités complexes en face.

Dans cette perspective la relation à autrui, et plus précisément la relation amoureuse, permet d’approcher une vérité que l’on ne peut ni nier, ni réfuter ou refuser au risque d’abandonner tout challenge existentiel et "de facto" toute évolution personnelle puisque nous nous construisons d’abord grâce aux multiples miroirs du regard des autres, avec eux et réciproquement dans ce mouvement perpétuel qui nous pousse tantôt en position d’attraction et d’acceptation, tantôt en position inverse de répulsion et de contradiction avec ce que nous sommes ou voulons devenir. C’est dans ce choix délibéré et responsable, d’aller vers autrui ou bien de rejeter sa présence, que s’élabore l’humanité qui nous caractérise et qui nous éloigne de l’animalité, laquelle n’a pas pleinement conscience des choix complexes à intégrer mais reste principalement poussée par son instinct primaire. Pour autant, et nous le savons tous, l’humain n’est pas dénué d’affects qui en font aussi un animal, il peut en effet lui-même se contraindre de suivre ses propres instincts primaires ou basiques dans des conditions quotidiennes normales, par exemple durant l’acte sexuel, ou bien moins ordinaires lors d’événements extrêmes tels des guerres où la cruauté et la barbarie peuvent soudain resurgir d’un cerveau reptilien à l’affût d’un stimulus adéquat de défense ou d’attaque. J’ajouterais hélas, et on le voit aussi de plus en plus actuellement, que la "mise en veille" de l’esprit critique par le lavage de cerveau récurrent que la population subit n’apporte que son lot de simplifications radicales des idées et de comportements pouvant alors lentement glisser vers une vision également instinctive et animale qu’il est alors facile de dompter par quelques subterfuges politiques de bas étage… La manipulation des esprits par une pseudo élite est aussi une composante de l’existence, mais ceci est un autre sujet que j’ai déjà abordé.

Le "retour affectif" porte en lui les germes d’une complexe contradiction que je viens d’évoquer, celle que "l’on veut ce que l’on ne contrôle finalement pas consciemment" puisque nous serions comme ces marionnettes dont les ficelles sont principalement et initialement manipulées par nos instincts, esclaves de nos désirs et à la merci de nos pulsions primaires… C’est d’ailleurs majoritairement pour cette raison que beaucoup de gens se mettent dans des situations invraisemblables sans savoir comment ils en sont arrivés là, par exemple comment ils ont pu dépenser autant d’argent en choses inutiles et se retrouver endettés jusqu’au cou pour des années (par avidité primaire), ou bien comment il ont pu signer une assurance hors de prix pour se protéger de risques totalement improbables (par peur induite), ou bien encore comment ils ont pu se marier avec telle ou telle personne qui ne leur convient pas du tout (par pur et unique instinct sexuel), l’on pourrait d’ailleurs assurément faire le tour des vices existants pour s’apercevoir qu’ils sont tous issus de pulsions primaires non contrôlées.

Alors l’amour est-il aussi une pulsion? Bien heureusement non, la complexité d’une relation amoureuse complète et durable met en œuvre nos affects supérieurs tout en laissant néanmoins une marge de manœuvre raisonnable à nos instincts primaires dont on relâche la bride aux moments opportuns, c’est le cas de la plupart des gens même si certains comme je l’ai dit précédemment peuvent se laisser piéger. Les initiés savent aussi que "l’envoûtement amoureux" s’élabore de manière multiple et assurément complexe, que l’on soit dans une situation normale où les personnes "tombent amoureuses" ou bien dans une configuration plus construite où une des deux personnes s’affaire pour que l’envoûtement se concrétise et soit ensuite partagé, dans ce dernier cas la réciprocité est induite par un processus de contrôle, qu’on l’appelle séduction naturelle ou rituel de magie c’est exactement la même chose au final avec cette différence fondamentale que d’un côté elle est désirée par un charme d’attraction spontané, de l’autre par un rituel d’attraction effectué (en magie rouge). Et même pour aller encore plus loin, les praticiens expérimentés diront que le charme dit naturel et spontané ne l’est pas tant qu’il n’y parait mais qu’il est lui aussi instrumentalisé et induit par un autre phénomène invisible, complexe et subtil : le karma… Car comme le disait si bien Paul Eluard, grand initié, poète de l’amour et surréaliste: "il n’y a pas de hasard il n’y a que des rendez-vous", et donc des rencontres qui ne tiennent pas du hasard mais des unions prévues à l’avance et préparées sur des chemins d’existences qui se croisent à un carrefour élaboré tout spécialement: impossible de se manquer.

La réalité karmique est très certainement l’aspect le plus marquant et le plus complexe qui soit pour le profane qui n’y voit qu’une vue de l’esprit (forcément dérangé), à la fois difficile d’accès en terme de compréhension si l’on ne dispose pas pour ce faire du bagage intellectuel et ésotérique, mais aussi de cette conviction intime et formelle qui passe par une puissante expérience ésotérique de terrain ou par l’acquisition d’un don d’en percevoir la réalité objective dans un schéma global d’évolution bien orchestré. La grande question sera alors la suivante: mais qui donc organise tout ceci et gère cette réalité karmique supérieure? La réponse est elle-même dans la question: une autorité supérieure en guidance de nos actes mais en total accord avec le parcours existentiel à maintenir, ceci avec les bonnes personnes, au bon moment et au bon carrefour de la vie. Bien souvent le terme de synchronicités revient dans ces hasards qui n’en sont pas mais qui doivent être perçus comme des croisements karmiques détectables et assurément primordiaux, comme des points de repère à suivre, car chacun a pu expérimenter un jour ce moment surprenant et presque surnaturel où l’on sent qu’il va se passer quelque chose d’important et que cela arrive. La rencontre amoureuse fait partie de ces évènements karmiques préparés, de ces synchronicités qui se dévoilent et se concrétisent. Le rêve prémonitoire peut être assimilé à une sorte de vision karmique si l’on arrive néanmoins à s’en souvenir assez précisément pour en percevoir la profondeur et s’en saisir afin de guetter sa réalisation, c’est sur cette technique que les chamans opèrent leurs propres pratiques au sein de rituels de magie à la fois complexes et stricts durant lesquels la destinée d’autrui peut se dessiner et être (ou pas) révélée.

L’amour, le rituel, le couple et le karma : l’inséparable quatuor qui en dit toujours long lors de mes séances en qualité de chaman professionnel afin d’exposer à ceux qui en ont le besoin la réalité karmique qui se détache de synchronicités visibles très utiles pour trouver l’amour ou retrouver l’être aimé. Je vous propose de continuer ce court exposé si vous le voulez en prenant contact avec moi par téléphone au 06.09.11.94.56 (numéro direct et non surtaxé) ou bien par écrit depuis mon formulaire de contact (cliquez sur la bannière ci-dessous pour ouvrir ma page), de même pour ceux qui désirent une étude plus approfondie via des rituels dédiés que j’effectue selon le contexte en présence. Je vous dis à très bientôt et soyez à l’affût de vos rêves, ils sont peut-être et même certainement le reflet karmique d’une réalité à venir…

Jean-Pascal BRUNO

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #Esoterisme, #Rituels de magie, #protection, #chamanisme et bouddhisme, #désenvoûtement, #entités, #karma, #Akasha

Il n’y a jamais de hasard ! Si un "problème" existe c’est qu’il a une cause mais aussi une vraie raison d’être qui doit sa résolution à notre façon de le comprendre puis de l’aborder avec une volonté d’en extraire une leçon significative afin d’évoluer. Ainsi, si nous refusons de comprendre une situation, si nous refusons d’aborder une problématique, si nous refusons d’en insuffler la volonté nécessaire et suffisante à son étude alors nous sommes coupables "en nous-mêmes" de ne pas avoir cherché à évoluer avec comme conséquences une inertie invalidante, un cercle vicieux interminable ou bien une involution en spirale (notez bien la géométrie de ces trois cas). Pourquoi une telle entrée en matière? Dans nos sociétés nous avons faussement réponse à tout, notamment lorsqu’un problème se présente nous devons toujours chercher une "solution", mais la plupart du temps la résolution réside dans le contournement ou dans la résistance afin de contrer ledit problème sans véritablement savoir le pourquoi exact de celui-ci, sa réelle source ni sa "motivation"; de même l’acte de résolution ne devient presque jamais une prise de conscience mais au contraire le plus souvent un acte délibéré de déviation, un éloignement volontaire afin qu’il ne touche plus au contexte immédiat de notre réalité subjective.

En ce sens, "se protéger" des problèmes devient en soi aussi une problématique, celle de l’évitement, du détournement et de la non-acceptation de ce qui devait arriver, c’est une sorte de renoncement déguisé avec de potentielles multiples conséquences à bien analyser ou à sérieusement envisager avant de prendre une décision finale. D’un autre côté, accepter d’emblée et sans y prêter plus d’attention qu’il y a un problème sous-jacent ou à venir est aussi un renoncement, c’est choisir délibérément d’en subir pleinement toutes les conséquences sans autrement réfléchir plus loin, c’est une forme d’asservissement volontaire dans la perte d’un libre arbitre actif, ce qui n’est pas évidemment non plus la bonne solution en soi, alors comment réagir et qu’en penser vraiment pour avancer ? Marcher pour avancer. Toute notre vie peut d’ailleurs être résumée à une petite histoire: nous marchons sur des chemins plus ou moins escarpés et à un moment une épine s’enfonce dans l’un de nos pieds, soit nous continuons à avancer, avec plus de mal et beaucoup plus lentement en souffrant, soit nous nous arrêtons de marcher pour tenter d’enlever l’épine, ce qui ne signifiera pas que ce soit forcément possible non plus de le faire en une seule fois ou très facilement… Dans ce sens nos parcours existentiels sont jonchés de buissons épineux, de chemins difficiles à parcourir et donc d’épreuves à subir avant d’atteindre le but que nous avons fixé.

Qu’il soit bien entendu aussi, et cela est facilement vérifiable, que dans nos sociétés la majorité de la population n’a plus aucun véritable "but existentiel" que celui de vivre confortablement en s’entourant d’un grand nombre d’objets matériels censés apporter la paix de l’âme et le plus grand bien en évitant les souffrances d’une vie moins opulente... C’est ici déplacer fondamentalement la problématique existentielle en utilisant le mental pour glisser vers la matérialité au détriment d’une évolution plus spirituelle, laquelle demeure pourtant la véritable boussole de notre évolution pour nous guider. Cette surprotection, par l’accumulation matérialiste, n’est que le point d’entrée dans ce cercle vicieux qui fait tourner en rond ceux qui se sont fait happer par un consumérisme effréné qui n’a aucun sens pour les véritables initiés, sauf peut-être celui de prouver que ce dérivatif abaisse le niveau de conscience et n’apporte aucun progrès spirituel, bien au contraire il retarde ou annule la majorité des évènements susceptibles d’une avancée propre à exercer un gain karmique en surmontant la venue d’une épreuve existentielle probante apportant une réelle problématique à résoudre. Par conséquent, même si nous ne pouvons pas vivre comme des reclus ou des ermites, le monde dit moderne apporte un confort qui s’apparente à une toile d’araignée, véritable "piège protecteur" qui détourne de la route et englue celui qui s’y complait trop.

D’ailleurs pour en revenir à notre épine dans le pied, celui qui s’arrête de marcher n’aura jamais l’occasion de tomber sur ce problème et par conséquent ne saura jamais ce qu’est une épine ni son effet sur le pied. Tout ceci pour dire qu’en voulant "se protéger de tout" finalement l’Homme moderne en oublie de vivre les expériences qu’il devrait subir pour en tirer des leçons spirituelles à but karmique. De la même façon que prendre un livre pour le lire est une dépense d’énergie et parfois une souffrance pour les yeux, voire pour le cerveau pour certains, alors il ne faudrait plus ouvrir un seul livre pour ne plus souffrir… Nous retrouvons aussi d’ailleurs ce même dilemme sociétal dans la gestion du Covid avec les restrictions sans fin qui permettent de "protéger" tout en empêchant de vivre normalement… Alors bien entendu il y a un juste milieu, c’est aussi ce qu’enseigne le Tao, avec la voie du bon sens, et surtout ce qu’enseigne le bouddhisme de Siddhartha Gautama avec la voie du milieu qui permet à la fois l’éveil spirituel et la libération de la souffrance en passant néanmoins par un "noble sentier octuple" (un chemin à huit voies que je vous laisse découvrir…). En ce sens la meilleure des protections reste la sagesse face à l’adversité, encore faut-il en avoir Connaissance, en avoir Volonté et Oser s’en servir avec discernement sans ostentation, c’est-à-dire sans en faire état. L’on retrouve ici l’adage ésotérique SAVOIR VOULOIR OSER et SE TAIRE, les quatre fondements de la magie, les quatre piliers du Temple de Salomon, je vous laisse aussi sur cette piste éclairée pour trouver par vous-même l’initiation propre que ces termes contiennent.

Dans ma pratique, en qualité de Sorcier Chaman professionnel, je reçois depuis plusieurs décennies des demandes associées à des problématiques très diverses et parfois extrêmement complexes à traiter. Il faut bien savoir alors dévoiler la véritable source intrinsèque du problème et ne pas y déceler uniquement un simple "mal", lequel pourtant paraît au premier abord comme une évidence au profane qui souffre et ne perçoit pas la chance qu’il a d’avoir cette opportunité personnelle de devoir surmonter cet écueil existentiel qui lui apportera la volonté de chercher et de trouver une solution (cette solution qui sera à jamais gravée dans le fil conducteur de son Akasha, permettant d’évoluer selon les lois karmiques). Il faut donc voir dans toute épreuve le "script caché" qui a été écrit pour chacun d’entre nous en fonction de notre niveau d’évolution, ce qui formera notre histoire présente dans cette existence et en construira d’ailleurs l’essentiel de ce qui devra en être retenu (nous sommes tous principalement en souvenance dans nos vies de ce qui a réellement compté et qui passe par une volonté d’agir et de surmonter une difficulté particulière qui nous a marqués, qui est donc fortement marquée dans notre mémoire, et dans notre Akasha). C’est dans ce sens que l’analyse d’une problématique soumise qui s’accompagne d’une demande de protection se doit d’être ajustée selon l’aulne de la sagesse qui impose un regard plus subtil et éclairé sur la cause et la fonction du problème qui se présente, parfois la solution est effectivement de contrer un mal agissant, tantôt il est bon de laisser agir ce mal agissant afin d’en percevoir la leçon existentielle, ce qui n’est effectivement pas toujours du goût ni du potentiel de compréhension directe du profane, ce qui nécessite une explication de la part de l’initié, une sorte d’apprentissage du problème, ce que l’on nomme aussi l’initiation.

D’autres maux que ceux du commun existent et sont néanmoins d’une nature plus dangereuse à ne pas laisser en suspens et demandent de facto que l’on s’y occupe par le biais d’une puissante "protection magique". L’on peut concevoir aisément que le danger de se voir pousser par autrui sur la voie de l’inertie (le point fixe), du cercle vicieux ou de la spirale involutive, demande de contrer rapidement cette volonté de nuire à l’évolution naturelle d’une personne selon la logique initiale de son karma. Les maux dont je parle sont principalement ceux issus d’entités malfaisantes profitant d’une faiblesse physique ou énergétique pour s’insinuer dans l’existence d’un individu par possession complète ou en partie de sa volonté souveraine, il faut alors restituer l’intégrité de cette volonté en effectuant les rituels appropriés avec les protections adéquates. De même, d’autres méfaits peuvent provenir de magie noire ou de sortilèges d’envoûtement et se doivent eux aussi d’être contrés par des contre-sorts et des travaux pour rétablir l’ordre naturel des choses, c’est-à-dire de l’existence selon le cours karmique normale.

Comme nous le voyons, un problème n’en est pas toujours un s’il s’accompagne de la solution ou à défaut de la prise de conscience qui permet de surmonter l’épreuve qui se transmute alors en "expérience spirituelle", laquelle devient un atout karmique pour évoluer et passer son chemin sur une autre voie pour avancer. Il est souvent compliqué au profane de décrypter ces problématiques et d’en extraire l’essentiel, aussi je propose mon aide et mon savoir-faire pour "éclairer" quand cela est un besoin et "protéger" quand cela est une nécessité. Pour ce faire vous pouvez me joindre pour en discuter par téléphone au  06.09.11.94.56 (numéro direct et non surtaxé) ou bien par écrit en passant via mon formulaire de contact qui s’ouvre en cliquant ma bannière web ci-dessous. Je vous dis à très bientôt et sachez dorénavant que tout ce qui vous arrive a été programmé par vous-même pour votre propre évolution, donc voyez-y d’abord des opportunités et non forcément des problèmes!

Jean-Pascal BRUNO

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #Amour, #couple, #karma, #magie rouge, #sauver son couple, #rupture amoureuse

Comme toujours, "les choses de l’amour" ne sont ni simples à exprimer, ni faciles à expliquer ou à résoudre, mais est-ce là la véritable raison de l’amour que d’être exprimée ou expliquée, doit-on même y chercher une quelconque ultime solution si le problème en soi est finalement insoluble, indiscernable ou absolu dans son intrinsèque essence? Et ce n’est pas Anatole France qui nous éclairera davantage dans son poème puisque : "Les choses de l'amour ont de profonds secrets. L'instinct primordial de l'antique Nature", même s’il dévoile certainement d’insondables vérités cachées sous ses quelques versets célèbres, lesquels resteront encore longtemps à décrypter entièrement pour ceux qui se posent inlassablement LA question. Mais le vrai profane de l’amour, celui qui le vit sans se poser de question, demeure libre avec un esprit non terni par d’absurdes incertitudes quant à la valeur de ses sentiments, de même il ne doutera pas de celle ou de celui qui partage en retour cet attachement profond n’y voyant que le reflet du sien (une "réflexion" a minima). Ce n’est qu’au moment où cette foi en l’autre, cet amour inconsidéré, commence à faiblir ou à vaciller que le doute peut s’installer et ternir la douce quiétude en instillant ses questionnements et ses potentiels problèmes à venir, tout comme le ver dans le fruit. Pour autant, certains ne douteront jamais et seront ainsi liés jusqu’à la fin de leur vie avec cette certitude d’avoir accompli une mission existentielle capitale, c’est justement ce que les initiés reconnaissent indéniablement dans l’épreuve de l’amour: une opportunité karmique à saisir, quelle qu’en soit la finalité, bonne ou moins bonne, même de la rupture avec ses interrogations, ses afflictions et ses leçons apporte "quelque chose". C’est ce "quelque chose" qui ne dit pas son nom que nous allons si possible tenter d’éclaircir…

Mais avant tout mettons nous dans la peau d’un joueur d’Échecs, celui-ci doit jouer ses parties contre différents adversaires afin de gagner un tournoi, il affronte successivement d’autres joueurs plus ou moins forts, il gagne certaines parties, il en perd d’autres, il lui arrive même de faire des matchs nuls. L’ensemble des autres adversaires sont exactement dans les mêmes conditions, seuls leurs expériences personnelles, leur qualité de jeu, leur forme physique et mentale respective et le contexte des parties jouées permettent de les confronter à des situations différentes: tantôt gagnantes, tantôt perdantes et parfois à des égalités aboutissant à des matchs nuls. Ces derniers matchs durant lesquels personne n’arrive à prendre le dessus sont finalement en général des parties assimilées à des blocages, aucun des adversaires ne conçoit d’approches gagnantes car celles-ci sont toutes systématiquement contrées et réciproquement, ce qui aboutit à une partie dite nulle. Attention de ne pas nous tromper sur les mots, la "nullité" évoquée n’a rien à voir avec une quelconque signification qualitative (mauvaise) mais quantitative puisque chacun des adversaires ne marquera qu’un demi-point (0,5 au lieu de 0 pour la perte de la partie et 1 en cas de victoire). Dans cette petite histoire, les joueurs d’Échecs professionnels, ces initiés en quelque sorte, savent tous tirer grandement profit à la fois des parties perdues, car celles-ci leur montrent leurs erreurs, mais aussi de leurs parties nulles, car elles permettent d’apprendre, d’anticiper ultérieurement les blocages et d’envisager finement à "forcer le gain" dans les futures parties, à trouver le "bon déclic" sur chaque l’adversaire. Paradoxalement, les parties gagnées ne leur apportent aucune expérience supplémentaire, juste une gloire très éphémère basée sur l’expérience déjà acquise précédemment.

Dans le domaine de l’amour, le jeu ne se déroule bien entendu pas sur un échiquier, celui-ci est beaucoup plus vaste, l’on pourrait aussi à tord penser qu’il ne s’agit pas d’un combat, pourtant les liens amoureux sont autant d’entraves afin de garder près de soi l’être aimé, autant de cases sous contrôle sur l’échiquier du cœur où chacun tient l’autre avec ses sentiments, ses forces et ses faiblesses, ses pièces majeures et ses petits pions. Tout ceci serait trop simpliste sans compter que d’autres joueurs peuvent interférer à tout moment dans la partie et ainsi bouleverser les plans de chacun, prendre la Dame et mettre en échec le Roi, réaliser un Gambit pour un avantage, "mater" l’un ou l’autre pour commencer une autre partie ou bien en finir une fois pour toutes. Dans ce jeu de l’amour, à chacun son point de vue, ses stratégies et ses tactiques, à chacun aussi sa psychologie et son expérience personnelle en la matière, nous sommes absolument tous différents en terme d’histoire personnelle, de contexte, d’interactions et d’une certaine façon d’incarnation du personnage que nous jouons vis-à-vis de nous-mêmes et d’autrui.  Il devient alors effectivement complexe de s’y retrouver, de tenter de maîtriser toutes les cases, de percevoir tous les coups à l’avance ou de développer une stratégie dans une telle partie en mouvement constant. D’ailleurs les profanes n’y pensent même pas, pour eux seule une ligne droite se profile sur le chemin qu’ils empruntent sans trop conscientiser toutes les autres approches des chemins connexes, des impasses à venir ou des précipices au détour d’un virage u peu trop serré.

Que le lecteur s’amuse de savoir que les initiés sont presque tous dans la même posture que les simples profanes, ils n’ont de vue plus perçante ou plus large qu’en regardant les autres, car pour eux-mêmes il est souvent difficile, voire impossible, de s’auto-analyser dans une réflexion sans fin dans un miroir qui projette son propre reflet… L’on peut dire qu’il est préférable qu’il en soit ainsi, de plus les initiés sont tout autant soumis aux Lois de notre monde que le simple quidam, ce qui de facto apporte une certaine humilité à ceux dont la Connaissance est plus approfondie en terme de relations humaines et d’expérimentations plus ésotériques de l’existence. Sur ce point nous sommes tous, sans exception, sous contrainte de notre Karma, à la fois "expérienceur" de notre vie et de sa finitude, à la fois responsable de nos actes et de nos pensées tout en étant dirigés sur des voies prédéfinies. En ce sens aussi et sans concession notre Libre Arbitre personnel existe mais reste limité à nos "habitus" et à ceux d’autrui qui se présentent à nous, avec parfois des liens plus ou moins proches à prendre en compte, plus ou moins visibles ou plus généralement totalement imperceptibles. Sur ce dernier aspect les initiés disposent indubitablement d’une visibilité accrues, tout comme notre joueur d’Échecs professionnel ils savent anticiper, analyser et conceptualiser des stratégies et des tactiques existentielles pour autrui, ce que l’on appelle une mise en place de travaux à base de rituels, de modes de pensée et d’exercices à mettre en œuvre. En ce qui concerne le domaine de l’amour l’on parle plus précisément de travaux de "Magie Rouge".

L’aspect karmique de l’amour n’est pas à mettre de côté, il en est même la base principale du concept d’interaction et d’évolution, il apporte ce lien indéfectible qui déclenche face à autrui l’idéation que nous sommes nous-mêmes des humains par le biais de ce transfert qui développe cette "réflexion" de notre condition. Il génère la pensée de l’altérité avec les notions de différence, d’appartenance et de partage, il implique des choix dans ce partage et fixe des limites à celui-ci afin de créer l’autre notion fondamentale d’intégrité de la personne, c’est-à-dire d’individualité au sens noble du terme (a contrario de l’Ego qui demeure très réducteur). La rupture amoureuse devient alors une "opportunité karmique" au même titre que celui du rapprochement amoureux, elle fait d’ailleurs partie des deux facettes de la Loi d’Attraction (propre à l’amour) qui comporte aussi en elle une Loi inverse de Répulsion: d’un côté face l’ajout de liens qui rapprochent, de l’autre côté pile le délitement de ces liens, la rupture nécessaire à une certaine nouvelle libération. Il faut y voir ici un cycle vertueux et non une défaite, à chaque retour de liberté et d’isolation de l’individu après une rupture amoureuse apparaît un horizon dégagé pour recréer de nouveaux liens et ainsi évoluer, c’est un cycle, une révolution sur soi, en soi et avec les autres.

Il sera évident que le point de vue de l’initié, a fortiori celui d’un sorcier chaman comme ma pratique l’exprime, n’effacera pas la souffrance ou la douleur d’une rupture amoureuse, par contre cette connaissance de l’humain au sein de ses cycles évolutifs me permet d’ouvrir ces horizons nouveaux et de relancer le processus d’attraction en toute conscience pour que les personnes qui me contactent puissent passer le cap difficile de l’inertie de cet entre-deux douloureux, ce point sans attache et sans perspectives qui assombrit l’esprit et l’âme pour un temps. Le sujet étant éminemment complexe et surtout spécifique à chaque personnalité dans un contexte qui s’est tout autant, je vous convie à me joindre si vous avez des questions ou bien besoin d’aide pour sortir de l’ornière d’une rupture amoureuse et ainsi tourner la page avec la compréhension de la sagesse karmique que j’ai évoquée à mi-mot. Je vous dis à très bientôt, vous pouvez me téléphoner au 06.09.11.94.56 (numéro direct et non surtaxé) ou bien m’écrire en cliquant sur ma bannière ci-dessous pour ouvrir mon formulaire de contact sur mon site.

Jean-Pascal BRUNO

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #Amour, #Lune Noire, #karma, #Rituels de magie, #astrologie karmique, #Magie sexuelle, #couple

Concept très flou et ayant potentiellement de multiples références et significations, la Lune Noire, appelée parfois Lilith par certains initiés et praticiens, peut donc à la fois renseigner, mais aussi perdre le chercheur de vérité sur des sentiers qui ne sont pas forcément les bons, et c’est le but de cet article que d’éclaircir "juste ce qu’il faut" cette Lune Noire pour en apprécier toute sa subtilité, notamment dans le domaine de l’amour où elle s’exprime le plus significativement en terme d’interaction relationnelle. Tout d’abord, il est bon de savoir de manière générique à quoi nous avons affaire avant d’entrer dans des détails plus précis, car il est aussi bon d’expliquer d’emblée que la Lune Noire n’existe pas en qualité d’astre physique, mais n’a d’intérêt en soi que la seule référence symbolique qu’elle représente, en d’autres mots elle est à l’opposé d’un parcours astrologique simulé de celui de la véritable Lune, c’est donc une Lune non visible, une Lune qui se place dans une obscurité symbolique générée dans une partie du ciel astrologique à l’opposé géométrique de la Lune physique. Cette première approche nous fait donc entrevoir une "entité astrologique" matériellement fictive, mais intellectuellement chargée d’une très grande puissance symbolique, puisque de caractère caché, dissimulé aux yeux, mais révélé à l’esprit qui en conçoit l’existence dans le domaine des idées, des symboles et des concepts complexes interreliés.

Je ne reviendrais pas sur l’historique de la Lune Noire, de ce qu’elle a pu inspirer au sein d’un ésotérisme plus ancien et archaïque comme peur ou comme personnalisation en une entité démoniaque à l’image de Lilith, cette interprétation peut trouver sa justification dans la littérature surréaliste ou typiquement dans des ouvrages en démonologie, mais non au sein d’une interprétation plus moderne et symbolique qui s’impose en "astrologie karmique". C’est en effet sur cette voie que la Lune Noire prend tout son véritable intérêt à être étudiée pour les réponses qu’elle apporte à celui qui cherche en lui des réponses cachées de l’ordre de l’inconscient, ou bien à celui qui doit interpréter le contexte d’une problématique soumise par une personne qui consulte lors de travaux de magie opérative. Ainsi, le concept de Lune Noire devient un outil avec des références qui soutiennent la part d’ombre de chaque individu, la partie immergée du psychisme, ses instincts violents ou contradictoires en regard d’une personnalité qui ne soupçonne même pas les puissantes énergies qui agissent au plus profond de son être, au regard aussi d’une vision plus large et lointaine qui englobe des existences passées avec comme principe directeur le Karma, c’est-à-dire un rapport intime entre cette vie et celles qui se sont déroulées, avec parfois un lourd passif qui pèse dans la balance et peut donc jouer un rôle sous-jacent, mais décisif dans certaines situations au présent.

Pour simplifier, je dirais que la Lune Noire agit comme "l’oeuvre au noir", comme un processus actif de métamorphoses intérieures qui restent invisibles et sous le couvert d’un inconscient à la fois rebelle et avide de ce qu’il n’a pas, il représente ainsi cette part de manque et de refoulement, de fantasme et de volonté en devenir, avec parfois cette volonté ambivalente et paradoxale de chercher à devenir ce qui n’est pas souhaitable ou qui peut être détestable, voire dangereux. Certains psychanalystes jungiens y voient notre "tentation narcissique" avec les risques d’en voir aboutir les pires instincts, a contrario de notre volonté consciente, plus réfléchie et plus policée. C’est dans l’expression souterraine de cette Lune Noire incorporée à notre psyché que nos agissements quotidiens seront soumis à des contractions dignes des tremblements d’âme à l’image du tellurisme terrestre avec ses catastrophes soudaines et ses périodes d’accalmies imprévisibles. L’on conçoit alors tout l’intérêt de mieux étudier cette Lune Noire, d’une part pour en éviter les excès imprévisibles, mais surtout d’autre part pour réaliser une sorte de transmutation personnelle quant à la "prise de conscience" des forces cachées pour en utiliser les ressources et les énergies, pour en maîtriser le pouvoir par ce processus de sublimation conscientisée.

Bien évidemment nous ne sommes pas tous égaux face au défi d’une telle prouesse, de celle de révéler sans incident majeur la puissance d’une Lune Noire qui se cache au tréfonds de notre être, il est même recommandé aux âmes sensibles (ou non initiées) de ne pas trop gratter sous la surface au risque de déclencher un cataclysme irréversible, car certains ont osé s’aventurer seuls dans ces terres inconnues et n’en sont jamais revenus. Ce sont souvent durant des tentatives de rituels ésotériques peu maîtrisés que les égarés se sont retrouvés face à leurs démons intérieurs et se sont fait dévorer de l’intérieur en perdant irrémédiablement leur esprit, les hôpitaux psychiatriques en sont remplis… De la même manière, il faut agir avec une grande prudence lorsque vous demandez à un praticien d’approfondir cette part de Lune Noire qui est en vous, surtout si, sans le savoir, vous vous adressez à un novice ou à un charlatan qui ouvrira la brèche sans crier gare et vous laissera gérer un parfait conflit intérieur destructeur, ou plutôt vous mettra en position de guerre totale avec vous-même. En ce qui concerne ma propre pratique professionnelle, je ne propose que rarement l’ouverture de ce gouffre à ceux qui ne peuvent en supporter les conséquences basiques ou tout simplement le déferlement de puissance. Notons au passage que l’on ne peut jamais savoir à l’avance ce que l’on va découvrir sous l’épaisse brume de la conscience d’une personne qui consulte et qui demande un "éclairage spirituel" dans ce sens, de même que l’on ne capte la part karmique visible de cette personne qu’avec l’accord des entités gardiennes qui s’y réfèrent, bien heureusement…

Mais vous me direz, à quoi bon alors chercher cette satanée Lune Noire et de potentiels déboires ou incidents en allant frapper à sa porte? C’est encore une fois la faute à l’Amour ou plutôt à l’attraction karmique qu’entraîne un tel astre sombre dans presque toutes nos décisions dans le domaine relationnel et donc dans celui qui règne sur nos désirs, nos pulsions et nos envies. L’Amour est ainsi fait qu’il ne prévient pas, qu’il surgit de l’ombre projetée par notre propre éclat, qu’il attire à la fois par sa lumière vive et par son mystère enténébré. Les vrais initiés savent que l’attraction amoureuse est régie par ces Lois, que la part d’ombre de deux personnes en relation joue autant que la partie visible et désirable, que c’est souvent "parce que l’on ne sait pas" que l’on cherche à en savoir plus encore sur la personne pour laquelle l’on a une attirance particulière, sans pour autant en expliquer le processus de manière consciente. L’initié, lui, sait, il peut apporter sa Connaissance ésotérique à l’élaboration d’une approche à des fins de recherche amoureuse (pour les célibataires) ou à des fins de meilleures compréhensions de la relation pour trouver des solutions en cas de problèmes, notamment chez les couples en crise.

Comme nous le voyons, la part d’ombre insufflée par la Lune Noire représente une vaste étendue inexplorée par la conscience, elle reste tout de même une contrée inhospitalière et sauvage où les instincts primaires et les désirs violents peuvent surgir à tout instant, issus pour la plupart de résidus de mémoire de vies antérieures avec cette charge karmique qu’il n’est pas toujours bon de connaître. C’est au praticien expérimenté de juger de la pertinence d’ouvrir cette boite de Pandore sans en laisser échapper d’éléments incontrôlables, il perçoit avec la justesse qui doit être la sienne s’il en a déjà le droit pour en référer au principal intéressé si cela apporte à ce dernier des réponses satisfaisantes à sa problématique, laquelle est très souvent d’ordre relationnel et du domaine de l’Amour. C’est en quoi l’astrologie karmique pointe assurément du doigt la Lune Noire pour y chercher les bonnes réponses en éclairant les zones d’ombre, mais en faisant très attention aussi de ne pas troubler ce qui ne devrait pas être dévoilé complètement. C’est ce juste équilibre, ce dévoilement accordé sous conditions, que je pratique en qualité de Sorcier Chaman afin que s’accordent la lumière spirituelle de chacun avec sa part de ténèbres résiduelles sous influence de la Lune Noire, gardienne de cet espace symbolique, mais si réel.

Si vous désirez vous aussi explorer votre Lune Noire via des rituels parfaitement adaptés à votre situation et à votre contexte, alors n’hésitez pas à me joindre pour en discuter librement par téléphone au 06.09.11.94.56 (numéro direct et non surtaxé) ou bien par écrit pour m’expliquer votre problématique par les mots qui sont les vôtres. Pour ce faire, vous pouvez m’envoyer un formulaire de contact en cliquant sur ma bannière de site qui se trouve ci-dessous. Je vous dis à très bientôt et n’ayez pas peur de la part d’ombre qui est la vôtre, elle est la contrepartie nécessaire du côté lumineux qui vous caractérise!

Jean-Pascal BRUNO

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #Rituel d'argent, #karma, #Rituels de magie

Les gains d’argent ou gains aux jeux, la réussite professionnelle ou bien encore retrouver l’amour sont les trois grands thèmes basiques les plus demandés en magie pour résoudre des situations en améliorant le contexte des personnes demandeuses de rituels en ce sens. Pour autant, en ce qui concerne l’amour ou la situation professionnelle, cela touche plus précisément et très directement lesdites personnes qui se voient alors investies d‘une volonté renforcée et d‘une énergie renouvelée pour modifier positivement leur ligne existentielle personnelle. Par contre, en ce qui concerne plus spécifiquement la Chance et tous les gains consécutifs dûs au hasard, cela reste d’un autre ressort où ni la volonté ni l’énergie déployée ne seront d’un grand secours pour garantir le loto dans l’ordre ou le bon numéro à la roulette. En effet, ce que nous appelons faussement le hasard (qui n’en est pas réellement un), celui-ci est régi par d’autres lois plus universelles et restrictives qu’il s’avère plus complexe de modifier…

Les profanes pensent que dans notre monde matériel le « hasard » joue de manière purement statistique en respectant cette très cartésienne suite arithmétique faisant de celui qui la comprend une sorte de dieu parmi les hommes afin de s’approprier toutes les richesses de ce monde. Or, il n’en est rien. Bien entendu, en comprenant un phénomène aussi versatile que la Chance l’on a en effet l’impression d’être plus intelligent et on l’est certainement mais cela ne suffit pas à faire « tourner cette satanée chance » en sa faveur pour autant, et chacun l’aura bien compris tout en ne l’acceptant pas forcément, comme quoi l’esprit humain est parfois plus irrationnel que les phénomènes qu’il observe! N’oublions pas que les scientifiques et autres mathématiciens en exercice sont théoriquement les plus aptes à mieux comprendre les lois statistiques et cela ne les empêche pas d’en être eux-mêmes le jeu: c’est-à-dire de s’y conformer strictement au même titre que le plus ignare des hommes sur cette planète (il n’y a en effet pas plus de gagnants au jeux de hasard chez les mathématiciens que chez les ignorants en matières de statistiques, CQFD).

Alors qu’en penser? Si les profanes continuent de chercher encore et encore, inlassablement, c’est qu’ils ne savent pas que la Chance ne se négocie pas à coup de formules mathématiques, que les lois du hasard sont détenues à d’autres niveaux bien plus subtils et efficaces que ceux que nous pensons détenir ici-bas dans cette matérialité qui crée aussi notre avidité à vouloir nous approprier toujours plus que ce que nous avons déjà… Les initiés savent par contre que cette même matérialité (où la tentation est un mot d’ordre) ne représente que l’accessoire moyen nécessaire à nos buts et à nos missions existentielles principales, lesquelles sont scellées sous le sceau du secret et intégralement sous couvert d’une autorité suprême: celle de notre karma, ce grand régulateur de nos vies.

Étudier le karma sera donc bien plus profitable que de tenter de disséquer les formules mathématiques arides qui ne donnent et produisent que des généralités là où chacun s’attend à y voir une solution toute personnelle en terme de gain potentiel: l’erreur est encore une fois humaine! Mais que vient donc faire ce karma avec nos jeux de hasard et nos gains d’argent? Comment interagit-il pour nous offrir les bons numéros qui feront de nous des millionnaires? Et si possible les bonnes cartes si nous jouons aussi au poker…

Non, votre karma ne va pas tout vous dire ou vous le donner sur un plateau d‘argent, n’oublions pas ce qu’il représente: il insuffle des directions à suivre lors de vos choix réfléchis selon votre propre libre arbitre afin de vous faire avancer sur la voie d’une évolution personnelle programmée alors que vous êtes arrivée au monde, en ce sens ce karma, le vôtre (et pas celui de votre voisin ni de personne d’autre) vous oriente « a priori » favorablement selon ces buts avec comme bonus de vous présenter tout ce qui vous fera normalement avancer, et non forcément ce que vous désirez, puisque le désir est lui-même en soi une épreuve existentielle à surmonter, laquelle est souvent contraire au but recherché initialement, ceci afin de vous tester… Pas de chance, si j’ose dire, votre karma ne vous dira rien! Par contre, un initié pourra accessoirement le faire, ou du moins vous montrer des voies plus que profitables afin de renforcer votre ligne karmique et d‘améliorer vos choix…

Comme tout un chacun vous n’arrivez pas ici et maintenant avec un karma nul, chaque personne dispose de sa dette, positive ou négative selon vos actions présentes et passées (celles d’autres vies aussi…), par conséquent vous pouvez avoir une lourde dette karmique ou bien au contraire une petite rente de côté à dépenser, ce qui ici pourrait vous intéresser puisque cette « positivité » n’est rien d’autre (pour simplifier) que de la chance accumulée au cours d’existences passées, sous la forme de bonnes actions qui vous ont fait monter vibratoirement (ou énergétiquement, idem) en terme d’évolution en réalisant les objectifs que vous aviez fixés précédemment. Par conséquent vous vous demandez deux choses: avez-vous un compte karmique positif (ou pas…) et comment utiliser cette chance en stock (si vous en avez…)?

A ce stade seuls des travaux de haute magie pourront commencer à vous donner des réponses essentielles, d’une part sur la qualité de votre karma et surtout sur la ou les voies à suivre afin d’avancer, ce qui améliorera aussi votre « dette karmique » si vous obtenez des orientations utiles à votre évolution personnelle. Dans un second temps et si vous le voulez toujours, c’est-à-dire si vous cherchez encore le « gain » (des fois les personnes changent d’optique en cours de route avec ces révélations) alors vous aurez des choix à effectuer pour y arriver au mieux (et si cela est néanmoins possible): augmenter durablement et considérablement votre Chance personnelle en puisant dans votre compte karmique, donc créer une dette en puisant dans vos réserves. Il est à noter que si vous avez déjà une dette karmique conséquente, effectuer un autre « prêt » sera d’autant plus complexe et coûteux, avec un surcout à bien gérer durant cette existence et probablement sur les prochaines: c’est un « risque certain » qu’en qualité de chaman-sorcier je mets parfaitement en avant lorsque je propose ce type de rituels de chance dévoreuse de karma…

Comme nous le voyons, ce que l’on appelle la Chance de manière triviale n’est autre qu’un moyen, qu’une sorte d’aide supplémentaire que l’on doit normalement utiliser uniquement dans un but existentiel précis et calculé, celui justement qui suit votre « orientation karmique » du moment. Il est la plupart du temps contraire de chercher le gain d’argent alors que le véritable but karmique est tout autre mais cela reste néanmoins possible si vous jugez nécessaire de puiser dans votre compte karmique pour en bénéficier. Si vous désirez savoir si cette possibilité vous est offerte sans trop de risque karmique alors n’hésitez pas à me joindre pour en discuter librement au 06.09.11.94.56 (numéros non surtaxés) ou bien me faire part de votre demande par écrit en passant par mon formulaire de contact qui s’ouvre en cliquant ma bannière web ci-dessous. Je vous dis à très bientôt pour augmenter votre part de Chance sur votre ligne karmique si tel est votre décision selon votre libre arbitre légitime et en toute connaissance de cause et d’effet!

JP BRUNO

banniere-470x62.jpg

Voir les commentaires

Etude Gratuite

 Pour toute demande de rituel

 magique ou d'étude gratuite

 téléphonez au 06.09.11.94.56

 (appel direct et non surtaxé)

 ou bien   cliquez ici 

Articles récents

Hébergé par Overblog