Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Blog chaman ésotérisme

Blog chaman ésotérisme

Blog Chaman Esotérisme : Culture ésotérique et magique sur un véritable blog chamanique animé par un véritable sorcier chaman

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

"Sauvez mon couple, au secours, au secours !" Généralement l’on crie "au secours" quand il y a le feu et que ce grand danger est perçu à proximité de soi avec l’espoir de se faire entendre et d’en réchapper avec de l’aide, celle des pompiers pour ce qui est précisément des incendies. Mais en ce qui concerne les crises de couple, ou bien plus trivialement les "problèmes de couple", l’on peut plutôt dire que c’est l’orage qui gronde sous le toit conjugal ou dans la relation amoureuse lorsque justement le feu du désir ou de l’amour semble compromis jusqu’à l’extinction totale ou presque. L’orage de la relation c’est donc le mauvais temps sur soi et sur le partenaire, le ton monte, la parole se fait cinglante comme l’éclair et peut parfois, comme le feu, consumer la relation pour la réduire à néant, en cendre… Ce qui permet de ne pas en arriver à de tels excès c’est justement que l’on peut voir l’orage arriver de loin, d’abord un bruit sourd, un éclair qui surgit à l’horizon avant de voir se profiler la tempête si néanmoins les mauvais vents la portent à proximité pour exercer ses méfaits et sa dévastation. C’est aussi paradoxalement un point noir dans la lueur fulgurante de celle de la foudre que de ne pas savoir, ni où, ni quand elle va exactement tomber,  mais avec cette potentialité qu’elle puisse foudroyer l’un ou l’autre, voire les deux, après une parole de trop, après une invective destructrice non contrôlée. La crise du couple est donc à l’image de la météo si celle-ci s’annonce lourde de mauvais temps avec une accumulation de nuages noirs, ce sont souvent ces non-dits qui pèsent comme ces lourds nuages jusqu’au déferlement de la pluie et de la foudre, de la libération des énergies, celles de paroles parfois foudroyantes. Mais s’il fallait être juste, à vouloir comparer le mauvais temps aux disputes conjugales ou amoureuses, alors il faudrait aussi signaler que l’on ne peut strictement rien faire contre une tempête qui s’abat irrémédiablement sur un lieu, ce qui n’est pas du tout le cas pour les relations humaines, certes parfois houleuses dans ces configurations difficiles mais parfaitement gérables selon les contextes, les personnalités présentes et leur histoire commune. Il y a donc des solutions immédiates ou bien plus anticipées pour résoudre les crises de couple, du moins les rendre moins dangereuses ou bien se prémunir de ses effets dévastateurs grâce à une sorte de paratonnerre mental, à néanmoins bien savoir déployer…

Chaque individu, chaque couple, chaque contexte est différent de celui des autres, ainsi les règles communes peuvent sembler prévaloir afin d’éviter les crises sans pour autant pouvoir les éviter pour tous, ceci en tout instant et dans toutes les configurations selon un même schéma unique, ce serait d’ailleurs terrible que d’imaginer une solution uniforme, donc informe, pour toutes les diversités existantes au niveau des personnalités de chacun et de relations très différentes. Il y a donc de la complexité à appréhender la problématique de la crise des couples avec un point de vue trop étriqué et recentré ou trop large et vague, c’est-à-dire assurément jamais à la mesure de la réalité qui apparait. De même, les causes des conflits sont autant de possibilités différentes touchant les uns ou les autres de manière totalement diverse voire inverse, ainsi ce qui sera une véritable cause de rupture chez les uns ne sera qu’un problème passager chez les autres ou même une possibilité de rebond positif après l’avoir dépassé. L’on peut d’abord y voir un aspect psychologique qui prévaut afin de doter chaque personne (et chaque couple constitué) d’une spécificité à surmonter telle ou telle embûche de la vie, avec inversement des passages plus difficiles auxquels l’on n’est ni préparé ni averti. D’un point de vue plus éloigné de l’orthodoxie de la psychologie, en ésotérisme l’on ne conçoit pas ces "passages difficiles" ou ces embûches existentielles de la même façon, ce sont au contraire des épreuves à caractère karmique qui se doivent d’être abordés et surmontés, ce sont bien plus des "passages de développement" que des impasses sur le vide.

Il est évident que pour la plupart des couples en crises, aux moments les plus forts des tensions vécues, les couples ne feront pas une pause ou un "temps mort" comme dans un match pour se poser la question purement existentielle et karmique qui leur tombe dessus, c’est souvent au contraire dans ces moments difficiles de stress et de délitement mental, voire de déferlement de violence verbale (ou pire) que les partenaires se retrouvent dépourvus de toute la lucidité nécessaire pour faire face aux difficultés de la situation. Là où la psychologie nous explique que le psychisme de chaque individu dispose de ses propres limites personnelles pouvant interférer avec ses décisions réfléchies et aboutir à des "dysfonctionnements", les doctrines ésotériques parlent plutôt d’énergies qui sont dissipées ou dispersées, ce qui implique une dysharmonie des "centres d’énergie" (aussi appelé chakras) avec une captation de cette énergie par des entités parasites environnantes qui n’attendent que cet instant pour s’en repaitre… J’imagine parfaitement que ceux qui ne sont pas initiés à cette vérité commencent à se demander si nous n’entrons pas dans une autre dimension digne de séries d’épouvante, pourtant effectivement c’est bien de "dimensions parallèles" invisibles à nos sens dont il est question et qui permettent alors de trouver des portes de sortie (d’urgence) pour contrer les dérives de cet état de fait sans en être totalement la victime. Sachez déjà, dès aujourd’hui à la lecture de ce texte, que les initiés, c’est-à-dire les personnes ayant une réelle Connaissance ésotérique, savent que ce sont les variations psychiques qui entraînent des déperditions d’énergie vitale et attirent de telles entités parasites, par conséquent ces mêmes initiés sont bien moins susceptibles de tomber dans de telles situations, ceci en toute connaissance de cause…

D’une certaine façon, et si vous avez un tant soit peu de mémoire de cet article, la prochaine fois que vous serez dans une situation pouvant engendrer une perte de contrôle, un énervement quelconque ou bien un sentiment négatif, vous saurez que vous attirez sur vous des entités parasites prêtes à se nourrir de l’énergie négative que vous émettez, de la même manière qu’une ampoule électrique diffuse de la lumière et attire les insectes dans la nuit. Le seul fait de repenser à ce qui vient d’être dit saura vous calmer et apaiser une situation uniquement par l’apprentissage de cette discipline personnelle, évidemment sous un angle ésotérique et moins psychologique que celui que l’on vous rabâche sans vous en dire les causes : celui de savoir garder son calme et "reprendre ses esprits" (savoir garder ses centres d’énergie en harmonie…) afin de résoudre une situation problématique où l’emportement n’arrange jamais rien. J’ajouterais qu’en général, lors de situations de crise où la peur et l’énervement se croisent, où les personnes se disputent de manière progressive et crescendo, alors le chaos appelle le chaos, l’effet s’alimente de lui-même et ne fait qu’empirer vers un point d’entropie qu’il est ensuite difficile de faire reculer pour revenir en arrière au point nominal, ce qui entraîne d’une part effectivement une crise (de couple si c’est le cas d’une dispute amoureuse) mais aussi d’une perte d’essence, de cette substance spirituelle qui permet l’équilibre à la fois mental et karmique afin de surmonter les épreuves de manière naturelle sans attirer à soi d’autres "facteurs aggravants", à l’image de la théorie des dominos.

En disant "au secours je veux sauver mon couple", pensez plutôt à contacter un initié pour vous apprendre à vous protéger, déjà de vous-même, et des écarts qui ne font qu’attirer les ennuis (pour ne pas dire "autre chose") afin de vivre pleinement les instants sans y ajouter le poids de pensées ou d’actions négatives qui n’arrangeront rien. Apprenez à vivre à deux, en couple, dans cette vision et sous cet angle qui vous permettra de ne jamais prendre le mauvais chemin aboutissant à cette entropie des sens, à cette désorientation des sentiments et à cet appauvrissement spirituel qui est contraire à votre développement karmique et donc à votre évolution. Si vous voulez plus d’informations sur le thème de cet article et notamment si vous avez des problèmes de couple, alors n’hésitez pas à me joindre dans le cadre de mon activité professionnelle en ma qualité de chaman en exercice je pourrai vous aider à trouver les solutions adaptées à votre contexte. Prenez contact en cliquant sur ma bannière ci-dessous ou bien en me téléphonant directement. À très bientôt et sachez que le calme conserve votre énergie tout en la développant, la Connaissance est une forme de méditation active qui vous permet d’évoluer spirituellement !

Jean-Pascal Bruno, chaman professionnel

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #Allan Kardec, #spiritisme, #réincarnation, #médium, #esprits défunts, #Au-Delà, #vie après la mort, #doctrine spirite

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Allan Kardec (1804 - 1869) : "Naître, mourir, renaître encore et progresser sans cesse, telle est la Loi". En ce Week-End de la Toussaint ou Jour des Morts, comment ne pas mieux commencer, ceci par la fin, pour définir qui fut Allan Kardec puisque cette phrase n’est autre que l’épitaphe gravée sur sa tombe au cimetière du Père-Lachaise, lui qui consacra la plus grande partie de sa vie au spiritisme dont il en élabora précisément les contours, c’est-à-dire l’approfondissement d’une doctrine néo-spiritualiste pour l’époque, celle de la communication avec les esprits disparus, avec les personnes décédées. Le concept n’était pas nouveau en soi, déjà dans l’antiquité les grands prêtres égyptiens avaient théorisé la mort comme un passage, de même les Sybilles romaines entraient en contact avec les esprits durant les oracles et les druides celtes interrogeaient les ancêtres pour prévoir l’avenir. Mais le grand mérite d’Allan Kardec fut très certainement d’étudier avec la pensée de son temps, celle d’un XIXe siècle enfin apte à la vulgarisation des choses secrètes selon des méthodes apparentées au scientisme du moment, de cette époque où l’occultisme se devait d’être décrypté ou du moins explicité en dehors des dogmes strictement religieux avec des termes plus compréhensibles que ceux des anciens temps reculés dont l’hermétisme était l’apanage des seuls savants et érudits ou des "alchymistes" moyenâgeux entretenant l’obscurantisme pour en conserver toute la substance aux seuls élus, hauts dignitaires ou grands initiés. C’est donc avec cette volonté de modernisme qu’Allan Kardec fonda les bases du spiritisme dans la lignée de prestigieux prédécesseurs et de successeurs tout autant dignes de continuer son oeuvre dont aujourd’hui encore nous sommes fortement imprégnés par la profondeur de ses découvertes et de la terminologie qu’il a su élaborer avec soin.

Afin de bien replacer Allan Kardec dans son temps il est nécessaire de comprendre que les débuts de la révolution industrielle de la fin du siècle précédent sa naissance (XVIIIe) avait commencé à précipiter l’Europe dans un bouillonnement de nouvelles techniques, ceci en passant déjà par l’Angleterre puis quelques décennies plus tard en France et dans le reste du continent. Cette brusque accélération de l’histoire en terme de sciences et d’ingénieries, mais aussi de changement d’économies et de commerces, allait emporter dans son mouvement de modernisme ambiant un grand nombre de domaines dont ceux plus intellectuels, littéraires, artistiques et évidemment spirituels. C’est dans cette mouvance effectivement auparavant très progressive et lente que d’illustres initiés comme l’astrologue et mathématicien John Dee avait bien antérieurement ouvert la voie royale de l’occultisme et de la magie en conversant avec des anges, citons aussi l’incroyable scientifique mystique Swedenbord qui à la fin de sa vie était en relation avec des esprits et même avec dieu, ou bien encore plus proche Mesmer dont les bases du magnétisme et de l’hypnotisme ont pu commencer à dévoiler les secrets invisibles du fluide animal et vital. Il a donc existé des précurseurs importants dont les écrits avaient déjà pavé les marches d’une avancée spirituelle se détachant d’une orthodoxie religieuse chrétienne (et hébraïque) très peu encline à voir ses privilèges exposés au grand jour et sa doctrine concurrencée par d’autres discours plus révélateurs… C’est d’ailleurs un grand paradoxe que de voir le spiritisme rejeté par des dogmes religieux là où de multiples références divines sont expressément citées et confirmées par le spiritisme, ce que j’exposerai plus loin, mais peut-être que les tenants de la religion y ont justement vu une forme condamnable de nécromancie ou de sorcellerie…

Il faut savoir que le déclic du spiritisme d’Allan Kardec passe initialement par l’aventure surnaturelle des soeurs Fox aux USA, filles d’un pasteur, qui se disent alors en contact avec un esprit frappeur, l’esprit d’un homme disant (en répondant via des coups frappés dans le mur) avoir été assassiné dans la maison familiale et enterré dans la cave après que son corps ait été brûlé... La presse s’en étant emparée la nouvelle déclenche une immense ferveur "spiritualiste" après que des ossements ait été réellement découverts sur place, confirmant ainsi toute l’histoire bien que des soupçons demeurent après des révélations contradictoires et plusieurs voltefaces. Ce sont alors des millions d’Américains qui se passionnent pour le paranormal, lequel s’exporte rapidement d’abord en Angleterre puis en France avec Allan Kardec comme principal chercheur et surtout expérimentateur méticuleux. C’est donc en France que la terminologie exacte de "spiritisme" est codifiée précisément par Allan Kardec, elle utilise pour ce faire plusieurs méthodes qui passent toutes par un "médium", c’est-à-dire une personne apte à converser avec les esprits. Pour être plus précis évidemment ce ne sont pas les médiums qui parlent mais les esprits qui parlent au travers des médiums, ce point est important à noter puisque dès lors le médium n’est qu’un outil, un intermédiaire avec l’au-delà, en ce sens il rejoint de manière plus encadrée, bien que parfois violente, les transes chamaniques de certains sorciers vaudous qui conversent avec les ancêtres, mais sans avoir recours aux drogues associées à ce type de cérémonies rituelles.

Il existe principalement trois méthodes de spiritisme : le médium se laissant investir, "incorporer" par l’esprit qui utilise son corps pour s’exprimer directement de vive voix, de cette façon l’assistance note par écrit ce qui est dit, ce qui permet par la suite d’en analyser les réponses à un jeu de questions au préalable inscrites à l’ordre du jour. "Le Livre des Esprits" relate en plus de 1000 points ces questions-réponses avec une grande rigueur et surtout une très grande clarté sur "l’après-vie terrestre", ce à quoi je reviendrai ultérieurement, assurément une révélation pour ceux qui n’en auraient pas eu connaissance et dont je conseille la surprenante lecture, si explicite et fondatrice que le spiritisme apporte sur un plateau. Une deuxième méthode spirite consiste dans l’écriture automatique (ou aussi appelée psychographie), encore une fois un médium prête cette fois-ci sa main à un esprit qui rédige directement des réponses aux questions posées durant cet "entretien". Enfin, deux autres méthodes presque similaires car utilisant des objets comme intermédiaire avec l’assemblée, la fameuse séance de "table tournante", laquelle d’ailleurs ne tourne pas mais se soulève ou bien laisse entendre un bruit sourd (frappé) comme réponse à des questions simples de type oui ou non posées par les personnes qui sont autour de cette table (mains posées à plat dessus pour "faire passer le fluide"). Idem mais plus complexe avec la "planche ouija", une planchette gravée avec les lettres de l’alphabet et d’autre part un OUI avec un NON, ce qui permet à l’esprit de pointer une sorte de curseur en bois que plusieurs personnes de l’assistance touchent du doigt. Je laisserai de côté les émanations plus ou moins visibles de fantômes et d’ectoplasmes de tout bord qui me semblent très moyennement recevables car l’on doit aussi reconnaitre que cet engouement ait pu attirer un grand nombre de mystificateurs et d’escrocs profitant de la manne financière en promettant de revoir l’être aimé défunt et même de le prendre en photo (une technique alors aussi en plein essor).

Mais que nous dévoile donc de si important et même primordial le spiritisme ? Puisque c’est avant tout cet aspect qui est le plus intéressant et non forcément la méthode pour y arriver. Hormis le décorum de la mise en scène qui en elle-même est déjà une approche peu banale (et néanmoins potentiellement dangereuse), le spiritisme nous expose tout un univers inconnu, celui des esprits, non seulement celui des personnes décédées mais aussi d’esprits supérieurs qui d’une certaine façon gèrent plus ou moins, en laissant une part de libre arbitre, le passage de la vie à la mort, l’entre-deux du "monde astral" où résident les esprits, ce qu’ils doivent et peuvent faire, le secret de la réincarnation et des missions de vie successives, que la Terre n’est pas la seule planète où les expériences de vie se déroulent, que d’ailleurs les "corps" ou incarnations futures peuvent être très différentes de celles que nous avons actuellement. Toutes ces révélations se font naturellement durant les séances de spiritisme relatées par Allan Kardec et l’on comprend vite pourquoi ses livres (principalement "Le Livre des Esprits" et le "Livre des Médiums") ont eu tant de succès et continuent d’en avoir à ce jour avec des détails qui déroutent encore dans les réponses, notamment sur certains aspects karmiques et vibratoires remarquables, très en avance pour l’époque. Bien entendu, comme je l’ai laissé entendre l’Église déconseille vivement de s’adonner au spiritisme, pourtant bien des réponses des esprits semblent assez en phase avec une vision quelque peu "angélique" et divine, ce qu’Allan Kardec ne réfute pas non plus. Il en va moins d’un autre érudit pourtant très initié, de René Guénon pour ne citer que lui avec son ouvrage ("L’erreur spirite"), étonnamment critique à l’égard du spiritisme et de la plupart des occultistes de l’époque, il y voit effectivement un danger pour les personnes non averties qui pourraient être "sous emprise" d’un esprit malin (d’un djinn) car le spiritisme peut aussi appeler non seulement de bons mais aussi de très bas ou très mauvais esprits, et sur ce point je ne peux que rejoindre son avertissement certainement déguisé ici en une implacable et acerbe diatribe, certes d’une grande rigueur intellectuelle de sa part du fait de son immense culture ésotérique mais aussi paradoxalement d’une grande rigidité inhabituelle…

Qu’en est-il aujourd’hui du spiritisme d’Allan Kardec ? D’excellents continuateurs (ou dans le même esprit) à citer comme Léon Denis (à lire "Dans l’invisible" 1903), Johannes Greber ("Le livre mystérieux de l’Au-Delà" ed. 1932 et seulement traduit en Fr. depuis 2005), ou bien ce livre incroyable : "Dialogues avec l’Ange" de Gitta Mallasz. On peut dire sans conteste que la doctrine kardéciste a marqué des générations d’ésotéristes et d’occultistes qui ont essaimé de par des réseaux différents mais adjacents, par exemple la théosophie moderne d’Helena Blavatsky (mixte de la théosophie métaphysique chrétienne de Jabob Böhme) qui selon moi s’y référence assez directement, ou bien aussi de l’anthroposophie de Rudolf Steiner plus récente et à l’origine de la vague du New Âge et de ce que l’on appelle de nos jours le Channelling qui n’est rien d’autre qu’une méthode d’auto-spiritisme, le médium est ici "un contacté". En aparté, il existe même la transcommunication, une méthode utilisant des appareils électroniques pour écouter les défunts (radio) ou les percevoir (télé). Mais assurément le pays qui actuellement a su perpétuer le mieux la doctrine spirite, devenue une véritable religion, c’est le Brésil qui est cher à mon coeur et dont Chico Xavier a été le plus digne représentant comme l’un des plus grands médiums de tous les temps, de très nombreux centres cultuels spirites et associations kardécistes pratiquent assidument la doctrine d’Allan Kardec avec des spécificités allant jusqu’à la chirurgie spirituelle aidée par des esprits-médecins ou des hôpitaux faisant appel à des médiums pour des diagnostics thérapeutiques !

J’espère vous avoir exposé à sa juste valeur l’immense et crucial travail d’Allan Kardec et l’histoire du spiritisme, je vous recommande bien entendu de lire les ouvrages de référence qui font autorité et dont j’ai parlé. Dans cette optique je reste à votre disposition pour répondre à vos questions dans le cadre de mon activité de chaman professionnel en exercice, notamment pour vous aider à résoudre des problématiques complexes via des rituels adaptés à votre situation. N’hésitez pas à me joindre au 06.09.11.94.56 (numéro direct et non surtaxé) ou bien à m’écrire depuis mon formulaire de contact qui s’ouvre en cliquant sur ma bannière de site qui est ci-dessous. Je vous dis à très bientôt, bonne lecture d’Allan Kardec et de mes autres articles (sur la colonne de droite de ce blog) qui pourront aussi certainement vous intéresser !

Jean-Pascal Bruno, chaman professionnel

téléphonez au   06.09.11.94.56  (appel non surtaxé)

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #entreprise, #karma, #haute magie, #politique et magie, #sauver l'entreprise, #réussite

Le "travail en magie" se comprend généralement par l’ensemble d’un processus qui s’établit dans le temps avec comme action principale le support de rituels utilisant une doctrine ésotérique et hermétique que seuls les initiés pourraient à la fois comprendre (selon divers degrés) et pratiquer (selon diverses orientations ou obédiences), d’une manière plus générique que ou triviale l’on parle alors de "travaux de magie" pour signifier cette activité qui se succède dans le temps selon ses propres rythmes, ses cycles et ses durées spécifiques. Il n’y a donc apparemment rien à voir avec le travail en entreprise, celui que nos concitoyens appellent le salariat ou bien le travail dit libéral qui se situe dans un cadre plus personnel en étant "son propre patron" comme on l’entend souvent dire. Pour autant l’actualité dépasse la fiction et nous émerveille chaque jour dans ce qu’elle peut nous surprendre et même nous faire sourire ou grimacer, par exemple lorsqu’une ministre française de l’industrie termine son discours lors d’un déplacement en usine par cette phrase que certains n’auront pas manqué de commenter et dont je me fais l’écho comme prologue à la suite de mon propos : "C’est la fraternité de travailler, parce que lorsque tu vas sur une ligne de production, ce n’est pas une punition, c’est pour ton pays, pour la magie !". Alors oui… Devons-nous sourire ou grimacer, je vous laisse le soin et la latitude d’en juger en remettant cette phrase dans un contexte où le monde du travail semble tout de même bien ravagé et va devoir se réinventer durablement pour un avenir plus prometteur. La magie dont parle la ministre, une magie directement sortie d’un parc d’attractions, n’est certes assurément pas celle que la politique actuelle apporte aux travailleurs et dont ils doutent de plus en plus qu’elle leur soit prochainement très bénéfique…

Mais ne soyons pas totalement négatifs en restant néanmoins pragmatiques, il est d’autres types de travaux et de magies qui opèrent sur le contexte d’une réalité en perpétuelle réinvention où tout reste encore possible, il est des hommes et des femmes qui n’ont pas perdu cette libre volonté créative de changement, qui savent dépasser le triste sort d’un monde globalisé fortement inégal, qui voient dans leur activité professionnelle plus une opportunité altruiste de développement personnel collaboratif qu’un asservissement lié à un modèle socio-économique basé sur l’unique rentabilité forcenée d’un système ultra-capitaliste en déclin, il existe une puissance d’évolution supérieure qui perçoit toute cette pernicieuse contradiction éminemment préjudiciable à une humanité saine en devenir, une force de vie qui élabore les germes d’une sereine et naturelle résistance et s’oppose et à celle d’une malveillante élite autoproclamée prête à mettre toute la planète en concurrence déloyale pour son seul démentiel profit destructeur. Car n’oublions pas tout de même les périlleux défis qui se profilent assurément à l’horizon, ceux d’une économie qui ira irrémédiablement en décroissance face au mur d’un monde fini où les ressources commencent déjà à manquer aujourd’hui, ceux d’une planète perturbée par l’Homme et dont le climat commence à radicalement bouleverser nos écosystèmes en nous glissant rapidement tous progressivement vers une extinction de masse si rien n’est rapidement tenté pour éliminer les causes de ces dangers et surtout ceux, sans aucune conscience ni éthique, qui y participent directement par leur insatiable et malsaine voracité égocentrique.

Du travail, il va en falloir vraiment beaucoup pour opérer cette transition d’un monde violent, insatiable et mercantile vers un monde apaisé, durable et collaboratif. Déjà un travail de conscientisation car actuellement la majorité des humains vit dans une illusion véhiculée par un mode de vie artificielle, il faudra donc sortir de ce rêve de société de consommation qui est devenue finalement notre cauchemar pour élaborer une réalité soutenable pour tous, ce qui ne se fera pas sans redistribution des richesses, voire sans abandon de cette sacro-sainte croissance infinie qui n’est qu’une mythologie contée par des économistes complètement hors sol… Et la magie dans tout ceci ? Elle existe à plusieurs niveaux, déjà cette magie naturelle, celle de Gaïa, d’une Terre nourricière qui est malmenée mais très résiliente puisqu’elle pourra toujours se passer de nous, humains, pour se régénérer après un effondrement ou après un quelconque désastre atomique ou climatique. Il n’y a aucun doute sur ce point, et même, certaines preuves d’anciens déluges persistent dans les textes à consonances pré-adamiques passés sous silence par les institutions officielles et le Vatican… L’autre magie c’est évidemment celle, plus ésotérique, qui touche chacun de nous en ce qui concerne son propre parcours d’évolution, c’est-à-dire en termes plus directs : en évolution karmique. Ce point capital s’il en est, même s’il n’apparait pas ouvertement et visiblement au niveau matérialiste qui caractérise nos sociétés, se doit d’être pourtant le véritable but recherché de toute incarnation en qualité de "terrien en plein exercice d’existence", sur le plan de l’incorporation physique, de la cogitation mentale, du ressenti psychique et de l’élévation spirituelle. Il est vrai que sous cet angle plus ésotérique les vicissitudes plus matérialistes semblent de bien basses extractions et que, si tout ceci est un test d’aptitude, alors nous risquons tous de redoubler la classe pour y avoir mis le feu et peut-être de passer en conseil de discipline céleste, si j’ose dire…

Karmiquement, au départ nous sommes tous armés pour réussir dans cette existence, à savoir pour expérimenter des épreuves, les réussir ou pas, d’ailleurs cela n’a presque pas d’importance puisque ce sont avant tout des points initiatiques à expérimenter (sous l’angle strictement sociétal et terrestre) qui sont réellement importants et non le résultat en soi : c’est donc l’expérience réalisée qui valide et non sa réussite selon les concepts relatifs de "bon ou mauvais", du bien et du mal. Par contre, si nous détruisons notre terrain d’expérimentation alors nous réduisons d’autant nos chances de pouvoir passer toutes les épreuves imparties, ce qui comporte quelques retours de flamme karmique à la clef, sauf si… sauf si tout ceci faisait partie d’un plan beaucoup plus général, d’une sorte de passage de fin de cycle bien programmé à un niveau supérieur… Les initiés en haute magie savent de quoi il en retourne, la plupart des textes hermétiques apportent cette potentialité, il est vrai un peu dure et complexe à envisager à notre niveau de simples humains en vadrouille sur Terre, à comprendre que ce n’est pas un passage karmique personnel qui s’engage mais bien une épreuve commune à l’ensemble de l’humanité qui se présente, une sorte de validation karmique globale de "fin de cycle". Cette vision apocalyptique pourrait être une réponse à la posture de notre époque au bord du précipice, reste à savoir si nous avons une marge de manoeuvre pour "surprendre nos supérieurs" en démontrant notre unité face à cette adversité commune si elle s’avère bien être une ultime initiation.

Dans les deux cas, simple épreuve karmique personnelle ou bien plus globale au niveau de l’Humanité entière, nous devrons tous "réussir" déjà à notre niveau cette expérience en dépassant nos Égocentrismes qui sont autant de petits cailloux acérés dans nos chaussures pour accéder au chemin d’une sagesse complète, et ce ne sera évidemment pas facile pour ceux qui actuellement ont été en position dominante et qui devront abandonner toute leur propre superficialité matérialiste pour s’alléger du poids de leurs erreurs et de leurs accaparements illégitimes… D’ailleurs, certaines phrases bibliques assez mystérieuses éclaireront assez bien et pourront interpeler dans ce sens, ainsi n’oublions pas que : "les derniers seront les premiers", et vice versa. Comme nous le voyons, notre époque est compliquée à tous les niveaux, que l’on soit initié ou profane nous sommes "heureusement" condamnés à réussir ce parcours du combattant avec nos connaissances, nos croyances et nos espérances, ces dernières représentant essentiellement ce qui peut tous nous réunir afin de ne pas précipiter notre course à sa juste fin, de non-recevoir. Assurément l’outil le plus adapté à toutes ces crises actuelles et en devenir sera celui de la sérénité allié à celui de la sagesse, et non celui que l’on nous vend et qui s’apparente à la peur et à la répression, voire à une dictature d’ordre mondial qui n’a strictement rien de karmiquement positif puisque ce serait une involution, un blocage et une résignation mondialisée face aux épreuves que nous devons surmonter et non éluder sous une tutelle totalitaire.

"L’entreprise réelle", c’est déjà celle de soi et de sa propre conscience, ainsi chacun est libre de dire non si cela n’est pas en accord avec ses convictions profondes mais il faut aussi disposer de cette Connaissance qui transforme la conviction en action tant pour soi-même que pour autrui car nous sommes tous dans le même bateau, et ici nous pouvons sans aucune contradiction parler d’un Titanic en route vers un iceberg lointain mais déjà bien visible à l’œil nu. Faire machine arrière lorsque l’on voit le danger semble raisonnable et pour le moins indiqué, pourtant certains ont fait sécession en pensant pouvoir s’isoler du monde tout en haut d’une montagne pyramidale de biens accumulés au détriment des autres, ils sont assurément en erreur à la fois historique et karmique, et c’est à nous de leur démontrer avec la fermeté d’une sagesse sans faille qu’ils ont tord et qu’ils en font à toute l’humanité. En qualité de chaman en exercice je sais que la Connaissance ésotérique rejoint le noeud gordien de nos problématiques sociétales actuelles pour lesquelles nous devons trancher sans attendre au risque de voir les crises s’amplifier de jour en jour. Dans cette perspective j’aide ceux qui auraient un tant soit peu du mal à comprendre les réels enjeux auxquels ils sont confrontés personnellement dans ces épreuves quotidiennes, notamment au niveau de leur entreprise, de leur travail et des répercutions dites karmiques qui les concernent très directement même s’ils n’en ont pas vraiment encore pleinement conscience. Pour ce faire n’hésitez pas à me joindre directement au 06.09.11.94.56 (numéro direct et non surtaxé) ou bien à m’écrire depuis mon formulaire de contact qui s’ouvre en cliquant sur ma bannière de site ci-dessous. Je vous dis à très bientôt et sachez suivre vos convictions personnelles tout en accordant à autrui le droit de suivre les siennes pour une société plus unitaire afin de surmonter les obstacles qui nous attendent tous, sans exception.

Jean-Pascal BRUNO, Chaman professionnel

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #Amour, #attraction, #sauver son couple, #désir, #retour affectif, #rupture amoureuse, #problème de couple, #Rituels de magie

"Faites l’Amour, pas la Guerre !" Voici peut-être l’ultime slogan à suivre, pas nouveau puisqu’il date des années soixante contre la guerre du Vietnam, un slogan sage mais éminemment revendicateur pour sauver à la fois les couples en perte de vitesse amoureuse mais aussi et pourquoi pas pour sauver l’humanité qui perd de plus en plus ses repères essentiels, et évidemment aussi pour la planète en proie à tous nos extrêmes excès, pour ne pas dire extrémismes en marche… Prôner l’Amour plutôt que la Guerre, à l’heure où on se persuade et se targue qu’il est préférable de construire des sous-marins atomiques, des frégates d’attaque et des bombardiers plutôt que de construire de meilleures relations avec les autres pays, n’est-ce pas là justement tout le paradoxe extrémiste de notre époque que de préférer un "si vis pacem, para bellum" (si tu veux la paix prépare la Guerre), ou bien est-ce le dernier baroud d’honneur d’une civilisation sur le déclin pour un probable renouveau plus désirable après une Apocalypse non désirée ? Dans le Monde en diplomatie, il en va comme pour les relations amoureuses et inversement, d’ailleurs que ce soit au niveau des nations ou bien au sein du foyer entre partenaires il semble préférable et très légitime de privilégier la caresse plutôt que la gifle, de chercher à rassurer avec justesse et harmonie plutôt que de tenter d’intimider par la violence ou le chantage à l’escalade comme seule réponse à un problème majeur, c’est ce que l’initié véritable exerce en toute connaissance de cause et ce que nous expose assurément la Table d’Emeraude dans sa parabole du "Haut et du Bas", c’est-à-dire de ces niveaux qui interfèrent intimement entre eux, que ce soit entre le Ciel et la Terre ou bien entre les Nations et les Hommes qui les composent.

L’Amour, si précieux soit-il serait-il en danger par la violence de notre époque, par la folie meurtrière ou par l’extrémisme rampant de nos Nations si imprudentes et orgueilleuses ? S’il ne l’est pas directement il en est effectivement durement touché au quotidien et s’en trouve parfois durablement altéré, mais n’oublions pas que c’est l’Humain qui crée la Nation dans laquelle il vit, du Bas vers le Haut il peut donc aussi agir et sauver son idéal en imposant sa volonté d’apaisement et d’intelligence, il peut sauver l’Amour dans son couple tout comme il peut réfuter et rejeter l’illégitime notion de violence et l’escalade vers celle-ci. En Magie opérative l’initié véritable sait par expérience et conviction que la Volonté est seule toute puissante, elle régit le rituel par le symbole, par le verbe et le geste, elle engendre le sublime déclic vers l’action préliminaire, elle crée le terreau initial du contexte favorable et impose ainsi la transition vers le changement à opérer. Mais, en amont de toute Volonté il y a le désir, cette étincelle première qui allume le feu de l’esprit pour qu’il s’en saisisse dans l’opération d’un mouvement intelligible qui fera avancer celui ou celle qui s’y prête. Une chose est sûre, c’est que le Désordre, instigateur de tous les problèmes et oeuvre d’un syndrome négatif existentiel bien réel, tente de nous imposer son objectif de chaos où la raison du plus fort serait la seule et la meilleure à suivre, où le Monde serait une sorte de jungle en forêt primaire qui utiliserait comme modèle un inéluctable et violent darwinisme social, ce que l’on appelle plus couramment un modèle "libéral", terme assurément faux-ami qui n’a strictement rien à voir pour "libérer" et gérer les relations entre les Hommes mais au contraire pour instaurer la violence de la concurrence déloyale du fort sur le plus faible dans une emprise qui dicte l’asservissement et non l’amour du prochain. Sur ce point, n’oublions pas que toute cette histoire a commencé il y a plus de 2000 ans par des clous sur une croix avec ce type de schéma déjà très "libéral", une sérieuse réfutation impériale pour prendre la direction fermement assumée d’une crucifixion sans appel de cet autre slogan bien connu : "Aimez-vous les uns les autres"…

Entre la relation amoureuse du couple, l’état du Monde et la Magie des rituels des initiés pour résoudre tous ces problèmes qui se dressent devant nous, quels liens objectifs et probants y-a-t-il me direz-vous ? Si vous avez bien su décrypter entre les lignes des deux paragraphes précédents une approche qui se dessine, alors les types d’interaction et les liens, tant verticaux (haut et bas) qu’horizontaux (d’environnements contextuels et relationnels) se dévoileront comme autant de pièces d’un puzzle à la fois géopolitique et général que plus personnel pour la vie de chacun, d’ailleurs encore une fois les crises se présentent comme des révélateurs de ce qui était sous-jacent, que ce soit de la faiblesse des puissants à régler les problèmes pour lesquels ils se devraient d’agir, que de la force de résilience des hommes face à une adversité vécue. En période de crise les initiés parlent symboliquement comme les druides, "du ciel qui rejoint la terre", pour signifier que les hiérarchies célestes et terrestres deviennent moins imperméables, qu’elles interfèrent en ces moments importants où les problématiques de ceux du bas deviennent aussi celles de ceux du haut comme par l’effet d’une osmose alchimique. C’est en quoi durant ces époques troubles les initiés ont toujours su interpréter les signes avant-coureurs pour s’y préparer et prévenir en remettant à leurs légitimes places ceux qui pensent en vue du retour d’une harmonie juste, d’une concorde qui réunit le plus grand nombre pour son bien. A n’en pas douter, cette évidence que des crises généralisées, voire mondiales, puissent interférer négativement au niveau de la vie de chaque personne semble logiquement acquise et acceptée, par contre il demeure plus complexe d’expliquer que la volonté souveraine de chacun peut aussi agir dans le sens inverse de manière extrêmement positive, déjà pour soi-même à son propre niveau ainsi qu’à l’ensemble de ses relations directes, relations amicales ou amoureuses y compris. C’est ici qu’intervient le rôle majeur des initiés que d’éclairer sur la puissance de l’esprit, sur cette magie réellement agissante qui permet de déplacer des montagnes et d’écarter les dangers tout en préservant la justesse de ses actes pour soi-même, pour ses proches et pour le bien commun.

Toute la puissance des ressources qui se trouvent en nous ne demande qu’à s’activer mais nos modes de vie nous ont progressivement éloigné du substrat de cette matrice universelle que la grande majorité ne sait plus percevoir à force de désinformation et d’endoctrinement ou bien par une sombre substitution de notre essence primordiale intérieure par une matérialité extérieure superficielle. C’est, depuis quelques décennies, un conflit ouvert entre la spiritualité de l’homme face à la technicité d’un progrès qui se révèle à la fois destructeur de l’humain mais aussi de l’environnement, de la biodiversité, de la planète entière devenue esclave de cette dite "modernité" qui vampirise la vie pour la transformer en objet, où nos sociétés en sont venues à déshumaniser l’humain et à dévitaliser le vivant. A un niveau plus personnel chacun percevra aussi cette perte spirituelle par un renforcement de son Ego qui aura tendance à se surprotéger tout en repoussant les liens existants par l’éloignement progressif de la notion même de relation avec autrui (la crise sanitaire n’aidant pas sur ce point) allant même jusqu’à éloigner ou repousser la sensation positive de relation amoureuse, ce qui est actuellement à l’origine de presque toutes les crises de couple, notamment des mésententes, des disputes et des ruptures en cours. Afin de sauver ce lien relationnel qui s’affaiblit, au niveau personnel ou plus sociétal, il faut donc renouer avec cette valeur profonde et intrinsèque qui se trouve d’abord en nous tout en reniant volontairement cette fausse foi en une matérialité fabriquée qui nous éloigne de notre vérité intérieure et dénature notre spiritualité, c’est-à-dire notre potentiel de désir de partager une humanité en commun, l’amour en étant une sorte de finalité, pour simplifier et aller au but.

Devoir s’écarter un tant soit peu du mode de vie artificiel que les environnements nocifs de nos sociétés ont généré n’est pas une évidence, même pour les plus avertis d’entre-nous, par conséquent il faut ce déclic dont je parlais, cette impulsion de départ pour démarrer le moteur du changement et retrouver une potentialité de renouveau, recréer ce pouvoir d’attraction qui développe du lien social et amoureux dans le cas spécifique de la relation de couple. Afin d’accélérer ce travail complexe et souvent long lorsque la prise de conscience n’est pas spontanément et intuitivement effectuée, je propose mon aide en qualité de chaman professionnel initié depuis de nombreuses années aux Arts Majeurs d’une Magie ancestrale qui puise sa source dans notre potentialité humaine à surmonter les obstacles. Dans le cadre de mon activité professionnelle la résolution des problématiques de couple va bien au-delà d’un coaching (et n’a strictement rien à voir avec les marabouts ou autres gourous qui pullulent) puisque ces travaux se basent sur des rituels issus d’une symbolique englobant la personne, sa capacité relationnelle à recréer du lien ainsi que sur l’ensemble du contexte qui joue sur la relation. Pour en savoir plus sur ce type de travaux vous pouvez me contacter librement et sans engagement pour en discuter et voir en quoi je peux vous aider pour votre relation de couple, ceci au 06.09.11.94.56 (numéro direct et non surtaxé) ou bien en m’écrivant depuis mon formulaire de contact (merci de cliquer sur ma bannière web ci-dessous pour y accéder). Je vous dis à très bientôt et vous souhaite d’être lucides et volontaires face aux défis à surmonter pour un avenir meilleur pour tous et à tous les niveaux !

Jean-Pascal Bruno, chaman professionnel

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #sauver l'entreprise, #réussite, #Chamanisme, #Rituels de magie, #emprise, #haute magie, #occultisme, #Chaman
"Vérité", mot gravé sur le front du Golem.

Entreprise et emprise ? Quel rapport me direz-vous entre deux concepts apparemment assez éloignés, voire opposés ? Et que vient donc faire la Magie Noire et ses travaux occultes dans une orientation aussi positive et franchement ouverte que celle de la volonté éminemment positive de réussite ? Ces questions sont fondamentales pour comprendre la nature profonde de nos intellects, de nos sociétés et des mots ou concepts que nous utilisons avec comme point d’orgue cette volonté assumée de réussite existentielle au sein de la structure sociétale occidentale à laquelle "nous" appartenons, et je parle ici d’un "nous", lecteurs occidentaux, qui ne vivons pas en brousse, qui ne sommes pas détachés de notre système économique et des appareils ou dispositifs* qui le composent (*tels que Giorgio Agamben les caractérise). Le chaman professionnel que je suis, et vous avez déjà pu le lire dans mes autres articles, ne fait pas abstraction de la question sociétale et même au contraire l’intègre entièrement dans sa pratique quotidienne à des fins de résolutions pour les personnes qui me le demandent, aussi il est bon de préciser que cette vision chamanique du monde se situe à la fois dans la réalité ambiante de notre société occidentale mais aussi sur le plan de sa symbolique culturelle, de sa part d’ombre invisible que l’on peut qualifier d’ésotérique et même de magique si l’on conçoit d’y répondre par une action, par un rituel défini dans un ensemble de travaux de magie. C’est de cet engagement, doublement structurant, chamanique et sociétal, qui me permet d’agir en pleine conscience de la réalité vécue par nos contemporains qui se voient souvent de plus en plus malmenés et même traumatisés par les effets nocifs issus de notre système occidental, par ses choix imposés et par cette sorte d’emprise que la société exerce sur ses concitoyens via ses "décideurs" qui en sont les instruments sans état d’âme ni volonté de partager leur propre réussite basée sur un schéma mental assurément fortement biaisé et déséquilibré.

Vouloir réussir, pour soi-même et pour ses proches, voire pour toute l’humanité si l’on a une vision globale qui pourrait sembler utopiste mais qui pourtant tombe sous le bon sens pour éviter les conflits et les rivalités d’Ego; vouloir réussir c’est donc une orientation positive en soi qui n’a normalement que des effets bénéfiques sur un individu qui se voit gratifié dans son propre travail par le ressenti qu’il a effectué une tache utile pour lui-même et pour son environnement socio-économique (si l’on veut recadrer dans ce sens comme le disait l’intellectuel libertaire David Graeber avec sa notion politique révélant les "bullshit jobs"). Pour autant, avec l’ubérisation progressive de nos sociétés où l’homme devient un objet réemployable ou substituable, une marchandise dans une société de service qui s’apparente de plus en plus à une "société de sévices" à l’individu qui devient un numéro ou un code-barre numérique que l’on pourra "employer" selon une mécanique qui n’a plus rien d’humaine mais s’apparente à un glissement vers le robot utile, ce Golem téléguidé dont j’ai déjà parlé et qui n’est pas une invention d’aujourd’hui puisqu’elle fait référence à la mythologie ésotérique juive. Notons que ce Golem magique agit et obéit au nom du mage qui lui trace "un signe sur son front", un signe de vérité vivifiante qui, si on en efface un seul élément, détruit immédiatement la créature, annihile son existence. Je vous laisse juge d’y voir ou non une quelconque référence biblique ou une "révélation" (puisque dans l’Apocalypse, avec le "Nombre d’Homme") : "elle [la bête] fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçoivent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne puisse acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom".

Notre société, et il ne faut pas être devin pour le constater avec cette première étape du "smartphone-souverain", se numérise intégralement dans sa vision du futur et sa conception désirée par certains. L’homme devient alors un numéro, ou un signe tracé qui le poursuit, un code-barre programmé pour un algorithme lui-même manipulé par une conscience qui n’est pas humaine : ainsi l’humain devient un "homme artificiel" dans tous les sens du terme, ce qui est une puissante dégradation de son essence spirituelle première. Il y a actuellement une volonté maligne et pernicieuse de transformer l’Homme en une sorte de golem manipulable à souhait, en esclave docile soumis à la volonté d’un maître, et même en cyborg en appellation plus moderne, un humain directement pucé dans un avenir proche si l’on en croit les transhumanistes, lesquels sont assez souvent les mêmes qui se disent nos "décideurs", demandez d’ailleurs à Klaus Schwab (membre du comité directeur du groupe Bilderberg) avec le Forum Économique Mondial de Davos où l’avenir d’un monde sous gouvernance mondiale se dessine en lettres capitales sur le front des États, notamment avec son projet "The Great Reset" ("La Grande Réinitialisation", de l’humain… Titre de son livre majeur : "Covid-19 : la Grande Réinitialisation") et autres réjouissances : implantation de puces dans le cerveau de la population, gouvernance mondiale pilotée par une Intelligence Artificielle, etc... Tout ceci a de quoi faire réfléchir sur l’actualité si l’on en a encore les capacités, c’est une réalité et non une version complotiste du futur qui se profile véritablement à l’horizon dans la prise de contrôle de l’humanité, une réduction de l’humain à son avatar numérique effaçable, échangeable, négociable à volonté : un esclave moderne consentant.

La Magie Noire pour quoi faire ? Être chaman avec cette volonté affirmée d’aider à vaincre les maux de nos sociétés c’est déjà intégralement en comprendre toute la portée, savoir en expliquer clairement les effets et les conséquences, puis ensuite agir sur la base même des principes qui causes ces maux, lesquels sont des cristallisations de l’individu dans un rôle sociétal figé duquel il est souvent très difficile de sortir seul car la personne se retrouve engoncée dans une gangue compacte (principe "coagula" de camisole) de multiples problématiques enchevêtrées à la fois économiques, sécuritaires, familiales, professionnelles, financières, sanitaires, intellectuelles, et même et surtout d’une profonde crise spirituelle majeure de dissociation et de dissolution (principe "solve") qui achève l’espoir de s’en sortir car sans horizon visible et dégagé. C’est en restituant d’abord et avant tout ce premier principe fondamental d’espérance, d’une vision possible sur un avenir dégagé, que l’on pourra vaincre ensuite toutes les formes d’embûches en les surmontant tout comme l’on défait une pelote de noeuds… C’est en agissant sur la cause première des principes de ces maux que l’on commence leur dissipation intérieure pour s’y attaquer en extérieur, c’est en utilisant sur le Mal un puissant principe négatif que l’on l’empêche ce Mal d’agir sur le bien pour s’en nourrir et le détruire. La puissance de la Magie Noire n’est plus à évoquer avec de longs discours, cette magie reste extrêmement dangereuse, c’est une redoutable magie de destruction qu’il ne faut pas sous-estimer et dont la pratique chamanique peut se doter de par sa capacité à entrer sur des plans où règnent les concepts initiaux de la source des maux, de la source du Mal en général agissant sur notre plan matériel et mental. Le monde professionnel, celui de l’entreprise, du travail et de l’emploi, fait partie du plan matériel qui préoccupe aujourd’hui justement un très grand nombre de personnes désemparées, de chefs d’entreprise en pleine confusion des décisions à prendre, souvent en infligeant eux-mêmes des maux aux personnes salariées qui en dépendent, et il est possible de répondre à ces attentes en usant d’une sagesse initiatique, d’une intelligence saine et d’un discernement éclairé et bien orienté.

L’ésotérisme, celui de l’herméneutique véritable, nous révèle avec justesse, mais sous couvert de lourds secrets, que les symboles sont "agissants" si l’on possède la Connaissance de les incorporer dans de justes rituels durant des travaux de magie opérative parfaitement menés, mais l’utilisation de cette Connaissance ne peut se réaliser qu’en présence d’une Sagesse réelle, d’une Beauté d’âme accomplie et d’une grande Force contenue et adaptée, ce en quoi beaucoup de sorciers ne peuvent pas en revendiquer l’entièreté des facultés nécessaires tant elles sont complexes à acquérir et longues à maîtriser. Pour éloigner les maux, retrouver une porte ouverte sur l’espérance d’un horizon où la réussite revient avec la lumière, il faut parfois paradoxalement user de puissances sombres pour évacuer la gangue qui en obstruait le passage, c’est ce qui peut justifier de l’utilisation ponctuelle de la Magie Noire. Bien évidemment il ne faut pas oublier que d’autres types de magies intermédiaires pourront être plus à même de résoudre des problématiques ciblées et bien déterminées, la Magie dite Rouge pour les problèmes de couple (ou relationnels, amoureux, sexuels, etc..;), et la Magie dite Blanche pour recouvrer un bon niveau d’énergie et revitaliser basiquement avec harmonie et équilibre une personne en recherche de ressources intérieures, mais la Magie Noire sera celle qui affrontera le mieux le Mal par le Mal !

Les travaux occultes le sont à des fins de protection de ceux qui ne sauraient pas les utiliser et non parce qu’ils sont négatifs en soi, une fois leur Connaissance acquise avec la bonne orientation l’on peut alors avec sagesse utiliser toutes les magies dont la plus sombre pour faire renaître la lumière, c’est ce en quoi je me propose de vous aider en qualité de chaman professionnel. Vous pouvez en discuter avec moi librement au 06.09.11.94.56 (numéro direct et non surtaxé) pour trouver des solutions adaptées à vos problématiques comme je l’ai évoqué brièvement dans cet article, ou bien aussi par écrit en passant par mon formulaire de contact (merci de cliquer sur ma bannière pour ouvrir ma page sur mon site). Je vous dis à très bientôt et soyez en complète résistance face à l’adversité, en pleine conscience face aux évènements, et puissamment volontaire dans vos actions réfléchies !

Jean-Pascal Bruno, chaman professionnel

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #rupture amoureuse, #problème de couple, #surmonter la crise conjugale, #sauver son couple, #retour affectif

L’époque s’avère extrêmement difficile avec une multitude de problèmes très divers à devoir impérativement gérer au quotidien, d’ordre professionnel, sanitaire, économique ou familial et tout comme la théorie des dominos nous voyons sur l’équilibre de nos vies poindre des bourrasques dont il faut se prémunir pour en éviter les plus grands dangers en vue. Dans cette configuration les couples sont au premier plan des coups de vent sous cette météo orageuse qui semble ne plus finir de s’obscurcir, pour autant au-dessus de nuages noirs se profile toujours la même lumière d’un Soleil qui n’a jamais cessé de briller et donc cette certitude d’un nouveau jour plus rayonnant à venir. Le pragmatisme prévaut dans ces pénibles instants où l’attention ne doit pas uniquement se fixer sur les points noirs qui nivellent l’existence par le bas mais aussi et surtout sur les éclaircies éparses qui apportent au loin quelques signes d’un changement positif plus durable. La rupture amoureuse, déliquescence de la relation, n’intervient que lorsque le couple n’est plus en capacité de percevoir en lui-même ses propres ressources pour refouler les aspects négatifs immédiats qui l’agressent et ne voir en l’autre partenaire que la cause indirecte des méfaits qui se porte sur sa propre personne. C’est cette perception de la dégradation de soi au sein du couple dans la tourmente, souvent faussée à l’extrême par un contexte apparemment inquiétant, qui peut aboutir à cette rupture de manière soi progressive par paliers successifs si la relation est forte, soi assez rapide et brusque si cette même relation a déjà été abîmée par le passé ou bien demeure trop instable dans ses fondements. Il existe heureusement des solutions, basiques ou plus ésotériques, pour se prémunir des brèches trop importantes d’un séisme à venir, éviter ainsi une rupture du couple ou pour en surmonter les dangers rampants dont elle se nourrit pour coexister dans l’ombre.

Généralement, notre unique et simple vision du monde, celle instillée pour tout un chacun au quotidien, assurément profane et purement lisse et artificielle, se caractérise principalement par l’illusion superficielle que nos sociétés ont générée en nous coupant dès la naissance des réalités véritables, en distillant des connaissances (uniquement axées sur le besoin) que ces mêmes sociétés ont construites pour fonctionner à nos dépends, c’est-à-dire sur une conformité intégrale aux devoirs qu’elles dispensent avec une autorité que l’on ne doit pas remettre en cause : le besoin de travailler, de consommer les produits à disposition et de se conformer aux règles du plus grand nombre sans trop se poser de questions puisque l’on nous a toujours affirmé que cela fonctionnait de cette façon. Mais lorsque les fondations de ces sociétés commencent à s’effriter, lorsque les crises s’ajoutent aux crises justement à cause des faiblesses et erreurs qu’elles ont elles-mêmes générées, que ce soit des conflits entre personnes, des guerres entre états, des inégalités entre classes ou castes autoproclamées, la grande majorité des gens s’aperçoit alors de l’inconsistance des fragiles bases sur lesquelles on leur a dit de s’appuyer tout au long de leur vie. C’est dans ces instants cruciaux de doutes, certes fugaces mais réels et importants, que chaque individu est soumis au terrible dilemme qui se pose alors à lui : reconstruire l’illusoire futilité d’un monde à terme en totale perdition ou bien devoir soi-même se reconstruire face à une nouvelle réalité. Le couple n’est que le reflet de cette complexe mise au point, sachant qu’il faut y voir de facto une double réflexion des partenaires, parfaitement en phase avec le même désir de changement pour évoluer exactement dans la même direction…

Que la crise soit génériquement sociétale dans son intégralité, ce qu’elle est véritablement et nous le savons maintenant tous, ou qu’elle soit uniquement perçue au niveau strictement conjugal, le couple sera dans la même ultime adéquation à devoir se remettre pleinement en cause ou plutôt à devoir instamment trouver un chemin praticable, à deux, pour rester ensemble et avancer d’un même pas soutenu. C’est cette course, cette avancée à marche forcée, qui parfois n’est pas globalement désirée, laquelle engendre des disparités de point de vue entre les deux partenaires, sachant qu’à chaque décision réfléchie (ou non) les points de discorde les éloignent peu à peu de l’itinéraire qu’ils devaient emprunter ensemble. C’est au moment symbolique où la distance devient trop grande et que chacun ne voit plus l’autre sur ce chemin que l’on peut alors se perdre pour ne plus se retrouver, et cela s’appelle tout simplement la rupture dans le langage commun. À ce moment précis la rupture n’est pas encore une certitude, elle voit le jour surtout sous la forme d’un doute existentiel où l’on ne se perçoit plus vivre avec l’être aimé, où au contraire une véritable vision d’éloignement se crée. C’est avant cette phase de dissociation ou juste à cet instant charnière qu’il est encore assez facile d’agir si l’on hôte tout crédit à ce doute avec la réminiscence du chemin déjà accompli qui permet de bien conditionner une décision sur toutes les ressources déjà acquises et qui sont encore en mémoire, c’est le poids du passé positif qui joue sur le plateau de la balance pour un retour vers l’être aimé ou inversement de celui-ci vers la personne (voire les deux en même temps s’ils en prennent conscience au même moment).

Mais le véritable "déclic", de cette prise de conscience salutaire pour remettre le couple sur les mêmes rails, est bien souvent assombri par le contexte général qui vient s’imposer et s’intercaler entre les deux partenaires et donc impitoyablement brouiller cet effort de rapprochement, c’est ce qui peut se passer dans la majorité des cas, surtout si le contexte est réellement perturbant à un assez haut niveau, tout comme le brouillage d’une radio par des ondes parasites qui empêcheraient d’écouter le programme en cours... Comme cette réalité est brouillée l’entente n’est plus possible et la faille s’élargit comme deux terres qui s’éloignent après un séisme tellurique. Paradoxalement, mais en fait par un processus symbolique que les initiés qualifient d’ésotérique, l’on peut se faire se rejoindre les partenaires ou leur éviter un trop grand éloignement dans un premier temps. Ce processus qui n’est pas (ou très peu) connu des profanes n’a aussi d’autre nom que sa méthode : la Magie Rouge avec ses rituels qui usent de cette symbolique active pour régler un problème de couple bien "réel"; réel au sens d’irréductible, surtout dans la tête des partenaires sous la forme "d’apparences formelles" qu’ils ne veulent ou ne peuvent que difficilement remettre en cause par des voies habituelles profanes car ils ne savent pas s’écarter de cette pseudo-réalité préfabriquée où la peur et le doute l’emportent sur la puissance de l’union du couple qui en possède pourtant toutes les ressources de résolution en son sein, mais de manière cryptée…

Le rôle du praticien, du vrai praticien en «Arts Majeurs» que sont les travaux de Magie, sera de réactiver ces ressources profondes, d’aider au moins l’un des deux partenaires à retrouver cette réminiscence interne du passé qui se situe sous un voile d’incertitude et de doute, de décrypter ces ressources via les rituels adaptés pour les réactiver pleinement afin qu’elles reprennent vie durant cette période charnière où l’entente, puis l’écoute de l’autre, redevient possible pour un rapprochement de point de vue, puis un rapprochement formel dans l’union du couple comme auparavant, en surmontant les épreuves, à deux. Ce travail principalement axé sur des rituels de Magie Rouge demande aussi une grande confiance non seulement en soi de la part de la personne demandeuse qui doit puiser sa propre volonté d’agir et son énergie pour ce faire, mais aussi confiance dans le praticien, celui que l’on appelle couramment le mage ou le sorcier, le chaman aussi s’il sait parler au cœur de forces qui se situent au-delà du potentiel onirique de chacun. Étant chaman professionnel depuis de nombreuses années j’ai pu sauver des centaines de couples de la rupture et ainsi résoudre cette problématique de notre monde moderne où l’humain se voit comme un objet de désir dont on peut changer à loisir alors que ce même désir d’union ne peut exister que par l’épreuve initiatique que l’amour promet en empruntant conjointement un même chemin.

Vous pouvez me poser des questions sur le thème de cet article, comment empêcher la rupture, et bien entendu demander mon aide afin que vos chemins ne s’écartent pas si votre couple a des difficultés en ces moments historiques compliqués. N’hésitez pas à me téléphoner au 06.09.11.94.56 (numéro direct et non surtaxé) pour que nous puissions voir ensemble de vive voix quelles sont les spécificités de votre relation de couple et trouver les meilleurs rituels adaptés à votre contexte conjugal. De même si vous préférez m’écrire vous pouvez passer par mon formulaire de contact qui s’ouvre en cliquant sur ma bannière web ci-dessous. Je vous dis à très bientôt et sachez avant tout déjà "résister" à l’appel du doute pour renforcer votre volonté de réussite à deux !

Jean-Pascal BRUNO, chaman professionnel

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #Esoterisme, #sexualité sacrée, #transhumanisme, #couple, #jean pascal Bruno, #Amour, #énergie sexuelle, #orgone

Pour ceux qui ne me connaîtraient pas je suis Jean-Pascal Bruno, chaman professionnel, et pour les autres, très nombreux qui me suivent régulièrement sur ce blog, vous savez que j’aborde souvent des sujets plus ou moins polémiques ou complexes. Aujourd’hui avec la "sexualité sacrée" comme thème j’aurais pu finir comme Giordano Bruno à l’époque de l’inquisition, c’est-à-dire brûlé vif sur un bûcher ardent pour seulement avoir osé aborder un point essentiel de l’Humain que certaines religions ont préféré renier, condamner ou simplement voiler. De nos jours encore la sexualité pose des problèmes dans nos sociétés dites modernes qui se sont injustement approprié politiquement un sujet aussi vaste qui recoupe à la fois pêle-mêle la sexualité, la pornographie, les relations de couple, le mariage, l’éducation sexuelle des jeunes, l’appartenance à un genre ou bien encore l’onanisme, les relations sadomasochistes ou bien le libertinage et l’échangisme. Il faut bien savoir que je ne vais pas donner un cours pour orienter tels ou tels de vos choix puisqu’ils vous appartiennent intégralement et que chacun reste libre d’opter pour une ligne de vie et de conduite selon sa propre histoire personnelle et familiale, ceci dans un contexte unique qui est le vôtre et qui peut aussi fortement évoluer, ou pas du tout. Mais c’est justement parce que la sexualité est une liberté fondamentale et qu’elle est tombée bien bas de manière typiquement profane et livrée à toutes les injonctions qu’elle se voit autant décriée par les uns, si fortement revendiquée par les autres, ignorée et oubliée par la grande majorité de ce qu’elle recèle de véritablement sacrée après des siècles de polémiques stériles bien que presque guerrières et violentes à son sujet… Il était donc bon de remettre un peu d’ordre (d’idées), de manière sereine et clarifiée, dans toute cette cacophonie et tenter d’élever le débat en retrouvant des valeurs perdues, des vérités essentielles qui restent hermétiques voire ésotériques pour la plupart qui ne s’y sont pas encore penchés sérieusement ou n’en ont jamais pris le temps nécessaire. Et comme le dirait C.G. Jung : "Tous les problèmes les plus importants de la vie sont fondamentalement insolubles… Ils ne peuvent jamais être résolus mais seulement surpassés. Ce « surpassement » montre, après un examen plus attentif, qu’ils nécessitent un nouveau niveau de conscience…". Tentons donc ce surpassement avec l’humilité qu’il se doit d’être, en toute conscience bien éveillée si possible.

Mais tout d’abord pour être clair et direct, qui dit sexualité, et pour faire au plus simple et plus précisément en ce qui concerne la sexualité du couple, il faut déjà savoir comment définir et gérer dans les termes et aspects cette dualité entre deux individus, lesquels auront généralement, qu’ils soient hétérosexuels ou non, toujours deux polarités principales et opposées de l’ordre du Yin et du Yang, c’est-à-dire de l’ordre du féminin pour l’un et du masculin pour l’autre. Attention, il est à bien noter que ces polarités n’ont strictement rien à voir avec le genre puisqu’un couple homosexuel homme ou femme pourra tout autant disposer de cette double polarité, nous parlons ici d’individualité et non de sexe biologique où chacun revendiquera son orientation genrée plus féminine ou plus masculine dans le cadre relatif de ce même couple. Bien évidemment nous ne pouvons pas aborder toutes les catégories de typologie de couples ici et dans ce sens le couple biologique basique homme-femme où chacun se revendique aussi en genre comme tel sera la base du thème abordé, sachant que ceux qui ne se reconnaissent pas dans cette majorité se retrouveront tout de même par simple transposition… De même, et sur ce point j’y reviendrai en fin de cet exposé, il existe de nos jours des personnes qui se disent "non-genrés", peut-être des exceptions confirmant la règle, comme on le dit pour tenter de clore le sujet, mais ce point très intéressant sera comme je l’ai dit explicité plus bas avec comme perspective un horizon très spécial qui ouvrira un champ idéologique potentiellement à venir avec d’autres profondes problématiques sociétales et psychologiques, voire transhumanistes…

Pour la majorité des gens la sexualité demeure la partie émergée de ce que l’on appelle l’amour dans ce sens où c’est bien la partie réellement visible du comportement humain alors que les sentiments sont des expressions réfléchies plus intériorisées donc plus subtiles et mentales (dixit votre cortex préfrontal), moins visibles car sous ce niveau symbolique de ligne de flottaison de cet iceberg imagé. L’amour se compose aussi d’autres éléments pulsionnels encore plus "sous-marins" que l’on pourrait qualifier d’instinctifs et par conséquent non ou moins maîtrisables issus de notre archéo-cortex (ou cerveau reptilien primitif). Ainsi, pour expliciter très schématiquement ce qu’est l’amour l’on pourra sans difficulté comprendre qu’il dépend globalement de trois facteurs internes principaux: le corps sexuel, le mental désirant et l’attractif instinctif. Ces trois principes essayant sans arrêt de se tirer la couverture le plus possible avec les multiples et complexes conflits que chacun aura connus selon des configurations qui le sont autant dans les relations dites amoureuses où le mental se bat avec le désir pulsionnel, lesquels, ces deux précédents, sont aussi aux prises avec les besoins sexuels basiques du corps. Mais, et pour compliquer encore un peu plus, le couple forme à lui seul une entité mixte des deux individus qui le composent, une entité fusionnelle où ces forces individuelles précitées sont dictées par l’Ego de chacun et se côtoient avec une stabilité variable proche d’un relatif chaos imprévisible mais très dynamique. L’on pourra situer cette "entité-couple" au-dessus de notre iceberg à deux têtes, cette "entité-couple" survole et englobe en même temps les deux individus, elle use de ses propres composantes Yin et Yang pour rééquilibrer sans cesse cette dynamique, pour l’harmoniser selon des facteurs communs de stabilité avec comme outil principal la sexualité qui réalise ce Tao en mouvement, une dualité d’énergies individuelles axées sur plusieurs niveaux rivaux. Ainsi, ésotériquement le 2 de la dualité du couple rejoint le 3 de notre problématique relationnelle tripartite pour former ce 5 si représentatif de l’Humain selon de nombreuses sources ésotériques reconnues, "l’Homme de Vitruve" de Léonard de Vinci inscrit dans son pentagramme en est l’une des plus fameuses illustrations représentatives.

Comme nous le voyons, le grand paradoxe initial de l’Ego qui nous coupe d’autrui pour se protéger (forme de paranoïa normalisée) se voit attiré par sa complémentarité dans la relation amoureuse et par l’attraction de la polarité inverse qui se présente, ainsi la sexualité est une très puissante force d’union et de transformation à tous les niveaux où la friction des Égos engendre une entité tierce ayant des spécificités supérieures à chaque individu basique et même supérieures à leur somme (1 + 1 égal 3, avec le couple), et fonctionnant selon des modes opératoires véritablement d’ordre spirituel, et non plus uniquement biologiques, instinctifs ou mentaux. Il y a donc autre chose de généré qui dépasse la simple condition humaine pour en transmuter les éléments constitutifs, comme dans une décisive alchimie où la dynamique du Yin et du Yang des Égos mélangés dans cet athanor aboutit à une essence plus spirituelle, en ce sens cette transmutation dépasse le niveau profane et se drape définitivement des ors du sacré. Notons que l’on ne pourra jamais bien heureusement effacer l’Ego de chacun, il en restera toujours des scories utiles afin de ne pas dissoudre l’individu (principe entropique du "Solve") mais l’on doit avoir la volonté de le maîtriser pour le dépasser sur ses aspects négatifs et pour en partager l’amalgame sur ses aspects positifs, ceci sans aucune cristallisation (principe entropique du "Coagula"). Pour ceux qui aimeraient en savoir plus sur les voies de transmutation spirituelles autres que celle que peut apporter la relation amoureuse encore que celle-ci n’en soit pas si éloignée, l’on pourra s’orienter sans retenue sur la lecture instructive, riche et prolifique de René Guénon, notamment dans ses ouvrages "Aperçus sur l’initiation", "Initiation et réalisation spirituelle" ou "Symboles de la science sacrée".

Afin de poursuivre tout en terminant cet éclairage que j’ai voulu synthétique pour ne pas trop m’étendre, n’oublions pas que l’Homme est un animal, certes intelligent, sensitif et créatif mais que justement il possède aussi les défauts de ses qualités en voulant outrepasser ses propres limites et celles de la Nature qui l’entoure en cherchant toujours plus loin mais pas forcément toujours plus haut, des "mécanismes" pouvant se retourner contre lui… Ainsi, l’énergie vitale et sexuelle, au départ purement organique bien que plus universelle si l’on suit les raisonnements de Wilhelm Reich (sur ce qu’il appelait l’orgone et les bions) doit rester naturelle et donc ne pas être "dénaturée". Or, depuis quelques décennies l’on voit poindre, avec la technicité insufflée par un progrès que je qualifierais de sulfureux, une volonté de puissance hors norme qui pousse certains hommes à se croire au-dessus des autres et de la nature dont ils dépendent, en cela ils confondent aussi "l’être" avec "l’avoir" au profit du second avec cette immodestie prétentieuse de créer une nouvelle synergie entre le naturel et l’artificiel. "L’artifice", étant d’ailleurs par définition une chimère et une machination : personnifiée par la "machine", véritable illustration du robot ou du Golem physique de la tradition juive, de l’ultime I.A (intelligence artificielle) sans limites, voire hors limite, sorte "d’Egrégor réalisée" dans notre monde physique matériel, ce dont Stephen Hawking nous aura bien mis en garde juste avant de nous quitter… Nous voyons actuellement poindre ce transhumanisme digne d’un ange rebelle dont nous connaissons tous le nom, nous voyons l’humain dévoyé dans son corps même avec des substances transgéniques, nous voyons même cette humanité ne plus se reconnaître en l’homme ou en la femme avec le transgenrisme ou le "non-genrisme", tout ceci reflète une dangereuse "trans-ition" ou même une "trans-igni-tion" (littéralement "de l’autre côté, au-delà, du feu, de la combustion"), n’oublions pas Prométhée "l’apporteur du feu" qui est aussi assimilé à cet autre "porteur de lumière" en embuscade (Lucifer), lumière bien trop ardente pour être sage et juste, Hiroshima en est par exemple sa brûlante dérive atomique…

La décennie qui va arriver sera cruciale pour l’Humanité tout entière, nous y verrons un duel déjà visible entre la Nature, dont l’Homme est issu, et le "dénaturé" issu de l’esprit dégénéré de certains de ces mêmes hommes désirant dépasser les limites qui nous sont imparties et dont ils savent pertinemment qu’elles nous mèneront à notre perte, la leur assurément aussi, en ce sens ils ne sont déjà plus humains mais tendent vers le cyborg, l'intégration vers la machine, vers la puce silicium... Justement, quelle machination, quelle force obscure ou trop aveuglante pousse ces fous à détruire la planète à leur profit à coup d’extermination de la biodiversité ou à sa mutation génétique sous forme d’OGM, de produits génomiques ou d’ondes perturbatrices du rythme intracellulaire ? Je vous laisse y réfléchir et pointer d’ores et déjà votre regard éveillé sur ceux qui cherchent à nous voler notre humanité, la vôtre et celle du Monde sous un diktat trans-eugéniste dissimulé et qui ne porte pas encore ce nom mais dont la souvenance historique pas si éloignée laisse encore résonner lourdement ses bottes avec une même fureur dévastatrice. Sur ces derniers mots, je reste ouvert à vos questions et demandes professionnelles dans le cadre de mon activité en qualité de chaman spécialiste du couple et des relations amoureuses induites (résolution des crises et ruptures), ceci au 06.09.11.94.56 (numéro direct et non surtaxé) ou bien par écrit en passant par mon formulaire de site qui s’ouvre en cliquant ma bannière ci-dessous. Un seul mot d’ordre : résistance, et sachez surtout faire la différence entre la fausse morale que l’on cherche à vous imposer et l’éthique qui est la vôtre !

Jean-Pascal BRUNO, chaman professionnel

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #Envoutement, #pacte d'amour, #Chamanisme, #Rituels de magie, #magie noire, #Magie sexuelle, #karma

La "Magie Noire", déjà, rien que de l’évoquer certains préfèrent tourner la page et fuir plutôt que de comprendre de quoi l’on parle, et c’est en ce sens que la terminologie exacte s’est progressivement perdue et a été définitivement connotée de manière intégralement négative, ceci par un excès de fausse prudence aboutissant au fil des temps passés à la méconnaissance soupçonneuse puis à la totale ignorance pour en rejeter finalement tous les principes, même les plus essentiels et importants. L'ésotériste et occultiste Stanislas de Guaita, dans sa Clef, donne un parfait éclairage de la Magie Noire que la plupart des initiés ont de nos jours perdu, il la situe dans un double contexte où celui qui opère se servira de cette extraordinaire puissance selon sa propre aptitude et attitude à en tirer partie pour une cause juste ou pour une orientation négative, ainsi il dissocie la "Haute Magie" de la "Sorcellerie" de cette magie dite noire non pas qu’elle soit par convention sombre mais qu’elle se cache de la lumière visible au simple profane qui ne peut la percevoir sous ce voile, et toute la différence tient en ce que l’initié véritable soit plutôt un "Mage invoquant la Haute Magie" ou bien un "Sorcier exhortant la Sorcellerie". De facto, les termes illuminent alors Magie Noire sous deux de ses aspects bien différents mais dont la source provient d’une même zone effectivement dangereuse située dans ce qui est dénommé ésotériquement le "bas astral".

Dans notre monde contemporain où les mots les plus ordinaires peuvent voir leur sens glisser parfois à l’inverse que ce qu’ils signifiaient la veille, l’on ne s’étonnera pas de voir une même approche encore plus marquée pour des signifiants encore plus hermétiques et moins courants, de ce fait l’on a substitué génériquement le "mage" comme étant une "sorte de sorcier" puis finalement dans l’esprit collectif comme étant à part entière un "sorcier puissant" sans en définir plus en avant son orientation exacte, positive ou négative en entremêlant indistinctement cette caractéristique fondamentale. Mais pour compliquer encore plus, ces mêmes notions d’orientation ne sont pas toujours celles que l’on pourrait croire au premier abord et seule une vue contextuelle plus large et plus aiguisée dans le temps ne peut que commencer à conceptualiser cette dualité du bien et du mal dont certains pensent qu’elle est une stricte évidence, ici négative pour la Magie Noire, alors que sa finalité peut assurément fluctuer selon le but réel recherché et les chemins parcourus pour y arriver. Ce qu’il faut retenir de tout ceci, en écartant les nouvelles croyances (ou incultures) qui ne voient dans le Mage qu’un sorcier strictement positif n’usant que la Magie dite Blanche, c’est que justement le Mage est aussi un sorcier pouvant utiliser la Magie Noire avec cette distinction qu’il capte la puissance que pour une orientation finale positive, ce qui n’est pas du tout le cas du "Sorcier Noir" dont le but est inverse.

Cet avant-propos clarifiant les termes, le sorcier n’est pas toujours celui que l’on croit et la nécessité de lui attribuer une orientation principale bien définie demeure une priorité. En ce sens le Mage-Sorcier ou le Sorcier-Chaman auront aussi cette capacité à user de magie noire mais principalement pour des rituels à finalité positive (dans le but de "vaincre le mal par le mal"), alors que le Sorcier-Noir n’ira quand dans l’unique orientation qu’exerce la pure destruction à finalité essentiellement négative. Les mots ont leur importance, qu’ils soient écrits en toutes lettres par le "signe" ou bien déclamés à haute voix par le "verbe", les initiés et praticiens y prennent grand soin de ne jamais laisser s’insinuer une inexactitude ou une ambivalence, surtout si ces mot-écrits et mot-dits le sont dans le cadre de l’exercice d’un rituel précis où le sens assure bien évidemment l’orientation, sans faire de jeu de mot. Car il est dit aussi que la Magie Noire est un "Art suicide et meurtrier", autant ne pas jongler trop souvent avec des grenades dégoupillées, même si l’on sait parfaitement décompter les secondes avant détonation…

L’envoûtement est exactement de cette même nature, à double sens, et lorsque l’on parle "d’envoûtement d’amour" l’on pourrait à juste titre y voir une très évidente et criante antinomie dans la tournure utilisée, pourtant encore une fois les mots peuvent s’avérer trompeurs s’ils ne sont pas mieux définis dans leur objectif final. Ainsi, généralement l’envoûtement d’amour se situe plutôt dans une gamme intermédiaire basique que l’on a inscrite par convention sur la Magie dite Rouge (magie de l’amour, de la sexualité, libido, etc..), et l’on pourrait donc croire qu’elle n’a rien à voir avec la Magie Noire, le rouge passe effectivement mieux, la couleur du cœur pour l’amour semble même tellement explicite et "tomber sous le sens". Or, un envoûtement reste tout de même un rituel de "semi-volontaire contrainte" si j’ose dire, effectivement si l’on cherche à envoûter une personne c’est la plupart du temps contre sa volonté première mais à cette distinction tout de même que l’on peut contraindre une personne à ne pas se faire de mal… Vous voyez toute l’ambiguïté de l’envoûtement, si je vous dis par exemple qu’un praticien assermenté va mettre sous camisole de force une personne pour restreindre ses mouvements afin qu’elle ne se blesse pas, le but devient évident et a priori positif. Maintenant si je vous dis que la même camisole permet d’asservir la personne pour en abuser (clin d’œil au film "Millénium"), alors l’orientation est toute autre.

Dans le but d’éclaircir cette ambivalence critique, le "pacte" définit assurément le but recherché et le partage des responsabilités entre le praticien (Mage, Sorcier, Chaman, Druide, etc.) et le demandeur (personne qui généralement consulte pour le rituel). Le "pacte d’envoûtement d’amour" aura cette grande utilité, d’une part en définissant clairement de qu’elle orientation est le dit sorcier, si c’est un Mage-Sorcier, un Sorcier Chaman ou un Sorcier-Noir, avec parfois d’autres dénominations plus modernes qu’il faudra aussi expliciter (par exemple "énergéticien", oui mais avec quel type d’énergie finalement ? "Magnétiseur", oui mais de quel magnétisme parle-t-on ?), d’autre part le consultant affirmera sa volonté et donc sa responsabilité propre d’engager des travaux de magie "dans le sens" qu’il définira explicitement. Le pacte est donc le meilleur moyen de clarifier ce que l’un demande et ce que l’autre va effectuer, tous les deux doivent assurément aller dans le "même sens" pour arriver au but rechercher, sinon il n’y aura pas de succès à la clef mais beaucoup de problèmes et de contrecoup fâcheux, voire dangereux. Ce qui présuppose que si le pacte d’envoûtement d’amour dispose d’une finalité positive (toute relativité à bien cadrer) pour les deux intervenants, consultant et praticien, alors l’harmonie des travaux sera au rendez-vous. Notez bien aussi que dans le cas d’un cas d’envoûtement d’amour ayant un but d’asservissement négatif, "l’harmonie" peut aussi très paradoxalement être présente si le demandeur et le praticien sont sur la même longueur d’onde négative, comme quoi la relativité des termes, des contextes et des buts s’illustrent pleinement et que chaque perspective se doit d’être définie clairement…

Le chaman professionnel dispose parfaitement de cette Connaissance, de ces paradoxes et de cette relativité de contexte, il ne s’affranchit pas de sa propre nature dont il connait l’orientation et les perspectives qu’il peut entrevoir dans la pratique de son art, il ne peut d’ailleurs pas trahir son propre serment mais connait les profondeurs du chaos, dont ceux de la magie Noire, qu’il sait dompter pour la cause qu’il s’est engagé de suivre. Dans chaque individu, profane ou initié, se profilent des chemins karmiques à emprunter et ce sont ces itinéraires qui ont un "sens" et qu’il ne faut pas dénaturer en les déviant de leurs buts assujettis à la destinée de celui qui les porte. Le chaman est conscient de ces cartes maitresses qui dessinent ces itinéraires et il ne peut concevoir de s’en détourner, ainsi il est un garant de la bonne marche des rituels, notamment ceux d’envoûtement d’amour si la finalité est en accord avec les lois karmiques et qu’elle est remise dans son contexte véritable, lequel demeure toujours relatif et à bien resituer précisément en terme d’orientation. Le chaman est un voyageur de l’esprit, il sait s’aventurer aux sombres frontières de terres astrales dangereuses et en revenir indemne, il sait aussi atteindre les sommets plus lumineux des sentiers éthériques où se dessinent les itinéraires karmiques qu’il saura décrypter pour en trouver les passages les plus adaptés.

Je pense et j’espère avoir quelque peu répondu à certaines questions laissées en suspend et dont l’approche, certes encore complexe, devait ici être approfondie du moins dans la terminologie qui impose aussi une lecture plus proche d’une vérité que les mots ont quelquefois perdu si l’on ne les explicite pas dans leur sens premier ou véritable. Je reste à votre disposition si néanmoins je n’avais pas été aujourd’hui d’une clarté limpide sur le sujet évoqué, donc n’hésitez pas à me joindre au 06.09.11.94.56 (numéro direct et non surtaxé) dans le cadre de mon activité professionnelle pour me poser des questions ou pour m’expliquer votre problématique afin que je puisse vous aider par des travaux adaptés à votre demande. Vous pouvez bien entendu aussi m’écrire de manière plus posée et précise en passant par mon formulaire de contact qui s’ouvre en cliquant sur ma bannière ci-dessous. Je vous dis à très bientôt, et en ce mois estival "compliqué" mais essentiel pour une perspective dynamique je vous transmets toute l’énergie positive dont nous aurons tous besoin pour un avenir en commun sous de meilleurs auspices de Libertés !

Jean-Pascal BRUNO, chaman professionnel

Voir les commentaires

En ces temps présents et à venir de grands désordres et de crises profondes à la fois sociétale, économique, sanitaire et environnementale, il est plus que d’actualité de trouver un équilibre puissant et durable qui puisse palier aux divers stress que nous endurons par la force des choses ou qui nous sont imposés, aussi, il était nécessaire de rappeler certaines règles fondamentales que le chamanisme dispense pour le bien de chacun personnellement mais aussi de proche en proche pour une communauté plus large, plus éclairée et plus résiliente. C’est par le maître mot de résistance que l’on s’oppose à des situations que l’on sait néfastes pour soi-même et pour autrui, c’est en propageant cet esprit de résistance positive que l’on rétablit un juste équilibre salvateur. Il en va de même avec ce que le chaman traditionnel réalise dans sa tribu pour le bien de celle-ci et tout autant du chaman plus urbain et moderne qui gère d’autres situations plus contemporaines, pourtant tous les deux utilisent exactement le même principe universel d’harmonie entre l’esprit (l’intellect, le mental, le cogito), la nature (l’environnement, l’espace vital, l’interdépendance) et le corps qui est le réceptacle intermédiaire et poreux aux affects extérieurs et intérieurs qui s’exercent sur nous. Notre entière fausse modernité nous a coupé dogmatiquement du monde réel en sectorisant ou compartimentant toutes les problématique existentielles alors qu’elles sont toutes inter-reliées de manière visible ou plus subtile, et c’est donc en puisant dans cette Connaissance des correspondances universelles que le chaman apporte et restitue des solutions qui sont des passerelles entre notre réalité intérieure, celles qui nous entourent et celles qui sont encore au-delà de nos perceptions communes, plus ésotériques et discrètes mais agissantes…

Pourquoi parler du chamanisme en ces temps troubles ? Depuis quelques décennies nous avons vu notre monde progressivement glisser vers l’uniformisation globalisée de l’humanité avec ce désir immodéré de transformer absolument tout ce qui nous entoure en marchandises avec un prix négociable, ceci au total bénéfice de structures financières et commerciales devenues au fil du temps de véritables puissances supranationales avec d’insidieux et délétères effets tout comme un poison lent qui s’infiltrerait sournoisement dans nos veines. A l’heure actuelle nous avons enfin pris conscience de la détérioration de ce monde où l’environnement s’appauvrit en ressources, où nos activités forcées à la surproduction et droguées à la croissance contaminent et polluent notre environnement de manière irréversible, où même le climat commence à se dérégler en provoquant de plus en plus régulièrement de véritables déluges mortels en tous lieux du globe, et enfin où la vie elle-même commence à disparaitre drastiquement avec l’immense perte de biodiversité galopante que nous avons engendrée à nos risques et périls. Il est clair que le chaman, homme profondément proche de la Nature, n’admet pas cette déchéance de notre humanité face au monde vivant en proie à la destruction programmée, il prône au contraire l’union avec la Terre-Mère, avec cette Gaïa qui nous a tout donné mais qui aujourd’hui pourrait devenir stérile et mourir à l’image de la planète rouge.

Aujourd’hui la Nature se venge de notre inconsciente et immorale subversion à ses valeurs de vie, elle réveille ses plus fidèles alliés depuis des milliards d’années pour nous confronter à la réalité de nos actions destructrices et nous démontrer implacablement nos erreurs, l’aspect sanitaire qui nous préoccupe tant en est une résultante directe à la hauteur de notre délit, une punition qui sonne comme un avertissement solennel. Le chaman, "medicine-man", est aussi avant tout un prophète inspiré du vivant, d’abord des Hommes en qui il se doit d’apporter la sagesse des liens qu’il doit entretenir avec son environnement, hier immergé en forêt dense ou en steppe à perte de vue, aujourd’hui dans nos écosystèmes amoindris et en déséquilibre à cause de l’intensification de notre voracité insatiable. Le chaman sait donc plus que quiconque qu’il faut savoir respecter son milieu naturel pour se respecter soi-même, auquel cas si l’un est malade alors l’autre le sera aussi en contrecoup. Mais de nos jours même l’Homme ne se respecte plus lui-même, il s’en trouve qui veulent faire sécession d’avec tous les autres, ceux-là mêmes qui ont tout volé, tout exploité et tout ruiné et qui veulent maintenant asservir encore plus leurs semblables après s’être servi sur le dos de la planète entière, ce sont aussi les mêmes que l’on voit tels des déserteurs à bord de fusées pour dire au monde qu’ils veulent partir s’installer sur Mars… D’autres plus petites élites rêvent avec ces imposteurs milliardaires de suivre leurs traces d’esclavagistes profiteurs, espérons que l’avenir leur donnera tord et qu’un monde de partage solidaire et respectueux écartera ces forcenés de gré ou de force…

Le chaman peut aussi exercer une terrible violence légitime face à la violence illégitime de ceux dont le séparatisme avec la vie détruit tout ce qu’il touche ou bien l’assujettit à une corruption mentale et sociale de par des outils dévoyés à sa cause. Nous voyons actuellement très distinctement ce séparatisme à l’échelle de la planète entière dans des institutions politiques, financières et commerciales qui cherchent par l’abus de pouvoir à diviser pour mieux régner, à affaiblir le faible pour renforcer le puissant, à appauvrir le pauvre pour enrichir le très riche. C’est cette mondialisation que l’on nous a vendue, une extrême marchandisation du monde au profit de fanatiques et de psychopathes gouvernant pour eux-mêmes et qui nous cachent leurs véritables intentions d’exploitation et d’asservissement mondial. La spiritualité du chaman est "au-dessus" de toutes ces basses malversations, très au-dessus puisqu’il a pouvoir de dialoguer avec les esprits, avec Gaïa et avec les forces telluriques qui n’agissent qu’en ultime recours et défenses du principe absolu de la Vie sur notre globe. A l’heure actuelle ces forces de la Nature assistées des Anciens, lesquels sont les garants authentiques des grandes Lois naturelles, ont décidé d’envoyer un ultimatum aux Humains pour qu’ils corrigent entre eux leurs erreurs et fassent le tri du bon grain de l’ivraie pour rétablir le principe d’harmonie universelle, ils ont ainsi demandé aux plus sages d’entre nous et conscients des risques encourus d’agir dans ce sens, les chamans font partie intégrante de cette action purificatrice et salvatrice avec beaucoup d’autres initiés.

Pour que chacun agisse efficacement à son propre niveau, il est d’abord conseillé de refuser la subversion du principe de vie imposée par ceux qui ne la garantissent pas mais la pervertissent par leurs décisions, c’est-à-dire ceux qui ne respectent pas le droit légitime et souverain que chacun dispose de son propre corps, de plus il est indispensable de respecter le libre arbitre de ses décisions où chacun garde à l’esprit ses propres convictions intimes sans être soumis à de fausses nouvelles lois iniques et dangereuses pour le bien d’autrui et de soi-même. Retrouver son propre équilibre, entre son corps et son esprit, en plein discernement et pleine lumière, et non le voir assujetti à des puissances obscures qui travaillent dans l’ombre pour en tirer profit de pouvoir ou d’argent. Chacun doit comprendre que cette harmonie retrouvée passe par une résistance proportionnelle aux défis quotidiens et à venir contre ces forces du mal, sachant qu’ailleurs nous sommes observés de très près et que nos décisions personnelles sont aussi captées par des puissances spirituelles bien supérieures. Chaque chaman ou initié en est conscient aujourd’hui sur la planète, il faut agir avec cette conviction que l’Humain est digne de sa propre nature qu’il sait parfois combattre pour le meilleur de ce qu’il représente et de ce qu’il sera potentiellement dans un avenir universellement ouvert sur d’autres horizons prometteurs et positifs.

Comme d’habitude je reste à votre disposition et tout aussi ouvert à vos questions en ce qui concerne cet article important par les temps qui courent, ceci afin d’aider ceux qui cherchent à ne pas tomber sous le joug d’un quotidien non désiré et non désirable ainsi qu’aux conséquences sociales et familiales qui s’en trouveraient "de facto" grandement perturbées. Je suis joignable au 06.09.11.94.56 (numéro direct et non surtaxé) ou bien par écrit depuis mon formulaire de contact qui s’ouvre en cliquant sur ma bannière ci-dessous. Je vous dis à très bientôt, en toute résistance face à l’adversité que certains voudraient nous imposer par la force ou par une duperie orchestrée via un système perverti à la solde d’une élite arrogante auto-proclamée.

Jean-Pascal Bruno, chaman professionnel

Voir les commentaires

Publié le par Sorcier Chaman
Publié dans : #Amour, #Envoutement, #couple, #karma, #retour affectif, #Rituels de magie

Et si nous parlions d’amour, de rituel, de couple et de karma, et des liens subtils qu’ils entretiennent secrètement ?! Comme pour tout domaine complexe l’esprit humain préfère généralement rechercher la simplicité au risque de contredire la finesse de sa propre raison afin de s’assurer une certaine basse sérénité et d’écarter le trouble de la complexité qui l’habite. Cette attitude apparemment paradoxale est néanmoins parfaitement compréhensible, d’une part pour des raisons purement psychologiques liées à la peur et au tourment d’aborder de front les problèmes avec cette potentialité de ne pas pouvoir les surmonter, d’autre part, et cela est moins évoqué, tout simplement la grande consommation d’énergie vitale nécessaire à cet exercice d’introspection, de cogitation et de confrontation avec le réel, l’humain préférant se raconter des histoires, certes fausses, mais personnelles et moins énergivores plutôt que d’affronter l’immensité labyrinthique de la réalité qui le touche et dont il ne peut entrevoir que rarement une sortie acceptable avec comme perspective sa propre finitude ou celle de son infime action sur le monde, une trop difficile confrontation intérieure le vidant à terme de toute sa substance et de son énergie. Pourtant de grands penseurs, philosophes, métaphysiciens, spiritualistes ou religieux ont été confrontés aux tourments de l’existence et nous ont offert des réponses intéressantes en y laissant parfois leur vie en échange à force d’un travail de recherche acharné et surtout à cause du déni de leurs contemporains à regarder certaines vérités complexes en face.

Dans cette perspective la relation à autrui, et plus précisément la relation amoureuse, permet d’approcher une vérité que l’on ne peut ni nier, ni réfuter ou refuser au risque d’abandonner tout challenge existentiel et "de facto" toute évolution personnelle puisque nous nous construisons d’abord grâce aux multiples miroirs du regard des autres, avec eux et réciproquement dans ce mouvement perpétuel qui nous pousse tantôt en position d’attraction et d’acceptation, tantôt en position inverse de répulsion et de contradiction avec ce que nous sommes ou voulons devenir. C’est dans ce choix délibéré et responsable, d’aller vers autrui ou bien de rejeter sa présence, que s’élabore l’humanité qui nous caractérise et qui nous éloigne de l’animalité, laquelle n’a pas pleinement conscience des choix complexes à intégrer mais reste principalement poussée par son instinct primaire. Pour autant, et nous le savons tous, l’humain n’est pas dénué d’affects qui en font aussi un animal, il peut en effet lui-même se contraindre de suivre ses propres instincts primaires ou basiques dans des conditions quotidiennes normales, par exemple durant l’acte sexuel, ou bien moins ordinaires lors d’événements extrêmes tels des guerres où la cruauté et la barbarie peuvent soudain resurgir d’un cerveau reptilien à l’affût d’un stimulus adéquat de défense ou d’attaque. J’ajouterais hélas, et on le voit aussi de plus en plus actuellement, que la "mise en veille" de l’esprit critique par le lavage de cerveau récurrent que la population subit n’apporte que son lot de simplifications radicales des idées et de comportements pouvant alors lentement glisser vers une vision également instinctive et animale qu’il est alors facile de dompter par quelques subterfuges politiques de bas étage… La manipulation des esprits par une pseudo élite est aussi une composante de l’existence, mais ceci est un autre sujet que j’ai déjà abordé.

Le "retour affectif" porte en lui les germes d’une complexe contradiction que je viens d’évoquer, celle que "l’on veut ce que l’on ne contrôle finalement pas consciemment" puisque nous serions comme ces marionnettes dont les ficelles sont principalement et initialement manipulées par nos instincts, esclaves de nos désirs et à la merci de nos pulsions primaires… C’est d’ailleurs majoritairement pour cette raison que beaucoup de gens se mettent dans des situations invraisemblables sans savoir comment ils en sont arrivés là, par exemple comment ils ont pu dépenser autant d’argent en choses inutiles et se retrouver endettés jusqu’au cou pour des années (par avidité primaire), ou bien comment il ont pu signer une assurance hors de prix pour se protéger de risques totalement improbables (par peur induite), ou bien encore comment ils ont pu se marier avec telle ou telle personne qui ne leur convient pas du tout (par pur et unique instinct sexuel), l’on pourrait d’ailleurs assurément faire le tour des vices existants pour s’apercevoir qu’ils sont tous issus de pulsions primaires non contrôlées.

Alors l’amour est-il aussi une pulsion? Bien heureusement non, la complexité d’une relation amoureuse complète et durable met en œuvre nos affects supérieurs tout en laissant néanmoins une marge de manœuvre raisonnable à nos instincts primaires dont on relâche la bride aux moments opportuns, c’est le cas de la plupart des gens même si certains comme je l’ai dit précédemment peuvent se laisser piéger. Les initiés savent aussi que "l’envoûtement amoureux" s’élabore de manière multiple et assurément complexe, que l’on soit dans une situation normale où les personnes "tombent amoureuses" ou bien dans une configuration plus construite où une des deux personnes s’affaire pour que l’envoûtement se concrétise et soit ensuite partagé, dans ce dernier cas la réciprocité est induite par un processus de contrôle, qu’on l’appelle séduction naturelle ou rituel de magie c’est exactement la même chose au final avec cette différence fondamentale que d’un côté elle est désirée par un charme d’attraction spontané, de l’autre par un rituel d’attraction effectué (en magie rouge). Et même pour aller encore plus loin, les praticiens expérimentés diront que le charme dit naturel et spontané ne l’est pas tant qu’il n’y parait mais qu’il est lui aussi instrumentalisé et induit par un autre phénomène invisible, complexe et subtil : le karma… Car comme le disait si bien Paul Eluard, grand initié, poète de l’amour et surréaliste: "il n’y a pas de hasard il n’y a que des rendez-vous", et donc des rencontres qui ne tiennent pas du hasard mais des unions prévues à l’avance et préparées sur des chemins d’existences qui se croisent à un carrefour élaboré tout spécialement: impossible de se manquer.

La réalité karmique est très certainement l’aspect le plus marquant et le plus complexe qui soit pour le profane qui n’y voit qu’une vue de l’esprit (forcément dérangé), à la fois difficile d’accès en terme de compréhension si l’on ne dispose pas pour ce faire du bagage intellectuel et ésotérique, mais aussi de cette conviction intime et formelle qui passe par une puissante expérience ésotérique de terrain ou par l’acquisition d’un don d’en percevoir la réalité objective dans un schéma global d’évolution bien orchestré. La grande question sera alors la suivante: mais qui donc organise tout ceci et gère cette réalité karmique supérieure? La réponse est elle-même dans la question: une autorité supérieure en guidance de nos actes mais en total accord avec le parcours existentiel à maintenir, ceci avec les bonnes personnes, au bon moment et au bon carrefour de la vie. Bien souvent le terme de synchronicités revient dans ces hasards qui n’en sont pas mais qui doivent être perçus comme des croisements karmiques détectables et assurément primordiaux, comme des points de repère à suivre, car chacun a pu expérimenter un jour ce moment surprenant et presque surnaturel où l’on sent qu’il va se passer quelque chose d’important et que cela arrive. La rencontre amoureuse fait partie de ces évènements karmiques préparés, de ces synchronicités qui se dévoilent et se concrétisent. Le rêve prémonitoire peut être assimilé à une sorte de vision karmique si l’on arrive néanmoins à s’en souvenir assez précisément pour en percevoir la profondeur et s’en saisir afin de guetter sa réalisation, c’est sur cette technique que les chamans opèrent leurs propres pratiques au sein de rituels de magie à la fois complexes et stricts durant lesquels la destinée d’autrui peut se dessiner et être (ou pas) révélée.

L’amour, le rituel, le couple et le karma : l’inséparable quatuor qui en dit toujours long lors de mes séances en qualité de chaman professionnel afin d’exposer à ceux qui en ont le besoin la réalité karmique qui se détache de synchronicités visibles très utiles pour trouver l’amour ou retrouver l’être aimé. Je vous propose de continuer ce court exposé si vous le voulez en prenant contact avec moi par téléphone au 06.09.11.94.56 (numéro direct et non surtaxé) ou bien par écrit depuis mon formulaire de contact (cliquez sur la bannière ci-dessous pour ouvrir ma page), de même pour ceux qui désirent une étude plus approfondie via des rituels dédiés que j’effectue selon le contexte en présence. Je vous dis à très bientôt et soyez à l’affût de vos rêves, ils sont peut-être et même certainement le reflet karmique d’une réalité à venir…

Jean-Pascal BRUNO

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>

Etude Gratuite

 Pour toute demande de rituel

 magique ou d'étude gratuite

 téléphonez au 06.09.11.94.56

 (appel direct et non surtaxé)

 ou bien   cliquez ici 

Articles récents

Hébergé par Overblog