Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Blog chaman ésotérisme

Blog chaman ésotérisme

Blog Chaman Esotérisme : Culture ésotérique et magique sur un véritable blog chamanique animé par un véritable sorcier chaman

Publié le par Sorcier Chaman Jean-Pascal BRUNO
Publié dans : #symboles magiques, #glyphes ésotériques, #sigils, #signes alchimiques, #Rituels de magie

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Le pentagramme demeure dans l'esprit du monde profane la principale figure géométrique emblématique de la magie et de ses nombreux rituels, ce qui est excusable puisque sans cesse reprise dans les films ou les séries cette figure, souvent tracée à même le sol, en est devenue une sorte de symbole immédiatement reconnaissable avec sa charge émotionnelle et sa parfaite identification mémorielle. Pour autant le pentagramme est l'arbre qui cache dûment toute la forêt, il a envahi l'imaginaire collectif ordinaire, il a évincé subtilement toutes les autres graphies ésotériques plus complexes ou plus spécifiques de l'espace des signifiants opératifs dont le public n'a pas pu avoir accès par cette astuce du matraquage visuel répétitif qui élude ainsi d'autres sources symboliques bien plus actives. L'initié ne sera bien entendu pas trop affecté de voir dans cette pirouette un jeu de cache-cache où finalement les autres symboles ésotériques ne deviennent pas des jouets dans des mains non expertes, ce qui pourrait alors entraîner des situations non contrôlées où l'alphabet symbolique ainsi mimé formerait des mots ayant de véritables effets non seulement non désirés mais aussi non désirables… Heureusement, le pentagramme n'est d'une certaine façon que la lettre "Z" de cet alphabet symbolique ne déclenchant à lui seul qu'une partie très minime des rituels demandant assurément plutôt des mots bien construits, formant des phrases signifiantes pour compléter des paragraphes ayant un but dans des ouvrages réellement actifs au sein de bibliothèques bien rangées selon un ordonnancement parfait. Donc, pour continuer l'analogie, prononcer un seul et unique "Z" répétitif dans une conversation n'a jamais eu trop de répercutions sur celui qui l'entend, qui par la suite l'écrit ou le prononce, cela reste de l'ordre du babillage habituel des nouveau-nés en terme de magie et il faudra y associer bien d'autres lettres dans un ordre extrêmement précis pour en arriver à quelque chose de significatif, d'opérant et d'efficace…

N'oublions pas non plus que les symboles, tous les autres utilisés en magie, même s'ils sont moins reconnus dans l'espace profane, ne seront actifs que par la profonde signification qu'une Connaissance de l'ésotérisme aura su apporter de manière innée (par acceptation d'un statut en conséquence d'un choix) ou acquise (par l'étude approfondie pour en arriver à l'entièreté de la maîtrise). Ainsi nul hasard ne saurait déclencher des rituels sans en avoir ni la Volonté, ni la Connaissance, ni l'Expérience; ce qui d'une certaine façon devrait tous nous rassurer même si j'ai pu dire dans mon article précédent que le hasard des cartes peut aussi parfois jouer des tours, personne finalement ne contrôle l'univers des possibles et leurs conséquences, ou alors ce serait de la part de l'architecte de notre matrice pour en apporter une nouveauté évolutive précise dans des buts de renouvellement de cycles… Mais personne n'est non plus dupe ou totalement inculte en ce qui concerne le symbolisme des signes, chacun aura déjà compris qu'une simple flèche permet une orientation, qu'un cercle dispose d'une résonance d'infini en tournant sur sa propre circonférence, qu'un triangle apporte le signifiant pointu d'une activité spéciale, que la lourdeur du carré s'inscrit dans une rectitude élaborée, qu'enfin il existe une infinité de formes géométriques possibles et pouvant s'assembler pour constituer des figures imaginaires se transposant à la Réalité pour celui ou celle qui en comprend l'intrinsèque essence représentative. N'est pas simple ni donné à quiconque de ressentir l'esprit de la forme sans avoir à la penser, il faut parfois savoir renier l'intellect pour s'ouvrir à l'essentiel, et c'est ici que la puissance du signe se révèle et agit.

Je ne saurais que recommander la lecture d'ouvrages qui apportent un début de signification symbolique en ce qui concerne les "graphies" ésotériques les plus utilisées, ceci non pour tenter le profane et lui faire croire qu'il pourra demain matin lancer des sorts à son voisin mais uniquement pour son bien propre, celui de mieux comprendre le monde où il vit et dont les grands symboles ésotériques sont finalement le reflet à observer dans le miroir de la réalité objective que l'on se forge à soi-même. Il est donc important d'au moins comprendre ou reconnaitre les principaux glyphes basiques, de les apprendre si on ne les avait jamais encore rencontrés avant, et de s'en faire dans un premier temps une bibliothèque mentale personnelle. Rien n'est en effet plus judicieux d'apprendre des maîtres, qui ont passé leur vie à chercher des vérités, en lisant tout simplement leurs travaux où se côtoient les signes où "La Nature est un temple où de vivants piliers Laissent parfois sortir de confuses paroles; L'homme y passe à travers des forêts de symboles Qui l'observent avec des regards familiers." Même les "Correspondances" du poème de Baudelaire peuvent devenir des sources de Connaissances ésotériques. À vous de "bien tomber" sur les références qui seront celles dont vous avez besoin, il n'y a jamais de hasard, peut-être des rencontres avec les ouvrages des initiés qui pourront vous apporter les solutions que vous attendez.

Mais pour ne pas vous laisser sur votre faim, sachez qu'une grande partie des symboles ésotériques sont issus d'un hermétisme alchimique d'antan, qu'ils ont gardé la teneur essentielle qui était la leur car il représentent ces vivants piliers symboliques indestructibles mêmes s'ils peuvent être apparemment reniés par une science moderne qui cherche à les réfuter sur des bases logiques assez restreintes car uniquement humaines et non universelles. Les premiers philosophes grecs ressentaient plus les choses qu'ils ne les expliquaient et le résultat était à un tel point remarquable qu'aujourd'hui encore on se demande comment ils ont pu par exemple pressentir l'atome sans jamais avoir eu les moyens matériels ou scientifiques d'en observer, de même quant aux civilisations hindoues ou incas ayant cette connaissance innée du système solaire et des planètes ainsi que de leurs révolutions ou cycle sans pour autant n'en avoir jamais eu de preuve tangible visuellement… N'allons pas chercher dans les mythologies pour constater qu'elles avaient inventé le Big Bang cosmique bien avant que la science n'en décrive les paramètres astrophysiques. C'est par l'observation des symboles qui se présentent à nous naturellement que nous pouvons en concevoir l'existence parce qu'ils s'imposent à nous et non l'inverse. Le symbole véridique vient à l'initié cherchant avant tout la vérité, là où le profane cherche une représentation symbolique de la vérité.

Par conséquent les premiers grands symboles ésotériques sont tous issus d'un ressenti naturel, celui des éléments, du feu, de l'air, de l'eau, de la terre, et les Asiatiques ajouteront le fer, et le bois, ou bien encore d'autres encore plus visibles comme la montagne, le fleuve, le ciel, etc. À chacun d'eux viendra se dessiner le glyphe représentatif correspondant, le symbole qui sera redevenu pleinement actif en l'exprimant volontairement à dessein. Les alchimistes et les astrologues auront leurs signes, les cabalistes les leurs, les occultistes aussi, les religions et autres gnostiques viendront apporter l'eau au moulin du signe qui leur convient, le poisson, la croix, le croissant, l'étoile, l'arbre. En magie opérative l'initié de haute pratique sera à même de créer ses propres glyphes, on les appelle généralement des "sigils" provenant directement des interactions entre les très divers courants ésotériques anciens et nouveaux, du plus profond des signes archétypiques aux plus récentes géométries fractales. Tenons enfin à signaler encore une fois que les conventions des uns ne seront pas forcément celles des autres, que des correspondances existeront mais que seule la volonté de celui ou celle qui les utilise sera en posture d'en imaginer la réalité dans sa propre pratique ésotérique et magique, dans ses propres rituels. En cela chacun est libre de son appartenance à telle ou telle obédience occulte ou chamanique, druidique ou séphirotique, cabalistique ou taoïste, géomantique ou chrétienne, et même un mixte de cet ensemble s'il y trouve sa vérité au fond de lui pour se représenter la Vérité autour de lui. Hermès le Trismégiste disait que ce qui est en bas est comme ce qui est en haut dans sa Table d'Émeraude, ajoutons comme certains moines tibétains que ce qui est intérieur en toi est comme ce qui est extérieur à toi !

Les grands symboles sont, avant tout, ceux qui vous apparaissent comme tels et vous seront utiles pour mieux comprendre le monde, il n'y a pas de règle pour savoir par quel "bout" commencer pour en définir un ordre de grandeur, ce dernier vous appartient et s'apparente à une initiation unique et souvent solitaire afin de mieux affirmer sa propre Connaissance sans non plus s'opposer à celle d'autrui car la sagesse reste la ligne directrice d'apprentissage des signes de la Nature, de ceux du cosmos ou plus proches de celui de votre réalité environnante. J'espère vous avoir éclairé sur ce point qui revient souvent dans vos messages et vous pouvez encore me poser des questions ou me soumettre des problématiques directement par téléphone ou via mail (voir les informations ci-dessous sur ma bannière). De même et en qualité de chaman professionnel je reste à votre disposition pour vous aider dans le cadre de mon activité afin d'élaborer des rituels spécifiques qui vous permettront de passer des caps difficiles. Je vous dis à très bientôt et soyez à l'écoute pour définir vos propres chemins symboliques et évolutifs, et sachez que je peux vous y aider si besoin en respectant votre libre arbitre.

Jean-Pascal Bruno, chaman professionnel

 

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #tarot divinatoire, #oracle, #taromancie, #ésotérisme, #vortex, #inframonde, #jeu de tarot oracle, #Rituels de magie

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Depuis quelques années les tarots divinatoires et autres oracles ont le vent en poupe, qu'ils soient d'ailleurs classiques comme le tarot de Marseille avec ses très nombreuses variantes, le Lenormand, le Rider Waite, le grand Etteilla, l'Oswald Wirth, le tarot Thot d'Aleister Crowley, pour ne citer qu'eux, ou bien comme les centaines d'oracles plus récents, lesquels demeurent assez différents dans leur forme et dans leur interprétation. Ces "jeux" ont été assez largement vulgarisés dans leur utilisation pour un nombre grandissant de profanes y trouvant un attrait certain et parfois des réponses existentielles intéressantes, mais doit-on voir dans cet engouement soudain aussi une montée en puissance de la spiritualité de nos contemporains ? Rien n'est moins sûr puisqu'avec la crise sanitaire ces derniers auront eu le temps de chercher une occupation originale entre les quatre murs d'un trop long confinement plutôt qu'un véritable éveil de l'esprit révélateur d'une haute aspiration… Ceci dit, les tarots et les oracles peuvent s'avérer apporter un réel bénéfice quant à la valeur de leur enseignement si l'on s'y attèle sérieusement dans une démarche autre que la simple curiosité et non pour n'en faire qu'un amusant passe-temps. Le jeu divinatoire avec des représentations sous la forme de cartes à jouer ne date pas d'hier et même si les supports ont pu largement évoluer au fil des siècles les Hommes ont toujours cherché dans cette forme de voyance des réponses à leurs problèmes, surtout des solutions ou de précieux conseils. Mais l'utilisation de ces tarots et oracles n'est pas une simple affaire, la cartomancie est un Art ésotérique complexe dont l'apprentissage demande des années avant d'en comprendre les moindres symboles, les possibles interconnections et correspondances, les sournoises oppositions entre les cartes, les infimes variations et autres subtils pièges pour débutants ou pour les novices en la matière. Toujours est-il que ces jeux ne laissent personne indifférent et chacun y trouvera son compte même si celui-ci n'est pas forcément le meilleur, selon les interprétations et le niveau de chacun.

L'image de la mystérieuse gitane tirant les cartes au gentil passant pour dévoiler son avenir se trouve bien éloignée de la réalité d'aujourd'hui où dans ces tarots et oracles se côtoient pêle-mêle les conseils de psychologie, les révélations astrologiques, les orientations professionnelles, les attractions amoureuses, les symboles hermétiques ou occultistes ainsi que les suggestions dignes du plus pur coaching de startup. Dans tout ceci, sans distinction, comment le profane pourrait-il y voir plus clair dans sa vie lorsqu'un tel méli-mélo finit par embrouiller l'esprit et l'intelligence au risque d'accentuer encore la confusion des genres et les multiples erreurs d'interprétation ? Car le propre de notre époque, ne l'oublions pas, reste dans cette fausse attitude qui consiste à conforter l'Ego, à lui faire croire qu'il peut s'auto-analyser, qu'il peut se faire confiance dans l'interprétation qu'il fait lui-même des cartes qui vont sortir et s'exposer à son intellect, ceci sans objectivité puisque celui qui consulte les cartes et aussi celui qui les tire. Il peut donc y avoir un réel danger, une avalanche d'erreurs en cascade à vouloir jouer tous les rôles en même temps, à se mentir à soi-même en un ersatz d'objectivité, en cherchant à se faire des tirages divinatoires pour soi-même, et c'est sur ce point qu'il y a méprise en encourageant les profanes, déjà peu enclins à savoir interpréter quoi que ce soit de trop complexe, à jouer le très difficile rôle de taromancien s'auto-consultant…

Mais une autre menace plus importante encore se profile sur ceux qui seraient trop tentés de croire en leurs soudains dons de cartomancie, celle de ne pas comprendre que les cartes sont des portes ouvertes sur un symbolisme actif avec de réelles puissances qui y sont incorporées. Pour l'initié connaissant la potentialité du tarot chaque carte représente le véritable reflet d'une dimension qui ne nous est pas visible ou connue ici-bas, chaque illustration ou symbole se fait le messager de forces tantôt issues de l'inframonde (infernal), tantôt d'une sphère supérieure très inaccessible au commun des mortels. De la même manière qu'il est strictement déconseillé de s'amuser à faire tourner les tables lors de séances de spiritisme improvisées en attirant la plupart du temps à soi des entités négatives du bas astral, il est selon moi tout aussi dangereux de se "laisser prendre au jeu" de la divination par le tarot ou les oracles si l'on n'est pas averti que ce type de "consultation" par les cartes s'apparente à un appel de puissances qui viennent s'intégrer dans un tableau final dont les interconnections forment un message crypté digne des rituels de haute magie incompréhensible au profane, avec parfois un alignement des cartes ouvrant sur un vortex assurément infernal et terriblement menaçant. Entrer dans l'arène avec les fauves sans avoir été prévenu des risques encourus c'est ce qui peut arriver justement à celui ou celle qui se prend au jeu, ou plutôt qui se fait prendre par le jeu en exaltant les cartes d'une énergie humaine propre à attirer ces entités devant ces portes grandes ouvertes. Le risque d'emprise n'est alors pas à écarter si l'on n'a pas pris ses dispositions pour se protéger efficacement avant de procéder à un tirage ou bien si l'on n'a pas effectué les rituels consacrés.

Par cette simple constatation je ne cherche bien évidemment pas à faire peur à ceux qui admirent l'extraordinaire potentialité du tarot ou des cartes d'oracles mais au contraire je mets en garde avec sagesse les apprentis sorciers devant certaines réalités qu'ils n'auraient pas imaginées provenant de ce jeu à la fois divin et parfois démoniaque dans ses pires aspects de tirage, et il y en a priori plus que l'on pourrait le penser… Mon conseil reste simple mais catégorique : si vous êtes encore novice ou profane du domaine de l'ésotérisme alors étudiez longuement les écrits s'y référant, notamment pour la taromancie, avant de vous lancer comme le trop naïf alpiniste débutant devant le mont Everest ! Les dangers sont réels, les cartes je le répète sont des portails, les entités n'attendent qu'un signal énergétique pour faire face et se confronter toutes ensemble lors d'un tirage avec parfois des configurations extrêmes s'apparentant à de la dynamite avec une très courte mèche allumée. De même, il est plus prudent et plus objectivement raisonnable de ne pas se tirer les cartes à soi-même, d'une part le résultat sera invariablement tronqué par le filtre personnel de l'Ego voulant conforter une position selon l'humeur du temps, triste ou euphorique, positif ou négatif dans ses propres vues à moyen ou long terme, et d'autre part vouloir se confronter soi-même à son propre avenir ressemble fort au Narcisse se regardant dans l'eau du fleuve avant de s'y perdre… Assurément, le tarot divinatoire et les oracles, avec leurs lames majeures si percutantes, sont de précieux outils pour les initiés disposant pleinement de la Connaissance des Arts ésotériques et il est très intéressant de s'en instruire lors de certains rituels de magie demandant des ressources ou des guides que l'intuition saura mener à bien pour trouver des solutions très efficaces aux problématiques soumises.

En qualité de chaman professionnel j'ai parfois recours aux outils que les tarots traditionnels proposent, avec néanmoins ce recul suffisant pour que les cartes ne soient que le miroir d'une réalité potentiellement à venir qu'il faut analyser plus précisément pour s'en instruire des signaux dégagés sans en être ni prisonnier, ni trop persuadé. L'avenir est avant tout celui que l'on construit et non celui qui nous est seulement proposé par les cartes, même si celles-ci s'avèrent prometteuses et attrayantes. Il faut avant tout voir dans la cartomancie une aide annexe, une orientation ou un fil conducteur qui ne doivent pas se substituer au rituel en lui-même, lequel doit rester la principale armature par laquelle la magie opère véritablement en accord avec la volonté légitime de la personne qui consulte. Enfin, je rappelle que l'ésotérisme est une affaire de professionnel dans la pratique, que par contre il n'est pas interdit (bien au contraire) de s'informer sur ce domaine si vaste qui permet d'élargir son champ spirituel tout en libérant une saine énergie révélatrice de soi et du monde. Dans cette optique depuis plusieurs années vous êtes nombreux à suivre ce blog qui aborde tous les domaines de l'ésotérisme et vous pouvez d'ailleurs me joindre pour m'en proposer des thèmes ou me poser des questions, de même je reste à votre disposition pour des rituels ciblés afin de répondre à vos demandes pour résoudre des problématiques sur lesquelles vous auriez besoin de conseils dans le cadre de mon activité professionnelle. Mes coordonnées téléphoniques sont ci-dessous, avec ma bannière à cliquer pour me contacter par écrit si besoin. Je vous dis à très bientôt, de vive voix ou à lire vos demandes légitimes !

Jean-Pascal Bruno, chaman professionnel

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #spiritualité, #Chamanisme, #destinée, #rêve lucide, #Rituels de magie, #ésotérisme, #sphère étherique, #zone astrale

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Nous passons une grande partie de notre existence dans un état non conscient lorsque nous dormons et nous savons tous que nous rêvons même si beaucoup ne se souviennent pas de leurs rêves ou seulement de manière très parcellaire et fugace, mais seuls certains initiés savent que le domaine du rêve peut apporter des réponses, voire des solutions à nos problématiques existentielles, c'est alors toute une science et même un art que d'en dévoiler les secrets pour parvenir non seulement à se souvenir de nos expériences oniriques mais aussi et surtout d'entrer en pleine conscience dans cet univers pour en diriger les aspects les plus significatifs avec une ferme mais sage volonté pouvant amener à ce que l'on appelle "le rêve lucide". Diverses méthodes existent pour arriver à un tel exploit qui requiert néanmoins pour le simple profane qui s'y adonne une discipline à la fois complexe, régulière et souvent éprouvante puisqu'il faudra plusieurs années d'expérience pour commencer à percevoir des résultats satisfaisants. Dans de nombreuses traditions ancestrales le rêve, qu'il soit lucide ou non, est considéré comme une incitation à interpréter ou à suivre ce qui a été entrevu ou suggéré, cela peut être une simple information ou bien une forte recommandation, voire un avertissement… C'est en cela que le rêve dispose d'une extraordinaire capacité de dévoilement d'un futur qui pourrait arriver ou que l'on devrait éviter, certains y verront seulement la faculté que possède notre cerveau à compiler une grande masse d'informations pour en restituer une trame personnelle plus ou moins cohérente, d'autres, plus sages ou expérimentés, y verront quant à eux le message provenant d'une sphère mentale dans laquelle nous pouvons voyager et rencontrer des entités de très bon conseil (ou au contraire perturbatrices).

Dans tous les cas il y a un grand intérêt à se souvenir de ses rêves, ils sont le reflet de ce que nous sommes aussi mais vu sous un angle essentiellement "mentalisé" où l'expérience onirique aura su se défaire des lois d'une réalité matérielle trop étroite pour s'exprimer entièrement, ainsi c'est en totale liberté d'action que se meut la psyché dans cette dimension extra-corporelle ouvrant la porte à tous les possibles. Pour qui se souvient d'un de ses rêves, l'expérience ne laisse jamais insensible, elle apporte cette surprenante sensation d'avoir rencontré l'inconnu, d'être soudain sortie d'une mythologie personnelle vécue avec ses décors, son récit et ses personnages. Pour autant l'aspect le plus perturbant réside dans cette réminiscence que, d'où l'on vient de sortir, la réalité n'avait jamais été aussi puissante, aussi précise et cohérente. Mais le rêve s'efface rapidement sous le poids d'une autre réalité plus matérialiste qui replace presque instantanément ses propres logiques et son propre formatage comme si l'information se devait d'être de nouveau modelée à l'environnement immédiat pour être validée par le corps et par l'esprit dans une fusion parfaitement recalibrée. Ainsi il y a comme une incompatibilité entre deux mondes, entre deux réalités puisque celle du rêve existe aussi et que l'on ne peut pas affirmer qu'elle n'est pas réelle, elle dispose juste de lois et de règles qui sont différentes, qui s'entendent selon des prismes intellectuels et mentaux basés sur d'autres schémas, sur ceux qui appartiennent à la spiritualité et au détachement du corpus physique.

Vouloir s'attacher à retrouver cet univers onirique où se cachent d'autres secrets sur nous-mêmes, c'est vouloir retrouver sa part de spiritualité qui se situe au-delà de la vision du commun, c'est s'approprier l'autre face de notre réalité avec ses codes et ses logiques, avec aussi des temporalités qui n'appartiennent pas à la physicalité d'ici-bas. Il y a donc une promesse de voir autrement, de voir plus loin et plus haut, et certainement d'en apprendre plus sur nous et notre devenir en entrant paradoxalement dans le monde des rêves, et sans vouloir ajouter à la confusion des termes en entrant dans ce sommeil dit "paradoxal". De ces quelques premiers constats l'on pourra comprendre pourquoi il y a un intérêt certain à se souvenir et ne pas boire l'eau du fleuve Léthé, ce fleuve infernal de l'oubli, afin de fixer toutes ces informations, même les plus invraisemblables puisqu'elles participent à la construction spirituelle de notre entière psyché et à notre devenir en qualité d'être plus complet. Mais il est vrai que notre monde matérialiste refuse catégoriquement son association avec l'onirisme tant les codes sont différents et parfois opposés, ainsi l'on nous apprend très jeune à ne pas "être un rêveur", à agir selon une logique mentale issue exclusivement du cartésianisme ambiant qui de ce fait nous oblige à "avoir" plutôt qu'à "être", à posséder l'extérieur de la matérialité plutôt qu'à entrer dans notre intériorité spirituelle pour la développer. Le chamanisme a su naturellement intégrer cette double facette d'une réalité à plusieurs niveaux sans en privilégier l'une par rapport à l'autre mais au contraire en tirer des leçons de la spiritualité issue des rêves pour apporter des solutions pratiques à mettre en oeuvre au quotidien.

Le chaman, de par son initiation poussée, est un voyageur de l'extrême en terre hautement spirituelle, il navigue avec son esprit sur des océans peuplés d'entités diverses qui tantôt lui prouvent leur gratitude, tantôt cherchent vainement à l'attirer vers le bas, vers cet astral où vivent des aberrations, des monstres et des démons. C'est évidemment en abordant les hautes sphères éthérées qu'il rencontrera les entités les plus emplies de sagesse qui promptement viendront lui proposer leur aide sans autre contrepartie que d'avoir effectué leur devoir. Bien entendu le profane ne peut se muer du jour au lendemain en un chaman expérimenté ou en un moine tibétain pratiquant le "yoga des rêves", par contre le profane peut consulter l'initié pour lui soumettre ses demandes afin de trouver des solutions propres à le faire évoluer selon le meilleur chemin de sa destinée, et parfois la solution est si simple et évidente que le profane n'en voit pas la proximité immédiate en ne regardant pas dans la bonne direction ou en pointant son regard sur un lointain horizon impossible à atteindre, ce qui trop souvent le décourage de continuer à chercher et surtout l'empêche de vouloir évoluer plus en avant. Ce travail sur soi, d'exercer avant tout sa volonté souveraine de suivre sa propre voie, il ne doit pas y renoncer, bien au contraire, le profane peut envisager des travaux via des rituels connus de l'initié que ce dernier pourra adapter à sa demande légitime. Ces travaux, qu'on les nomme "accompagnement spirituel" ou plus basiquement "travaux de magie", ne seront que des fondations désirées afin de construire par la suite sa propre architecture personnelle selon ses propres plans. Ainsi l'initié peut emprunter l'itinéraire onirique du demandeur, surfer sur ses rêves pour tracer la meilleure voie et la lui restituer, lui évitant les mauvaises rencontres en eaux troubles pour qu'il arrive à bon port bien accompagné par un équipage de confiance et de haut niveau.

La lecture lucide des rêves n'est pas l'apanage de tout un chacun, rares sont ceux qui non seulement réalisent cette haute potentialité spirituelle mais aussi qui savent en faire profiter autrui en prenant en charge la responsabilité karmique d'un tel don en accord selon les Grandes Lois ésotériques à suivre à la lettre. Étant chaman professionnel je dispose de cette Connaissance et du devoir d'en partager les ressources à ceux qui me le demandent dans le cadre de mon métier en effectuant des travaux et des rituels appropriés, par conséquent vous pouvez me soumettre vos requêtes afin que je trouve les meilleures voies de résolutions de vos problématiques en interrogeant les entités communes à nos sphères spirituelles et oniriques. Le monde que nous côtoyons chaque jour dans la physicalité que nous impose le matérialisme de nos sociétés n'est que la surface superficielle de la véritable Réalité qui se situe au-delà de la vision profane, donc j'espère vous apporter par mon savoir-faire une autre vision plus élevée depuis laquelle la plupart des tracas et embûches trouveront des réponses pour les dépasser et évoluer sur d'autres horizons plus sereins et bénéfiques. N'hésitez pas à me joindre pour en discuter de vive voix par téléphone ou en m'écrivant, vous avez mes informations de contact ci-dessous sur ma bannière de site ci-dessous. Je vous dis à très bientôt et soyez attentif demain à votre réveil en attrapant votre rêve avant qu'il ne s'éloigne trop vite !

Jean-Pascal Bruno, chaman professionnel

 

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Voir les commentaires

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

"La plus grande ruse du Diable consiste à faire croire qu’il n’existe pas". Ainsi, de nos jours il est assez rare de penser de prime abord que l’on a été possédé par un démon ou bien sous emprise d’un esprit malin, ceci au profit d’autres dénominations faisant allègrement appel à la psychiatrie avec les douces terminologies de névroses, psychoses, phobies, schizophrénies, hystéries, nymphomanies et autres troubles du comportement ou de la personnalité. Autant d’appellations savantes et modernes pour déplacer un sujet devenu problématique au cours de l’histoire en essayant d’apporter une réponse essentielle mais fausse, celle de signifier à l’Homme que le mal est avant tout en lui et ne vient pas d’un autre ailleurs qu’il ne saurait pas expliquer rationnellement. La psychanalyse aussi a su faire croire que le psychisme humain était uniquement intérieur avec certes quelques zones obscures dignes d’un "surmoi" ou d’un énigmatique "ça" pour tracasser le moi et son Ego conscient face à des forces purement inconscientes se promenant de-ci de-là dans un cerveau en pleine ébullition car échauffé par tant de tiraillements internes. Il est clair que déplacer de la sorte les problèmes en leur donnant d’autres noms plus respectueux et imposés par la nouvelle religion que représente la science sous l’égide d’une impérieuse modernité ne pourra que repousser dans les dédales de l’histoire toutes les supposées superstitions ô combien difficiles à ne réellement expliquer que sous le couvert du progrès pour finalement vouloir en voiler l’existence sous des termes médicaux tordus et aux contours très mal définis. Un tel incroyable détournement officiel n’explique strictement rien, ne résout rien en soi mais permet juste de catégoriser astucieusement des symptômes, d’élaborer une méthode d’évitement de l’inconnu, de se dédouaner de ce que l’on ne peut comprendre tout en faisant porter l’entière et unique responsabilité des maux à ceux qui en sont principalement victimes. Bien entendu il existe aussi des dysfonctionnements purement organiques provoquant une grande partie des troubles évoqués mais l’on ne se soucis plus d’en connaître les causes véritablement initiales, d’en percevoir d’autres interactions extérieures pouvant troubler les esprits afin de tenter d’expliquer ces "dérangements" dont sont victimes de bien nombreuses personnes passées sous silence par la seule force de nouvelles terminologies qui sonnent effectivement bien mieux que : possessions, emprises, envoûtements ou attaques et parasitages psychiques par des entités démoniaques…

La plupart des profanes, désireux de ne pas être inquiétés outre mesure, ne cherchent plus depuis longtemps à connaître la vérité sur leurs propres capacités psychiques préférant s’abreuver de fictions cinématographiques avec la certitude d’être totalement à l’abri de forces surnaturelles qui n’existent que dans les films d’horreur d’Hollywood ou dans les romans de science-fiction. Une telle attitude, encouragée par des instances dirigeantes parfaitement au courant, n’aboutit qu’à affaiblir les défenses spirituelles dont tout un chacun dispose mais qui s’amenuisent au fil du temps par manque d’exercice et surtout par un oubli institutionnalisé de les utiliser naturellement… Faut-il jeter la pierre à ces mêmes institutions qui préfèrent comme d’habitude maintenir la population dans l’ignorance plutôt que d’enseigner ce que des traditions ancestrales pratiquaient couramment avec la plus grande lucidité et humilité ? L’on pourrait croire heureusement que quelques initiés seraient à même de relever ce défi de l’enseignement mais précisément en matière d’exorcisme l’église a su s’arroger une sorte de monopole qu’elle ne désire pas partager. De même, et sur un autre registre, de nombreux marabouts profitent de l’ignorance des foules pour exercer une emprise directe sur leurs clients trop naïfs pour y voir les manipulations psychiques dont ils sont victimes en les consultant car ce ne sont généralement que d’habiles escrocs ou de dangereux manipulateurs. Je vous déconseille bien évidemment tout contact avec ces marabouts dont il est de notoriété publique qu’ils utilisent systématiquement des drogues, sous toutes leurs formes (fumigation, parfums, huiles, décoctions), pour abuser de leur clientèle en faisant passer cette traitrise pour un pouvoir occulte… Pour en revenir à l’Église, plus "orthodoxe" dans ces méthodes, elle délèguera ses prêtres exorcistes consacrés qui réciteront tous le même manuel, les mêmes mots et les mêmes rengaines sans véritablement cibler le mal et adapter les rituels en fonction des types d’entités, car il y en a de très nombreuses et diverses.

Contrairement aux marabouts et aux prêtres d’église, le chaman dispose d’une véritable expérience vécue de la possession puisqu’elle fait partie intégrante de son enseignement et de son accession reconnue par ses pairs. C’est en étant possédé par des esprits à la fois voraces et destructeurs que le chaman en devenir passe durant plusieurs jours par une terrible initiation qui doit le démembrer à la fois dans sa chair et dans son esprit, perdant ainsi symboliquement son corps et dissolvant définitivement les parcelles d’Ego qui le séparaient de la sagesse spirituelle issue des sphères supérieures. Ce n’est qu’en perdant son existence terrestre et en y renonçant par l’initiation que le chaman peut comprendre et accéder aux forces de la Nature (forces telluriques de l’air, de la terre, de l’eau et du feu) ainsi qu’aux esprits les plus bas mais aussi les plus élevés. Il n’existe pas d’initiation plus difficile et complexe  à suivre, d’autant plus qu’elle ne peut être orchestrée que par un ancien chaman désignant son successeur parmi un ensemble de nombreux prétendants déjà très instruits des rites. Le chaman en exercice sait donc par expérience, corporelle et spirituelle, ce qu’il devra guérir et à qui il aura affaire, pouvant désigner avec assurance les esprits démoniaques destructeurs et ceux avec lesquels il pourra les contrer en usant des rituels ancestraux et des puissances telluriques dont il saura capter les flux les plus adaptés. Avec les années et la grande diversité d’entités consultées ou repoussées, le chaman accomplit ses rituels en pouvant guérir par delà les distances en passant par l’éther, en informant les guides des hautes sphères d’agir pour rétablir les équilibres et soigner les énergies corrompues par des entités parasites ou démoniaques.

Les rituels chamaniques ne sont quasiment jamais écrits et seule la transmission orale est permise pour les rares élus en ayant les capacités mais aussi la volonté de perdre une humanité formatée par la matière pour élargir le champ des possibles sur d’autres niveaux éthérés ou astraux, voire plus loin encore… En occident les mots manquent pour aborder cette surréalité dont très peu d’initiés ont pu tester la puissance de guérison par des rituels chamaniques mais l’on peut dans une certaine mesure associer l’univers du chaman à certaines pratiques ésotériques de très haute magie avec des similitudes qui ne font que confirmer la justesse des enseignements et des pratiques ésotériques. Dans cet ordre d’idée le chaman est un exorciste hors pair, il dépasse de loin toutes les pratiques uniformes des églises et encore plus les maigres connaissances des marabouts manipulateurs, il accède directement à la source du mal et entre sans effort en dialogue spirituel avec tous les types d’entités, même les plus démoniaques et dangereuses car il les connaît pour les avoir vaincu lors de sa mort initiatique, elles le reconnaissent aussi comme un être éthéré puissant ayant su dépasser sa basse condition d’Homme mortel et les limites de la simple raison. Lorsqu’il doit guérir un individu le chaman perçoit de suite la source du mal et sa cause, ainsi il reconnait les entités élémentaires qui peuvent parasiter les esprits et les affaiblir, il sait comment les écarter par ses rituels, ce que l’on pourrait assimiler à une purification via une incantation, de même pour les entités démoniaques plus dangereuses encore, il peut les conjurer en les exhortant de sortir du corps ou de l’esprit de leurs victimes, cet acte n’est finalement rien d’autre qu’un puissant processus d’exorcisme en nommant le démon pour lui faire lâcher son emprise et rejoindre sa sphère infernale initiale. Enfin, le chaman n’a aucune sorte d’animosité contre les basses entités, il sait qu’elles sont aussi nécessaires à la bonne marche du monde, qu’elles participent à leur place à organiser les flux négatifs dans leur zone d’action, tout comme les entités élevées s’occupent des tâches dites positives à une autre échelle.

Comme vous le savez ma pratique du chamanisme m’a permis d’exercer professionnellement cette activité difficile mais passionnante, difficile car chaque jour un nouveau défi se présente à moi pour aider une personne victime d’envoûtement ou d’emprise avec parfois de complètes possessions par des entités néfastes, passionnante puisque mes connaissances me permettent depuis de nombreuses années d’affiner encore ma maîtrise et d’en faire profiter certaines personnes ayant des capacités pour en faire bonne usage, comme ici sur ce blog qui joue le rôle d’un passeur de mémoire mais aussi celui qui permet d’alerter sur les dangers à vouloir user de l’ésotérisme de manière égocentrique et personnelle. Le travail de chaman, et d’autant plus en exerçant les fonctions d’exorciste, m’a appris à user de sagesse pour autrui et non pour acquérir un pouvoir personnel, d’ailleurs les véritables chamans savent qu’ils ne peuvent réellement exercer qu’en mettant définitivement leur Ego de côté afin d’aller bien au-delà de certaines limites où le poids de cet Ego les empêcherait de s’élever. De même je suis ouvert à toute demande d’aide, notamment dans le cadre de mon activité afin de rendre la lumière à ceux qui l’ont perdue, que ce soit à cause d’un contexte difficile ou bien s’il s’avère qu’ils sont sous une emprise quelconque (envoûtement magique, possession démoniaque, affaiblissement par une entité élémentaire, etc.). Je reste donc à votre disposition et vous pouvez me joindre via mes coordonnées téléphoniques sous ma bannière ci-dessous ou en cliquant dessus pour m’écrire. Je vous dis à très bientôt !

Jean-Pascal Bruno, chaman exorciste professionnel

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #Esoterisme, #Magie sexuelle, #couple, #magie rouge, #problème de couple, #sauver son couple, #sexualité sacrée

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Percevoir la relation de couple sous un autre angle plus ésotérique que celui du profil psychologique habituel permet d’aller beaucoup plus loin non seulement dans la compréhension de cette relation spéciale mais aussi d’en définir des solutions bien plus abouties et directes en cas de problème de couple à résoudre efficacement. Se placer dans cette perspective, sous cet angle plus subtil, c’est en quelque sorte faire abstraction de son propre filtre personnel afin de plonger dans le monde complexe des symboles avec leurs puissances d’évidences qui surgissent presque immédiatement à l’esprit mais c’est aussi parfois être perdu ou plutôt aveuglé par ces mêmes éclats de vérités qui s’imposent à soi. Il est donc important de signaler que les révélations qui vont suivre pourront toucher à jamais ceux qui les liront (en y repensant plus tard dans certaines circonstances en couple) ou bien les laisseront totalement absents en dehors de toute étincelle pouvant éclairer leurs esprits. Dans les deux cas il ne faut pas s’inquiéter pour autant d’entrer dans un domaine où la perception du couple n’a pas la même valeur logique qu’ici-bas mais la dépasse par sa symbolique dont la représentation s’apparente à la véritable forme recherchée plus élaborée, si néanmoins cette traduction peut s’en approcher de notre vision ordinaire pour en exposer la teneur exacte par les mots.

Cette traduction des symboles a d’ailleurs toujours été la principale difficulté qu’ont eu les initiés a exposer de manière claire sans être tentés de simplifier ce qui ne peut que rester complexe par définition, c’est pourquoi la plupart des symboles forts peuvent aussi se représenter basiquement par des signes géométriques, ceux que les profanes perçoivent comme "cabalistiques", afin que ces signes parlent directement à l’inconscient de chacun sachant ainsi les décrypter sans passer par un intellect réducteur ou perturbateur. De même que les mathématiques sont universelles, la géométrie et les signes qui en découlent s’apparentent à une projection symbolique d’une réalité profonde, celle-ci touche essentiellement le principe vital en chaque humain et sa démultiplication par la voie du couple sous toutes ses formes primordiales qui en exposent de facto ses relations fondamentales, ses liens prédominants et ses métamorphoses décisives.

Commencer la problématique générique du couple par l’individu seul qui en compose l’une des deux moitiés pourrait sembler déplacé, pourtant nous savons tous que l’intérêt du couple passe par cet "intéressement initial" de l’un pour l’autre, et si possible inversement pour que l’histoire perdure. Dans sa solitude tout ne tient qu’au bout du fil de son Ego suspendu à sa destinée, l’individu, indivisible comme le simple point que l’on trace, n’aura de cesse que de s’exprimer pour sortir de son état d’unicité et se développer par son activité en définissant une direction à envisager pour lui-même. Mais sa volonté directrice d’exister en dehors de lui-même s’apparente à une extension de sa personne, à sa projection sur une ligne, lui qui n’est qu’un unique point perdu dans l’immensité des possibles et dont le choix le dépasse. C’est donc dans cette "dé-tresse" (c’est-à-dire "non tressé", non relié) qu’il cherchera un autre point d’appui, autre que sur lui-même, pour entrevoir une perspective, une ligne à emprunter, dans cet infini des possibles. Trouver un autre "point de vue" acceptable en ce sens qu’il pointe de concert dans la même direction, voici donc le challenge d’une potentielle union pour s’accorder selon des objectifs communs avec des perspectives proches ou identiques, définir un lien social en duo : un couple.

Relier ces deux Égos, relier ces deux points les transforme en une ligne directrice, et l’on dit couramment que les deux individus ont un "attachement" l’un pour l’autre, comme l’élaboration d’un fil conducteur, d'un "trait d'union" qui les mènera à construire le vecteur de leur vie (un vecteur étant une ligne bien orientée). Pour la grande majorité le lien qui unit, comme étant le facteur premier à prendre en compte, ce sera le lien sexuel, un point de vue dont la complémentarité géométrique des sexes donnera raison d’emblée dans ce que l’assemblage des volumes charnels apporte comme une solution de prime abord évidente que la nature a offerte à l’humain comme à beaucoup d’autres animaux moins évolués. Les anciens pétroglyphes, ces signes gravés sur la roche bien avant l’écriture, ont cette particularité de signifier le membre sexuel de l’homme par un trait dressé qui sort de son corps alors que le sexe de la femme sera lui aussi formulé par un trait, mais celui-ci sera verticalement inscrit intérieurement sur le triangle du pelvis de son corps pour simuler sa vulve. Deux traits primordiaux pour représenter un lien sexuel déjà primordial à l’aube de l’humanité, deux lignes qui déjà avaient cette volonté de s’unir en un seul lien parfaitement identifiable pour chacun des sexes. Dans certains rituels sexuels de magie rouge sur des dagydes (poupées de cire) les mêmes représentations sexuelles simplifiées reprennent les mêmes codes qu’au début de l’humanité : un trait tout aussi représentatif, une ligne de vie parfaitement significative. Dans le rituel au nom évocateur de "nouage de l’aiguillette" encore une fois le travail de magie aura pour fonction de briser symboliquement la ligne sexuelle d’un homme par un noeud pour lui faire perdre sa virilité, ceci ponctuellement ou définitivement si le noeud s’avère impossible à dénouer !

Mais au-delà du simple acte sexuel c’est bien de transmission et de génération par le couple ainsi formé que s’impose l’union et l’on ne pourra encore une fois qu’y voir un lien de filiation, ce fil du fils ou de la fille, et même un tissu familial issu de ces liens entre deux individus, le "croisement" de ce tissage, parfois même un métissage. Mais comme vous vous en doutez, le fil ne garde pas toujours une direction rectiligne, cette dernière est même assez rare dans la Nature pour faire place à une forme bien plus répandue : la spirale. Un fil qui s’enroule, un fil dynamique qui ne garde pas sa rectitude mais qui non plus ne s’emmêle pas (car un noeud serait fixe et non dynamique), ce fil prend alors cette forme spiralée (en deux dimensions) ou hélicoïdale (en trois dimensions). Les esprits alertes y verront de suite la parfaite illustration d’un lien encore plus significatif : celui de la double hélice de l’ADN. Comme nous le voyons, le symbole pur rejoint la physique moléculaire puisque les liens qui unissent les couples s’inscrivent dans ces échanges génétiques où chacun offre à l’autre une part égale de son génome, un brin d’ADN se combinant à celui de l’autre : la boucle est bouclée, le lien est scellé par ce duo de fils moléculaires spiralés. Dans de nombreuses cultures anciennes la spirale représente la Vie et l’évolution mais aussi une dynamique spirituelle qui relie de bas en haut comme une volonté d’élévation en passant par les épreuves initiatiques que l’existence apporte tel ce labyrinthe à parcourir, lui-même étant une complète représentation doublement spiralée dans la tradition hindouiste, ce qui en dit long sur leurs connaissances du principe vital et existentiel. Dans d’autres représentations c’est la mèche qui brûle qui symbolise la vie qui passe, l’on pourra aussi y voir son pendant moléculaire avec les télomères des gènes qui s’amoindrissent au fil des années pour finir par marquer la mort de la régénération cellulaire, et la mort de l’individu…

Mais parfois le lien peut aussi être rompu dans le couple ou pire se brouiller si chacun tire trop la corde à soi pour s’affranchir de l’autre, c’est alors le "noeud" du problème qui apparait et qui sera difficile à démêler, sauf dans certains cas ou le "dénouement" sera positif pour restituer la bonne ligne à suivre sur laquelle l’on s’entend de nouveau à deux. Bien entendu toute la symbolique exprimée ici sur des niveaux psychologiques, physiques et moléculaires, ou bien purement géométriques se retrouve aussi dans des sphères encore plus complexes mais qui utilisent exactement les mêmes schémas directeurs sur toutes ces diverses strates, c’est-à-dire les mêmes "champs morphiques" (comme le dirait Rupert Sheldrake). Ainsi les symboliques se retrouvent encore une fois en termes de liens karmiques, de structures de corps éthérique ou astral, de champs de forces et d’échanges entre les chakras, d’attraction et de répulsion selon des Lois universelles. L’on pourrait de manière holistique voir dans l’Humain une supra-structure où l’ensemble de ces niveaux sont imbriqués par des liens subtils, lesquels génèrent des effets dont le profane n’a que rarement conscience dans son existence, c’est en ce sens que l’étude de l’ésotérisme permet à l’initié d’aborder sous une forme codifiée avec ses symboles et ses lois ce qui n’est pas simplement accessible aux sens communs. Les liens ésotériques du couple font partie intégrante des connaissances indispensables afin de comprendre les rouages du monde mais aussi d’en percevoir le but véritable de l’existence, de la vie, de la mort et de leurs cycles évolutifs.

Les liens ésotériques du couple peuvent être décryptés avec l’aide de travaux dont les rituels permettent de mettre en lumière certains aspects importants pour résoudre les éventuelles problématiques plus quotidiennes qui pourtant en dépendent très directement… C’est en anticipant les effets négatifs qui pourraient intervenir qu’il est plus aisé d’en surmonter les embûches et d’éviter les ruptures des liens que j’ai évoqués ou de démêler les inévitables quiproquos à l’image de ces noeuds dont on a trop souvent du mal à dénouer les fils ! Je reste à votre disposition pour répondre à vos questions et si besoin pour aider votre couple si celui-ci se trouve dans ces situations difficiles où un travail de fond saura mettre en lumière les solutions avec les rituels adaptés au contexte qui est le votre dans votre couple. Pour ce faire merci de me joindre, par téléphone ou par écrit en suivant mes coordonnées sur ma bannière ci-dessous. Je vous dis à très bientôt et évidemment souhaite un excellent début d’année 2022 à ceux qui n’auraient pas encore lu mon précédent article !

Jean-Pascal Bruno, chaman professionnel

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #Esoterisme, #initiation, #secret, #ange gardien, #entités, #énergie vitale, #destiné

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

"L'Homme étant libre, est condamné à la Liberté". Par cette puissante sentence de l'ésotériste Frithjof Schuon issue de son ouvrage "Ésotérisme, comme principe et comme voie", c'est toute la contradiction de l'Existence de l'Humain qui s'exprime, tant dans l'essence même des contraintes que sa destinée lui impose que par l'impérieuse possibilité d'exercer une volonté souveraine sur sa vie pour en fondre le métal précieux qui saura forger l'outil façonnant son âme immortelle à des fins d'évolutions infinies. Il y voit dans la pratique et la connaissance de l'ésotérisme ce même outil, certes caché aux plus profanes mais commun à tous et accessible à ceux qui le désirent véritablement, outil qui permet de réconcilier la matière et l'esprit dans l'expérimentation de ce que l'on pourrait appeler plus trivialement la magie, avec ce secret espoir de voir en l'une (la matière) le tremplin nécessaire pour le second (l'esprit), de ne pas les opposer mais de faire correspondre avec intelligence ce qui est en bas avec ce qui est en haut, comme le suggérait la Table d’Émeraude d'Hermès Trismégiste. Ainsi naissait aussi le quadruple principe, véritable chemin de l'initiation s'inscrivant sur la face des quatre piliers vivants du Temple de Salomon, quatre verbes agissants sur cette voie initiatique sacrée : Savoir, Vouloir, Oser, et se Taire...

D'où viennent ces principes ? De quelle vérité intérieure sommes-nous certains d'en concevoir la réalité objective ? Notre volonté à comprendre par l'intellect suffit elle à capter la connaissance du monde et son essence ? N’existe-t-il pas d’autres sources que celles que nous captons habituellement par nos sens communs ? Ces questions existentielles sont à la base de la métaphysique et de l’ésotérisme dès lors qu’on en aborde les sujets, de par l’intellect pur ou par des détours de la pensée qui nous suggèrent que viennent les réponses à la fois de notre for intérieur mais aussi d’un extérieur qui pourtant nous appartient également, c’est ici le paradoxe de la pensée, de laquelle nous ne savons jamais si elle germe en nous de notre propre chef et de l’apport dynamique de notre expérience, ou si certaines graines ont été semées en nous pour faire croître ce désir d‘apprendre et d’évoluer. Et dans ce cas qui est le semeur ? La doctrine ésotérique, la gnose, nous enseigne qu’il existe d’autres dimensions plus subtiles de nous-mêmes qui ne nous sont pas directement accessibles, ni par l’intellect ni par les sens physiques, qu’elles interagissent néanmoins à chaque instant durant nos expérimentations terrestres, c’est-à-dire dans le rapport privilégier à la matière que nous avons de par notre incarnation, de par notre incorporation dans cette même matière pour en tirer des leçons et en ressentir la véritable et essentielle teneur.

Une autre importante révélation ésotérique nous explique très clairement pourquoi nous n’avons plus accès immédiat à la complète intégrité de notre « être » : justement à cause de cette incorporation dans la matière, laquelle, d’une certaine façon imagée, a largement brouillé notre gamme personnelle de fréquence vibratoire pour ne laisser percevoir que les notes les plus basses en filtrant celles qui vibrent plus rapidement et en les rendant inaudibles à nos propres sens. Expérimenter la matière dans un corps ici-bas serait donc un peu comme revêtir un lourd scaphandre pour sortir de chez soi, avec les quelques inconvénients qu’impose cette panoplie, ceux d’être évidemment bien moins à l’aise pour se mouvoir, pour communiquer facilement ou bien pour percevoir clairement l’environnement immédiat à travers le casque hermétique et sa visière déformante. L’on retrouve d’ailleurs cette vision des choses dans notre propre filtre personnel, celui de l’Ego incarné, notre « scaphandre » qui écarte toute objectivité en faisant sienne une réalité totalement tronquée et déformée par sa petitesse vissée à la lourdeur d’une matière qu‘il doit animer tout en la portant.

Si « l’être véritable », celui que nous sommes tous, plus complet et intégral, se trouve ainsi diminué par un tel processus d’incarnation, alors quel est donc l’intérêt d’une telle épreuve apparemment si réductrice ? La Vérité pourra paraître plus simple qu’elle pourrait l’être en cherchant trop loin si l’on conçoit très logiquement qu’il suffit à un autre niveau basique de se poser la question suivante qui utilise encore une fois l’image précédente : pourquoi les hommes revêtent-t-ils des scaphandres ? La réponse est évidente : pour explorer un environnement difficile ou hostile de manière plus accessible... C’est exactement la même réponse, notre « être intégral » s’est incarné dans un « costume corporel » pour explorer la matière et sa gamme de fréquences trop lourdes et trop basses pour lui, c’est d’ailleurs une expérimentation d’intégration « in vivo » dans la matière. Pour comprendre et percevoir le principe vital, rien de mieux que d’en expérimenter plus directement l’essence même, c’est-à-dire devenir un « être vivant » intégré dans une dimension basse en laissant derrière soi, momentanément le temps d‘une courte vie, sa propre stature multidimensionnelle et intemporelle.

L’intérêt de cette expérience « de vie » réside aussi dans sa captation ressentie de la notion restreinte d’Espace et de Temps, ce qui ne serait absolument pas possible dans la dimension supérieure purement éthérique dont nous sommes issus, car comment percevoir et comprendre le Temps et ses petites déclinaisons si l’on vient d’une contrée où n’existe qu’une temporalité absolue et infinie, idem pour un espace de dimensions infinies... Et ajoutons l’entropie, là où existe le Temps et la Matière alors celle-ci dégrade son énergie informationnelle, ce qu’il est strictement impossible de percevoir dans une dimension où l’immanence absolue est une règle, où tout coexiste sans temporalité spécifique ni perte d‘information car tout « est » et demeure comme un Tout. Bien entendu, la partie humaine et terrestre n’a aucune idée précise et nette, de par sa petitesse géométrisée, de toute l’étendue de ce qui lui est pourtant néanmoins propre, situé bien au-dessus, dimensionnellement parlant. L’Homme n’y voit, à son strict niveau logique, qu’une perte de mémoire qui n’est autre qu’une perte informationnelle de sa propre notion d’existence supra dimensionnelle. Il en résulte une totale incompréhension, toute relative, de sa vraie nature supérieure qui est bien présente mais inaccessible à son intellect et à ses capacités de perception.

Là où nous pensons ici-bas vivre une expérience de vie qui nous apportera quelque chose de consubstantiel à notre nature terrestre, finalement c’est l’inverse, nous sommes le produit expérimental de notre nature supérieure qui s’instruit de notre basse nature dans une situation dimensionnelle restreinte pour en capter les éléments simplifiés là où il est possible de les vérifier, en les vivant. L’ésotérisme nous apprend cette Vérité qui s’apparente à un terrible secret, le plus grand qui existe puisqu’il nous révèle que notre réalité n’est que le reflet appauvri et très basique d’une « sur-réalité » à laquelle nous faisons aussi partie mais dont nous ne pouvons pas avoir conscience en l’état au niveau d’incorporation qui est le nôtre, du moins en partie inférieure de nous-mêmes... C’est de l’idée même de cette Vérité que nait le passage vers l‘éveil, celui de l’initié qui sait surmonter tous les obstacles terrestres puisqu’il fait sienne cette notion d’une Réalité plus grande dont il fait partie intégrante sans pour autant pouvoir en prouver l’existence supérieure, l’on dit alors qu’il doit y « croire » pour se la représenter, il en acquiert ce que les croyants appellent la foi et que les profanes ne reconnaissent pas comme une vérité cardinale, à leur niveau dimensionnel terrestre...

Serez-vous, vous aussi, un initié pour savoir prendre la liberté qui vous est offerte d’y croire ? Maintenant que vous savez, cela ne tient qu’à votre moi terrestre de lever les yeux de l’esprit vers qui vous êtes réellement pour tenter de capter cette voix intérieure qui parfois murmure votre propre Vérité, ce savoir secret pourtant présent en vous, cet autre vous-même qui vous apporte l’inspiration intellectuelle, la volonté d’aller de l’avant, le désir d’oser ce qui semblait impossible, et ce choix de parfois rigoureusement taire ce secret afin de ne pas contourner les règles de l’expérimentateur, lequel n’est autre que vous, dans une dimension supérieure à celle que vous vivez. Pour l’Année 2022 qui se présente, soyez ouvert à votre propre destiné, découvrez les possibilités qui s’offrent à vous pour dépasser vos limites et retrouver la part cachée qui vous appartient, n’hésitez pas à me joindre par téléphone ou bien sur mon site (voir les informations de ma bannière ci-dessous), à très bientôt, en vous souhaitant une excellente nouvelle année, surprenante et bénéfique !

Jean-Pascal Bruno, chaman professionnel

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #haute magie, #Esoterisme, #occultisme, #loi d'attraction, #cycles cosmiques, #ombre et lumière

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Comme chaque année, et ceci est tout à fait habituel et normal, nous allons atteindre le pic de la nuit la plus longue, du principe lumineux au plus bas, de ce solstice d’hiver en approche en ce 21 Décembre pour l’hémisphère nord. En ésotérisme ces périodes d’obscurité et de lumière participent activement à l’élaboration des rituels en accentuant ou en atténuant certaines magies dont les effets seront d’autant plus affectés qu’ils seront en accord avec leurs principes plus enclins à suivre une voie lumineuse ou une voie plus sombre, ainsi il est généralement admis par les initiés d’effectuer préférentiellement les rituels de magie noire les plus complexes entre le 1er Novembre et ce 21 Décembre, une période de forte régression lumineuse très en phase avec ce type de travaux plus axés sur une destruction volontairement cachée ou invisible. Cette "oeuvre au noir", symbolique ou opérative, dynamisée par l’assombrissement du lieu où elle se déroule, a permis durant toute l’Histoire de l’Humanité de régler les saisons pour gérer de manière optimum l’agriculture (semailles, moissons, rythmes de fertilité de la terre) mais aussi d’instaurer des cultes sacrés qui seront directement inspirés par les phases solaires, la Lumière étant alors évidemment source de Vie et d’abondance. Par opposition les mois "sombres" (et plus précisément toute la période hivernale) ont été associés à la Mort, à la déchéance, au manque et à l’angoisse de l’obscurité. Dans une même mesure, ce que l’on ne voit pas à cause du manque de lumière devient alors un monde non-visible et donc invisible avec ses habitants qui forcément seront d’engeance négative.

Depuis l’arrivée de l’électricité et de la luminosité artificielle à foison nous avons perdu cette indicible angoisse de l’obscurité qui tenaillait nous ancêtres pas si lointains et dont la lueur des seules bougies ou lampes à huile pouvait les sauver de la noirceur de la nuit, des créatures qui la peuplaient et des forces du mal inventés ou réels. Pour autant le monde de l’invisible est toujours présent, il continue d’exister sans être affecté par nos technologies modernes, lui aussi a su s’adapter et infiltrer ce que nous avons pu créer de plus obscure et de plus sombre, nos créations sont à l’image de puissants golems modernes, parfois incontrôlables et sachant échapper à leur maîtres et créateurs… Seraient-ils encore plus dangereux aujourd’hui qu’hier ? Là où l’humain reste égal à lui-même, nos créations ne nous auraient-elles pas déjà surpassé, avec peut-être ce que justement nous ne voyons pas, une sorte de côté obscure d’une force que nous avons engendrée sans le savoir ? Nos rythmes circadiens, d’activités diurne et nocturne, nous rappellent sans cesse et invariablement qui nous sommes avec nos faiblesses humaines, l’existence de cette alternance de la lumière du jour avec celle de la nuit, ainsi aux saisons plus sombres reviennent invariablement et quotidiennement de petites phases opposées que notre physiologie doit accepter au risque de se soumettre inconditionnellement à une activité forcée le jour venant, et au repos imposé à la nuit tombée.

De cette incapacité à savoir toujours veiller sans nous épuiser, à ne pas rester actif jour et nuit sans en avoir de lourdes séquelles, nous avons inventé la "machine" pour travailler à notre place lorsque nous dormons du sommeil du juste. La machine est de ces golems idiots et forts qui exécutent les tâches difficiles sans en être conscient car dénués d’intelligence, mais d’autres machines plus évoluées sont apparues, elles nous imitent dans notre accès à la logique, elles savent même beaucoup mieux compter que nous et bientôt aussi peut-être même mieux penser que nous. Du "computer" qui additionne les chiffres nous avons aujourd’hui "l’I.A" qui tente de cloner notre intelligence sans pour autant en avoir conscience. L’on dit que "Science sans conscience n’est que ruine de l’âme", l’I.A n’a pas plus d’âme que de conscience et devient néanmoins ce golem presque indispensable qui se libère des chaines de ses créateurs lorsqu’on le laisse penser à notre place dans le silence invisible de ses froids circuits de silicium aussi inertes que la mort elle-même… Voici donc ce côté sombre qui nous échappe, il s’est inséré dans notre quotidien, il est invisible à nos yeux, il est partout et sait prendre le pouvoir que nous lui avons offert, il n’est pas humain, il a su grâce à nous s’expurger de la grotte sombre de la préhistoire pour s’incorporer dans la matière finement usinée par ses semblables. Le règne de la machine, du robot et de l’I.A vient de débuter.

Et la magie dans tout ceci ? Pour les initiés de haut niveau elle est présente partout. Dans nos décisions, de bas en haut de l’échelle sociale, dans nos activités, du plus humble au plus notable et puissant, dans notre environnement, du sol naturel et immaculé jusqu’au plus moderne de nos grattes-ciel d’acier et de béton. Pourquoi ? Parce que toute pensée, toute action ou tout espace suit les principes imprescriptibles des cycles qu’imposent les oppositions et les alternances, du jour et de la nuit, du feu et de la glace, du vivant et de l’inerte, du visible et de l’invisible, de l’imposé et du volontaire… Ces principes faisant partie intégrante à la fois de l’ordre de la physique de la matière en perpétuelle mouvement et de celui de l’immanence de l’intelligence incarnée en l’humain, nous sommes assujettis à ces lois, à ces forces et à la destinée d’en user à volonté pour évoluer. Mais à tout principe Yin vient aussi cette attirance pour le Yang et inversement, la Loi d’attraction n’agrège pas que les semblables, elle sait attirer les opposés, les mélanger, les assembler et les séparer lorsqu’il le faut. L’Humain n’est pas maître, à son niveau d’incarnation, de ces lois ici-bas qui l’obligent à sans cesse innover pour ne pas régresser lorsque l’entropie tente de le rattraper. Car n’oublions pas que du chaos est né l’ordre de notre monde, de celui de l’univers en perpétuel transformation, que ce chaos est toujours actif, qu’il est indissociable de son opposé, que les deux coexistent dans ce mouvement de création et de destruction, que c’est une éternelle "destruction créatrice" où le bien et le mal sont partenaires.

Dans la "Trimurti" hindouiste, la divinité s’exprime sous trois formes, celles de Brahmâ comme principe de Création, de Vishnou comme principe de Préservation et de Shiva comme principe de Destruction. Sans nous hasarder à la trinité chrétienne, ces principes peuvent être retrouvés dans toutes les religions ou dans tous les dogmes sacrés. En magie opérative aussi, que l’on soit sorcier, mage, druide ou chaman l’on dispose de la Connaissance de ces principes mais l’on aura néanmoins le choix d’en privilégier l’un plutôt que l’autre, c’est ainsi que l’on parlera de la voie de la main gauche (pour le côté sombre d’une magie noire négative) ou bien de la voie de la main droite qui sera plus lumineuse et constructive, voire bénéfique et d’orientation positive (celle des mages avec la magie blanche). Les lois dites naturelles sauront ménager la préservation dans l'équilibre des deux principes opposés complémentaires, de vie et de mort dans leurs cycles immuables; les druides et les chamans en seront en quelque sorte les garants en perpétuant les rituels consacrés avec l’aide des ancêtres et des esprits. Pour en revenir à notre période actuelle proche de Noël, c’est à la fois la phase la plus sombre de ce cycle saisonnier mais aussi le début du renouveau, de l’après, de ce jour qui va progressivement venir reprendre ses droits sur l’obscurité puisque passée cette date du 21 Décembre nous pourrons fêter le retour de la lumière, certes lentement mais sûrement.

La magie qui anime la Nature et l’Humanité n’est que le reflet des grandes lois cosmiques d’où nous sommes tous issus, l’Univers a su épancher son énergie, complexifier la matière en y incorporant le vivant, que le grand architecte soit perçu comme un seul Dieu ou comme une divinité tripartite nous ne pouvons que constater l’étendue de cette création tout en essayant d’en être pleinement conscient avec l’aide des Sciences de notre époque ou bien de la Connaissance initiatique que nous ont légué nos ancêtres depuis le début des temps. Sachons ensemble fêter cette oeuvre, qu’elle que soit sa couleur, de la plus sombre mais pourtant nécessaire à la plus lumineuse et intrinsèquement essentielle. N’hésitez-pas à me joindre pour toute demande d’information ou d’aide (merci de cliquer sur ma bannière pour m’écrire ou de me téléphoner directement au numéro qui l’accompagne). A très bientôt et je vous souhaite d'ores et déjà un excellent 25 Décembre !

Jean-Pascal Bruno, chaman professionnel

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Voir les commentaires

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Désenvoûtement, renforcement et protection, pour vaincre les racines d’un mal qui s’installe et nous concerne tous comprenons d’abord où nous en sommes, il est temps d’en dévoiler les rouages. En ces moments historiques troublés, où la plupart des anciennes certitudes se voient rapidement et lourdement vaciller au fil d’un temps qui s’accélère, il est plus que nécessaire de consolider ses propres forces, ses ressources et ses énergies pour passer les caps difficiles de notre époque qui se profilent à l’horizon d’un monde en recherche de plus grande Vérité existentielle et de Liberté sociale plus équitable. Cette nécessité de renforcement et de cohésion s’applique tant au niveau personnel que familial ou plus largement sociétal, elle implique une puissante volonté de compréhension de ce monde afin d’en percevoir les pernicieux dangers mais aussi d’en décrypter les messages qui se traduisent souvent par des signaux faibles au début des crises pour s’amplifier au plus haut d’un chaos qui se propage et semble ne jamais stopper sa course. Cette sensation de désagrégation globale progressive, ressentie sur toute la planète au même instant, n’a jamais eu lieu dans toute l’histoire de l’Humanité et nous sommes tous conscients de vivre des moments d’exception qui touchent aux bases mêmes de l’organisation humaine sur la Terre. Ce poids de l’Histoire pèse sur chacune de nos épaules et sur toutes nos actions, mais aussi dans chacune de nos pensées, dans nos projets, dans nos relations avec autrui faisant de cette crise mondiale une crise profondément personnelle au sens spirituel et métaphysique du terme puisque nous nous interrogeons tout autant égoïstement pour notre avenir strictement personnel que plus sagement pour le futur d’une planète meurtrie par notre seule présence et notre activité.

Cette interrogation fondamentale sur nos modes de vie, sur cette modernité apparente dont nous sommes si fiers et qui nous a mené où nous sommes, nous commençons tout juste à en percevoir les ultimes limites que la Nature nous rappelle soudainement avec ce temps d’arrêt, certes sanitaire mais qui représente en lui-même toute l’illusion de nos sociétés, toutes leurs faiblesses et toute la superficialité de notre conception de la vie qui ne se soucie plus vraiment du socle naturel duquel nous sommes intégralement issus pour exister. Le simple fait de pouvoir respirer un air sain, de boire une eau potable ou bien de trouver un sol non pollué et viable commence aujourd’hui à devenir compliqué tant nous sommes tous plus ou moins coupables de la dégradation globale que nous constatons avec un certain effarement feint ou réel. C’est cette prise de conscience, celle que la crise sanitaire a déclenchée initialement, qui nous éclaire encore plus en avant sur les prochaines autres crises environnementales et sociétales en devenir avec un sentiment d’impuissance mêlé à cette culpabilité d’y avoir participé en toute futilité et désengagement moral ou éthique. Ainsi, l’on peut signifier sans aucun doute que nous avons tous participé à la fête, que nous sommes tous affaiblis par les visions des terribles constatations qui viennent allonger la liste de nos problèmes à venir, par ce sablier dont le temps s’égrène imperturbablement vers la fin de la civilisation telle que nous l’avons brièvement connue à son stade le plus haut ces quelques dernières courtes mais destructrices décennies. Aujourd’hui la fête est finie.

Dans ce contexte de déclin d’une civilisation assurément malade de ses excès, et qui s’éveille enfin en réalisant qu’elle a trop abusée d’un pouvoir illégitime en détournant les lois de la Nature, nous sommes tous comme assommés par cet abus d’hubris et d’aveugle confiance dans un progrès technologique qui s’est mué en une religion de la transformation par la destruction de toutes nos ressources, jusqu’à la dernière goutte à extraire, jusqu’au dernier cube de matière utilisable. Ainsi, tels des convalescents affaiblis par des maux qui n’en finissent plus de nous saigner nous devenons à notre tour des produits, des proies faciles tant nos défenses sont perturbées à tenter de nous dédouaner de nos erreurs tout en continuant à les perpétuer avec l’acharnement de prêcheurs technophiles soumis aux ordonnances des dogmes illuminés d’un rendement effréné et d’une rentabilité déconnectée des réalités. Là où le si naïf monde profane commence seulement à réaliser l’étendue des dégâts en restant tétanisé face à l’adversité à venir, les initiés découvrent que c’est l’ensemble de la civilisation qui s’est déjà affaissée en grande partie en ouvrant des portes infernales vers des gouffres d’où sortent d’autres menaces plus terribles encore profitant de cet affaiblissement général pour nous subtiliser encore un peu plus d’énergie vitale. Comme hypnotisés par les problèmes matériels qui s’accumulent au quotidien et qui ne feront qu’empirer, nos concitoyens profanes qui n’attachaient déjà que trop peu d’importance à leur "santé spirituelle" s’en détournent encore plus et se placent dans d’extrêmes situations de soumission à toutes les influences, à celles d’élites perverties par un pouvoir dévoyé mais aussi et surtout à celles d’entités négatives friandes de ces esprits faibles et désarmés qui s’offrent à leur voracité démoniaque.

C’est donc en toute connaissance de cause qu’actuellement de très nombreux initiés et maîtres spirituels de par le monde tirent la sonnette d’alarme sur la fin de cycle planétaire que nous vivons et sur les graves conséquences qui vont s’en suivre, lesquelles sont à surveiller très sérieusement. J’ajouterais que même les plus avertis d’entre nous sont quelque peu impactés par cette influence négative mais que nous avons pu bien heureusement effectuer les rituels de protection qui nous sont spécifiques pour atténuer l’ensemble de ces effets assez massifs en cette sombre période de l’année. Il va sans dire qu’il existe de nombreuses manières de faire face efficacement à ce que l’on peut nommer des "attaques de basses vibrations" en réalisant les bons rituels ou en adoptant les bonnes pratiques chez soi. J’explique ultérieurement quelles sont ces méthodes ou comment je peux vous y aider. Ceci dit, nul besoin d’être fin connaisseur en ésotérisme ou en pratique des arts de la magie pour s’apercevoir que quelque chose ne va plus du tout, que les pensées sont comme brouillées, que l’intellect est entravé dans sa logique ou bien que le psychisme se dérobe parfois au risque d’entrer dans une dangereuse confusion mentale avec ses dérives délétères. C’est de cet affaiblissement précis dont je parlais, de celui qui touche à l’intégrité humaine sur ses différentes strates vitales, du corps physique en passant par notre degré d’intellect qui en dépend directement, puis de cet autre corps plus éthéré qui nous relit à des strates élevées et positives afin que nous puissions recevoir et émettre de cruciales informations karmiques de la part de notre moi supérieur et d’entités gardiennes protectrices.

Renforcer notre intégrité à tous les niveaux de notre être semble actuellement une très sage décision, rechercher des protections plus puissantes afin de contrer les influences négatives devient une nécessité pour ne pas en être le jouet, enfin, là où le mal a déjà commencé à s’installer, c’est-à-dire dans les cas de début d’emprise ou d’envoûtement, il faut agir rapidement et efficacement avec des rituels adaptés à la situation. Afin de ne pas entrer dans des méandres ésotériques trop complexes je pense qu’il est avant tout nécessaire de savoir reconnaître un environnement chargé négativement ainsi qu’une atteinte directe de l’intégrité des corps qui nous constituent. Déjà, le lieu de vie est devenu à notre époque de semi ou de complet confinement une sorte de sanctuaire à protéger et même à renforcer, il est donc indispensable d’aménager ce lieu de vie (qui est aussi un lieu professionnel pour ceux qui sont en télétravail) avec la plus grande satisfaction d’y être "entièrement bien", sans meubles ou objets indésirables, sans couleurs dépareillées ou n’étant pas totalement en accord avec les goûts de la personne qui y vit. Éloignez tout ce qui ne vous convient pas, gardez ou rapatriez vos objets fétiches ou bien ceux qui vous semblent entièrement compatibles et positifs. C’est ici votre instinct (ou l’inspiration de votre moi supérieur) qui vous guidera sur l’agencement de ce lieu-sanctuaire. Ainsi vous aurez une première base forte afin de repousser des flux non adéquats ou des entités de basses extractions qui ne pourront que très difficilement vous approcher pour vous nuire. L’on pourra compléter cette base par des rituels de purification si besoin pour établir de véritables murailles infranchissables (via le rituel du sel ou d’autres rituels de magie blanche de protection, me contacter pour plus de précisions sur ce point).

Bien évidemment tout le monde doit à un moment ou un autre sortir de son sanctuaire personnel (qui peut aussi être un sanctuaire à deux, donc de couple ou plus familial), par conséquent il faut aussi se prémunir des sorties en "zones à risque" qui vous privent des protections basiques de votre lieu de vie. Pour ce faire vous pouvez emporter avec vous quelques objets supplémentaires en lesquels vous avez une totale confiance, ce sont parfois des bijoux ou des objets et talismans personnels, ce sont aussi des vêtements que vous portez depuis longtemps (écartez absolument les vêtements neufs qui peuvent être chargés de flux non adaptés à votre niveau vibratoire ou dénués de votre propre charge), ce sont enfin des pensées défensives qui vous accompagnent avec la constante et sereine volonté consciente de repousser tout ce qui vous est négatif. D’autres protections sous la forme de rituels peuvent bien entendu être effectuées mais il est préférable de passer par un professionnel pour s’armer de travaux parfaitement adaptés au contexte de votre situation et à votre fréquence personnelle. Il est d’ailleurs déconseillé d’effectuer soi-même des rituels si l’on est profane ou novice en la matière, surtout en cette période sombre de fin d’année qui ne laisse que peu de chance à l’improvisation en magie opérative…

Je dois enfin vous informer qu’il n’est jamais trop tard pour sauver une personne déjà sous emprise ou déroutée par un envoûtement actif, il est assez facile de reconnaître ces personnes qui deviennent du jour au lendemain comme déphasées, parfois perdues dans des pensées apathiques ou au contraire d’une violence verbale et physique qui ne leur correspond pas habituellement. Dans ce dernier cas, comme pour tout ce dont nous avons parlé, étant chaman professionnel je peux vous aider à renforcer vos défenses, à vous protéger et donc aussi à pratiquer des rituels de désenvoûtement si besoin. J’espère vous avoir donné quelques informations importantes en ces temps difficiles, n’hésitez pas à me joindre (via ma bannière qui est ci-dessous avec mon téléphone) afin d’en discuter de vive voix ou de m’écrire pour m’expliquer votre problématique. À très bientôt, et sachez résister à cet air du temps qui ne se présente pas encore sous un ciel lumineux et harmonieux, protégez-vous et protégez vos proches qui en ont forcément besoin !

Jean-Pascal Bruno, chaman professionnel

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Voir les commentaires

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

"Sauvez mon couple, au secours, au secours !" Généralement l’on crie "au secours" quand il y a le feu et que ce grand danger est perçu à proximité de soi avec l’espoir de se faire entendre et d’en réchapper avec de l’aide, celle des pompiers pour ce qui est précisément des incendies. Mais en ce qui concerne les crises de couple, ou bien plus trivialement les "problèmes de couple", l’on peut plutôt dire que c’est l’orage qui gronde sous le toit conjugal ou dans la relation amoureuse lorsque justement le feu du désir ou de l’amour semble compromis jusqu’à l’extinction totale ou presque. L’orage de la relation c’est donc le mauvais temps sur soi et sur le partenaire, le ton monte, la parole se fait cinglante comme l’éclair et peut parfois, comme le feu, consumer la relation pour la réduire à néant, en cendre… Ce qui permet de ne pas en arriver à de tels excès c’est justement que l’on peut voir l’orage arriver de loin, d’abord un bruit sourd, un éclair qui surgit à l’horizon avant de voir se profiler la tempête si néanmoins les mauvais vents la portent à proximité pour exercer ses méfaits et sa dévastation. C’est aussi paradoxalement un point noir dans la lueur fulgurante de celle de la foudre que de ne pas savoir, ni où, ni quand elle va exactement tomber,  mais avec cette potentialité qu’elle puisse foudroyer l’un ou l’autre, voire les deux, après une parole de trop, après une invective destructrice non contrôlée. La crise du couple est donc à l’image de la météo si celle-ci s’annonce lourde de mauvais temps avec une accumulation de nuages noirs, ce sont souvent ces non-dits qui pèsent comme ces lourds nuages jusqu’au déferlement de la pluie et de la foudre, de la libération des énergies, celles de paroles parfois foudroyantes. Mais s’il fallait être juste, à vouloir comparer le mauvais temps aux disputes conjugales ou amoureuses, alors il faudrait aussi signaler que l’on ne peut strictement rien faire contre une tempête qui s’abat irrémédiablement sur un lieu, ce qui n’est pas du tout le cas pour les relations humaines, certes parfois houleuses dans ces configurations difficiles mais parfaitement gérables selon les contextes, les personnalités présentes et leur histoire commune. Il y a donc des solutions immédiates ou bien plus anticipées pour résoudre les crises de couple, du moins les rendre moins dangereuses ou bien se prémunir de ses effets dévastateurs grâce à une sorte de paratonnerre mental, à néanmoins bien savoir déployer…

Chaque individu, chaque couple, chaque contexte est différent de celui des autres, ainsi les règles communes peuvent sembler prévaloir afin d’éviter les crises sans pour autant pouvoir les éviter pour tous, ceci en tout instant et dans toutes les configurations selon un même schéma unique, ce serait d’ailleurs terrible que d’imaginer une solution uniforme, donc informe, pour toutes les diversités existantes au niveau des personnalités de chacun et de relations très différentes. Il y a donc de la complexité à appréhender la problématique de la crise des couples avec un point de vue trop étriqué et recentré ou trop large et vague, c’est-à-dire assurément jamais à la mesure de la réalité qui apparait. De même, les causes des conflits sont autant de possibilités différentes touchant les uns ou les autres de manière totalement diverse voire inverse, ainsi ce qui sera une véritable cause de rupture chez les uns ne sera qu’un problème passager chez les autres ou même une possibilité de rebond positif après l’avoir dépassé. L’on peut d’abord y voir un aspect psychologique qui prévaut afin de doter chaque personne (et chaque couple constitué) d’une spécificité à surmonter telle ou telle embûche de la vie, avec inversement des passages plus difficiles auxquels l’on n’est ni préparé ni averti. D’un point de vue plus éloigné de l’orthodoxie de la psychologie, en ésotérisme l’on ne conçoit pas ces "passages difficiles" ou ces embûches existentielles de la même façon, ce sont au contraire des épreuves à caractère karmique qui se doivent d’être abordés et surmontés, ce sont bien plus des "passages de développement" que des impasses sur le vide.

Il est évident que pour la plupart des couples en crises, aux moments les plus forts des tensions vécues, les couples ne feront pas une pause ou un "temps mort" comme dans un match pour se poser la question purement existentielle et karmique qui leur tombe dessus, c’est souvent au contraire dans ces moments difficiles de stress et de délitement mental, voire de déferlement de violence verbale (ou pire) que les partenaires se retrouvent dépourvus de toute la lucidité nécessaire pour faire face aux difficultés de la situation. Là où la psychologie nous explique que le psychisme de chaque individu dispose de ses propres limites personnelles pouvant interférer avec ses décisions réfléchies et aboutir à des "dysfonctionnements", les doctrines ésotériques parlent plutôt d’énergies qui sont dissipées ou dispersées, ce qui implique une dysharmonie des "centres d’énergie" (aussi appelé chakras) avec une captation de cette énergie par des entités parasites environnantes qui n’attendent que cet instant pour s’en repaitre… J’imagine parfaitement que ceux qui ne sont pas initiés à cette vérité commencent à se demander si nous n’entrons pas dans une autre dimension digne de séries d’épouvante, pourtant effectivement c’est bien de "dimensions parallèles" invisibles à nos sens dont il est question et qui permettent alors de trouver des portes de sortie (d’urgence) pour contrer les dérives de cet état de fait sans en être totalement la victime. Sachez déjà, dès aujourd’hui à la lecture de ce texte, que les initiés, c’est-à-dire les personnes ayant une réelle Connaissance ésotérique, savent que ce sont les variations psychiques qui entraînent des déperditions d’énergie vitale et attirent de telles entités parasites, par conséquent ces mêmes initiés sont bien moins susceptibles de tomber dans de telles situations, ceci en toute connaissance de cause…

D’une certaine façon, et si vous avez un tant soit peu de mémoire de cet article, la prochaine fois que vous serez dans une situation pouvant engendrer une perte de contrôle, un énervement quelconque ou bien un sentiment négatif, vous saurez que vous attirez sur vous des entités parasites prêtes à se nourrir de l’énergie négative que vous émettez, de la même manière qu’une ampoule électrique diffuse de la lumière et attire les insectes dans la nuit. Le seul fait de repenser à ce qui vient d’être dit saura vous calmer et apaiser une situation uniquement par l’apprentissage de cette discipline personnelle, évidemment sous un angle ésotérique et moins psychologique que celui que l’on vous rabâche sans vous en dire les causes : celui de savoir garder son calme et "reprendre ses esprits" (savoir garder ses centres d’énergie en harmonie…) afin de résoudre une situation problématique où l’emportement n’arrange jamais rien. J’ajouterais qu’en général, lors de situations de crise où la peur et l’énervement se croisent, où les personnes se disputent de manière progressive et crescendo, alors le chaos appelle le chaos, l’effet s’alimente de lui-même et ne fait qu’empirer vers un point d’entropie qu’il est ensuite difficile de faire reculer pour revenir en arrière au point nominal, ce qui entraîne d’une part effectivement une crise (de couple si c’est le cas d’une dispute amoureuse) mais aussi d’une perte d’essence, de cette substance spirituelle qui permet l’équilibre à la fois mental et karmique afin de surmonter les épreuves de manière naturelle sans attirer à soi d’autres "facteurs aggravants", à l’image de la théorie des dominos.

En disant "au secours je veux sauver mon couple", pensez plutôt à contacter un initié pour vous apprendre à vous protéger, déjà de vous-même, et des écarts qui ne font qu’attirer les ennuis (pour ne pas dire "autre chose") afin de vivre pleinement les instants sans y ajouter le poids de pensées ou d’actions négatives qui n’arrangeront rien. Apprenez à vivre à deux, en couple, dans cette vision et sous cet angle qui vous permettra de ne jamais prendre le mauvais chemin aboutissant à cette entropie des sens, à cette désorientation des sentiments et à cet appauvrissement spirituel qui est contraire à votre développement karmique et donc à votre évolution. Si vous voulez plus d’informations sur le thème de cet article et notamment si vous avez des problèmes de couple, alors n’hésitez pas à me joindre dans le cadre de mon activité professionnelle en ma qualité de chaman en exercice je pourrai vous aider à trouver les solutions adaptées à votre contexte. Prenez contact en cliquant sur ma bannière ci-dessous ou bien en me téléphonant directement. À très bientôt et sachez que le calme conserve votre énergie tout en la développant, la Connaissance est une forme de méditation active qui vous permet d’évoluer spirituellement !

Jean-Pascal Bruno, chaman professionnel

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #Allan Kardec, #spiritisme, #réincarnation, #médium, #esprits défunts, #Au-Delà, #vie après la mort, #doctrine spirite

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Allan Kardec (1804 - 1869) : "Naître, mourir, renaître encore et progresser sans cesse, telle est la Loi". En ce Week-End de la Toussaint ou Jour des Morts, comment ne pas mieux commencer, ceci par la fin, pour définir qui fut Allan Kardec puisque cette phrase n’est autre que l’épitaphe gravée sur sa tombe au cimetière du Père-Lachaise, lui qui consacra la plus grande partie de sa vie au spiritisme dont il en élabora précisément les contours, c’est-à-dire l’approfondissement d’une doctrine néo-spiritualiste pour l’époque, celle de la communication avec les esprits disparus, avec les personnes décédées. Le concept n’était pas nouveau en soi, déjà dans l’antiquité les grands prêtres égyptiens avaient théorisé la mort comme un passage, de même les Sybilles romaines entraient en contact avec les esprits durant les oracles et les druides celtes interrogeaient les ancêtres pour prévoir l’avenir. Mais le grand mérite d’Allan Kardec fut très certainement d’étudier avec la pensée de son temps, celle d’un XIXe siècle enfin apte à la vulgarisation des choses secrètes selon des méthodes apparentées au scientisme du moment, de cette époque où l’occultisme se devait d’être décrypté ou du moins explicité en dehors des dogmes strictement religieux avec des termes plus compréhensibles que ceux des anciens temps reculés dont l’hermétisme était l’apanage des seuls savants et érudits ou des "alchymistes" moyenâgeux entretenant l’obscurantisme pour en conserver toute la substance aux seuls élus, hauts dignitaires ou grands initiés. C’est donc avec cette volonté de modernisme qu’Allan Kardec fonda les bases du spiritisme dans la lignée de prestigieux prédécesseurs et de successeurs tout autant dignes de continuer son oeuvre dont aujourd’hui encore nous sommes fortement imprégnés par la profondeur de ses découvertes et de la terminologie qu’il a su élaborer avec soin.

Afin de bien replacer Allan Kardec dans son temps il est nécessaire de comprendre que les débuts de la révolution industrielle de la fin du siècle précédent sa naissance (XVIIIe) avait commencé à précipiter l’Europe dans un bouillonnement de nouvelles techniques, ceci en passant déjà par l’Angleterre puis quelques décennies plus tard en France et dans le reste du continent. Cette brusque accélération de l’histoire en terme de sciences et d’ingénieries, mais aussi de changement d’économies et de commerces, allait emporter dans son mouvement de modernisme ambiant un grand nombre de domaines dont ceux plus intellectuels, littéraires, artistiques et évidemment spirituels. C’est dans cette mouvance effectivement auparavant très progressive et lente que d’illustres initiés comme l’astrologue et mathématicien John Dee avait bien antérieurement ouvert la voie royale de l’occultisme et de la magie en conversant avec des anges, citons aussi l’incroyable scientifique mystique Swedenbord qui à la fin de sa vie était en relation avec des esprits et même avec dieu, ou bien encore plus proche Mesmer dont les bases du magnétisme et de l’hypnotisme ont pu commencer à dévoiler les secrets invisibles du fluide animal et vital. Il a donc existé des précurseurs importants dont les écrits avaient déjà pavé les marches d’une avancée spirituelle se détachant d’une orthodoxie religieuse chrétienne (et hébraïque) très peu encline à voir ses privilèges exposés au grand jour et sa doctrine concurrencée par d’autres discours plus révélateurs… C’est d’ailleurs un grand paradoxe que de voir le spiritisme rejeté par des dogmes religieux là où de multiples références divines sont expressément citées et confirmées par le spiritisme, ce que j’exposerai plus loin, mais peut-être que les tenants de la religion y ont justement vu une forme condamnable de nécromancie ou de sorcellerie…

Il faut savoir que le déclic du spiritisme d’Allan Kardec passe initialement par l’aventure surnaturelle des soeurs Fox aux USA, filles d’un pasteur, qui se disent alors en contact avec un esprit frappeur, l’esprit d’un homme disant (en répondant via des coups frappés dans le mur) avoir été assassiné dans la maison familiale et enterré dans la cave après que son corps ait été brûlé... La presse s’en étant emparée la nouvelle déclenche une immense ferveur "spiritualiste" après que des ossements ait été réellement découverts sur place, confirmant ainsi toute l’histoire bien que des soupçons demeurent après des révélations contradictoires et plusieurs voltefaces. Ce sont alors des millions d’Américains qui se passionnent pour le paranormal, lequel s’exporte rapidement d’abord en Angleterre puis en France avec Allan Kardec comme principal chercheur et surtout expérimentateur méticuleux. C’est donc en France que la terminologie exacte de "spiritisme" est codifiée précisément par Allan Kardec, elle utilise pour ce faire plusieurs méthodes qui passent toutes par un "médium", c’est-à-dire une personne apte à converser avec les esprits. Pour être plus précis évidemment ce ne sont pas les médiums qui parlent mais les esprits qui parlent au travers des médiums, ce point est important à noter puisque dès lors le médium n’est qu’un outil, un intermédiaire avec l’au-delà, en ce sens il rejoint de manière plus encadrée, bien que parfois violente, les transes chamaniques de certains sorciers vaudous qui conversent avec les ancêtres, mais sans avoir recours aux drogues associées à ce type de cérémonies rituelles.

Il existe principalement trois méthodes de spiritisme : le médium se laissant investir, "incorporer" par l’esprit qui utilise son corps pour s’exprimer directement de vive voix, de cette façon l’assistance note par écrit ce qui est dit, ce qui permet par la suite d’en analyser les réponses à un jeu de questions au préalable inscrites à l’ordre du jour. "Le Livre des Esprits" relate en plus de 1000 points ces questions-réponses avec une grande rigueur et surtout une très grande clarté sur "l’après-vie terrestre", ce à quoi je reviendrai ultérieurement, assurément une révélation pour ceux qui n’en auraient pas eu connaissance et dont je conseille la surprenante lecture, si explicite et fondatrice que le spiritisme apporte sur un plateau. Une deuxième méthode spirite consiste dans l’écriture automatique (ou aussi appelée psychographie), encore une fois un médium prête cette fois-ci sa main à un esprit qui rédige directement des réponses aux questions posées durant cet "entretien". Enfin, deux autres méthodes presque similaires car utilisant des objets comme intermédiaire avec l’assemblée, la fameuse séance de "table tournante", laquelle d’ailleurs ne tourne pas mais se soulève ou bien laisse entendre un bruit sourd (frappé) comme réponse à des questions simples de type oui ou non posées par les personnes qui sont autour de cette table (mains posées à plat dessus pour "faire passer le fluide"). Idem mais plus complexe avec la "planche ouija", une planchette gravée avec les lettres de l’alphabet et d’autre part un OUI avec un NON, ce qui permet à l’esprit de pointer une sorte de curseur en bois que plusieurs personnes de l’assistance touchent du doigt. Je laisserai de côté les émanations plus ou moins visibles de fantômes et d’ectoplasmes de tout bord qui me semblent très moyennement recevables car l’on doit aussi reconnaitre que cet engouement ait pu attirer un grand nombre de mystificateurs et d’escrocs profitant de la manne financière en promettant de revoir l’être aimé défunt et même de le prendre en photo (une technique alors aussi en plein essor).

Mais que nous dévoile donc de si important et même primordial le spiritisme ? Puisque c’est avant tout cet aspect qui est le plus intéressant et non forcément la méthode pour y arriver. Hormis le décorum de la mise en scène qui en elle-même est déjà une approche peu banale (et néanmoins potentiellement dangereuse), le spiritisme nous expose tout un univers inconnu, celui des esprits, non seulement celui des personnes décédées mais aussi d’esprits supérieurs qui d’une certaine façon gèrent plus ou moins, en laissant une part de libre arbitre, le passage de la vie à la mort, l’entre-deux du "monde astral" où résident les esprits, ce qu’ils doivent et peuvent faire, le secret de la réincarnation et des missions de vie successives, que la Terre n’est pas la seule planète où les expériences de vie se déroulent, que d’ailleurs les "corps" ou incarnations futures peuvent être très différentes de celles que nous avons actuellement. Toutes ces révélations se font naturellement durant les séances de spiritisme relatées par Allan Kardec et l’on comprend vite pourquoi ses livres (principalement "Le Livre des Esprits" et le "Livre des Médiums") ont eu tant de succès et continuent d’en avoir à ce jour avec des détails qui déroutent encore dans les réponses, notamment sur certains aspects karmiques et vibratoires remarquables, très en avance pour l’époque. Bien entendu, comme je l’ai laissé entendre l’Église déconseille vivement de s’adonner au spiritisme, pourtant bien des réponses des esprits semblent assez en phase avec une vision quelque peu "angélique" et divine, ce qu’Allan Kardec ne réfute pas non plus. Il en va moins d’un autre érudit pourtant très initié, de René Guénon pour ne citer que lui avec son ouvrage ("L’erreur spirite"), étonnamment critique à l’égard du spiritisme et de la plupart des occultistes de l’époque, il y voit effectivement un danger pour les personnes non averties qui pourraient être "sous emprise" d’un esprit malin (d’un djinn) car le spiritisme peut aussi appeler non seulement de bons mais aussi de très bas ou très mauvais esprits, et sur ce point je ne peux que rejoindre son avertissement certainement déguisé ici en une implacable et acerbe diatribe, certes d’une grande rigueur intellectuelle de sa part du fait de son immense culture ésotérique mais aussi paradoxalement d’une grande rigidité inhabituelle…

Qu’en est-il aujourd’hui du spiritisme d’Allan Kardec ? D’excellents continuateurs (ou dans le même esprit) à citer comme Léon Denis (à lire "Dans l’invisible" 1903), Johannes Greber ("Le livre mystérieux de l’Au-Delà" ed. 1932 et seulement traduit en Fr. depuis 2005), ou bien ce livre incroyable : "Dialogues avec l’Ange" de Gitta Mallasz. On peut dire sans conteste que la doctrine kardéciste a marqué des générations d’ésotéristes et d’occultistes qui ont essaimé de par des réseaux différents mais adjacents, par exemple la théosophie moderne d’Helena Blavatsky (mixte de la théosophie métaphysique chrétienne de Jabob Böhme) qui selon moi s’y référence assez directement, ou bien aussi de l’anthroposophie de Rudolf Steiner plus récente et à l’origine de la vague du New Âge et de ce que l’on appelle de nos jours le Channelling qui n’est rien d’autre qu’une méthode d’auto-spiritisme, le médium est ici "un contacté". En aparté, il existe même la transcommunication, une méthode utilisant des appareils électroniques pour écouter les défunts (radio) ou les percevoir (télé). Mais assurément le pays qui actuellement a su perpétuer le mieux la doctrine spirite, devenue une véritable religion, c’est le Brésil qui est cher à mon coeur et dont Chico Xavier a été le plus digne représentant comme l’un des plus grands médiums de tous les temps, de très nombreux centres cultuels spirites et associations kardécistes pratiquent assidument la doctrine d’Allan Kardec avec des spécificités allant jusqu’à la chirurgie spirituelle aidée par des esprits-médecins ou des hôpitaux faisant appel à des médiums pour des diagnostics thérapeutiques !

J’espère vous avoir exposé à sa juste valeur l’immense et crucial travail d’Allan Kardec et l’histoire du spiritisme, je vous recommande bien entendu de lire les ouvrages de référence qui font autorité et dont j’ai parlé. Dans cette optique je reste à votre disposition pour répondre à vos questions dans le cadre de mon activité de chaman professionnel en exercice, notamment pour vous aider à résoudre des problématiques complexes via des rituels adaptés à votre situation. N’hésitez pas à me joindre au 06.09.11.94.56 (numéro direct et non surtaxé) ou bien à m’écrire depuis mon formulaire de contact qui s’ouvre en cliquant sur ma bannière de site qui est ci-dessous. Je vous dis à très bientôt, bonne lecture d’Allan Kardec et de mes autres articles (sur la colonne de droite de ce blog) qui pourront aussi certainement vous intéresser !

Jean-Pascal Bruno, chaman professionnel

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>

Etude Gratuite

 Pour toute demande de rituel

 magique ou d'étude gratuite

 téléphonez au 06.09.11.94.56

 (appel direct et non surtaxé)

 ou bien   cliquez ici 

Articles récents

Hébergé par Overblog