Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Blog chaman ésotérisme

Blog chaman ésotérisme

Blog Chaman Esotérisme : Culture ésotérique et magique sur un véritable blog chamanique animé par un véritable sorcier chaman

esoterisme

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

La Chance est un très délicat concept qui semble assez largement échapper à tout contrôle mais pour autant pratiquement tout le monde recherche cette si fameuse et insaisissable Chance dont beaucoup d'ailleurs seraient incapables d'en définir exactement la teneur ou même d'en expliquer clairement une vision personnelle de ce qu'elle pourrait précisément leur apporter. Bien entendu, chacun sous-entend qu'avoir de la Chance dans l'existence est assurément synonyme de réussite sociale, de gloire, d'argent facile et de bien-être total sans jamais avoir à ne déplorer aucun problème ou accident importants. Ajoutons de suite sans l'oublier : une santé de fer, l'amour chaque jour plus fort et une longue vie pour parachever l'image idyllique afin d'en avoir fait presque complètement le tour et nous aurons un tableau bien brossé ! Mais, comme nous le voyons ou présentons, la Chance s'accompagne souvent de son parent assez ingérable et tout aussi indéchiffrable : le Hasard, car à coup sûr l'on ne sait évidemment jamais exactement comment se dérouleront les "heureux évènements" ni quand, à défaut même qu'ils arrivent un jour… Alors comment définir ce concept et tenter d'en extraire quelques vérités ésotériques utiles ? Surtout dans un premier temps en faire comprendre la réelle essence, et dans une deuxième étape se poser l'excellente question de ce que représente surtout la Chance "pour vous dans votre vie", ainsi que les principaux moyens d'y parvenir par des voies détournées au-delà de cet horizon des possibles.

Mais qu'est-ce que la Chance, ou déjà qu'est-ce qu'elle n'est pas ? Ce qu'il faut bien savoir avant tout c'est que l'intellect, se limitant à ce qui est en nous avec nos perceptions réduites pour tenter d'analyser ce qui est hors de nous, ne peut absolument pas concevoir toute l'immensité de notre environnement, toute sa complexité multiforme et toutes les potentialités induites : il nous est donc parfaitement impossible de saisir toutes les opportunités, les bonnes et surtout les meilleures pour en profiter intégralement mais aussi les mauvaises, voire les pires pour les éviter toutes. Par conséquent le mental ne peut être que dépassé par la réalité sur laquelle il se pose sans arrêt des questions, et celui qui dirait qu'il peut, uniquement via sa propre intelligence corticale, concevoir à l'avance toutes les opportunités chanceuses et écarter aussi tous les dangers serait un affabulateur et un complet mythomane, déjà en se mentant à lui-même. Notons qu'à la limite, celui-ci, même le plus intelligent du monde, ne pourrait prendre en compte que les quelques paramètres directement perçus qui lui sont proches, qui lui sont connus et compréhensibles, pour en modéliser les miettes d'interactions à portée afin de trouver "astucieusement" quelques petites pistes avantageuses pour sa personne. Cette attitude, parfaitement basique (et par définition limitée) analyse avec a fortiori une "certaine confusion mentale" ce qui nous environne mais ceci ne représente pas une recherche en soi de la Chance pour la "forcer", celle-ci ne peut pas être captée depuis un raisonnement intérieur, cette attitude signifie simplement que vous cherchez tout au plus dans votre milieu ambiant immédiat (social, professionnel, intime, etc.) à être aussi "malin" que ceux qui vous entourent pour profiter de situations relativement simples et totalement prévisibles.

La Chance fait donc essentiellement partie du domaine de l'invisible, c'est un concept intangible, immuable par nature, qui ne se situe que dans un "absolu des possibles", nos sens communs ainsi que notre intellect cloisonné ne peuvent rien en percevoir et encore moins anticiper ce qui ne pourrait être ni perçu ni interprété par le mental, il faut par conséquent ne pas le chercher mais le laisser venir à nous en laissant de côté notre Ego qui délimite et formate ce même mental, il faut au contraire écarter l'intellect réducteur et dissoudre l'Ego pour accéder, un moment seulement, à cet absolu des possibles. Ce n'est qu'en laissant remplir ce vide ainsi créé par ce phénomène d'éloignement volontaire de l'Ego et de l'emprise du mental que l'on peut se rapprocher de cet absolu, ce phénomène porte une dénomination bien connue de tous : la méditation, pour autant sa bonne pratique et sa profonde connaissance sont généralement totalement hors de portée de la grande majorité des personnes, lesquelles sont bien trop "occupées" dans l'enchevêtrement des considérations du quotidien et dans la "réflexion du mental" (miroir actif et confus de l'Ego), elles ne peuvent prendre le temps nécessaire d'en apprendre la science, assurément ésotérique par essence.

Bien que la méditation soit un moyen d'accéder en quelque sorte à une dimension supérieure positive ayant cette capacité d'apporter librement des informations codifiées pour réorienter le mental dans une bonne direction et donc laisser entrevoir un horizon des possibles prometteur (comprendre "chanceux"), elle ne permet pas à tout un chacun de saisir consciemment la Chance telle que communément reconnue mais de fournir au contraire des itinéraires personnalisés dont la personne aura spécifiquement besoin pour son évolution, c'est en cela que la véritable Chance agit : elle n'indique que la "part de chance" manquante et nécessaire pour se réaliser pleinement dans l'existence et ainsi réussir ses objectifs karmiques, lesquels induisent par un "heureux hasard" (diverses synchronicités) des actions bien concrètes ayant ces répercutions positives dans la vie. C'est donc en étant à l'affût de ces synchronicités, lesquelles sont néanmoins complexes à interpréter, que chacun pourra en tirer des avantages conséquents sous la forme de situations où cet "heureux hasard" apportera la bonne opportunité, au bon moment, avec les bonnes personnes au bon endroit. Chacun a déjà vécu ces instants ou ces périodes où tout "semble rouler" parfaitement et s'enchaîner comme les pièces d'un puzzle que l'on pose successivement et dont on découvre l'image finale avec cette fierté d'avoir réussi une étape importante et positive.

Comme je viens de le signifier assez clairement, la Chance est donc un facteur de réussite unique et propre à chacun selon son histoire personnelle, et plus conséquemment selon son orientation karmique que l'on doit considérer comme une main invisible guidant avec justesse la personne dans l'infini des possibles d'un labyrinthe existentiel auquel elle est confrontée chaque jour. Évidemment, et comme je l'ai aussi dit précédemment, tout le monde n'est pas sensiblement à l'écoute de ses fugaces synchronicités pour en saisir ou même en comprendre tout l'intérêt et y voir s'incarner la vision discrète des messages du karma. Dans tous les cas, juste un premier conseil : soyez à l'écoute de certaines pensées apparemment inhabituelles ou saugrenues, celles-ci sont peut-être de cruciales informations à interpréter, idem pour les rêves qui peuvent (pour ceux néanmoins qui s'en souviennent) être très instructifs même s'ils semblent totalement incohérents à première vue… Deuxième conseil pour ceux et celles qui n'auraient ni le temps, ni la possibilité de se pencher sur cette problématique de la Chance, surtout si pour vous celle-ci se fait absente ou semble s'éloigner : il existe des rituels de magie permettant de dévoiler (en partie seulement) les grandes orientations karmiques et ainsi commencer à entrevoir les bons itinéraires existentiels à emprunter pour "réussir sa vie", du moins vous l'aurez compris "réussir les bons objectifs pour évoluer positivement".

Dans cet ordre d'idée, et si vous me suivez sur ce blog vous savez que je propose mon savoir-faire professionnel en qualité de chaman, par conséquent vous pouvez à tout moment me contacter librement et sans engagement pour que je puisse répondre à toutes vos questions, notamment celles qui traitent des sujets des articles que vous lisez et qui je l'espère vous apportent déjà quelques lumières "ésotériques" utiles pour la compréhension de cet univers pour le moins hermétique pour la plupart des profanes (et même pour certains initiés !). Pour ce faire voyez les informations sur ma bannière ci-dessous. Je vous dis à très bientôt et ne laissez pas passer votre Chance en saisissant les opportunités qui se présentent ouvertement à vous !

Jean-Pascal BRUNO, chaman professionnel

 

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Voir les commentaires

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Pour une fois la "Magie Sexuelle" mettra tout le monde d'accord, sans exception, il s'agit bien d'un vaste thème demandant au minimum un développement sur quatre niveaux cruciaux que je vais présenter certes de manière que j'espère complète pour en extraire les principales orientations compréhensibles ici avec néanmoins comme toujours cette relative limite qu'impose un article à la fois concis et explicatif au possible. Ceux qui n'en ont jamais entendu parler auront donc enfin quelques secrets révélés dans la forme et le fond de ce qui sera dit, et ceux qui en connaissent déjà quelques points hermétiques verront que d'autres clefs supplémentaires seront apportées, notamment en ce qui concerne les divers modes ou niveaux abordés sur ce sujet de la Magie Sexuelle dont on ne cerne pas toujours ni les contours, ni les finalités pour s'en fixer généralement arbitrairement de fausses certitudes ou certaines limites erronées, et sur ce point cet Art Royal n'en a que celles que l'on se cantonne d'abord à soi-même. Un sujet qui passionne car il est vrai que la Magie Sexuelle résonne déjà d'un assez explicite écho qui ne laisse pas indifférent dans les termes, et qui sous-tend de manière sulfureuse des objectifs parfois difficilement avouables dans le monde profane, mais les non-dits parlent d'eux-mêmes pour démontrer toute l'importance de la sexualité aussi dans ce même monde profane, et encore plus chez les initiés de haut rang et de diverses obédiences dites magiques, ce que nous allons voir ensemble de suite…

Tout d'abord et au premier niveau le plus évident, il est clair que le couple tel qu'il se forme dans la vie ordinaire au départ de la relation, et même au-delà, apporte toujours ce creuset dans lequel l'alchimie catalyse chacune des deux individualités en présence avec une énergie sensiblement décuplée dont le secret tient en très grande partie dans l'apport de l'ingrédient détonateur principal que représente la sexualité partagée au sein de ce duo devenu soudainement plus dynamique (comme le soulignait déjà en son temps Maria De Naglowska dans son ouvrage "Magia sexualis" ou "lumière du sexe" en français). Le phénomène de cette transmutation énergétique n'est pas pour autant intégralement compris par ceux qui le vivent et ce dernier point importe assez peu pour les esprits profanes d'en intégrer les subtilités vibratoires du moment qu'elles sont ressenties comme puissantes à la fois dans la fusion des corps comme élément basique de cette réaction mais aussi dans une dimension moins tactile et plus éthérée se situant sur une autre gamme vibratoire assimilée à une sorte de magnétisme (de l'ordre du fluide décrit par Mesmer). Ainsi, ce sont ces polarités individuelles en intime contact qui renforcent encore la primo-attraction physique par cette aimantation secondaire, mais pas des moindres, celles de deux Ego gravitant mutuellement en interaction autour d'un même noyau de subjugation. D'ailleurs dans ce sens il n'y a qu'un pas, un simple iota, pour finalement passer de l'aimant à l'amant, et tous deux maintiennent la relation dans une sorte de transsubstantiation duale (physique et émotionnelle) souvent difficile à saisir dans sa nature multiforme et mutable, et que l'on nomme trivialement l'Amour. De cet aspect complexe le profane n'y voit souvent qu'une indéfinissable et incontrôlable force qui enchaîne par des liens invisibles, par de mystérieuses attaches physiques et mentales dont on ne possède jamais facilement les clefs de décryptage. Cette première "magie ordinaire" énoncée est connue de tous, c'est donc celle de l'Amour, elle n'apporte pas ici d'éléments substantiels d'ordre ésotérique en dehors de l'hermétisme "normal" mais encore mystérieux qui s'en dégage habituellement.

Sur un autre registre, plus haut sur une gamme moins profane et plus orientée, la petite musique de l'Amour peut être instrumentée, non pas détournée de sa fonction première mais agrémentée pour en focaliser les effets, pour en orienter la puissance et par conséquent en sublimer l'énergie vers un but conscientisé. Comme pour tout instrument il faut en maîtriser l'objet pour en jouer sans fausses notes, auquel cas les dissonances potentiellement générées ne pardonneront pas ceux qui se seront aventurés sur des chemins inconnus ou utilisant des itinéraires incertains. En d'autres mots, nous entrons ici dans au niveau d’une réelle magie sexuelle où une grande partie de l'énergie de la relation sera intentionnellement canalisée par les partenaires, voire par un seul pouvant aussi rester le principal soliste dans ce duo s'il en dispose du talent ou du don. Il faut préciser que cette pratique nécessite de nombreuses années d'expérience et d'apprentissage assidu, notamment en matière d'ésotérisme et de connaissances des points d'énergie du corps, ce que l'on appelle couramment les chakras pour non seulement aborder l'ensemble du phénomène avec la concentration nécessaire mais aussi (et c'est un paradoxe difficilement compréhensible par les profanes) savoir s'en détacher mentalement, se libérer de son propre Ego rebelle à toute dissolution de son intégrité, ce qui est ici le secret afin de se dépasser soi-même en laissant les énergies se propager. L'aspect transcendantal de ce phénomène de "montée de kundalini" (terme usuellement approprié) permet d'user de ce flux ainsi en mouvement pour accéder à une dimension spirituelle propre à apporter un pouvoir axé sur une vision transpersonnelle du monde pouvant répondre à d'importants questionnements existentiels touchant essentiellement au Karma et au sens de la vie terrestre en cours (mission de vie). Cette méthode dite Tantrique apporte à la fois la plénitude physique, mentale et spirituelle dans ce qu'elle offre comme "libération par l'expansion" de l'esprit (du soi vers le soi supérieur, et inversement en "kénose ésotérique"), l'on peut l'assimiler non pas à proprement parlé à un rituel mais à une exigeante discipline de méditation en communion et n'est exercée que par un nombre assez minime de véritables initiés de cette doctrine exotique qui parfois utilise en complément des substances hallucinogènes ou psychotropes.

Arrivant à un stade encore plus avancé et bien plus professionnel, celui du véritable rituel magique, c'est au niveau du chaman que d'exercer cet Art Royal pour en faire profiter au couple et lui faire découvrir ses propres ressources intérieures afin d'utiliser l'énergie sexuelle résiduelle de l'attraction et du désir induit en une force agissante pour résoudre des problématiques de différentes sortes. Ainsi et généralement, le couple ou l'un des partenaires est en demande afin qu'un travail de Magie Rouge (magie de l'Amour) soit effectué dans ce sens de résolution de problème, dont le plus souvent il sera question de renforcer les liens amoureux, de les restituer ou bien d'exercer une protection si la relation est en danger pour une raison ou une autre (envoûtement, contexte difficile, usure des sentiments, éloignement, passivité routinière au sein du couple, perte de libido, etc.). Les raisons pour demander des travaux de Magie Rouge étant multiples et très diverses, en fonction des typologies de couples et de celles des individus qui les composent, il est inutile d'en faire une liste tant les problématiques sont légion et les rituels aussi pour en cibler les causes et les effets; l'on voit immédiatement la portée considérable qu'offre la Magie Rouge et sa très grande habileté à couvrir un champ complet d'expérimentations puissantes et efficaces dans le domaine de l'Amour, du désir et des sentiments, ce qui en fait de facto la magie la plus demandée et la plus experte en la matière. En qualité de praticien et chaman c'est celle que j'exerce aussi, avec d'autres magies complémentaires, dans le cadre de mon activité professionnelle (voir ma bannière ci-dessous si vous voulez en savoir plus ou me contacter).

Enfin, et non des moindres aussi car beaucoup plus sulfureux, ce sont les groupes ésotériques, généralement sataniques par essence ou s'en revendiquant assez fortement, qui proposent à des initiés déjà bien avertis des cultes ritualistiques en réunion et de l'occultisme opératif, de ceux que le sorcier et mage Aleister Crowley avait l'habitude en son temps d'avoir fondés ou co-fondés, citons pour information historique : l'A.A. puis l'O.T.O (Astrum Argentum & Ordo Templi Orientis) et avoir aussi collaboré ou participé activement à la célèbre Golden Dawn (l'Ordre Hermétique de l'Aube Dorée). Bien évidemment l'on ne peut pas dire que de nos jours ces sociétés secrètes "occultes" soient de très bon aloi depuis l'affaire de l'Ordre du Temple Solaire dont il faut rappeler la triste fin de ses membres suicidés ou finis calcinés en groupe le même jour par delà toute la planète… Il n'est pas de mon ressort de faire ici l'apologie de groupuscules dangereux ou sectaires mais d'en faire uniquement référence puisque l'Histoire des sciences occultes recèle d'une multitude de ces groupes, et encore de nos jours ceux-ci existent et sont souvent masqués par des activités franc-maçonniques de façade qui s'apparentent à des portes ouvertes sur des horizons bien moins glorieux n'apportant pas ou si peu d'avancée spirituelle qu'il n'y a finalement rien à découvrir que de faux rituels de séances et strictement aucun réels secrets ou cultes actifs opérationnels… Ces derniers groupes ne sont donc pas recommandables, surtout pour les couples, et tout au plus il est moins risqué et plus profitable de s'inscrire à deux à un cours de yoga ou de méditation pour commencer à s'approcher d'une certaine spiritualité utile, bienfaisante et partagée, bien que d'un niveau évidemment nettement plus soft que le véritable rituel de magie rouge effectué par un professionnel expérimenté à cet Art Royal, ésotérique et surtout "opératif" (c'est-à-dire dont l'opération apporte un résultat qui ne soit pas que "symbolique"…).

Voilà ce petit tour d'horizon terminé, à vous de vous en imprégner pour voir si quelques petites choses se cache dans l'article et que votre "moi" pourra utiliser pour se construire et trouver des réponses, des solutions ou des voies à suivre. Je reste comme d'habitude à votre disposition pour répondre à vos légitimes questions concernant cet article ou d'autres sur des thèmes déjà précédemment abordés et dont je vous recommande la lecture attentive ! A très bientôt et que la fin de cette année 2022 vous soit prolifique pour mieux entrer dans la nouvelle, 2023 sera assurément inoubliable, nous en reparlerons très certainement…

Jean-Pascal BRUNO, chaman professionnel

 

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Voir les commentaires

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Un titre un peu provocateur mais qui illustre bien le propos puisque nous vivons dans un monde chaotique et dynamique, disons-le clairement pour ceux qui ne le sauraient pas encore, par conséquent le Diable (ou ses nombreux acolytes) est un peu partout et nous entoure dans presque toutes nos actions, de loin ou de plus près, selon votre attitude et les pensées qui accompagnent vos actes. N'oublions pas que tout est "une histoire de volonté", volonté d'agir dans un sens ou dans un autre, pour soi ou pour autrui, c'est-à-dire une volonté placée à un niveau vibratoire correspondant à votre "état d'esprit" associé à l'intention qui s'y attelle. Il est donc simple de se dire et d'ailleurs de constater que ceux qui ont une prédisposition pour la peur attireront la peur, ceux qui s'orienteront vers un mal nécessaire se verront comme aimantés par lui, inversement il existe aussi de bonnes actions initiales qui se terminent mal, comme quoi rien n'est si simple à ce stade et tout est finalement relatif à soi, aux autres et au contexte en présence comme j'ai l'habitude de le souligner… Alors, que penser du fait de vouloir "commercer avec le Diable" ? Une expression digne de l'époque de l'inquisition où l'on pouvait finir sur un bûcher à la simple évocation du Malin, ceci pour votre Bien, évidemment, encore que cela devienne tout aussi relatif de finir en cendres pour le Bien, oui mais finalement le Bien de qui…

Mais revenons à notre époque "plus moderne", celle où l'on finit aussi en cendres assez rapidement en se promenant simplement dans certains pays en guerre, comme quoi rien n'a vraiment changé, le Diable est dans ces détails que l'on à tendance à oublier ou à vouloir omettre sans trop de contraintes mentales pour ne pas voir ce Mal qui environne le Monde, celui dont les humains sont assez forts pour se l'infliger eux-mêmes, sans aucune "aide extérieure", du moins en apparence seulement. Dans ce sens nous savons que si le monde "tourne mal", il tourne quand même et cela reste un exploit considérable si l'on pense au nombre de fois où nous avons eu l'occasion de réduire la planète à néant, mais nous avons encore le temps de saborder le navire avec en plus cette capacité aujourd'hui de savoir consciemment que cela est possible, de plusieurs manières, guerre nucléaire globale, guerre bactériologique totale, ou bien plus basiquement et aussi plus lentement comme un supplice chinois : à force de scier la branche sur laquelle nous sommes assis à coup de surconsommation ultime des ressources planétaires, de la pollution de l'environnement, de la perte de toute biodiversité et enfin, pour finir en véritable apothéose, le grand cataclysme du dérèglement climatique qui tel le déluge nous anéantira tous ! Mais restons optimistes, même le Diable ne veut pas que nous disparaissions de la surface de la planète, sinon il n'aurait plus rien à faire, par conséquent nous avons un avenir, certes compliqué mais encore existant, avec la complicité de toutes les entités, bonnes ou moins bonnes, c'est le système qui le veut, et nous avons déjà signé le contrat pour jouer à ce jeu !

L'initié le sait et le profane commence à le comprendre aussi, dans ce jeu de la vie, celui qui impose une règle de l'existence pour évoluer selon une orientation désirée ou subie, qui implique des passages obligés, des cases à cocher sur le contrat passé. Et sachons reconnaitre que les points de passage initiatique ne sont pas tous systématiquement orientés dans un seul sens du Bien, chacun doit aussi assimiler le Mal pour le reconnaitre et s'en prémunir pour soi ("charité bien ordonnée") ou pour autrui plus accessoirement si cela est aussi possible. Par conséquent le Bien et le Mal sont indissociables pour paradoxalement pouvoir se départager et se situer l'un à l'autre du côté de l'échiquier, soit l'on joue avec les pièces blanches soit avec les noires, mais l'on peut aussi choisir à tout moment de retourner le plateau puisque l'expérience du jeu se joue finalement seul dans cette volonté de voir bouger toutes les pièces existentielles alternativement avec plus ou moins de bonheur ou de chance. Ainsi, chacun joue l'ensemble de la partie des deux côtés, le choix est celui du libre arbitre apparent bien qu'il existe effectivement un véritable maître du jeu, celui qui impose que l'on joue chaque pièce ou pion alternativement selon un déplacement précis, celui qui rappelle à chaque instant que l'on ne peut transgresser les lois de la matière tant que l'on y est lié. Finalement le mal serait de ne pas faire attention à ces lois, par exemple de vouloir tester la chute de son propre corps depuis le dixième étage, cela se terminerait alors effectivement a priori assez "mal".

Dans une autre perspective plus ésotérique cette fois, plus complexe aussi : un "pacte démoniaque" est-il une transgression de ces lois ou pas ? Rappelons rapidement qu'il est possible, pour un praticien réellement expérimenté, de faire appel à des entités dites (par convention) foncièrement "maléfiques" pour régler un problème, ceci souvent de manière radicale, brutale ou dangereuse, voire les trois en même temps. Il devient alors clair qu'utiliser de tels rituels de magie noire, puisque c'est ici la bonne dénomination, sera une ultime finalité, un coup risqué mais puissant et décisif sur l'échiquier de la vie, une orientation certes négative mais finalement peut-être aussi nécessaire pour que la partie prenne une tournure où une réponse s'impose pour en accomplir une action tout aussi puissante en retour et ainsi passer un cap initiatique crucial, cocher une case du contrat, trouver une solution existentielle fiable en surmontant la problématique proposée. Un monde sans aucun problème serait à l'image d'un encéphalogramme plat, une mort cérébrale sans objectif ou perspective, alors que chaque embûche, que chaque pas, même risqué, demande une attention pour marcher si possible sans tomber et aller dans une direction que l'on choisit volontairement avec les moyens mis à disposition. De cette façon, parfois en secouant un peu l'échiquier et toutes ses pièces, l'on peut aboutir à un résultat probant avec effectivement des moyens peu conventionnels, c'est ici le seul but valable d'une telle utilisation de la magie noire : faire trembler l'échiquier pour réinitialiser la partie ou en redéfinir le paysage pour trouver d'autres chemins enfin débloqués après que les murs qui en interdisaient l'accès se soient écroulés en offrant ainsi de nouvelles perspectives à tous les protagonistes.

Donner un grand coup de pied dans la fourmilière bien sage et bien ordonnée reste en apparence un acte malicieux, délictueux au sens karmique du terme, ou pire, délibérément destructeur, mais il générera ainsi une essentielle reconstruction avec des potentialités de pouvoir faire encore mieux qu'avant, de dépasser ce qui avait été réalisé précédemment, d'innover dans une plus large mesure pour véritablement évoluer : il faut parfois détruire pour mieux rebâtir, il faut parfois chuter pour apprendre à se relever plus fort encore, c'est ici tout le mérite du Mal que d'accomplir sa vocation première, celle d'inciter à tourner l'ancienne page afin de pouvoir enfin écrire la suite de l'histoire sur la suivante et débloquer une situation atone, une vocation paradoxale encore une fois d'initier in fine le Bien. L'un et l'autre, Bien et Mal, sont assurément deux faces d'une même pièce initiatique que nous avons tous en main propre, aller dans ce sens du mouvement, de la "ré-volution", n'est donc pas une alternative intégralement négative dans son bilan : très souvent le Pacte Démoniaque accélère une situation qui de toute façon aurait par elle-même fini par dégénérer de manière plus lente et beaucoup moins dynamique dans son ressort final, ceci par effet d'interaction inverse qui fait tourner la roue, après la mauvaise la bonne fortune, le tarot illustre d'ailleurs cet arcane majeur.

Comme nous le voyons, "commercer avec le Diable" par l'intermédiaire d'un Pacte dit Démoniaque n'est qu'une expression qui entraine une réflexion plus poussée sur non seulement l'origine du Mal mais aussi et surtout sur sa fonction qui n'est pas à séparer de son contrecoup positif comme je viens de l'exposer. Aussi, en qualité de chaman en exercice, certaines situations en complète inertie et dont rien ne semblent se dégager, ni de bon ni de mauvais, se voient dynamiser par ce type de travaux puissants qui agissent comme un stimulus nécessaire, comme la tempête qui va finalement souffler très fort dans les voiles d'un navire pour lui donner une nouvelle impulsion pour enfin avancer. N'hésitez pas à me poser des questions, je sais par expérience que le thème de cet article ne fait pas l'unanimité quant à l'angle sous lequel il faut en percevoir les trajectoires, je vous ai exposé ce à quoi de nombreuses années m'ont amené à penser et je reste à votre disposition pour approfondir la question, voire pour vous proposer si besoin ce type de rituel. Pour me contacter merci de suivre ma bannière ci-dessous, à très bientôt et "n'ayez pas peur !" (Paroles emblématiques de Jean-Paul II).

Jean-Pascal BRUNO, chaman professionnel

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Voir les commentaires

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Nul ne peut se mettre strictement à la place d'une personne dont le couple est en situation de crise et proche de la rupture, car le contexte précis, les personnalités en présence et les causes ainsi que les effets induits font que l'ensemble de ces paramètres (en comptant ceux qui adviennent en surcroit de manière cumulative) en complexifient de facto l'analyse et la compréhension sans pour autant pouvoir donner des réponses finalement pleinement satisfaisantes. C'est, du moins, l'avis le plus couramment exprimé par les spécialistes dits "profanes", c'est-à-dire la cohorte habituelle de psy et de sociologues de la question qui, et c'est tout à leur honneur tout de même, ne s'arrêtent qu'au visible et descriptible selon les dogmes que la science leur impose, ne s'arrêtent finalement qu'au substrat le plus superficiel d'une individualité étudiée in situ dont ils ignorent les dimensions supérieures échappant à leur courte vision trop terre-à-terre pour les prendre en compte au-delà des prérogatives et du décorum de leurs fonctions corporatistes. Loin d'affliger ces spécialistes qui sont utiles, puisqu'ils tentent de "soigner" les maux de la vie, il n'en demeure qu'ils ne savent véritablement les "guérir" que dans de très peu de cas et encore moins en expliquer avec discernement et assurance toutes les sources et les raisons subtiles qu'ils se gardent bien d'exprimer ouvertement puisqu'ils n'en ont strictement aucune idée et qu'ils n'ont d'ailleurs jamais tenté d'en étudier la réelle provenance exacte. Seul peut-être C. G Jung, dans une vision plus ésotérique et moins normative, a-t-il pu aborder la question de manière plus approfondie comme l'initié qu'il était, avec ce que l'on sait aujourd'hui en retour de sa sagacité spirituelle éclairée : les reniements acharnés de ses pairs qui l'ont presque tous immédiatement banni de leur très docte cercle de fausses certitudes, apprises et répétées maintes fois au fil du temps, tels d'illustres perroquets savants si fiers de leurs plumes académiques décrépies. On en a d'ailleurs aussi vu dernièrement les effets pervers dans un autre "domaine médical réservé"…

Mais soyons pragmatiques et restons parfaitement lucides, loin de dire que la psychologie et la sociologie ne servent à rien, bien évidemment, il faut néanmoins effectivement remettre ces belles disciplines, là où elles s'accordent le mieux pour coexister : pour l'étude de cas improbables, pour la cogitation d'ego scienteux ex nihilo, pour l'amassage invraisemblable d'une montagne d'hypothèses tordues construites sur des terrains marécageux où chaque idée finit par être engloutie tout au fond du marais pour s'y décomposer lentement, mais sûrement. On ne compte ainsi plus chaque jour qui passe toutes les nouvelles méthodes et théories inapplicables, tous les discours de parfaits sophistes tournant en rond avec autant de mots creux que de slogans publicitaires répétés en boucle, et surtout tout ce temps perdu où des personnes en demande d'aide se voient instamment formatées dans le moule de la doxa médico-socio-psychologique, à coup de drogues médicamenteuses incertaines, voire dangereuses, et de lavages de cerveaux pour en oublier leurs problématiques mais aussi pour nier la spécificité de leur individualité ainsi totalement dissoute avec leurs questionnements légitimes initiaux, et c'est ici le pire… Ce constat implacable reste valable pour chaque personne devenant un "patient" (du latin "celui qui endure, qui souffre") comme pour le couple, qui s'apparente étymologiquement à un duo de personnes liées par une relation (généralement "amoureuse"), et dont on connait les potentielles "crises de couple", durables ou ponctuelles, évitables ou inexorables, douces et sans conséquence ou bien plus dures avec une fin dite tragique pour celui qui l'a subit, souvent crescendo : rupture, humiliation, isolement, dépréciation, dégradation, dépression, voire jusqu'au suicide social ou physique.

Le couple, ou plutôt la "notion de couple" devient d'autant plus complexe lorsque l'on élargit le cadre de référence avec ce ou ceux qui pourraient interagir, façon "simple sociologie profane du couple", avec le duo initial pour en révéler d'autres acteurs, ainsi d'autres types de relations actives apparaissent et peuvent assurément expliquer les crises ou du moins certaines problématiques importantes pouvant aboutir à une rupture et à une "perte de confiance morale" (plus ou moins forte) dans la relation de couple habituelle. C'est le cas de ce qu'il faut assurément appeler des bien nommées relations extra-conjugales avec les amants et les maitresses, seulement d'une durée d'un jour ou au plus long cours, ces relations seront perçues (selon les types de personnalité et d'éducation) comme amorales ou inversement parfois nécessaires, voire pour certains plus rarement comme un mode de fonctionnement presque normal du couple que de ne pas vouloir s'astreindre à l'uniformisation de la sexualité dans ce qu'elle propose de manière plus convenue, c'est-à-dire pour eux-mêmes comme couple à s'autoriser de ne pas se satisfaire sexuellement du seul conjoint ou partenaire. Dans ce dernier cas moins courant, la liberté purement sexuelle peut être comprise comme un renforcement du couple dans ce qu'il se permet cette liberté réciproque, ceci en tenant compte de certaines limites tacites ou plus explicites si besoin. Mais cette vision plus libertaire du couple n'est évidemment pas l'apanage de la très grande majorité, celle-ci restant cantonnée à la seule relation interdépendante réciproque, avec cet handicap relatif mais bien réel de voir littéralement voler en éclat la relation à la moindre incartade dont les dogmes sociétaux ou religieux ont su stigmatiser "la faute" depuis des lustres sur les populations dites "civilisées", comprendre "endoctrinées pour leur bien"…

Maintenant abordons la réalité sous un angle bien moins étroit, dans une vision certes plus ésotérique qui n'aura pas a priori l'approbation de tous les scientistes engoncés profondément dans leurs démonstrations matérialistes ou bassement corticales et psychiques, voyons le couple et sa relation comme je l'exprimais dans l'article précédent et dont la teneur dissipe toute confusion : le couple est un instrument, un outil pratique dans notre réalité terrestre (à notre niveau dimensionnel) de ce que chacun doit réaliser en "mission de vie" via le contrat karmique qu'il (le "soi supérieur" comme entité supradimensionnelle, ou apparenté de très loin au "surmoi" psy) devra suivre à des fins d'évolution par paliers en étant successivement "incarné", donc réincarné sous des individualités différentes cloisonnées (dont la mémoire est séquencée par période d'existence et généralement antérieurement non accessible par celle "présente"). Voilà qui en une seule phrase, sans palabres ni contournement inutiles, explicite la voie royale ésotérique qui généralement instaure la réincarnation (ou métempsycose) comme un fait établi expliquant pratiquement l'ensemble des problématiques ici-bas, dont celle, très importante, de la relation de couple qui participe activement à cette évolution karmique sur plusieurs vies. Je conseille de lire mes articles précédents afin d'entrer plus dans le dur du sujet si cela était encore nécessaire d'en apporter des informations plus étayées didactiquement en laissant de côté l'hermétisme des textes anciens qui l'explicitent sous une forme occultée et souvent marquée d'une religiosité très directe qui pourrait choquer car parfois assez éloignée de la douce et édulcorée spiritualité contemporaine telle que nous la concevons aujourd'hui.

Dans cette perspective la relation de couple prend alors une toute autre dimension, très loin des stéréotypes profanes où les liens sentimentaux préfabriqués par les habitus sociétaux deviennent soudain à l'image de ces lignes de code sous-jacentes dont il faut avoir les clefs pour en comprendre la portée réelle et la signification cachée, une initiation qui passe par un décryptage ésotérique aux yeux ébahis et incrédules des profanes encore sous le coup de l'imprégnation mentale qui leur a été inculquée depuis la naissance, par un rigoureux formatage générationnel. Très paradoxalement, les initiés ne nieront pas qu'un tel processus d'amnésie de ce que l'on peut appeler la surréalité (la réalité dimensionnelle vraie) soit un effet pervers de l'effacement de mémoire des vies précédentes au moment de l'incarnation, car en terme d'efficacité cette étape semble nécessaire pour la grande majorité des gens afin d'évoluer de manière crantée sans avoir souvenir d'étapes précédentes de leur existence qui pourraient sinon parasiter et fausser la nouvelle expérimentation d'incarnation sur d'autres voies à suivre, sur d'autres missions de vie selon des Lois karmiques encore plus complexes et difficilement appréhendables selon nos modalités dimensionnelles restreintes à notre niveau ici-bas. Sous cet angle la relation de couple se clarifie comme étant une fonction karmique, ses problématiques comme étant des expérimentations de mission de vie à suivre, qu'elles soient assimilées positivement ou négativement d'un point de vue profane sans décodage alors cela ne change rien, bon ou mauvais cela reste une initiation, une épreuve à passer, une case à cocher sur la mission.

Évidemment, faire comprendre l’ensemble de ce processus à une personne en difficulté, notamment en crise de couple ou en rupture sentimentale, sera assurément compliqué d'emblée sans passer par un travail conséquent où viendront comme une initiation ésotérique se décrypter les éléments de cette problématique, les sources de cette crise, les aspects finalement bénéfiques à long terme et surtout les potentialités infinies de rebond pour dépasser le stade de la crise et évoluer de manière plus consciente, certes peut-être pas au niveau d'un initié de haute stature mais comme un individu enfin libéré, enfin ouvert sur ce que j'ai l'habitude de nommer un horizon des possibles, une sortie par le haut de ce qui était un problème apparemment insoluble sans les bonnes clefs, une certitude que le "moi" peut aussi accéder aux conseils de son surmoi, ceci via des processus ritualistiques, ce que l'on conçoit trivialement dans le langage profane comme de la Magie opérative avec ses travaux de magie, ses praticiens et ses Connaissances ésotériques qui permettent de percevoir ce dialogue. Éviter, empêcher ou accepter la crise dans le couple en se résignant à n'en voir que les aspects strictement basiques s'apparente à s'exempter du codage de l'existence qui se trouve sous la surface du visible, c'est ne pas vouloir ou ne pas chercher à voir ce qui est occulté et que la voie ésotérique permet de décrypter pour résoudre radicalement ces problématiques existentielles conjugales, relationnelles ou amoureuses qui jouent des rôles karmiques essentiels mais effectivement cachés.

En qualité de chaman, je vous propose si besoin de trouver ces clefs, d'effectuer ce travail de décryptage via des rituels "de magie" (appelons-les avec la terminologie courante) et ainsi de vous orienter sur la voie à suivre, celle qui sera en accord avec votre mission de vie, celle que "l'on" attend de vous ! Pour me joindre dans le cadre de mon activité professionnelle et pour en discuter librement sans engagement, merci de suivre les informations sur ma bannière ci-dessous. À très bientôt !

Jean-Pascal BRUNO, chaman professionnel.

 

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Voir les commentaires

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

"L'engagement", un mot anodin en apparence, demeure une notion fondamentale dans le domaine complexe de l'amour mais ne se résume pas à la seule parole donnée, souvent réciproquement, dans le cadre préalable de fiançailles ou de manière plus établie lors d'un mariage durant lequel les voeux seraient énoncés à haute voix devant une assemblée officielle, non, l'engagement véritable, plus précisément amoureux, se traduit par un pacte, qu'il soit initialement profane mais sous l'influence d'une religion qui en témoigne du serment volontairement exprimé ou bien qu'il soit autre (celui justement qui nous intéresse), c'est au-delà du seul individu qu'il s'exerce, c'est même au-delà du seul couple réuni qu'il se conclut car cela dépasse non seulement notre temporalité commune mais aussi le duo d'individualité qui souscrit à cette union… Afin de mieux cerner ce mystère du "Pacte d'Amour", il est nécessaire d'en expliquer plus en avant les contours et l'antériorité existentielle dont la plupart des profanes n'ont bien évidemment nul souvenir ni même une idée précise de ce qu'il représente réellement, de comment le révéler pour en activer l'essence, du pourquoi de sa présence si cela est le cas dans ce cadre, et enfin du caractère hautement ésotérique dont il est revêtu avec des habits dépassant notre sphère d'ici-bas en influençant puissamment la relation à laquelle il est pourtant intimement lié. Le "Pacte d'Amour" s'inscrit donc dans cette double expression : celle visible et tangible qui influe sur le couple et sa relation amoureuse mais aussi celle plus subtile et éthérée qui a été actée bien avant la rencontre puisque "procréée avant l'arrivée" même des (divers) protagonistes… Je reconnais qu'à ce stade certains commenceront à cerner la portée métaphysique du voile qui se découvre lentement, de cette vérité intrinsèque qui dirige nos rencontres et notre parcours de vie, et c'est pour aller encore plus loin sur cette voie que la magie existe afin d'en révéler la quintessence ésotérique qui s'en dégage, lorsque cela est néanmoins possible.

Dans l'article précédent (à relire ici) la notion "d'envoûtement d'amour", puissant rituel principalement orienté en magie rouge à diverses fins, dont celle de renforcer le couple ou d'en éviter certains désagréments, voyait tout son intérêt dans cette action magique à notre niveau lors de travaux soutenus sur demande d'un des partenaires soucieux d'améliorer sa relation amoureuse, ceci parfois a contrario du contexte en présence ou bien de sa propre voie karmique, ou inversement, d'autres fois dans la bonne ligne karmique afin d'en satisfaire le choix de mission de vie sans en changer l'orientation initiale. Il faut bien noter ou rappeler pour ceux qui ne l'auraient pas encore acquis, que chacun dispose de son propre parcours dans l"élaboration de cette mission de vie et que la relation amoureuse représentée majoritairement dans notre société actuelle par le couple n'est qu'un instrument par lequel s'exprime cette volonté d'en remplir ce que je pourrais nommer "le contrat". Un contrat essentiellement karmique ayant cette caractéristique de ne presque jamais être dévoilé durant l'existence (pour d'assez bonnes raisons), sauf lors de synchronicités marquantes ou durant des épisodes psychiques éprouvants (généralement analysés par la psychiatrie comme des épisodes délirants incompréhensibles vus de l'extérieur, et souvent hélas aussi rétrospectivement par celui ou celle qui le vit, n'ayant pas les clefs mémorielle d'interprétation ou le "droit karmique" de les interpréter…). De même, et pour bien placer les termes en les remémorant, dans un ancien article (à relire ici) la notion plus spécifique de "Pacte de Couple" avait été évoquée avec cette fonction première cette fois-ci de "vouloir sceller" la relation de couple par un contrat magique, lui apportant ainsi une très grande résilience face aux aléas de la vie, ceci sous le coup d'un sceau sacré presque impossible à rompre, un avantage ayant aussi implicitement ses inconvénients…

Le "Pacte d'Amour" est de nature assez différente bien qu'il reprenne les mêmes éléments basiques mais dans un sens plus élevé, plus karmiquement acceptable et donc aussi paradoxalement moins compréhensible selon nos conventions humaines profanes, moins faciles à appréhender comme un avantage immédiat, ce qu'il représente pourtant à plus long terme dans une mesure où cette existence n'est qu'un petit élément du puzzle global à reconstituer pour évoluer en cochant toutes les bonnes cases, si j'ose dire. Comme vous l'aurez compris à demi-mot, le pacte d'amour ne s'est pas initialement intégralement joué durant cette vie de manière présente mais antérieurement, c'est-à-dire au niveau karmique, au niveau désincarné, en d'autres termes lorsque l'âme qui va s'incarner décide (ou se doit instamment de décider) d'une ligne à suivre, d'une liste de tâches à assumer dans l'existence, d'une approche complémentaire de ce qu'elle n'a pas réussi dans l'existence précédente, d'une possible réparation d'une faute, d'une dette karmique à régler vis-à-vis de soi-même ou, et c'est ici le point capital : d'une dette karmique à régler vis-à-vis d'une autre âme (ou entité) déjà rencontrée dans une précédente incarnation. Le Pacte d'Amour est bien évidemment aussi "modulable" durant l'existence dans la mesure où l'on prend consciemment (ou pas…) le choix d'en suivre la direction principale ou de s'en détourner légèrement dans un sens qui ne compromette pas l'essentiel de l'intégrité de la mission de vie prédéfinie. Ainsi, le Pacte d'Amour peut être révélé sous sa propre appellation par la magie, il expose de facto ses contraintes et ses obligations karmiques, il définit ici-bas des objectifs à atteindre avec assurément une sorte de base contractuelle de devoir côtoyer telle ou telle personne proche pour en assumer la charge et les orientations à suivre, par exemple tel (ou telle) partenaire qui sera susceptible de porter "conjointement et réciproquement" via une relation de couple la ligne karmique qui aura été décidée auparavant… Idem pour certains membres de la famille ou proches qui auront plus ou moins une certaine importance à jouer à différents stades, ponctuellement ou plus durablement.

Fort de cette dernière explication assez révélatrice en elle-même, rétrospectivement, un nombre considérable d'événements de la vie devient bien plus clair, et dans cette perspective, en étant ainsi initié sous cet éclairage plus profond avec une hauteur de vue plus étendue, l'on comprend alors mieux certains déboires, tracas ou même accidents relationnels, ou inversement les bonnes surprises imprévues ou rencontres qui peuvent à un moment précis jalonner des portions de vie pour acter karmiquement ce qui se doit de l'être. Dans cette mesure, via un rituel de magie du même nom où le "Pacte d'Amour karmique" se dévoile, l'on peut demander à un praticien d'en interpréter les composantes à la manière d'un avocat qui expliquerait les termes d'un contrat existant pour en montrer la portée, les obligations et les libertés d'action potentielles, ceci bien évidemment vis-à-vis des personnes impliquées qui rayonnent a fortiori dans l'environnement existentiel présent, le tout remis dans un double contexte : à la fois pratique et "terre à terre" (pour pouvoir le vivre), mais aussi intimement lié à l'horizon karmique que l'on doit percevoir comme indépassable car indubitablement présent comme un essentiel substrat d'évolution incontournable. Le Pacte d'Amour doit donc se percevoir comme l'analyse magique du contrat de vie et de sa mission, avec les personnes importantes, dont évidemment le ou la partenaire qui tient ici généralement une place privilégiée dans cette configuration habituellement comprise ou perçue (mais pas toujours, dans le sens où d'autres personnes peuvent graviter attractivement, pas dans le sens conventionnel d'un "amour assimilé profane" mais d'un "amour intrinsèquement karmique" apportant sa contribution en ressources essentielles ou en réorientations principielles).

Aucun de nous ne peut, à un stade de conscience normale, connaître ses propres différents contrats et pactes karmiques, ce n'est qu'en passant par une étape initiatique puissante que se révèlent les processus existentiels subtils bien souvent extrêmement hermétiques à tous ceux qui tenteront d'en extirper les secrets sans en avoir dépassé le niveau de compréhension adéquat. Dépasser un état de conscience normale revient à s'exposer au paranormal avec tous ses dangers qui sont nombreux, nul ne peut expérimenter l'autre côté du miroir sans passer par cet état modifié de conscience déstabilisant qui peut anéantir une vie dite normale. Cette mise en garde est nécessaire car chacun pourrait être "tenté" d'ouvrir des portes interdites par pure curiosité ou par bête ignorance des dommages ou des menaces qui se cachent derrière une telle ouverture sur un monde inconnu à la fois porteur de lumière mais aussi de redoutables ténèbres. Vouloir avoir accès à son propre horizon karmique demeure une violation des grandes Lois universelles de l'évolution, c'est dans une certaine mesure une maligne tricherie qui peut par conséquent se payer d'une dette karmique très lourde à porter, et il est donc peut recommandé de s'y aventurer seul sans en connaître le B.A-BA des règles élémentaires sans l'aide d'un praticien qui pourra délimiter le terrain pour ne pas dépasser certaines frontières strictement interdites d'accès.

Dans ce sens, et ayant pleinement conscience de ces limitations imposées, dans le cadre de ma démarche professionnelle en qualité de chaman expérimenté exerçant depuis plusieurs décennies, je peux vous orienter sur une voie sûre afin que le Pacte d'Amour révèle uniquement ce qui peut l'être pour vous dans cette stricte mesure où l'on m'en donne l'autorisation à un niveau karmique comme intercesseur de votre demande. Pour ce faire et en discuter ensemble sans engagement, vous pouvez me contacter librement (voir mes coordonnées ci-dessous sur ma bannière) et ainsi entrevoir si un travail d'analyse se justifie via le processus magique de rituels adaptés à votre situation. Je vous dis à très bientôt en espérant vous apporter cette lumière dont vous avez peut-être besoin pour écarter des ombres susceptibles d'assombrir votre relation amoureuse et plus largement l'existence que vous expérimentez actuellement ici-bas !

Jean-Pascal BRUNO, chaman professionnel

 

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #Chaman, #marabout, #sorcier, #Esoterisme, #haute magie, #ensorcellement, #exorcisme, #ombre et lumière, #Rituels de magie

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

On aura beau dire, à notre époque le simple quidam se sera tout de même senti un peu magicien depuis la sortie d'Harry Potter bien qu'il ne sache finalement strictement rien des véritables rituels et autres lois ésotériques qui régissent notre monde d'ici-bas, et bien au-delà… Pourtant la vulgarisation cinématographique, sans qu'elle apporte néanmoins plus de clarté dans la véritable pratique (bien au contraire) aura su assez bien entrouvrir les portes romancées de cet univers secret et complexe aux plus profanes, avec effectivement l'attrait de belles images et de jolies histoires parfois mêlées d'un suspens terrifiant parfaitement entretenu pour marquer les esprits aisés à distraire. Mais l'arbre cachant la forêt, dans la réalité les dangers sont légion, non seulement pour ceux qui s'aventurent en territoire inconnu, pensant faire apparaitre des entités fabuleuses et gentilles avec leurs petites baguettes magiques de bois, mais aussi pour ceux qui cherchent des praticiens dans le but de leur soumettre leurs trop difficiles questions existentielles ou leurs problèmes quotidiens trop lourds à porter et à résoudre. Le fossé est en effet abyssal entre l'illusion créée par une vision onirique de la magie et sa rude et stricte pratique qui ne pardonne absolument pas, ni au trop naïf qui y verrait un exutoire simple et facile, ni au trop ambitieux qui en exigerait ou rechercherait avidement un pouvoir exubérant, une gloire personnelle démesurée et toute la richesse du monde…

La réalité ésotérique de l'occultisme (ou plus généralement de l'herméneutique des codes magiques) se place dans une sorte de très astucieux "juste équilibre secret" au sens très précis que tout écart sera irrémédiablement sanctionné, que toute erreur aura des répercutions incalculables pour celui qui n'entrevoit que sa propre personne dans l'exercice de son art, car s'en est un, celui de constamment jongler au bord du précipice, entre d'un côté une dimension infernale qui n'attend qu'une petite baisse vibratoire pour dévorer l'apprenti sorcier maladroit ou trop orgueilleux, de l'autre l'extrême rigidité d'entités supérieures garantes du bon fonctionnement des rouages de l'ensemble de l'univers ne laissant légitimement pas celui ou celle qui s'élève un peu trop afin qu'il ne se désintègre pas dans ce flux irradiant de vérités impossibles à regarder en face, et encore moins à comprendre… N'oublions pas que notre dimension terrestre se trouve à ce redoutable carrefour, où, pour pouvoir l'emprunter, il faut avoir le bon "véhicule" (moyen pour progresser spirituellement) mais aussi en reconnaître les orientations pour ne pas se tromper de direction sur sa propre voie karmique à suivre. N'est pas maître en la matière qui le veut seulement.

De fait, certains se définissent sorciers, ce qui d'ailleurs et en ce sens reste assez peu explicite et troublant puisqu'il en existe de nombreux ordres qui pratiquent assurément dans des directions différentes, voire opposées, à savoir, du zénith au nadir : pour le bien (d'orientation néguentropique et altruiste) ou inversement pour le chaos (résolument tourné vers l'entropie du monde, et pour soi-même). Une multitude de variations ou de niveaux peuvent aussi coexister de manières complémentaires avec des capacités et connaissances tout aussi diverses qu'habituellement et plus anciennement cloisonnées dans des catégories de pratiques bien définies, ce qui constitue finalement de nos jours un très large éventail de types de praticiens. Faut-il d'ailleurs nommer par le même vocable de "sorcier" le druide, le mage, le démoniste, le nécromancien, le théurge, le chaman, ou pire, le simple marabout ? Dans la langue triviale du profane tous ces sorciers se confondent aisément et c'est ici un danger que de ne pas savoir les différentier avec soin ou avec sagesse si l'on en possède un tant soit peu car il en faut pour ne pas se faire duper par certains de ces sorciers qui peuvent parfois dissimuler leurs réelles capacités de nuisance avec une trop habile gouaille mêlée à une fausse culture piochée au hasard dans les écritures dites saintes. Il faudrait même d'autant plus se méfier qu'un sorcier ose trop ostentoirement revendiquer sa pratique magique au nom d'un Dieu, d'un saint ou d'un prophète, sachant qu'alors il dissimule assurément sa vraie nature puisqu'il "mélange" (principe satanique "solve") ce qu'il est coutume d'appeler le bon grain de l'ivraie.

Dans cette perspective de mise en garde, le plus dangereux de tous mais aussi le plus dissimulateur de tous sera celui qui s'intitule avec exubérance comme "marabout", souvent avec l'attribut de "Chérif" (descendant direct de Mahomet… ou avec le titre honorifique de "sidi" ou maître) car l'on ne pourra y voir qu'une double et sournoise traitrise : premièrement celle d'exercer (si c'est le cas) en dehors de ses terres coraniques sacrées (où loin de la proximité de sa mosquée qui aurait permis qu'il soit probablement un érudit religieux rattaché officiellement à ce lieu) ce qui d'emblée laissera apparaitre un doute réel s'il exerce dans nos contrées en dehors d'édifices strictement consacrés à l'Islam, puisque c'est sa religion d'appartenance; secondairement mais pas des moindres : la pratique de la magie est durement réprouvée par le Coran, par conséquent un sorcier "marabout" qui proposerait des sorts, des envoûtements, inversement des désenvoûtements ou diverses potions peu orthodoxes, serait en totale disgrâce au regard de sa propre religion, ce qui ne serait pas du tout bon signe si en plus il "tentait d'aider" une clientèle d'une autre confession religieuse. Dans ce contexte précis, le marabout ne pourra être qu'un charlatan, un homme de peu de foi et certainement soit un inculte des écritures dont il se revendique, soit un faussaire de celles-ci dans sa pratique, avec comme autre revers celui de corrompre indirectement toutes les personnes qu'il côtoie dans son exercice en prêchant une parole dissolue et tordue, donc parfaitement négative et terriblement nuisible…

Notons enfin que le terme arabe initial pour marabout est "mrabet", c'est-à-dire "soldat", un soldat forcément rattaché exclusivement au dogme de son pays ou de sa contrée islamique, et donc une sorte de mercenaire religieux qui tentera un prosélytisme forcené sur toute personne l'approchant puisque c'est son rôle que de vaincre les autres religions et de chercher à convertir de force s'il le faut. Même si d'apparence dans son discours le marabout, qui s'est présenté comme tel, n'apparait pas pour ce qu'il est, c'est qu'il est d'autant plus dangereux dans la dissimulation de ses intentions véritables : convertir et nuire aux autres dogmes, utiliser la tentation d'un discours faussé pour arriver à toutes ses fins. À l'opposé de cette démarche se situe le chaman qui respecte humblement et sereinement chaque homme et voit en lui le fruit de la mère Nature, de Gaïa la Terre dans son ensemble sans dissociation de dogme puisque c'est à l'Humain qu'il parle, aux forces telluriques et aux entités des esprits de ces mêmes ancêtres humains qui pourront venir en aide à qui le demande instamment.

Le chaman n'est pas un soldat, c'est un "medecin-man", un soigneur des maux du corps et de l'esprit, un éveilleur spirituel puissant qui apporte une sagesse d'ordre holistique à ceux qui la recherchent et qui grâce à lui la trouve le plus souvent par son intermédiaire au plus profond de leur âme et sans en être forcé par d'autre volonté que la leur propre. Chaman et marabout sont donc plus que différents, ils s'opposent assurément dans la conception même de leur expérience, de leur pratique et de leur savoir : pour l'un, véritables Connaissances ancêstrales de portée universelle, positive et altruiste, pour l'autre une trahison des écritures qu'il déclame sans en comprendre ni la portée ni le sens, ceci au seul profit de vouloir duper celui qui vient à lui pour demander de l'aide mais qui sera au contraire corrompu par tant de malice et de fausseté. Le marabout est effectivement un sorcier, si l'on veut lui attribuer ce terme générique, mais avec un adjectif qui le définit bien mieux : un "sorcier nuisible", à ne pas côtoyer !

Dans le cadre de mon activité professionnelle ou bien si vous avez des questions sur le thème de cet article (ou d'un autre, voir la liste sur la colonne de droite du blog), vous pouvez me contacter ci-dessous très facilement. À très bientôt !

Jean-Pascal BRUNO, chaman professionnel.

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Voir les commentaires

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Comme nous l'avons vu dans les deux épisodes précédents consacrés à ce domaine de l'Amour, d'une part (1/3) sa constitution composite pour en reconnaitre sa nature basique et son essence plus subtile, d'autre part (2/3) son mode de fonctionnement principiel pour en comprendre l'intégralité véritable à constituer pour le trouver, nous abordons maintenant (3/3) le but de l'Amour dans son mode réellement fonctionnel, c'est à dire au sein d'une relation (humaine) établie et ce pourquoi il est nécessaire d'entrevoir cette finalité à la fois comme une harmonie à vivre à deux mais aussi comme une évolution plus individuelle à saisir comme un dépassement de soi avec un gain de spiritualité puisque c'est tout l'intérêt initiatique déjà explicité qui va aider à mettre en oeuvre la réalisation de la mission de vie sous-jacente. N'oublions pas que dans cette perspective l'Amour n'est donc principalement que l'accessoire ou l'outil assurément nécessaire afin de passer un cap de perfectionnement où par la suite et progressivement se présenteront des opportunités karmiques difficilement atteignables par d'autres chemins n'intégrant pas cette notion d'Amour partagé à deux au sein d'une relation de couple.

A contrario, et donc à citer en long aparté car a priori à l’écart de notre thématique principale relative au couple, la bien plus rare exception vers une autre voie, celle d'une étude en solitaire ou d'un célibat assez strictement orienté si celui-ci s'astreint à un encadrement extrêmement complexe à suivre durablement par la voie d'une rédemption du soi égotique via une vie tout entière consacrée à une forme réelle de spiritualité et d'application formelle de celle-ci, ce qui reste difficile à notre époque, mise à part entrer en vie monastique, en prêtrise pour les hommes, au couvent pour les femmes ou bien en ashram méditatif et ascétique durant un minimum de quelques décennies avec un guru ou un maître expérimenté pour commencer à en entrevoir la lumière au bout du tunnel, donc un amour via un accès à une "relation au divin" (ou "autre orientation"…) que peu de personnes pourront réellement atteindre intégralement sans ce sacrifice ultime du soi en une fusion plus verticale avec "ce qui est en haut". (Cette deuxième voie pourra faire ultérieurement et spécifiquement l'objet d'un article connexe complet sur l'accès à la spiritualité liée à l'occultisme en général, aux passages initiatiques de diverses obédiences et aux nombreuses formes de magies associées à ces pratiques plus hermétiques quoi qu'accessibles pour qui veut savoir oser ou veut oser savoir…).

Pour revenir à notre thème, et dans cette autre forme de sacrifice initial, s'il en est d'une certaine façon existentiellement parlant, le couple apporte potentiellement cette lente et positive dissolution des scories de l'Ego en une sorte de transmutation, un très efficace affinage alchimique de l'individualité brute de chacun des partenaires au service plus exclusif de la relation pour qu'elle puisse exister et perdurer. En effet, il n'est pas possible de conserver durablement une réelle relation amoureuse complète sans une remise en question du soi pour le mettre "au service du couple", ceci est un impératif au même titre que le sacrifice plus ascétique cité plus haut, dans les deux cas une cause plus haute que soi-même doit être abordée et surmontée (l'Amour terrestre vécu et scellé dans l'union du couple ou bien l'Amour inconditionnellement plus vertical projeté vers une entité haute ou "divine"). Le choix plus communément effectué à notre époque s'oriente résolument en terme quantitatif vers l'amour dans le couple, ce qui apparait pour le plus grand nombre une apparente fausse simplification car le cheminement demeure tout aussi complexe et c'est ce que nous allons voir pour éviter les erreurs et les complications relationnelles, voire pour certains les ruptures amoureuses ou les éloignements parfois nécessaires.

Dans un premier temps, après avoir enfin trouvé l'Amour vrai, l'apprivoiser en devient tout un Art pour le conserver. En d'autres termes, l'Amour une fois présent se doit de durer pour apporter tous les bienfaits dont il est vraiment question, non seulement sur les aspects basiquement dus au contexte qu'implique le couple, à savoir ce dont on a parlé : le partage essentiel d'interactions matérielles (physiques, sexuelles, d'espace en commun, de ressources, etc.) ou bien le partage plus temporel et immatériel (temps intellectualisé passé en commun, projets, motivations, analyses, espérances, etc.) mais aussi dans une dimension existentielle bien plus subtile encore qui nous intéresse surtout ici et qui touche au principe karmique et à la mission de vie de chacun des deux protagonistes, sans pour autant bien évidemment avoir pour chacun exactement les mêmes orientations sur ces points mais en partageant des éléments constitutifs importants. Notons qu'il est effectivement assez rare qu'en plus de "vivre ensemble" ces mêmes partenaires aient aussi de près ou de loin exactement le même "parcours de transmigration de leur âme" (ou métempsycose), ce qui serait alors une véritable aubaine puisqu'ils pourraient aussi en partager des missions de vie identiques ou presque. Dans ce sens, sous conditions, ce que l'on appelle les "âmes soeurs" serait a priori de cette teneur rarissime, idem mais plus complexe encore, différent et peu courant, avec les flammes dites jumelles… Dans tous les cas, néanmoins et sans être sur une complète ligne d'identité karmique réciproque, il est vrai et important de le souligner, que les partenaires d'un couple ne se sont absolument pas rencontrés par un pur hasard mais bien selon une puissante et incontournable loi d'affinité assurément karmique afin d'être orientés sur un itinéraire approchant sans pour autant avoir strictement à marcher dans les pas l'un de l'autre sur ce chemin commun.

Dans ce sens la citation relativement connue "Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous" prend ici et maintenant toute sa notable singularité en ce qui concerne précisément les rencontres amoureuses lesquelles représentent ces rendez-vous avec le feu de l'Amour qui va consumer les coeurs et en extraire l'essence lors de cette communion. Mais attention de ne pas oublier les quatre niveaux d'ingrédients alchimiques de la "prima materia" de l'Amour pour en réussir l'opération, auquel cas celle-ci n'aura pas l'effet globalement escompté. Ainsi, vous l'aurez compris, de l'Amour potentiellement complet pourrait n'en découler qu'une combinaison bancale d'amours moins subtils, d'amour physique et sensuel, d'amour sensible ou sentimental, d'amour intellectuel ou mentalisé, mais aucune ascension spirituelle à la clef correspondant à un Amour "intégraal" et donc aux vertus spirituelles de suivre un chemin de vie réellement "ascensionné" (à notre niveau terrestre, selon les termes des enseignements de nombreux maîtres planétaires occidentaux ou orientaux confondus). Ce processus complet s'apparente avant tout à une relativement stricte attitude mentale spécifique qui sera comme le creuset* de l'opération pour orienter positivement les Ego, dépasser les souffrances des corps et l'angoisse existentielle du mental. En d'autres mots : repousser le poison d'un mental comportant deux facettes, l'une destructrice et entropique présente dans toute individualité, l'autre constructive et énergétique dans sa transformation au sein de la relation. Bien entendu il n'existe pas de modélisations mentales telles qu'elles sont intégralement bonnes ou intégralement mal orientées, mais ce sont des mixtes de tendances qui créent ce que nous sommes et comment nous aimons dans une relation amoureuse (ou autre, plus basique ou amicale par ailleurs).

Mais alors, comment opérer pour atteindre un processus s'approchant de la complétude de ce qui vient d'être explicité pour réaliser cette alchimie propre à apporter une vision positive, durable et spirituelle de l'Amour, lequel pouvant ainsi contribuer à nous faire évoluer karmiquement sur notre chemin de vie véritable ? (la question mise en abîme, vous pouvez la relire si besoin car elle résume la situation…). Il est clair que la recherche de la proximité des quatre éléments de l'Amour, ceci dans une orientation assurément éloignée de toute compromission négative avec l'Ego, sera une première étape importante, attitude d'ordre contextuelle, à mettre en place réciproquement dans le couple. Une technique existe, cette discipline est dite "tantrique" et permet une voie possible de transformation plus intégrale de l'être humain utilisant ses propres ressources intérieures, ceci en commun avec le partenaire (en règle générale yin et yang en association, d'ailleurs, et c'est un travail complexe, chacun se définira comme tel dans son couple comme étant plus yin ou plus yang dans sa propre structure globale, c'est-à-dire pas uniquement physiologique, mais aussi psychique, mentale et spirituelle). Ce en quoi permet une discipline tantrique c'est de placer dans notre creuset* ces deux principes yin et yang avec leurs éléments constitutifs présents et bien orientés qui seront comme autant d'aspects propres à faire jaillir cette lumière spirituelle d'Amour issue de l'Énergie ainsi générée par ce processus. D'un point de vue certes abstrait et poétique : devoir brûler tous les bons ingrédients de l'Amour, combustibles essentiels au feu sacré de ce processus pour que son Énergie éclaire la route, celle qui permet d'entrevoir l'entrée du chemin de la mission de vie, et donc d'évoluer karmiquement de manière plus consciente… L'Amour véritable apporte ainsi un éclairage nouveau dans l'existence en éveil et en conscience plus élevée, c'est principalement son rôle et non un autre…

Cet article étant certainement compliqué pour certains, vous pouvez me contacter si besoin, n'oubliez pas de relire si possible successivement dans l'ordre les trois "Épisodes" de cette thématique pour mieux en aborder l'entière teneur et déclencher en vous ce qui devra l'être ! À très bientôt pour ces explications (pour me contacter voir ma bannière ci-dessous) ou pour d'autres types de demandes dans le cadre de mon activité professionnelle.

Jean-Pascal BRUNO, chaman professionnel.

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #Amour, #Magie sexuelle, #envoûtement amoureux, #réincarnation, #karma, #ésotérisme, #spiritualité, #sexualité sacrée, #couple

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Comme vous le savez certainement, la perfection n'est pas de ce monde mais nous pouvons toujours nous y approcher le plus près selon nos possibilités propres, d'ailleurs, et si nous y réfléchissons plus en avant : l'acte de cette tentative de perfectionnement n'est rien d'autre qu'un véritable apprentissage initiatique qui aboutit à une évolution, soit personnelle au niveau plus spécifique de l'individu ou soit plus généralisée au niveau de l'humanité entière, ceci à la fois visiblement (matériellement et existentiellement parlant) et aussi de manière plus invisible (spirituellement et karmiquement parlant). Cette constatation est aussi valable pour chaque aspect différentié de l'ensemble de nos activités ici-bas, de la plus élémentaire et apparemment insignifiante à la plus primordiale et vitale selon les critères terrestres tels que nous les entendons habituellement. Parmi ces domaines d'activité importants l'Amour en est un spécial qui requiert une attention toute particulière puisque sa résonance influence conjointement notre présent et notre devenir de façon puissante et durable et selon quatre axes fondamentaux dont les profanes n'en perçoivent bien distinctement généralement que deux, voire trois dans le meilleur des cas : au niveau physique, psychologique, mental et spirituel. Ces quatre axes, chacun bien équilibré en rapport des trois autres, permettent aussi d'aborder une évolution karmique optimum et une existence plus sereine pour soi-même et pour le couple qui se trouve réciproquement en phase précisément en regard de ces axes et de leurs orientations. C'est ce que nous allons voir ensemble aujourd'hui.

En commençant par le plus explicite des quatre, l'Amour physique n'a pas vraiment besoin de dessin ni de dessein en soi pour agir puisqu'il est fondamentalement ancré dans nos corps dans le patrimoine génétique de chacune de nos cellules pour créer cette attirance sexuelle induite dont nous savons tous qu'il est parfois difficile d'y résister sauf en y étant formellement entrainé en ajustant le mental et le spirituel (ou de manière plus prosaïque et morale selon le contexte historique et personnel). En Inde le Kamasutra s'exposait déjà ouvertement sur les murs des temples il y a plusieurs millénaires comme un enseignement à suivre, de nos jours le sexe est accessible pratiquement partout en quelques simples clics sur les écrans qui nous entourent, en cela rien n'a finalement changé, avec néanmoins des périodes historiques durant lesquelles la sexualité, ou plutôt l'acte sexuel, a plus été caché que véritablement réprimé car l'on ne peut pas aller à l'encontre d'une pulsion de vie essentielle à l'existence humaine qui doit jouer son rôle initial, celui de la procréation, mais aussi son rôle social en matière d'associations dans un sens plus structuré autour de la famille ou du clan. Ainsi les sociétés modernes se sont cristallisées sur des modèles purement conventionnels pour convertir la sexualité et lui attribuer d'autres buts pour justifier toutes ses lois, celles des groupes, des castes et des classes sociales. Même chez les peuples primitifs, une notion plus élargie et libre en découle pour la survie du clan face à l'adversité de l'environnement, ainsi la famille c'est le clan, la sexualité est multiple et sans exclusivité, elle appartient au clan et non à l'individu. Au-delà de ces notions conformistes, sociétales, claniques ou utilitaristes, l'Amour physique et la sexualité des corps apportent bien entendu aussi les notions de plaisir personnel et de satisfaction individuelle qui peuvent s'opposer aux premières citées et être plus ou moins réprimées ouvertement, mais ceci est une autre affaire liée à ce que l'on appelle la Liberté d'agir et plus largement à la Politique ou la Religion…

L'on pourrait voir dans notre second axe, celui de l'amour plus psychologique, déjà un empiètement sur le domaine de la relation à autrui avec cet angle de la Liberté individuelle d'aimer et ce que cela implique comme consentement réciproque au niveau plus spécifique de ce que l'on appelle les sentiments. C'est ici un axe beaucoup plus complexe que celui purement physique puisqu'il n'a aucun caractère d'obligation dans le sens où l'on peut aimer une personne sans que cela soit partagé en retour, ce qui effectivement entraîne assurément pour ce cas de multiples complications psychologiques dont chacun pourra sans effort en comprendre la portée et plus précisément la caractéristique qui se situe dans le ressenti, lequel cette fois-ci peut générer une douleur au niveau de la psyché, c'est-à-dire comme l'expression douloureuse d'une demande conjointe et fusionnelle du corps et de l'Ego. Inversement, l'acceptation réciproque apportera non pas le plaisir comme pour le corps mais la joie pour l'esprit et d'une certaine façon une première étape vers un bonheur partagé au-delà du "simple soi" mais toujours pour satisfaire deux Ego distincts bien accordés sur une même partition de sentiments réciproques. Cette apparente très bonne "entente psychique" entre deux Ego est ce que la plupart des gens appellent l'Amour afin d'en distinguer une certaine valeur supérieure à l'acte sexuel à proprement parlé, lequel est généralement partagé en complément (ou pas si cet "amour" est purement platonique, mais est-ce alors ici pour ce dernier vraiment encore le même type "d'amour" ?). Le champ d'exploration des aspects de cet axe de l'Amour étant sous l'égide des "sciences humaines" et de la psychologie pure, celui-ci se décline à foison en une multitude de sentiments induisant les meilleurs comme le plus sombres d’entre-eux, du bonheur complet à la plus profonde détresse pouvant aboutir à la dépression ou pire, au suicide des personnes les plus atteintes par ce mal-être, celui de ne pas être aimé en retour. Notons que les contraintes et affres de ce type d'Amour ont paradoxalement pu parfois générer des oeuvres d'art par effet de sublimation de la douleur psychique en une puissante création artistique, littéraire, picturale ou autre. En résumé, la part psychique de l'Amour n'est donc pas à négliger, elle représente un axe d'équilibre fondamental pour l'individu ainsi que sur l'ensemble de son activité potentiellement créatrice.

Mais alors que vient donc faire le mental dans toute cette histoire d'Amour ?! Il est clair que l'humain ne se résout pas à sa seule composante sentimentale ou psychique, l'on peut même assurer que l'Ego complet se permet de réfléchir et de peser lourdement le pour et le contre, c'est ici la part du mental que de se réserver une partie importante de l'individualité qui prend en compte à la fois la préservation vitale de son corps mais aussi de son esprit résonnant sans cesse, c'est la part du Cogito de l'Ego, comme cette série de miroirs internes où se reflète la réalité du vécu au travers de son propre filtre dans une constante et implacable réflexion pour sentir qu'il existe bien, c'est le fameux "je pense donc je suis" que nous connaissons tous. Sans cette terrible dimension mentale de l'humain, celui-ci ne saurait absolument pas en capacité de se représenter lui-même comme une entité séparée du monde et donc agir selon son propre libre arbitre (relatif) pour jouer son rôle, son "persona" dans cette existence terrestre où il a, d'une certaine façon, "mission de vie". C'est ce mental qui crée en lui cette scission entre ce qu'il pense "être lui" et me monde qui l'entoure, il est dans cette perspective en mesure de se différentier aussi d'autrui, il entre en dualité avec tout ce qui n'est pas lui, en ce sens (pour les adeptes de la non-dualité) il est en contradiction avec la Vérité ultime du Tout et ne se représente que SA propre vérité qui n'est qu'une illusion égotique (la Mâyâ hindouiste). Le mental a donc cette double fonction de créer l'individualité qui se reconnaît comme telle ainsi que de voir en autrui une autre individualité différente avec laquelle interagir. Les grands initiés (orientaux surtout) voient dans "le mental" un obstacle à la réalisation entière et complète de la rupture du cycle des réincarnations, rupture primordiale afin d'évoluer au-delà de la dimension terrestre, du moins "planétaire" liée au matérialisme. Mais en même temps cette phase de "mentalisation", de différentiation permet de rencontrer autrui et donc d'en expérimenter l'Amour au sein même de cette différence mentale. Ce qui serait impossible dans le cas contraire. Le mental est donc une contradiction nécessaire à l'évolution sur une échelle de temps variable, au rythme des cycles de la métempsycose, jusqu'au moment ultime de la Libération de ce cycle (celui du Sâmsârâ) lorsque l'entité peut passer de l'humain à un autre état plus évolué dans une dimension vibratoire supérieure.

L'Axe spirituel de l'Amour vient d'être partiellement abordé dans cette perspective inconditionnelle assez complexe pour le profane de concevoir que la réalité de sa dimension terrestre n'est qu'une fausse représentation de la Vérité dite Absolue, que même les mots sont impropres à définir la véritable Vérité du soi dans le Tout dans ce sens où seule la non-dualité est une Réalité qui nous relie, c'est-à-dire que la dimension que nous expérimentons actuellement dans cet espace-temps terrestre est elle-même générée par la projection de notre mental au sein d'une matrice néanmoins commune à d'autres entités avec lesquelles nous entrons en contact sous des angles différents. Pour imager, notre esprit est comme absorbé par le film ou le jeu vidéo que nous voyons défiler devant nos yeux sur un écran matriciel holographique quadridimensionnel en étant certains (avec les autres "entités" qui sont dans la même salle "de vision" que nous) que nous vivons pleinement ce que nous voyons, ce qui est relativement vrai mais uniquement "terrestrement" parlant… Jusqu'à la fin de la séance ou nous "reprenons nos esprits", nous nous (r)éveillons alors. L'on pourrait aborder l'Amour spirituel sous une forme assurément pleinement karmique lorsque "nous", les entités qui sortent de cette salle de "projection de réalité", nous partageons avec force notre ressenti karmique et nos "expériences matricielles" pour en analyser le sens et peut-être y retourner si nous avons échoué à en comprendre certaines subtilités du "film de vie" que nous devions aborder… Expliquer la profondeur d'une dimension supérieure en étant soi-même "en représentation" (vous aussi actuellement) dans la matrice n'est pas chose aisée mais très drôle en soi si l'on y pense et nous pourrons certainement en sourire en "quittant la salle" le moment venu…

Comme d'habitude il est parfois nécessaire que je puisse approfondir ces données et je reste à votre disposition pour y répondre, ceci si besoin en accord avec le thème de cet article et plus précisément pour vous aider à mieux rééquilibrer les axes de l'Amour que je viens d'évoquer afin que votre relation amoureuse vous soit bénéfique à vous et à votre partenaire. Pour ne joindre dans le cadre de mon activité professionnelle (en qualité de chaman en exercice) merci de lire mes coordonnées sur ma bannière ci-dessous ! Je vous dis à très bientôt, comme simple lecteur ou comme artisan pleinement conscient de votre réalité en devenir afin d'évoluer karmiquement au mieux selon le libre arbitre imparti au sein de votre mission de vie actuelle !

Jean-Pascal BRUNO, chaman professionnel

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Voir les commentaires

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

L'activité humaine telle que nous la connaissons à notre niveau terrestre dans le cadre de notre réalité subjective pourrait parfois nous sembler aberrante et illogique, voire terriblement injuste ou cruelle si les circonstances induites au contexte n'étaient pas toujours irrémédiablement en faveur de notre Ego très exigeant et évidemment tourné uniquement sur son propre moi terrestre. Cette incompréhension fondamentale, a priori généralisée au sein de la presque totalité de la population (notamment occidentale), s'explique par une très grande méconnaissance des processus karmiques et des phénomènes d'illusion que la réalité subjective fait subir comme épreuves, lesquelles sont pourtant nécessaires à l'évolution de chacun mais aussi paradoxalement assez facilement contournables ou ajustables pour qui sait opérer de la bonne manière, avec certes une certaine connaissance ésotérique basique. Pour l'initié, plus instruit dans cette Connaissance, il est assurément une autre vision que cette réalité subjective qui se complète au-delà de l'illusion qu'elle génère en apportant des réponses plus consistantes et satisfaisantes propres à pouvoir surmonter absolument toutes les crises existentielles et toutes les épreuves à subir. C'est de ce processus dont je vais parler plus en avant, celui-ci complète l'article précédent plus axé sur la "part de Chance" (lien ici en rappel) qui était déjà assez éclairant et que je conseille de relire (ou de lire) afin de mieux comprendre ce qui va suivre comme une suite ou un deuxième épisode complémentaire d'un niveau un peu plus complexe ou supérieur mais tout à fait utile et réalisable, même pour les profanes puisqu'il s'agit ici simplement d'un "ajustement d'esprit" à opérer, encore fallait-il le savoir ou le concevoir à son propre niveau comme une possibilité à intégrer…

Tout comme nos acteurs (notifiés comme exemple dans l'article précédent), ceux-ci jouent chacun leur rôle sur la scène d'un théâtre dont ils ont appris le texte de la représentation, assistés par le scénariste et le metteur en scène, dans un décor approprié, avec autour d'eux des machinistes dévoués pour que le spectacle soit éclairé au mieux, et avec le soin d'accessoiristes et de costumières qui leur ont fourni tout le matériel nécessaire afin d'exprimer leur talent dans les meilleures conditions, dans une réalité reconstituée dans cet espace avec les tempos précis des actes qui se succèderont les uns après les autres pour articuler la pièce dans une dimension d'espace et de temps bien définis. Évidemment le public qui assistera à la pièce ne verra pas les coulisses et de même que les acteurs seront tout à leur art d'être "entrés dans leurs personnages respectifs" ils oublieront l'illusion du jeu d'acteur pour "posséder leur rôle" selon le script à suivre. L'on sait combien les comédiens sont investis dans leur personnage dans ces représentations théâtrales qui demandent une telle concentration, une telle mémoire du rôle et des dialogues, un tel suivi de la trame des évènements de la pièce qu'ils en oublient parfois (ou se sentent obligé d'oublier) leur vie en dehors du spectacle. Les feux de la scène sont comme des feux dévorants la personnalité première pour s'y substituer et briller pleinement en représentation. Ce n'est qu'à la fin du dernier acte qu'ils retrouvent leur esprit, qu'il réintègrent consciemment leur état d'acteur pour laisser le personnage fictif de côté, après un salut bien mérité sous les applaudissements du public si celui-ci a été conquis par le jeu d'acteur mais aussi par le scénario et la mise en scène puisqu'une pièce de théâtre est un travail d'équipe très coordonnée.

Le travail, l'argent et l'amour sont souvent des trames importantes dans une pièce de théâtre où chaque comédien dispose d'une personnalité spécifique et de capacités à réagir à certaines situations prédéfinies qu'il doit apprendre à concevoir dans son jeu d'acteur. Hors scène il a tout loisir de prendre connaissance de son personnage, de son texte et des situations qui se présenteront à lui et dont il devra réagir selon une psychologie en adéquation avec les circonstances. L'allégorie de la pièce de théâtre et des acteurs est un bon exemple de ce que nous vivons aussi dans notre réalité terrestre avec autrui, néanmoins si nous savons que nous sommes dans une réalité sous-jacente, une réalité subjective dont nous avons oublié (tels nos comédiens en pleine représentation) que nous sommes aussi dans une sorte de simulation paradoxale dont nous avons oublié consciemment que nous en étions aussi des acteurs avec comme "mission de vie" un programme à suivre, des étapes ou des actes à interpréter, des épreuves à surmonter, des rencontres à effectuer avec des dialogues nécessaires à prononcer ou pas…

Cet "état d'esprit" s'acquiert dans ce que l'on nomme plus couramment comme un "état de conscience modifiée", celui de comprendre que l'existence telle que la plupart des gens la conçoivent n'est pas la réalité ultime en soi mais une sorte de représentation de notre moi-acteur forcément purement "égotique" (c'est-à-dire "strictement personnel" comme personnage joué) car dans son rôle terrestre, très restreint et ajusté volontairement avec ses valeurs d'ici-bas et des capacités déjà inscrites dans cette démarche existentielle où la destinée est un rôle à suivre dans son contexte avec ses rebondissements et ses épreuves. Lorsque l'on sait ceci, qu'on le conçoit comme une surréalité, alors l'on est en "état d'esprit" de pouvoir jouer sont propre rôle différemment tout en respectant la trame principale pour laquelle on est présent, sauf que l'on peut faire appel, tout comme au théâtre, au souffleur en coulisse pour se souvenir que l'on joue le bon texte, avec cette différence que l'on peut aussi le modifier dans une certaine mesure, ce qui change tout et peut aussi réorienter la pièce à jouer ou en moduler certains aspects de son personnage… Avoir pleinement conscience de cet "état de fait", être dans cet état d'esprit, c'est d'une certaine façon acquérir cette Connaissance supranormale, dans un sens axé au-dessus de la réalité terrestre subjective pour faire appel à son soi supérieur et donc devenir de facto "initié" à cette double réalité, d'ici-bas et d'au-dessus.

Il est clair que sortir de son "persona" pour retrouver l'entièreté de son soi supérieur, même seulement un instant ou partiellement, n'est pas à la portée de tous tant nous avons été intimement formatés pour ne croire qu'en une seule réalité des sens communs sur ce plan terrestre et que nous avons oublié d'autres sens plus subtils nous permettant d'accéder à cet état de conscience modifiée pour percevoir une dimension plus élevée et la continuation de ce que nous sommes, notre moi supérieur se situant dans cette autre dimension de réalité. Certains appelleront "foi" cette croyance en une dimension supérieure, en passant par des dogmes religieux qui peuvent tous se recouper si l'on y porte bonne attention, ou bien l'on pourra passer par d'autres moyens plus ésotériques et primordiaux pour ouvrir ces portes intérieures vers nous-mêmes. L'amour, l'argent, le travail nous semblent ici-bas comme des éléments cruciaux de notre existence terrestre mais pour l'initié ils ne sont que ces accessoires de théâtre de l'existence qui nous permettent de jouer un rôle, ni plus ni moins, et ils n'ont pas la même valeur intrinsèque à un autre niveau de réalité, au même titre que la fausse bibliothèque du décor de théâtre ou que la simple ligne de texte du script de la pièce, ligne de texte que l'on peut changer à loisir lorsque l'on est initié à cet état d'esprit plus proche d'une Vérité ultime et transcendantale de ce que nous sommes vraiment…

Afin d'approcher de cet état d'esprit ou d'en comprendre les ressorts dont seuls quelques initiés en sont aptes à en donner les clefs ésotériques pour passer le flambeau, n'hésitez pas à me contacter pour approfondir le sujet et permettre de faire tomber le masque de votre "persona" qui empêche une vision plus large et plus haute de cette dimension cachée et d'en éclairer la scène de votre destinée pour la remodeler à votre véritable image. Pour me contacter merci de voir les informations ci-dessous sur ma bannière. Je vous dis à très bientôt et sachez suivre la petite voix intérieure qui vous souffle le texte initiatique à suivre pour vous réaliser pleinement en toute conscience, en qualité d'initié je vous aiderai à mieux l'écouter et à en comprendre les orientations ésotériques qui sont les vôtres !

Jean-Pascal Bruno, chaman professionnel

 

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Voir les commentaires

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Le "Libre Arbitre", même s'il apparait convenu d'en parler tant cela semble parfaitement acquis comme concept au tout venant, s'avère fondamentalement désigner une notion existentielle à la fois éminemment essentielle et ô combien complexe à définir avec des mots simples mais aussi à définir selon des normes communes à toutes les traditions ésotériques ou bien exotériques au sens profane du terme pour ce dernier. En effet, le "libre arbitre" est devenu peu à peu synonyme de liberté de penser et d'action alors qu'il n'en est rien dans le détail, mais n'oublions pas que Nietzsche a très justement dit que "le Diable se cachait dans les détails", ce qui est ici bien évidemment aussi encore plus le cas si l'on tient à expliciter sur plusieurs niveaux ce qu'il en est… J'ai très souvent évoqué dans mes articles cette notion de - libre arbitre - et il me semble aujourd'hui important de l'approfondir afin de laisser à tout un chacun le soin d'entrevoir toute la portée magique et métaphysique qui en ressort avec des horizons dont on pourra évaluer pour soi-même des lignes directrices et mieux s'interroger sur sa propre personnalité, sur son Ego et finalement sur sa souveraineté intérieure et son propre chemin de vie. Il est d'ailleurs crucial d'associer la personnalité, c'est-à-dire le personnage que l'on croit être et que l'on joue consciemment, avec la fonction de désir de son Ego (axé plaisir) ainsi qu'avec sa volonté intellectuelle (axé mental) et bien au-dessus avec le soi véritable superconscient (axé spiritualité), un surmoi moins freudien qu'on devrait le croire mais assurément plus élevé dimensionnellement parlant. Ainsi, du libre arbitre de l'être l'humain se développent toutes les autres notions propres au sens réel de sa vie et au but existentiel à atteindre, tout en respectant néanmoins à la lettre certaines règles bien établies (avec, en passant, le "Tétragramme des initiés hébraïques" toujours présent pour faire respecter ses 613 Commandements et non 10)…

Définir le Libre Arbitre avant d'en exposer la portée c'est expliquer qu'un outil, par exemple un marteau, est vraiment très utile, mais peut servir tant à enfoncer un clou pour se bâtir un bel édifice que pour défoncer la tête de son voisin pour lui voler sa maison. L'image semble violente mais reste très explicite : le Libre Arbitre c'est choisir, exclusivement pour soi, une voie bien définie par le raisonnement de son propre mental mué par son intrinsèque individualité, ceci sans autre injonction extérieure apparente. C'est donc prendre une décision individuelle, et comme le dirait le grand maître hindouiste Shankara (fondateur de l'Advaïta védanta) : c'est faire preuve de dualité avec l'univers, de réfuter la non-dualité du Tout et d'une certaine façon s'en séparer en s'éloignant de son soi supérieur, d'autant plus si l'on choisit de mal utiliser l'outil à sa disposition… Le Libre Arbitre s'apparente, a fortiori, à un difficile exercice d'équilibriste bien informé des prouesses qu'il doit effectuer en marchant sur un fil ténu afin d'aller d'un point à un autre, par-delà le précipice aveuglant de ses actes bien réfléchis pas à pas. D'un autre point de vue, plus christianisé selon Saint-Augustin (dixit "Étienne Gilson - Introduction à l’Étude de Saint Augustin"), le Libre Arbitre sera orienté selon le niveau de sagesse de la personne, c'est à dire plus ou moins bon mais toujours sous le couvert protecteur et divin qui est assurément enclin à porter l'individu vers le meilleur de lui-même (sans pour autant que ce dernier en suive forcément les directives ainsi "insufflées" à son "esprit", car son "moi" n'est par contre pas parfait).

Parce que - l'erreur est humaine - du latin "Errare humanum est" de Sénèque, il est néanmoins bon de ne pas oublier la suite de la locution : "perseverare diabolicum", qui  rappelle que persévérer est diabolique… Par conséquent il est essentiel de comprendre que l'individu doit apprendre de ses erreurs pour évoluer sur la voie de la sagesse et non pas sombrer (dans un sens d'assombrissement de sa personne). De même, parce que l'Ego aime jouir de l'action qu'il entreprend et dont il a eu la volition personnelle, il confond souvent cette aptitude à conforter son désir, à l'assouvir, avec celle qui consiste à ne pas "tomber", au sens de la chute primordiale du pêché, c'est-à-dire à résister à la tentation, laquelle n'est rien d'autre que l'intentionnalité "d'agir uniquement pour soi" à l'encontre de tous les autres. Dans un autre registre apparemment plus éloigné de l'orthodoxie des églises : la loi wiccane (la Wicca est une obédience de sorciers réunis en "covent" généralement de 13 membres) : "Si nul n’est lésé, fais ce que tu veux" qui n'est pas sans rappeler le précepte thélémite "Fais ce que voudras" de Rabelais ou surtout bien évidemment le Thelema (en grec : volonté) du très fameux occultiste Aleister Crowley : "Fais ce que tu veux sera le tout de la Loi" dans son livre "Magick". A ce stade nous ne sommes plus très loin de la pensée magique, de celle qui s'invoque lors de travaux avec les rituels consacrés (selon le type d'obédience ésotérique), de cette Thelema ou volonté affirmée du praticien initié aux Arts Majeurs de la sorcellerie ou des sortilèges affiliés à un hermétisme occulte.

Mais doit-on confondre la volonté du Libre Arbitre du monde profane avec la Thelema ésotérique échafaudée avec subtilité et soin lors des rituels ? Certes non, l'une n'a aucune conscience (en son "soi" dit terrestre) des causalités de ses actes et de ses pensées alors que l'autre en a une profonde Connaissance pour l'utiliser à bon ou mauvais escient, et c'est sur ce point qu'il est important de mieux cerner ce que représente l'intentionnalité consciente de modifier un contexte, d'en dévier le cours des choses dans un but précis, c'est la notion même de Magie et de pouvoirs magiques que d'interférer depuis notre monde avec les forces de strates inférieures ou supérieures, en d'autres mots : de convoquer un démon ou invoquer une entité céleste ou divine. Incidemment le profane pourra aussi invoquer ou convoquer des entités mais sans en avoir la Connaissance ésotérique ad hoc, il n'en sera donc pas entièrement tenu comme directement responsable s'il advenait qu'il le fasse au détriment d'autrui dans un contexte défavorable ou mal compris car il ne sait pas que chaque pensée est un pas vers la parole, laquelle entraîne souvent l'action dans son sillage immédiat. Est-ce ici dans ce type de libre arbitre ou de liberté de penser que provient l'origine de tous les maux qui nous entourent ici-bas ?

C'est bien possible si l'on en croit Philippe Guillemant (ingénieur physicien et… "ésotériste quantique" pour faire simple et rapide) qui démontre que la pensée agit directement par double-causalité à la fois sur notre présent et sur notre futur (et même notre passé), c'est-à-dire qu'il nous est possible de modifier par la seule force bien exercée  de notre volonté notre propre devenir, notre propre destinée toujours en accord avec ce que nous sommes et voulons être… Une très belle "Re-Connaissance" de la Magie, ou d'une de ses formes les plus puissantes, ceci par la science dure de la physique quantique et des lois de rétro-causalités. D'ailleurs pour le citer, ne dit-il pas qu'il faut : "danser avec le chaos - et dépasser nos peurs - pour qu’apparaisse la magie". Nous sommes justement presque en pleine magie du chaos, celle de Peter J. Carroll du groupe des "Illuminati de Thanateros", le cercle est ainsi bouclé, la science à rejoint la magie ! Encore une fois, ce serait peut-être aller un peu vite en besogne et oublier que nous ne sommes que les instruments incarnés de notre "moi supérieur", les marionnettes de notre âme consciente qui déroule les potentialités de notre réalité existentielle sous la forme d'une destinée guidée pour s'auto-accomplir et se perfectionner. C'est ici bien entendu l'hypothèse que nous ne sommes qu'une infime partie de notre propre Tout, lequel lui-même fait partie d'un Tout encore plus grand, à l'image des poupées russes (sans entrer dans une polémique géostratégique pour cette fois-ci, quoi que…).

Reste effectivement que ce Libre Arbitre terrestre serait alors qu'un leurre, comme celui que l'on utilise pour les courses de lévriers afin de leur faire suivre le parcours avec des tentations, des désirs, des envies, des choix, bons ou mauvais mais des choix tout de même ! Les limites de ce Libre Arbitre se définissent assez rapidement pour ceux qui oseraient en outrepasser les bornes : au plus bas de la perversion se situera la déchéance, la dépravation et la mort, au plus haut degré d'hubris et d'excès dans la démesure de l'Ego nous serons sanctionnés par la Némésis, par un juste mais implacable retour de bâton pour redescendre sur Terre… Notons qu'un "bon usage" du Libre Arbitre s'appelle Liberté, celle d'un juste équilibre pour jouer le jeu du mouvement imposé par une destinée dont les murs du labyrinthe sont bien marqués par des Lois Universelles, celles que l'on apprend dans les cercles ésotériques ou dans les covents, celles qui sont aussi enseignées dans les librairies secrètes du Vatican ou aux seuls détenteurs du 33e degré de certaines loges dont on apprend soudain avec grand étonnement que "la lumière vient de son porteur", à chacun sa Chute, à chacun son Libre Arbitre et sa Liberté, nous pouvons certainement tous dire en coeur, si c'est en notre âme et conscience : THELEMA !

Comme d'habitude je reste personnellement ouvert aux questions et aux demandes de rituels en qualité de chaman professionnel en exercice, vous pouvez donc me joindre directement (via ma bannière ci-dessous par téléphone ou par écrit en cliquant dessus), je vous souhaite un excellent 1er mai pour que vous puissiez au mieux travailler sur vous et sur votre volonté de perfectionner ce terrible et imposant Libre Arbitre, ceci en toute cohérence avec autrui si possible, auquel cas je vous y aiderai volontiers, merci de m'avoir lu et à très bientôt !

Jean-Pascal Bruno, chaman professionnel

 

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>

Etude Gratuite

 Pour toute demande de rituel

 magique ou d'étude gratuite

 téléphonez au 06.09.11.94.56

 (appel direct et non surtaxé)

 ou bien   cliquez ici 

Articles récents

Hébergé par Overblog